Albert de Saxe-Cobourg-Gotha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prince Albert et Albert de Saxe (homonymie).
Albert de Saxe-Cobourg-Gotha
Description de cette image, également commentée ci-après

S.A.R. le Prince-Consort, photo du 15 mai 1860.

Titre

Prince-Consort du Royaume-Uni


(21 ans, 10 mois et 4 jours)

Prédécesseur Adélaïde de Saxe-Meiningen
Successeur Alexandra de Danemark
Biographie
Dynastie Maison de Saxe-Cobourg-Gotha
Nom de naissance Franz August Karl Albert Emanuel von Sachsen Coburg und Gotha
Naissance
Château de Rosenau (Cobourg)
Décès (à 42 ans)
Windsor (Berkshire, Royaume-Uni)
Sépulture Mausolée royal de Frogmore
Père Ernest Ier de Saxe-Cobourg-Gotha
Mère Louise de Saxe-Gotha-Altenbourg
Conjoint Victoria du Royaume-Uni
Enfants Victoria, princesse royale
Édouard VII Red crown.png
Alice du Royaume-Uni
Alfred Red crown.png
Helena du Royaume-Uni
Louise du Royaume-Uni
Arthur, duc de Connaught et Strathearn
Leopold, duc d'Albany
Béatrice du Royaume-Uni
Description de cette image, également commentée ci-après

Prince consort britannique

Le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha (Franz August Karl Albert Emanuel von Sachsen Coburg und Gotha), né le au château de Rosenau près de Cobourg et mort le au château de Windsor, est le mari de la reine Victoria. Il est créé prince consort par son épouse, en 1857.

Né au duché allemand de Saxe-Cobourg-Saalfeld dans une famille de la noblesse apparentée à plusieurs maisons régnantes européennes, il épouse à l'âge de 20 ans sa cousine germaine, la reine Victoria avec laquelle il a neuf enfants. Initialement contraint dans sa fonction de consort qui n'apporte pas de pouvoir particulier, il apporte rapidement son soutien à plusieurs causes telles que la réforme de l'éducation ou l'abolition de l'esclavage et prend la responsabilité de la gestion des propriétés de la reine. Il est également très investi dans l'organisation de l'exposition universelle de 1851 qui a lieu au Royaume-Uni. Libéral, il encourage également son épouse dans le développement de la monarchie constitutionnelle britannique.

Il meurt à l'âge de 42 ans de la fièvre typhoïde laissant son épouse dans un deuil profond pendant le reste de sa vie. À la mort de la reine quarante ans plus tard, leur fils accède au trône sous le nom d'Édouard VII. Ce dernier est le premier monarque issu de la maison de Saxe-Cobourg-Gotha qui règne toujours aujourd'hui sur le royaume.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Albert (à gauche) avec son frère ainé Ernest et leur mère Louise de Saxe-Gotha-Altenbourg peu de temps avant son exil de la cour

Le prince Albert naît au château de Rosenau, près de Cobourg en Allemagne, dans une fratrie de quatre enfants dont il était le deuxième. Il est le second fils du duc Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld et de sa première épouse, la princesse Louise de Saxe-Gotha-Altenbourg. La future femme d'Albert, Alexandrina Victoria, est née quelques mois plus tôt avec la même sage-femme. Albert est baptisé au sein de l'église évangélique luthérienne le au château de Rosenau avec de l'eau prélevée dans la rivière Itz. Ses parrains et marraines sont sa grand-mère paternelle, la duchesse douairière de Saxe-Cobourg-Saalfeld, son grand-père maternel, le duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, l'empereur François Ier d'Autriche, le duc Abert de Saxe-Teschen et le comte Emmanuel de Mensdorff-Pouilly.

