Prince (dignité)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Prince (titre))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir prince et princesse (homonymie).

Prince (du latin princeps, premier) est un nom qui marque la dignité de celui qui possède une souveraineté en titre ou de celui qui est d'une maison souveraine[1]. Sa forme féminine est princesse.

De manière absolue, lorsque le mot prince se dit avec l'article défini, il désigne le souverain qui commande dans le lieu où l'on parle[1]. Il désigne le chef d'un État, c'est-à-dire le « premier des Citoyens », quel que soit son titre, ou même son régime politique. On retrouve cette acception dans l'expression « le fait du Prince ». C'est ainsi que Nicolas Machiavel a nommé son ouvrage traitant de l'art et la manière de gouverner Le Prince.

Prince est aussi un nom qui se donne à ceux qui, sans être souverains ou de maison souveraine, possèdent des terres qui ont le titre de principauté[1].

On appelle princes de l'Église les cardinaux, les archevêques et les évêques[1].

Princes en France[modifier | modifier le code]

Comme il n'existe plus de principautés en France, cette qualité n' y est pas un titre de noblesse, il s'agit toujours soit de l'appartenance à la famille régnante, soit d'un titre étranger. C'est ainsi que les appellations de princes de Condé, de Soubise, de Rohan, etc. étaient données à des branches cadettes de la famille de Bourbon sans que ces terres aient été qualifiées de principauté. « M. le Prince » était le titre donné au Prince de Condé à la cour de Louis XIV.

Le titre de prince est porté par plusieurs familles nobles françaises prétendant posséder ce titre dans des titres anciens, mais il s'agit d'une traduction de la qualité de princeps, qui s'applique au premier des seigneurs de la contrée. C'est ainsi que la Famille de Talleyran prétendait avoir le titre de prince de Chalais.

Actuellement il existe en France deux territoires ayant le titre de principauté qui confèrent à leur possesseur les titres de coprinces d'Andorre (pour moitié au chef d'État français) et de prince de Monaco.

Princes dans les territoires d'Empires[modifier | modifier le code]

Dans les empires comme le Saint-Empire, l'Autriche ou la Russie, le prince était le titulaire d'un fief souverain qui pouvait être ecclésiastique. En France, le titre de prince s'applique essentiellement à la famille royale directe. Au cours de l'histoire, le titre de prince et de principauté fut donné à certains fiefs par l'usage et l'ancienneté de l'appellation. Cependant, lorsqu'il y eut création de princes ou de principautés par le roi, sous l'Ancien Régime ou la Restauration, ce titre n'engendra aucune préséance sur les titres ducaux, qui restaient le rang le plus élevé des titres nobiliaires. En Allemagne, le prince héritier est le Kronprinz. En Russie, knyaz (traduction de « prince »), est le plus haut degré de la noblesse, comme dans la Chine impériale, où il existait néanmoins cinq grades de princes, du temps de la dynastie des Zhou et des Qing.

En Belgique, le titre de prince - distinct de celui de prince de la famille royale - est le titre de noblesse le plus élevé de la hiérarchie nobiliaire. À l'instar du titre de marquis ou de duc, il n'est pas octroyé par le roi des Belges à un roturier, mais seulement à des aristocrates dont la famille a porté un tel titre avant l'indépendance de la Belgique (1830).

Princes dans la Sainte Bible[modifier | modifier le code]

Les princes d'Israël de l'Ancien Testament[modifier | modifier le code]

Plusieurs princes d'Israël sont nommés dans l'Ancien Testament de la Sainte Bible. Les princes d'Israël apportaient leur offrande à Dieu au nom de la tribu qu'ils représentaient[2] et ils commandaient le corps de l'armée de la tribu dont ils étaient princes[3]. Chaque prince d'Israël était chef de la maison paternelle de sa tribu[4].

À titre d'exemple, dans le désert de Sinaï, le premier jour du second mois, la seconde année après la sortie du pays d'Égypte du peuple d'Israël,[5] voici les noms de princes mentionnés pour les douze tribus :

  1. Prince de la tribu de Ruben : Élitsur, fils de Schedéur[6]
  2. Prince de la tribu de Siméon : Schelumiel, fils de Tsurischaddaï[7]
  3. Prince de la tribu de Juda : Nachschon, fils d'Amminadab[8]
  4. Prince de la tribu de Issacar : Nethaneel, fils de Tsuar[9]
  5. Prince de la tribu de Zabulon : Éliab, fils de Hélon[10]
  6. Prince de la tribu de Éphraïm : Élischama, fils d'Ammihud[11]
  7. Prince de la tribu de Manassé : Gamliel, fils de Pedahtsur [12]
  8. Prince de la tribu de Benjamin : Abidan, fils de Guideoni[13]
  9. Prince de la tribu de Dan : Ahiézer, fils d'Ammischaddaï[14]
  10. Prince de la tribu de Aser : Paguiel, fils d'Ocran[15]
  11. Prince de la tribu de Gad : Éliasaph, fils de Déuel[16]
  12. Prince de la tribu de Nephthali : Ahira, fils d'Énan[17]

Lorsque le peuple d'Israël se préparait à se partager le pays de Canaan[18] de nouveaux princes d'Israël ont été nommés les autres princes étant morts dans le désert :

  1. Prince de la tribu de Siméon : Samuel, fils d'Ammihud[19]
  2. Prince de la tribu de Juda : Caleb, fils de Jephunné[20]
  3. Prince de la tribu de Issacar : Paltiel, fils d'Azzan[21]
  4. Prince de la tribu de Zabulon :  Élitsaphan, fils de Parnac[22]
  5. Prince de la tribu de Éphraïm : Kemuel, fils de Schiphtan[23]
  6. Prince de la tribu de Benjamin : Élidad, fils de Kislon[24]
  7. Prince de la tribu de Dan : Buki, fils de Jogli[25]
  8. Prince de la tribu de Aser : Ahihud, fils de Schelomi[26]
  9. Prince de la tribu de Nephthali : Pedahel, fils d'Ammihud[27]
  10. Prince de la demi-tribu de Manassé : Hanniel, fils d'Éphod[28]

Le Prince Jésus[modifier | modifier le code]

Dans l'Ancien Testament, Jésus est appelé :

  • «Prince de la paix».[29]

Dans le Nouveau Testament, Jésus est appelé :

  • «Prince de la vie»;[30]
  • «Prince et Sauveur»[31];
  • Prince du salut des fils de Dieu[32];
  • «Prince des rois de la Terre»[33].

Les princes des ténèbres[modifier | modifier le code]

Il est écrit dans le Nouveau Testament que les scribes[34] et les Pharisiens[35] croyaient que Béelzébul, prince des démons, chassait les démons[36].

Jésus nous parle de l'existence d'un prince de ce monde :

  • «...le prince de ce monde sera jeté dehors.»[37]
  • «...le prince du monde vient.»[38]
  • «...le prince de ce monde est jugé.»[39]

L'apôtre Paul nous parle de princes du mal :

  • «...dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion»[40]
  • «Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.»[41]

Traduction dans d'autres langues[modifier | modifier le code]

