Samoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

État indépendant du Samoa

(sm) Malo Sa'oloto o Samoa

(en) State of Samoa

Drapeau
Drapeau des Samoa
Blason
Armoiries des Samoa
Devise en samoan : Faavae i le Atua Samoa (« Puisse Dieu être l'assise des Samoa »)
Hymne en anglais : The Banner of Freedom (« La Bannière de la Liberté »)
Fête nationale
· Événement commémoré
Indépendance vis-à-vis de la Nouvelle-Zélande ()
Description de l'image Samoa on the globe (Polynesia centered).svg.
Administration
Forme de l'État Monarchie constitutionnelle parlementaire élective
Chef de l'État Va'aletoa Sualauvi II
Premier ministre Naomi Mata'afa
Parlement Fono
Langues officielles Samoan[1] et anglais
Capitale Apia

13° 50′ 00″ S, 171° 46′ 00″ O

Géographie
Plus grande ville Apia
Superficie totale 2 944 km2
(classé 164e)
Superficie en eau 0,3 %
Fuseau horaire

UTC +13[2] ;

heure d’été : UTC+14
Histoire
Indépendance Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Date
Démographie
Gentilé Samoan
Population totale (2015) 193 483[3] hab.
(classé 173e)
Densité 62,5 hab./km2
Économie
IDH (2021) en diminution 0,707[4] (élevé ; 111e)
Monnaie Tala (WST​)
Divers
Code ISO 3166-1 WSM, WS​
Domaine Internet .ws
Indicatif téléphonique +685

Le Samoa, en forme longue État indépendant du Samoa[5],[6], ou les Samoa et l'État indépendant des Samoa[7],[8],[9],[6], en samoan Samoa et Malo Sa'oloto Tuto'atasi o Samoa, en anglais Samoa et Independent State of Samoa, est un État indépendant de Polynésie occidentale, situé dans l'Ouest de l'océan Pacifique sud, appelé les Samoa occidentales jusqu’en 1997.

Occupant la partie occidentale des îles Samoa, l'autre partie étant sous administration américaine, le Samoa comprend quatre îles habitées : (Upolu, Savai'i, Manono et Apolima) et six îlots inhabités. La capitale Apia et l’aéroport international de Faleolo sont situés sur la côte nord d'Upolu, deuxième plus grande île de l'archipel derrière Savai‘i. Les Samoans vivant à l'étranger, notamment aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande, sont cependant plus nombreux que ceux restés au Samoa.

Le Samoa est une démocratie parlementaire membre de l'Organisation des Nations unies et du Commonwealth des Nations. L'économie du pays s'est longtemps fondée sur l'exportation de matières premières (coprah, cacao et bananes notamment). Si l'agriculture emploie encore la majorité de la population active et continue à fournir une partie importante des exportations, l'industrie, les envois de fonds et le tourisme jouent un rôle important dans son économie.

L'archipel des Samoa est peuplé depuis plus de 3 000 ans. Il a été sous domination tongienne du Xe siècle au XIVe siècle avant de reconquérir son indépendance. À la fin du XIXe siècle, il fait l'objet des convoitises occidentales, et est partagé en 1899 entre l'Allemagne à l'Ouest et les États-Unis à l'Est. La partie allemande est capturée par la Nouvelle-Zélande en 1914, pays qui en devient la puissance mandataire en 1919. Après une quinzaine d'années de troubles indépendantistes liés à l'activisme Mau, les Samoans sont mieux associés à la gestion de la colonie, qui devient le la première colonie d'Océanie à retrouver l'indépendance. De cette date au , le pays s'appelait l'État indépendant des Samoa occidentales, souvent abrégé en Samoa occidentales (en samoan Samoa i Sisifo et en anglais Western Samoa. Le retrait de i Sisifo (c’est-à-dire « occidentales », « au couchant ») du toponyme samoan[10] manifeste la volonté de représenter l'ensemble de l'archipel en incluant les Samoa américaines voisines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Samoa dans la Polynésie ancestrale (Fidji n'en fait pas partie).

Les Samoa sont occupées aux alentours de l'an 1000 av. J.-C. par des Austronésiens de culture Lapita. Parlant le proto-polynésien, ils forment la Polynésie ancestrale[11]. Les Samoa font partie de Hawaiki, une zone que les Polynésiens considèrent comme leur foyer originel et qui a pris au fil du temps une dimension mythique[12].

Elles sont conquises par les Tonga, et deviennent une province de l'empire Tu’i Tonga, jusqu'à ce que les Samoans se révoltent avec succès au XIIIe siècle et obtiennent leur indépendance de l'empire.

Le Hollandais Jacob Roggeveen est le premier Européen à aborder l'archipel en 1722. L'explorateur français Louis-Antoine de Bougainville nomme l'archipel les îles du Navigateur en 1768.


En 1889, le traité de Berlin est signé, garantissant l'indépendance politique des Samoa. Le régime établi est alors une monarchie.

En 1899, les Samoa sont divisées en deux parties : les Samoa allemandes et les Samoa orientales (sous contrôle américain). Cette division persiste encore aujourd'hui.

En 1914, la Nouvelle-Zélande prend le contrôle des Samoa occidentales. Elle les garde ensuite sous mandat de la Société des Nations puis sous mandat de l'Organisation des Nations unies jusqu'en 1961. À partir des années 1920, le mouvement Mau, mouvement anticolonial pacifique, fait campagne pour l'indépendance.

Les Samoa occidentales obtiennent leur indépendance le [13] à la suite d'un référendum.

Le pays devient membre du Commonwealth en 1970 et de l'ONU unies en 1976.

Le 4 juillet 1997, les Samoa occidentales changent leur nom pour prendre celui des Samoa[10].

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Le Samoa est divisé en onze districts : A'ana, Aiga-i-le-Tai, Atua, Fa'asaleleaga, Gaga'emauga, Gagaifomauga, Palauli, Satupa'itea, Tuamasaga, Va'a-o-Fonoti et Vaisigano.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte des Samoa
Faleo'o sur la plage sur l'île de Manono.
Paysage sur l'île d'Upolu.

Les Samoa sont situées à 482 km à l'est de Wallis-et-Futuna, tout près de la ligne internationale de changement de date et à peu près aux trois cinquièmes de la distance séparant Hawaï de la Nouvelle-Zélande. À environ 1 130 km au nord s'étendent les îles Phœnix (Kiribati). Entre ce dernier archipel et les Samoa se localisent les Tokelau, elles-mêmes à 522 km d'Apia. Les îles situées à l’est du 171e degré de longitude ouest forment les Samoa américaines et celles à l’ouest l'État indépendant du Samoa. Celui-ci comprend les deux grandes îles d'Upolu et de Savai'i ainsi que huit îlots. Presque les trois quarts de la population habitent sur l'île principale d'Upolu, où se trouve également la capitale, Apia.

Les quatre îles habitées du Samoa se nomment Savai'i, Upolu, Apolima et Manono.

Les six îles inhabitées se nomment Fanuatapu, Namu’a, Nu'utele, Nu'ulua, Nu'ulopa et Nu'usafe'e.

Autrefois baptisées archipel des Navigateurs, les îles formant les Samoa sont d’origine corallienne ou volcanique. La présence de coulées de lave volcanique rend plusieurs des îles de l'archipel inhabitables.

Les Samoa sont assez montagneuses et le sommet le plus élevé de l'archipel est le Mauga Silisili (1 858 m), sur l’île de Savai’i.

Le climat est tropical avec une saison des pluies commençant en novembre et se terminant en avril. La faune des Samoa est assez restreinte, on n’y trouve que peu d'animaux : serpents, lézards et oiseaux. La flore des Samoa est en revanche très riche, la forêt recouvrant les îles est luxuriante. Plusieurs plantes et animaux des Samoa sont endémiques (on ne les retrouve nulle part ailleurs sur la planète). Il est donc de la responsabilité de l’État de les conserver. C’est pourquoi le Samoa s'est doté de la Faatotoe le Muli o le Ola (stratégie de la biodiversité du Samoa)[14].

Les cyclones tropicaux sont fréquents et dévastateurs pour l’agriculture du Samoa. C’est la raison principale pour laquelle les Samoa, dont l’économie dépend majoritairement de l’agriculture, ont encore besoin de l'aide internationale.

Le , le Samoa est touché par un tremblement de terre d'une magnitude de 8 suivi d'un tsunami causant des dégâts importants et faisant plus de 115 morts[15].

La température moyenne annuelle est de 22 °C.

