Charles Léon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles Léon
Description de cette image, également commentée ci-après
Le comte Léon dans les dernières années de sa vie.
Biographie
Titulature Comte Léon
Nom de naissance Léon dit Charles Léon
Surnom « Charles Denuelle »
« Léon Bonaparte »
« Le bâtard infernal »
« L'Aiglon des boulevards »
Naissance
Paris (France)
Décès (à 74 ans)
Pontoise (France)
Père Napoléon Ier
Mère Éléonore Denuelle de La Plaigne
Fratrie Napoléon II, prince impérial, roi de Rome
Alexandre Walewski
Eugène de Beauharnais
Stéphanie de Beauharnais
Conjoint Françoise Jonet
Enfants Charlélie Léon
Charles, 2e comte Léon
Gaston, 3e comte Léon
Fernand Léon
Charlotte Léon
Fanny Léon

Charles Léon dit le « comte Léon », également connu sous le nom de Charles Denuelle ou encore Léon Bonaparte, né le à Paris et mort le [1] à Pontoise, est le premier fils naturel de Napoléon Ier, empereur des Français. Élevé en France, il entame une carrière militaire et devient chef de bataillon de la garde nationale de Saint-Denis. Après l'établissement du Second Empire, il rencontre son cousin l'empereur Napoléon III.

Admirateur de son père, il tente de préserver le souvenir du Premier Empire et organise plusieurs commémorations. Après la chute de Napoléon III, il se retire de Paris et meurt à Pontoise, en 1881, dans des conditions plutôt modestes.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'empereur Napoléon, père de Charles Léon.
Éléonore Denuelle, mère de Charles Léon.

L'épouse de Napoléon, Joséphine de Beauharnais, ayant eu deux enfants de son premier mariage, Napoléon crut qu’il était stérile jusqu’au jour où une suivante de sa sœur Caroline, Catherine Éléonore Denuelle de la Plaigne, lui donna un fils : Charles Léon (l'empereur lui choisit ce nom, « Léon », pour ne pas l'appeler clairement « Napoléon », et il fut bientôt appelé le « comte Léon »)[2]. C'est ainsi que Napoléon se décida à répudier son épouse pour fonder une dynastie quelques années plus tard. L'empereur épouse le l'archiduchesse Marie-Louise d'Autriche qui, le , lui donnera un héritier, Napoléon II.

Le comte Léon sera élevé loin de la cour impériale mais sous la protection de son père[3]. Contrairement à son demi-frère Alexandre Walewski, fils naturel de Marie Waleska, l'« l'épouse polonaise » de Napoléon Ier, qui se montrait discret sur son impérial géniteur, le comte Léon ne manquait jamais de rappeler de qui il était le fils, ce qu'on ne pouvait mettre en doute, au vu de sa très grande ressemblance avec l'Empereur.

En l’absence de son père et de sa mère (qui a refait sa vie en Bavière), Charles-Léon est confié à un tuteur et élevé dans l’ignorance de sa filiation.

Dans son testament, Napoléon Ier lui accorde une rente pour son entrée dans la magistrature et 320 000 francs pour l’achat d’une terre. Mais le fils de l’empereur, plus porté au plaisir qu’au travail, n’occupera jamais de hautes fonctions[4].

Sous le règne de Napoléon III, il se rapproche de Paris et fait la rencontre de l'empereur, son cousin. Celui-ci a beaucoup d'estime pour tous ses cousins bâtards (les enfants naturels de Napoléon).

Surnommé « le bâtard infernal » à cause de ses revendications, dont la demande de porter le titre de « prince », Charles Léon devint vite gênant pour la famille impériale. Pour l'écarter de Paris, l'empereur lui proposa même d'obtenir une pension impériale. Dans un premier temps, il accepta cette condition, mais très vite, voulant rendre hommage à l'image de son père, il retourne à Paris et fait une dernière revendication pour obtenir le droit de porter le nom de « Bonaparte ». Mais les conseillers de l'empereur, voyant d'un mauvais œil la légitimation de la famille du comte Léon, refusent cette revendication et interdisent à celui-ci et à ses descendants de revendiquer ce nom ainsi que l'héritage impérial.

En froid avec l'empereur, Charles Léon s'éloigne de Paris au même moment où éclate la guerre franco-prussienne, en 1870.

Après 1871, Charles Léon s'installe à Pontoise, où il passe les derniers grands moments de sa vie. Il y meurt le 14 avril 1881 à l'âge de 74 ans. Il était alors le dernier enfant de l'empereur encore en vie.

Titres[modifier | modifier le code]

Titres nobiliaires[modifier | modifier le code]

Descendance[modifier | modifier le code]

Après une vie mouvementée, le comte Léon se maria en 1862 avec Françoise Jonet (1831-1899). Six enfants naquirent de cette union[5] :

  1. Charlélie (1854-1855) ;
  2. Charles (1855-1894), 2e comte Léon, marié avec Jeanne-Marie Elegeert, sans postérité ;
  3. Gaston (1857-1937[6]), 3e comte Léon, marié en 1e noces avec Marie-Ernestine Fiot, dont deux filles et trois fils, et en 2e noces avec Irma Germain, dont un fils :
    1. Fernande (1884-1966), mariée en 1912 avec René Brisart, dont une fille et deux fils :
      1. Andrée Brisart (1912-1992)
      2. Jean-Jacques Brisart (1915-1990), marié en 1938 avec Paulette Moga, dont une fille ;
      3. Guy Brisart (1918), marié en 1938 avec Pétronille Camus, dont un fils et une fille ;
    2. Gaston (1886-1976), 4e comte Léon, marié avec Raymonde Viénot, sans postérité ;
    3. Henri (1889-1889)
    4. René (1890-1891)
    5. Jeanne (1892-1892)
    6. Charles (1911-1994), 5e et dernier comte Léon[7], marié avec Yvonne Haquin (1909-1991), dont une fille :
      1. Monique Léon (1934), mariée en 1961 avec Jean-Claude Charasse (1936), dont une fille ;
  4. Fernand (1861-1918), marié en 1892 avec Jeanne Loreau, sans postérité ;
  5. Charlotte (1867-1946). Elle a 14 ans lorsque son père meurt. Courageuse, elle étudie, devient institutrice et est nommée à Boghari (auj. Ksar el Boukhari) en Algérie, où elle travaillera pendant dix ans. Le 3 août 1895, elle épouse Armand Mesnard. Le couple rentre en France à la fin 1895, et Charlotte est nommée institutrice à Sérignan. Ils auront un fils et une fille :
    1. Daniel Napoléon Jean Fernand Mesnard, né à Sérignan le 25 août 1896. Ce dernier est mort pour la France, à l'âge de 21 ans, au Fort de la Pompelle, près de Reims, le 17 juillet 1917. Il est inhumé dans le caveau des familles Denuelle de la Plaigne et Léon au Cimetière du Père-Lachaise à Paris.
    2. Jeanne Léone Armande Danielle Mesnard, née à Vitz-sur-Authie le 18 avril 1899, mariée à Paris le 31 mars 1921 avec Ulysse Repiquet, dont une fille :
      1. Colette Repiquet, née à Paris le 10 octobre 1922, mariée le 10 juillet 1948 avec Richard Tillie, dont quatre filles.
  6. Fanny (1868-1868).

Ascendance[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Valynseele, La Descendance naturelle de Napoléon Ier. Le comte Léon, le comte Walewski, Paris, 1964.
  • Joseph Vebret, Le Comte Léon, Bâtard infernal de Napoléon, Éditions du Moment, .
  • J.J.B. Charbonnel, "Biographie manuscrite du Comte Léon datée du "

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]