En 1825, la mort de son grand-oncle Frédéric IV de Saxe-Gotha-Altenbourg entraine une réorganisation des duchés saxons. L'année suivante le père d'Albert devient premier duc de Saxe-Cobourg et Gotha[1]

Albert et son frère Ernest sont très proches pendant leur enfance. Le mariage de leurs parents n'est pas heureux et s'achève par un divorce. En 1824, alors qu'il a à peine 5 ans, la mère d'Albert est exilée de la cour puis épouse son amant, Alexander von Hanstein. Elle ne reverra plus ses enfants et meurt d'un cancer à l'âge de 30 ans en 1831. L'année suivante, son père se remarie avec sa propre nièce, la duchesse Marie de Wurtemberg. La duchesse ne prend néanmoins pas part à l'éducation des enfants. Les deux frères reçoivent une éducation soignée d'abord à domicile puis comme beaucoup d'autres princes allemands au sein de l'université de Bonn où ils étudient entre autres les sciences politiques, la philosophie, l’Histoire et l'économie. Les professeurs d’Albert à Bonn sont notamment le philosophe Immanuel Hermann von Fichte et le poète August Wilhelm Schlegel.

Mariage[modifier | modifier le code]

Dès 1836, l'idée d'un mariage entre le prince Albert et sa cousine germaine, la princesse Alexandrina Victoria de Kent, alors héritière présomptive du trône britannique, émerge dans l'esprit de leur oncle Léopold[2]. Le père de Victoria, Édouard-Auguste, duc de Kent, quatrième fils du roi George III était mort alors qu'elle était encore bébé. Son oncle, le roi Guillaume IV n'avait pas d'enfant légitime survivant.

Portrait par John Partridge, 1840

En mai 1836, Léopold organisa une réunion de ses proches appartenant à la famille Saxe-Cobourg et Gotha avec la mère de Victoria dans l'objectif de présenter Victoria à Albert[3]. Guillaume IV était cependant peu favorable à une union avec les Cobourg et préférait le parti d'Alexandre des Pays-Bas, le second fils du prince d'Orange[4]. Victoria était consciente des nombreux projets matrimoniaux la concernant, et elle évaluait de manière critique les différents candidats[5]. Selon son journal, elle apprécia la compagnie d'Albert dès leur première rencontre. Après sa visite, elle écrivit « [Albert] est extrêmement beau ; ses cheveux sont de même couleur que les miens ; ses yeux sont grands et bleus et il a un beau nez et une bouche très douce avec de belles dents ; mais le charme de sa contenance est son atout le plus délicieux[6] ». À l'inverse, Alexandre était jugé « très quelconque[7] ».

Victoria écrivit à son oncle Léopold, qu'elle considérait comme son « meilleur et plus gentil conseiller[8] », pour le remercier « de la perspective de l'immense bonheur que vous avez contribué à me donner en la personne de ce cher Albert… Il possède toutes les qualités qui pourraient être désirées pour me rendre parfaitement heureuse. Il est si raisonnable, si gentil et si bon et si aimable aussi. Il a en plus l'apparence et l'extérieur les plus plaisants et les plus délicieux qu'il vous est possible de voir[9] ». À 17 ans, Victoria, bien qu'intéressée par Albert, n'était cependant pas prête à se marier. Les deux parties ne s'accordèrent pas sur un engagement formel mais supposèrent que l'union se ferait en temps et en heure[10].

Victoria accède au trône à l'âge de 18 ans le 20 juin 1837. Ses lettres de cette époque montrent son intérêt dans la préparation du prince Albert à ses futures fonctions mais elle n'est pas encore prête à l'épouser. Durant l'hiver 1838-39, le prince visite l'Italie accompagné par le baron Christian Friedrich von Stockmar, conseillé de son oncle Léopold.

Albert retourne au Royaume-Uni avec son frère Ernest en octobre 1839 avec l'intention de conclure le mariage. Albert et Victoria éprouvent une réelle affection l'un pour l'autre et la reine lui propose le mariage le . Victoria informe officiellement le conseil privé de ses projets de mariage le et les noces ont lieu le . Peu avant le mariage, le prince Albert est naturalisé britannique et se voit accorder la dignité d'Altesse Royale.