Le , les pendules samoanes durent avancer de 24 heures afin de changer de fuseau horaire. En effet, le Samoa désirait ainsi se calquer sur les horaires de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande qui sont ses deux principaux partenaires commerciaux, plutôt que sur ceux des États-Unis. Ce changement de fuseau eut également pour conséquence de déplacer la ligne de changement de date à l'est de l'archipel. Ainsi, les Samoans se couchèrent le au soir pour se réveiller le lendemain,  : pour eux, la date du n'existe donc pas[2].

Politique[modifier | modifier le code]

Fale tele, la maison traditionnelle dans le village de Lelepa sur l'île de Savai'i en 2009.
Naomi Mata'afa, première ministre samoane depuis 2021.

Les Samoa forment une monarchie parlementaire constitutionnelle souveraine depuis 1962. La constitution de 1960, qui prend formellement effet à l'indépendance du pays, est basée sur le système de Westminster de démocratie parlementaire du Royaume-Uni, modifiée pour prendre en compte les coutumes des Samoa. Le grand chef samoan Fiame Mata'afa Faumuina Mulinu’u II est le 1er Premier ministre lors de l'indépendance en 1962[16] ; les deux autres grands chefs samoans sont désignés conjointement pour le titre de chef de l'État. En 1963, après la mort de Tupua Tamasese Mea'ole, Malietoa Tanumafili II demeure seul à occuper ce poste jusqu'à son décès, survenu le 11 mai 2007. Ses successeurs sont élus par le Parlement pour des mandats de cinq ans. Va'aletoa Sualauvi II est chef de l'État à partir du  ; Naomi Mata'afa, lui succède comme première ministre samoane le 24 mai 2021.

Économie[modifier | modifier le code]

Le port d'Apia, capitale des Samoa, en 2018.

Les principales exportations du Samoa sont le coprah, le cacao, la banane et le café.

L'agriculture emploie les deux tiers de la population du Samoa et fournit 90 % des revenus d'exportation. Les principaux pays où les produits sont exportés sont l'Australie, les États-Unis et le Japon.

Le tourisme est un secteur en expansion, comptant pour 25 % du PIB, avec 88 000 touristes, en 2001.

Seul pays du Pacifique à avoir été classé par l'ONU dans la catégorie des pays les moins avancés, cette situation lui permet de recevoir de l'aide internationale (52 millions en 1992, 41 % du PNB). Les importations de pétrole engouffrent 99 % des revenus des exportations.

Les Samoans ont roulé à droite jusqu'au 7 septembre 2009, mais compte tenu des relations économiques étroites avec la Nouvelle-Zélande et l'Australie, en particulier pour l'importation de véhicules, le sens de circulation a changé[17].

Démographie[modifier | modifier le code]

Une famille samoane devant son fale en 2005.

Apia, avec une population de 37 000 habitants (en 2006), est la capitale et le centre commercial du Samoa. 50 % de la population du Samoa habite ou travaille à l'étranger. La plupart partent pour la Nouvelle-Zélande, l'Australie ou vers les Samoa américaines, première étape avant une seconde migration vers les États-Unis.

Religion[modifier | modifier le code]

Depuis 2017, l'article 1 de la Constitution samoane stipule que « les Samoa sont une nation chrétienne fondée par Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit »[18].

Chapelle méthodiste à l'université théologique de Piula, à Upolu.

Les Samoans se répartissent parmi les confessions suivantes:

Le chef de l'État jusqu'en 2007, Malietoa Tanumafili II, était de confession bahá'í. Les Samoa accueillent la septième (sur les neuf actuelles) maisons d'adoration bahá'ies dans le monde; achevé en 1984 et consacré par le chef de l'État, il est situé à Tiapapata, à 8 km d'Apia.

Culture[modifier | modifier le code]

Cérémonie d'ava en 1909.
Inscription en samoan sur une tombe dans le village de Lotofaga à Upolu.

Le fa'asamoa pourrait se traduire par « la manière samoane ». C'est une sorte de code de conduite qui touche surtout les comportements envers autrui et implique un grand respect des autorités en place : aînés, policiers, parents, etc.

Le tatau (ou pe'a), tatouage masculin traditionnel des Samoa.

Le fa'asamoa se manifeste également dans le système judiciaire des Samoa qui est séparé en deux. Le premier est un système de type occidental et repose sur une force policière ainsi que sur des tribunaux administrés par le gouvernement central. Le deuxième est de type traditionnel et relève de la juridiction de chaque village.

En dépit des siècles d'influence européenne, les Samoa maintiennent leurs coutumes historiques, leurs systèmes sociaux et leur langue, le samoan.

L'île d'Upolu a accueilli le romancier écossais Robert Louis Stevenson dans les quatre dernières années de sa vie, entre 1890 et 1894. Il aura marqué la vie sociale et politique des îles Samoa pendant cette période. Il est décédé à Vailima et enterré au sommet du mont Vaea.

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques
Jour de l'an    
Vendredi saint Vendredi saint    
Premier dimanche suivant la première pleine lune après l'équinoxe vernal Pâques    
Le lendemain de Pâques Lundi de Pâques    
25 avril Journée de l'ANZAC   Cette journée marque l'anniversaire de la première grande bataille militaire auxquelles les armées d'Australie et de Nouvelle-Zélande prirent part durant la Grande Guerre : la bataille des Dardanelles.
12 mai Fête des mères des Samoa    
[20] Fête de l'indépendance   Cette journée commémore la première fois où les drapeaux néo-zélandais et samoan ont été hissés ensemble, le [21].
4 août Fête du Travail    
Deuxième lundi d'octobre Fête de l'enfance Lotu a Tamaiti Cette journée est maintenant appelée « White Sunday » à travers les îles du Pacifique, les enfants portant des vêtements blancs à l'occasion de cette fête.
7 novembre Jour de l'arbre Arbor Day  
25 décembre Noël    

Littérature[modifier | modifier le code]

La culture samoane est avant tout de tradition orale.

Le poète et romancier Albert Wendt (1939-) est l'écrivain samoan le plus connu internationalement. D'autres écrivains anglophones sont connus : Sia Figiel (1967-), Aiono Fanaafi Le Tagaloa (1932-), Tusiata Avia (1966-) et Sapa'u Ruperake Petaia (1951-).

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • O Le Tulafale (titre en anglais : The Orator) (2011, long métrage)
  • Va Tapuia (titre en anglais : Sacred Spaces) (2009, court métrage)

Sports[modifier | modifier le code]

Battes de kirikiti, sport samoan dérivé du cricket.

Le rugby à XV est populaire aux Samoa. De nombreux joueurs du championnat néo-zélandais sont samoans, même certains des All Blacks sont d'origine samoane, comme Tana Umaga (formé au rugby à 13). Depuis peu, l'équipe des Samoa s'associe parfois avec d'autres archipels (Fidji, Tonga, Îles Cook) pour former les "Pacific Islanders", sorte de Barbarians des archipels océaniens.

Autre sport important aux Samoa, le kirikiti est un dérivé du cricket qui se joue avec une balle en caoutchouc. Il n'y a pas de compétition officielle mais c'est sans doute le sport le plus populaire[réf. nécessaire], qui se pratique généralement en fin d'après-midi de manière amicale.

L'équipe des Samoa de rugby à XIII effectue la danse du Siva tau le 11 novembre 2013 à Perpignan (France) lors de la coupe du monde de rugby.

Le rugby à XIII est aussi très populaire aux Samoa (les îles comptent une dizaine de clubs). Il existe depuis les années 1990 de par le soutien de la fédération australienne de rugby à XIII. Ce pays a aussi sa propre équipe nationale : l'équipe des Samoa de rugby à XIII formée avec des joueurs d'origine samoane pratiquant à l'étranger.

De nombreux joueurs du championnat néo-zélandais, australien, anglais sont samoans ou d'origine samoane, certains de ceux-ci sont d'ailleurs internationaux avec les Kiwis de Nouvelle-Zélande, ou avec les Kangaroos d'Australie (dans ces deux pays la population originaire des îles Samoa est importante).

Les Samoa sont également très bien représentés dans le domaine de la lutte professionnelle par le biais de l'une des plus célèbres familles de lutteurs, les Anoa'i. Bon nombre des membres de cette famille sont passés ou sont actuellement à la World Wrestling Entertainment. On retrouve parmi ceux-ci:

Outre la famille des Anoa'i, on peut également citer Samoa Joe, anciennement à la WWE, maintenant à la AEW.

