Alexis III Ange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Alexis III de Trébizonde
Alexis III Ange
Empereur byzantin
Image illustrative de l'article Alexis III Ange
Monnaie d'Alexis Ange
Règne
-
&&&&&&&&&&&030238 ans, 3 mois et 10 jours
Période Ange
Précédé par Isaac II Ange
Suivi de Isaac II Ange et Alexis IV Ange
Biographie
Naissance v. 1153
Décès v. 1211 (~58 ans)
Père Andronic Ange
Mère Euphrosyne Kastamonides
Épouse Euphrosyne Doukaina Kamatera
Descendance Eirene Angelina
Anna Angelina
Eudoxie Angelina
Liste des empereurs byzantins

Alexis III Ange (en grec byzantin: Αλέξιος Γ' Άγγελος), (né v. 1153, mort v. 1211) empereur byzantin (1195-1203), fils d'Andronic Ange et d'Euphrosyne Kastamonides.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le 8 avril 1195 il renverse son frère Isaac II, l'emprisonne et lui fait crever les yeux. Son règne est une suite d'émeutes et de conspirations, qui achèvent de ruiner l'empire. Des régions entières de l'empire sont perdues, leur gouverneurs prenant leur indépendance. D'un caractère faible, Alexis ne put stopper l'irrémédiable affaiblissement de l'empire et au fait qu'il ne se résume plus qu'à Constantinople.

Peu après son avènement, et afin de faire face au tribut exigé par l'Empereur germanique Henri VI, il institue un impôt spécial qu'il complète en arrachant tous les ornements précieux des tombes impériales de l'église des Saints-Apôtres.

En 1203/1204, Constantinople est victime de la quatrième croisade, dirigée par la République de Venise, qui a été convaincue par Alexis IV, le fils d'Isaac II, de renverser Alexis III pour rétablir son père le 18 juillet 1203.

Après la création de l'empire latin de Constantinople, il s'enfuit en Thrace, où il esquisse une résistance, puis passe en Asie mineure. Il pose des problèmes à son gendre Théodore Ier Lascaris, qui s'est fait couronner empereur de Nicée en 1208. Théodore l'emprisonne alors après la bataille d'Antioche du Méandre en 1211, et il reste en prison jusqu'à sa mort.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Bréhier, Vie et mort de Byzance, Albin Michel, coll. L'évolution de l'humanité, Paris, 1946, (ISBN 2-226-05719-6)