Époux de la reine Victoria[modifier | modifier le code]

Titulature et rente[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, les Britanniques n'apprécient pas le prince Albert, issu d'un petit État Allemand, largement inférieur au Royaume-Uni. Se pose également la question du titre du futur mari de la reine. Lors de l'accession au trône de son épouse Marie II, Guillaume d'Orange-Nassau s'était vu reconnaitre le rôle de co-monarque, exerçant la réalité du pouvoir, même après le décès de cette dernière. Victoria souhaitait titrer son mari « Roi consort » ce que son premier ministre et mentor politique Lord Melbourne lui déconseille fortement. Il estime que mettre le parlement en situation de faire un roi le mettra aussi en état de le défaire. Le parlement, poussé par un fort sentiment anti-allemand et souhaitant écarter Albert de tout rôle politique refuse même d'en faire un pair ce qui lui permettrait de siéger à la chambre des Lords. Le prince se voit en outre accorder une rente de seulement 30 000 £ bien inférieure aux 50 000 £ habituels. Enfin, la religion d'Albert est également sujet à controverse. Si le prince est bien protestant (il a été baptisé luthérien), il n'est pas anglican et certains membres de sa famille sont même catholiques.

Le prince Albert déclare qu'il considère pour sa part qu'en tant que duc de Saxe, il est supérieur à un duc d'York ou de Kent. Pendant les 17 années suivantes, le prince est donc connu sous le titre de Son Altesse Royale le prince Albert. Le , il est finalement titré « Prince consort » par Victoria en reconnaissance de son soutien dans ses fonctions royales.

Un rôle à inventer[modifier | modifier le code]

Le prince Albert en 1848 (daguerréotype coloré à la main par William Edward Kilburn).

D'origine allemande, ses activités politiques sont officiellement limitées. Par ailleurs, il est très mal accepté par les membres de la cour et, en 1854, la reine Victoria menace d'abdiquer devant la virulence des attaques dont son mari très aimé est l'objet. En effet, au moment où menace la guerre contre la Russie, le prince Albert est ouvertement accusé de sympathies avec l'empire des tsars.

C'est justement au moment de la guerre de Crimée, que le prince participa à la réorganisation de l'armée, puis se révéla un excellent conseiller pour la reine qui le mit discrètement à contribution, écoutant ses avis avec beaucoup d'attention.

Rôle dans le gouvernement[modifier | modifier le code]

Si les premières années, il n'assistait pas aux entretiens de la reine avec les ministres, il fut par la suite toujours présent, au courant de tout et accomplissant, avec passion et compétence, un travail important pour alléger la tâche de sa femme. C'est d'ailleurs en reconnaissance de ce travail que la reine Victoria créa le titre de prince consort. En 1861, il intervint de façon discrète et efficace auprès du Premier ministre Lord Palmerston pour empêcher une guerre avec les États-Unis lors de l'affaire du Trent : en effet, la marine américaine avait intercepté un navire anglais qui transportait des ambassadeurs de la Confédération en Europe. Le prince Albert retouche et adoucit le ton de la lettre rédigée par le ministre des affaires étrangères à l'intention de son homologue américain.

Il était doué dans un grand nombre de matières ; bon organiste et bon compositeur, il avait un goût sûr en peinture et s'occupa des collections royales et prit aussi des décisions en architecture. Dans les fermes de Windsor, il fit expérimenter de nouvelles techniques de production agricole, et avait des compétences en apiculture et en botanique. Sportif, il affectionnait les longues marches à pied, pratiquait la chasse à courre, le tir et le patin à glace.

Conseiller de la reine, chancelier de l'université de Cambridge, président de la commission des Beaux-Arts, président de la société pour l'amélioration de la condition des classes laborieuses, il eut une vie très active au service du Royaume-Uni.

Exposition universelle[modifier | modifier le code]

Mais son œuvre maîtresse officielle et le point culminant de sa carrière de prince consort, fut l'organisation et la direction de la première grande exposition universelle, celle de 1851. Pour cette exposition fut construit le Crystal Palace, vaste bâtiment de 550 m de long, 120 m de large et 30 m de haut, sur le site de Hyde Park. Elle regroupa 14 000 exposants, dont 6 500 venus de l'étranger, et marqua le triomphe du Royaume-Uni industriel et de l'âge mécanique. Elle fut visitée par six millions de visiteurs du monde entier, la reine elle-même y viendra une quarantaine de fois. De plus elle fut un grand succès financier et le prestige du prince fut considérablement accru ce qui renforça son influence politique, discrète mais réelle.

La famille royale[modifier | modifier le code]

Le , il épousait sa cousine la reine Victoria. De ce mariage naquirent neuf enfants.On peut aussi mettre au bilan du prince l'apport, à la cour du Royaume-Uni, de la coutume allemande de l'arbre de Noël.

La famille royale en 1846.
Nom Naissance Décès Mariage Conjoint
Princesse Victoria

(Victoria Adelaide Mary Louise)

Prince Frédéric de Prusse

(futur empereur d'Allemagne et roi de Prusse)

Roi Édouard VII

(Albert Edward)

Princesse Alexandra de Danemark
Princesse Alice

(Alice Maud Mary)

Prince Louis de Hesse

(futur grand-duc de Hesse et du Rhin)

Prince Alfred

(Alfred Ernest Albert)

Grande-duchesse Maria Alexandrovna de Russie
Princesse Helena

(Helena Augusta Victoria)

Prince Christian de Schleswig-Holstein
Princesse Louise

(Louise Caroline Alberta)

John Campbell, marquis de Lorne

(futur neuvième duc d'Argyll)

Prince Arthur

(Arthur William Patrick Albert)

Princesse Luise-Margarete de Prusse
Prince Leopold

(Leopold George Duncan Albert)

Princesse Hélène de Waldeck-Pyrmont
Princesse Béatrice

(Beatrice Mary Feodore Victoria)

Prince Henri de Battenberg

Titulature[modifier | modifier le code]

Armes du prince Albert en tant que prince consort.

Le prince Albert est à sa naissance un prince allemand membre de la maison de Saxe-Cobourg-Saalfeld qui deviendra Saxe-Cobourg-Gotha lorsque son père prendra la tête du duché du même nom. Après son mariage avec la reine Victoria, il est titré prince consort en reconnaissance du soutien qu'il apporte à Victoria dans sa charge de souveraine. Il est le seul consort britannique à avoir été titré officiellement prince consort (prince consort est ici un titre de la pairie du Royaume-Uni et non un titre de courtoisie).

Il porta successivement les titres de :

  • Son altesse sérénissime le prince Albert de Saxe-Cobourg-Saalfeld, duc de Saxe (1819-1826)
  • Son altesse sérénissime le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, duc de Saxe (1826-1840)
  • Son altesse royale le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, duc de Saxe (1840-1857)
  • Son altesse royale le prince consort (1857-1861)

Postérité[modifier | modifier le code]

Le prince consort a laissé son nom :

  • Mythes populaires :
    • Le « black velvet », un cocktail de bière stout et de champagne aurait été inventé au lendemain de sa mort en signe de deuil[11].
    • Le « prince-Albert », piercing anulaire pénien soit disant destiné au confort ; s'il s'agit bien d'une légende urbaine (apocryphe) lancée dans les années 1960 quant à son rapport avec le prince, le nom « Prince Albert » (PA) existe et correspond à une forme actuelle de piercing génital.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. e.g. Montgomery-Massingberd 1977, p. 259–273.
  2. Longford 1964, p. 29, 51 ; Waller 2006, p. 363 ; Weintraub 1997, p. 43-49
  3. Longford 1964, p. 51 ; Weintraub 1997, p. 43-49
  4. Longford 1964, p. 51-52 ; St Aubyn 1991, p. 43 ; Weintraub 1997, p. 43-49 ; Woodham-Smith 1972, p. 117
  5. Weintraub 1997, p. 43-49
  6. Victoria cité dans Weintraub 1997, p. 49 ; Marshall 1972, p. 27
  7. Victoria cité dans Hibbert 2000, p. 99 ; St Aubyn 1991, p. 43 ; Weintraub 1997, p. 49 ; Woodham-Smith 1972, p. 119
  8. journal de Victoria, octobre 1835, cité dans St Aubyn 1991, p. 36 ; Woodham-Smith 1972, p. 104
  9. Hibbert 2000, p. 102 ; Marshall 1972, p. 60 ; Waller 2006, p. 363 ; Weintraub 1997, p. 51 ; Woodham-Smith 1972, p. 122
  10. Waller 2006, p. 363-364 ; Weintraub 1997, p. 53, 58, 64 et 65
  11. (en) « Black Velvet », sur Great Cocktails.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]