Les Samoa sont reconnues par le CIO depuis 1983. Jamais un Samoan n'est monté sur un podium olympique.

La pratique du football est minoritaire. Toutefois, les Samoa disposent d'une équipe nationale, affiliée à la FIFA et à l'OFC.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Quelques-unes des personnalités des Samoa les plus célèbres incluent[22] :

Personnalités samoanes[modifier | modifier le code]

Personnalités occidentales liées aux Samoa[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Lignes de téléphone : 35 300 (en 2013).
  • Téléphones portables : plus de 167 400 (en 2013).
  • Stations radio : 1 AM, 5 FM (en 2005).
  • Postes de radio : 90 % des 23 098 foyers (en 2001).
  • Stations de télévision : 3 (en 2005).
  • Postes de télévision : 15 603 (en 2001).
  • Nombre de fournisseurs d'accès Internet : 3 (en 2005).
  • Routes : 2 350 km, 350 km goudronnées, 2 005 km non goudronnées (estimation de 2001).
  • Voies ferrées : 0 km.
  • Voies navigables : 2 043 km.
  • Nombre d'aéroports : 4 (en 2013), 2 possédant des pistes goudronnées (dont l'aéroport Apia Faleolo, code AITA APW).
  • Ports : Apia, Asau, Mulifanua, Salelologa.

Codes[modifier | modifier le code]

Samoa a pour codes :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Tcherkézoff, Faa-Samoa, Une identité polynésienne (économie, politique, sexualité) : L'anthropologie comme dialogue culturel, Paris, l'Harmattan, , 545 p. (ISBN 2747552195, lire en ligne)
  • R. C. Green, « The immediate origins of the Polynesians », in Polynesian Culture History, Honolulu (1967).
  • (en) Patrick Vinton Kirch et Roger C. Green, Hawaiki, Ancestral Polynesia : An Essay in Historical Anthropology, Cambridge University Press, , 394 p. (ISBN 978-0-511-06700-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le samoan est parlé par 86 % de la population.
  2. a et b Le Samoa a décidé de se placer à l'ouest de la ligne internationale de changement de date, la veille de l'année 2011. « Le Samoa change de jour, le vendredi 30 décembre n'existe pas », sur L'Express (consulté le )
  3. Samoa Bureau of Statistics
  4. (en) Human Development Report 2021/2022 : Uncertain Times, Unsettled Lives: Shaping our Future in a Transforming World, New York, Programme des Nations unies pour le développement, , 305 p. (ISBN 978-9-2112-6451-7, lire en ligne).
  5. « Search: samoa », sur unterm.un.org (consulté le )
  6. a et b (fr) Commission nationale de toponymie, conseil national de l'information géographique, Pays, territoires et villes du monde juillet 2021, , 34 p. (présentation en ligne, lire en ligne), p. 30
  7. « Dossier pays : Samoa », ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères
  8. « Samoa », Encyclopédie Larousse
  9. « Samoa », L'aménagement linguistique dans le monde, université Laval
  10. a et b (en) Constitution Amendment Act (No 2) 1997
  11. Kirch et Green 2001, p. 77-79
  12. Kirch et Green 2001, p. 100 : « Beyond the shadow of a doubt, the Ancestral Polynesian homeland consisted of the central area of West Polynesia, i.e. the area bounded by Samoa, Uvea, Futuna, and Tonga. »
  13. (en) « Towards independence – NZ in Samoa », sur nzhistory.net.nz, New Zealand Ministry for Culture and Heritage,
  14. http://www.mnre.gov.ws/biodiversity/default.cfm
  15. Au moins 115 tués par les tsunamis qui ont frappé les îles Samoa, Romandie News, 30 septembre 2009.
  16. The Pacific Islands: an encyclopedia By Brij V. Lal, Kate Fortune p. 285.
  17. (en) Richard S. Chang, « In Samoa, Drivers Switch to Left Side of the Road », The New York Times,
  18. Grant Wyeth, « Samoa Officially Becomes a Christian State », The Diplomat,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  19. « Samoa » [archive du ], sur CIA – The World Factbook, (consulté le )
  20. « Fêtes nationales des États Membres », ONU.
  21. (en) « About Samoa », sur MCIL.gov.ws (consulté le ).
  22. (en) Daniel Chirita, « Samoa », sur countrylicious (consulté le )