Monarchie de droit divin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

L'empereur Shōwa, descendant de la déesse Amaterasu, en tenue de grand-prêtre du Shinto d'État
Raffinement de la mise en scène du pouvoir politique : Louis XIV se présente en costume de sacre en 1648. Affirmer ainsi une monarchie absolue de droit divin se révéla une stratégie face à La Fronde. Portrait par Henri Testelin

La monarchie de droit divin est un régime politique monarchique dans lequel le pouvoir du roi, de l'empereur ou de toute autre autorité, est légitimé par la volonté d'une divinité, que son élection soit naturelle ou civile, directe ou indirecte.

Il existe deux types de droits divins :

  1. Le droit divin providentiel : la désignation est indirecte. Elle nécessite l'intervention d'un clerc, qui a tendance à inspirer le pouvoir et à le contrôler.
  2. Le droit divin surnaturel : la désignation est ici directe. Le Roi est alors moins sous le contrôle du clergé, il a davantage tendance à s'identifier à Dieu. Il a également tendance à développer des pouvoirs « magiques/surnaturels » (pouvait guérir des personnes atteintes de maladies graves comme celle des écrouelles…) ; on le qualifie alors de roi Thaumaturge.[réf. nécessaire]

Anciennes monarchies de droit divin[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Louis XIV, le Roi-Soleil, désire voir la monarchie rayonner à partir d'un lieu d'où il peut gouverner : ce sera Versailles. Les travaux débutent en 1669 mais ils sont encore inachevés lorsque la Cour et le gouvernement s'installent en 1682. Plusieurs architectes de renom comme Louis Le Vau y travaillent, ainsi que le jardinier André Le Nôtre.

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au Bhoutan[modifier | modifier le code]

Le Bhoutan est une monarchie absolue de droit divin jusqu'à 1953 ou un parlement est créé afin de commencer une transition vers une monarchie parlementaire.

Il faut cependant attendre 2008 pour que les premières élections parlementaires soient organisées[1].

Monarchies de droit divin actuelles[modifier | modifier le code]

En Arabie saoudite[modifier | modifier le code]

Les familles Saoud et Wahhab, qui sont liées par le mariage, s'y partagent le pouvoir.

La Constitution du pays se fonde sur le Coran et la sunna, selon l'interprétation des compagnons de Mahomet. Aucune manifestation ou culte d'une autre religion ne sont acceptés, et ceux qui expriment à ce titre une opinion différente sont déclarés apostats et passibles de la peine de mort. La liberté de religion de la population non musulmane d'origine y est très restreinte et doit s'exercer exclusivement dans le domaine privé.

Au Vatican[modifier | modifier le code]

Le Souverain Pontife (Summus Pontifex) est élu par le Sacré Collège, lors du Conclave, qui serait lui-même éclairé par la volonté divine de donner un successeur de l'Apôtre Pierre, le Vicaire du Christ.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Royaume du Bhoutan », sur Larousse.fr

Articles connexes[modifier | modifier le code]