Langues romanes (masculin/féminin)
  • Catalan : Príncep/Princesa - Príncep/Princesa
  • Espagnol : Príncipe/Princesa - Príncipe/Princesa
  • Frioulan : Princip/Principesse - Princip/Principesse
  • Italien : Principe/Principessa - Principe/Principessa
  • Monégasque : Principu/Principessa - Principu/Principessa
  • Portugais : Príncipe/Princesa - Príncipe/Princesa
  • Romanche : Prinzi /Prinzessa - Prinzi/Prinzessa
  • Roumain : Prinț/Prințesă - Principe/Principesă
Langues celtiques
  • Breton : Priñs/Priñsez
  • Écossais : Prionnsa/Bana-phrionnsa - Flath/Ban-fhlath
  • Gallois : Twysog/Twysoges
  • Irlandais : Prionsa/Banphrionsa - Flaith/Banfhlaith
Langues germaniques
Langues slaves et baltes
  • Biélorusse : Tsarevitch, Karalevitch, Prynts/Tsarewna, Karalewna, Pryntsesa.
  • Bulgare : Княз/Княгиня (Kniaz/Kniaginia) - Принц/Принцеса (Printz/Printzesa).
  • Bosniaque, croate, serbe : Кнез/Књегиња, Knez/Kneginja, Краљевић/Краљевна, Kraljević/Kraljevna, Принц/Принцеза, Princ/Princeza.
  • Letton : Princis/Princese
  • Lituanien : Kunigaikštis/Kunigaikštiene - Princas /Princese.
  • Macédonien : Knez/Knezhina, Tsarevich, Kralevich, Prints/Tsarevna, Kralevna, Printsesa.
  • Polonais : Książę/Księżna, Królewicz/Królewna
  • Russe : Князь (Kniaz’)/Княгиня (Kniaginia)
  • Slovaque : Knieža/Kňažná, Kráľovič, Princ/Princezná
  • Slovène : Knez/Kneginja, Kraljevič/Kraljična, Princ/Princesa
  • Tchèque : Kníže/Kněžna, Princ/Princezna
  • Ukrainien : Kniaz/Kniajnia, Tsarenko, Korolenko, Prints/Tsarivna, Korolivna, Printsizna
Autres langues
  • Albanais : Princ/Princeshë
  • Arabe : أمير/أميرة
  • Chinois : 王子 (wángzǐ)/公主 (gōngzhǔ).
  • Coréen : 왕자 (wangja)/공주 (gongju)
  • Espéranto : Carido (fils d'un tsar) ; Imperiestrido (fils d'un empereur) ; Reĝido (fils d'un roi)/Princo ; Caridino (fille d'un tsar) ; Imperiestridino (fille d'un empereur) ; Reĝidino (fille d'un roi)/Princino
  • Estonien : Vürst/Vürstinna
  • Finnois : Ruhtinas/Ruhtinatar - Prinssi/Prinsessa
  • Géorgien : თავადი (tavadi)
  • Grec ancien : Πρίγκηψ (Prínkêps)/Πριγκήπισσα (Prinkếpissa)
  • Grec moderne : Πρίγκηπας (Pringípas)/Πριγκήπισσα (Pringípissa) ; Bασιλόπουλο (Vasilόpulo)/Bασιλοπούλα (Vasilopúla)
  • Hébreu : נסיך
  • Hindî : Rājkumār (राजकुमार) (Ce terme provient du sanskrit rāj (royal) + kumāra (un garçon).), Kuṃwar (कुँवर)
  • Hongrois : Fejedelem/Fejedelemnő - Herceg/Hercegnő
  • Indonésien, javanais, malais d'Indonésie : Pangeran
  • Japonais : 王子 (ōji) .
  • Latin : Princeps/Princeps
  • Livonien : Firsts/Firstiene
  • Malais de Brunei et de Malaisie : Pengiran
  • Maltais : Princep/Principessa
  • Swahili : Mkuu/Malkia
  • Tsolyáni : Kolumssánkoi/Kolumssánrakoi
  • Turc : Prens/Prenses
  • Vietnamien : Vương (tước hiệu)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Dictionnaire de l'Académie française, 4e édition, 1768.
  2. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 7:2-5 et 7:10-88
  3. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 10:14-27
  4. La Sainte Bible, version Louis Segond, Josué 22:14
  5. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:1
  6. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:5, 1:16, 2:10 et 7:2
  7. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:6,1:16, 2:12 et 7:2
  8. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:7, 1:16, 2:3 et 7:2
  9. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:8, 1:16, 2:5 et 7:2
  10. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:9, 1:16, 2:7 et 7:2
  11. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:10, 1:16, 2:18 et 7:2
  12. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:10, 1:16, 2:20 et 7:2
  13. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:11, 1:16, 2:22 et 7:2
  14. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:12, 1:16, 2:25 et 7:2
  15. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:13, 1:16, 2:27 et 7:2
  16. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:14, 1:16, 2:14 et 7:2
  17. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 1:15, 1:16, 2:29 et 7:2
  18. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 34:17
  19. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 34:20
  20. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 34:19
  21. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 34:26
  22. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 34:25
  23. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 34:24
  24. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 34:21
  25. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 34:22
  26. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 34:27
  27. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 34:28
  28. La Sainte Bible, version Louis Segond, Nombres 34:23
  29. La Sainte Bible, version Louis Segond, Ésaïe 9:6
  30. La Sainte Bible, version Louis Segond, Actes 3:15.
  31. La Sainte Bible, version Louis Segond, Actes 5:31
  32. La Sainte Bible, version Louis Segond, Hébreux 2:10
  33. La Sainte Bible, version Louis Segond, Apocalypse 1:5
  34. La Sainte Bible, version Louis Segond, Marc 3:22
  35. La Sainte Bible, version Louis Segond, Matthieu 12:24
  36. La Sainte Bible, version Louis Segond, Matthieu 9:34.
  37. La Sainte Bible, version Louis Segond, Jean 12:31
  38. La Sainte Bible, version Louis Segond, Jean 14:30.
  39. La Sainte Bible, version Louis Segond, Jean 16:11.
  40. La Sainte Bible, version Louis Segond, Éphésiens 2:2.
  41. La Sainte Bible, version Louis Segond, Éphésiens 6:12.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :