Château de Drottningholm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la liste du patrimoine mondial image illustrant la Suède
Cet article est une ébauche concernant la liste du patrimoine mondial et la Suède.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Château de Drottningholm
Image illustrative de l'article Château de Drottningholm
Vue sur le château.
Nom local Drottningholms slott
Période ou style baroque
Protection Patrimoine mondial Patrimoine mondial (1991, inclus dans Domaine royal de Drottningholm)
Coordonnées 59° 19′ 18″ nord, 17° 53′ 11″ est
Pays Drapeau de la Suède Suède
Comté Stockholm
Commune Ekerö
Localité Drottningholm

Géolocalisation sur la carte : Suède

(Voir situation sur carte : Suède)
Château de Drottningholm

Géolocalisation sur la carte : comté de Stockholm

(Voir situation sur carte : comté de Stockholm)
Château de Drottningholm

Le château de Drottningholm est une résidence privée de la famille royale suédoise. Il se situe à Drottningholm, sur l'île de Lovön du lac Mälar, dans la commune d'Ekerö, à l'ouest de Stockholm. Le roi Charle XVI Gustave et la reine Silvia en ont fair leur résidence officielle depuis 1981, dans l'aile sud du château[1].

"Drottning" signifie "reine" en suédois, et "holm", l'ilôt ; le nom du château veut donc dire : "l'ilôt de la reine". Le nom du château remonte aussi loin que 1579, quand le roi Jean III fit construire un château à sa reine Catherine Jagellon. Sur l'initiatve de la reine consort Hedwige-Éléonore de Holstein-Gottorp, le château actuel fut construit entre 1662 et environ 1750 comme une maison de plaisance, d'après les plans des architectes Nicodème Tessin l'Ancien, Nicodème Tessin le Jeune et Carl Hårleman. Le domaine de Drottningholm est proriété de l'état suédois depuis 1777 lorsqu'il l'acquit de la reine Louise Ulrique. Depuis Gustave III, la famille royale suédoise a le droit de disposer du domaine. Le château et le parc ont évolué au fil du temps ; les différents styles dans la décoration et l'ameublement des pièces reflétent la succession des régents qui y ont séjourné.

Le château de Drottningholm est le plus important de l'époque historique de l'empire suédois et le château le mieux préservé du pays[2]. Le domaine de Drottningholm compte d'autres bâtiments, entre autres : le Pavillon chinois, le théâtre du château, la tour des Goths. Le parc se constitue d'un jardin baroque et d'un parc à l'anglaise. Le parc et le château sont dans leur majorité ouverts au public, mais certains endroits sont réservés à la famille royale et donc privés. Chaque année, environ 700 000 personnes, venant de Suède et de l'étranger, visitent le domaine de Drottningholm.

Le château, ainsi que son théâtre, le pavillon chinois et les parcs et jardins attenants sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial par l'UNESCO depuis 1991. Parmi les fabriques de jardin qui ornent la propriété, la « Tente tartare » a servi de modèle à celle du château de Groussay. Le Pavillon chinois, quant à lui, a inspiré le Village chinois du palais Alexandre à Tsarskoïe Selo. De plus, le château et la plupart des bâtiments du domaines sont classés "byggnadsminne". L'Administration des biens immobiliers de l'État Suédois (en suédois Statens fastighetsverk, SFV) gère le domaine, tandis que la Cour suédoise se charge du droit de disposition.

Histoire du château[modifier | modifier le code]

XVIème siècle[modifier | modifier le code]

À l'époque de Gustave Ier Vasa, il existait déjà sur l'île de Lovön des terres soumises à la couronne de Suède. Ce sont sur ces terres que le roi Jean III fit construire à partir de 1579 un château qui reçut le nom de Drottningholm. L'architecte désigné pour ce premeir château fut Willem Boy. Peu après le début des constructions, la peste se déclara à Stockholm et les travaux furent retardés. La reine Catherine Jagellon était catholique et Drottningholm joua un rôle important comme lieu de refuge pour les derniers catholiques qui étaient poursuivis dans d'autres parties du pays[3].

Le château n'était pas encore achevé au moment du décès de la reine Catherine Jagellon en 1583. Jean III séjourna ensuite quelques fois à Drottningholm, la dernière fois durant l'été 1592. À partir de 1603, le château appartient à la reine Catherine Stenbock, puis après sa mort, aux reines Christine de Suède et Marie-Éléonore[4].

Vers 1650, Magnus Gabriel De la Gardie prit possession de Drottningholm, dont l'architecture et l'aménagement l'intéressait. Il entreprit même une restauration sous la direction de l'architecte Jean de la Vallée[5].

Lorsque Hedwige-Éléonore acquis le château en 1661, il s'agissait dun bâtiment en pierre de deux étages dôté d'une tour, comptant plus de 20 pièces aux rez-de-chaussé et environ 10 pièces à l'étage. Il y avait aussi une chapelle et une grande salle avec 36 fenêtre[6].

XVIIème et XVIIIème siècles[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Le Château de Drottningholm », sur Swedish Royal Court (consulté le 26 avril 2017)
  2. « Drottninholm Palace », sur Nationalmuseum (consulté le 26 avril 2017)
  3. (sv) Lisa Sundström, Drottningholmsmalmen, Kulturmiljöanalys av Drottningholmsmalmen, Lovö Socken, Ekerö kommun, Uppland, Stockholm, Stockholms Läns Museum, , 45 p. (lire en ligne)
  4. (sv) Boo Malmborg (red.), Drottningholm: en konstbok från Nationalmuseum. Årsbok för Svenska statens konstsamlingar, 0491-0575 ; 13, Stockholm, Rabén & Sjögren, , p. 7
  5. (sv) Sven T. Kjellberg, Artur Svensson et Boo Malmborg, ”De kungliga slotten, band 1, Kungliga slottet i Stockholm”. Slott och herresäten i Sverige: ett konst- och kulturhistoriskt samlingsverk., Malmö, Allhems Förlag AB, 1966-1971, p. 135
  6. Malmborg (1971), p. 137

Sources écrites[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :