Empereur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Empereur (homonymie).

Empereur est un titre monarchique, parfois héréditaire, porté par le souverain d'un Empire.

Origine[modifier | modifier le code]

Du latin imperare qui signifie « commander en maître, ordonner », du préfixe in et du verbe parare, préparer, apprêter[1]. Il a donné le mot imperium, « commandement » d’où découle « impérieux ». « Empereur » est une déformation du titre d’imperator que portaient les généraux romains victorieux acclamés par leurs troupes.

À l'origine de la République romaine, l’imperator était celui qui commandait la mobilisation des citoyens. Par glissement de sens, il désignera les actes qui en découlent puis, vers la fin de la République, il désigna celui qui commandait l’armée. Pour Scipion l'Africain, c’était un titre que l’armée accordait au vainqueur avec l’ovation, dans le cadre du culte à Jupiter[2]. Le titre d’imperator n'est pas une magistrature et n’a alors aucune valeur institutionnelle pour le Sénat romain.

Son sens actuel va apparaître avec Octavien lorsque ce dernier prit Imperator pour prénom, afin de conserver le souvenir perpétuel de ses victoires et de sa gloire. Après l’assassinat de Jules César, qui avait fait de lui son héritier, Octavien recevra l’imperium du Sénat le puis le , alors que César était élevé au rang des dieux, Octavien reçut le nom de divi filius. Enfin, le , après avoir remis tous ses pouvoirs au Sénat trois jours plus tôt, ce dernier les refusa et lui attribua le nom d’Auguste, terme d’origine religieuse dérivant du latin « augere » qui fait référence à l’auctoritas.[réf. souhaitée]

C’est ce titre d’Auguste qui correspond à ce que l’on entend actuellement par empereur, c’est-à-dire dirigeant de l’Empire. Plus largement, l’empereur à Rome est celui qui porte les titres suivant : Imperator[N 1], Augustus, Cæsar et dans un premier temps Princeps.

L’équivalent en grec de ces termes, à savoir autocrate, sébastocrate et basileus a, par la suite, été utilisé dans l’Empire byzantin. Plus largement, la plupart des titres impériaux occidentaux renvoient aux termes latins, kaiser et tsar étant ainsi des déformations du titre de César.

Le féminin d'empereur est impératrice et l'adjectif correspondant est impérial (impériale au féminin).

Distinction entre l'empereur et le roi[modifier | modifier le code]

La taille du territoire gouverné et la diversité religieuse et ethnique des peuples gouvernés peuvent être pris en considération. Ainsi, un roi peut porter deux titres telle la reine Victoria, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande (1837-1901) et Impératrice des Indes (1876-1901), sa fille la princesse Victoria qui fut également brièvement en 1888 à la fois reine de Prusse et Impératrice allemande, ou encore l'Empereur d'Autriche, également roi de Hongrie. Parfois, l'empereur est assimilé à une divinité, tel le « dieu vivant » au Japon.

En Europe, le titre impérial fut porté par les monarques qui se réclamaient de l'héritage impérial romano-byzantin. Ainsi, Charlemagne fut empereur d'Occident et Charles Quint le tout-puissant souverain du Saint-Empire romain germanique. En fait, jusqu'au milieu du XIIe siècle, l'empereur affirmait sa prééminence théorique sur les rois (de France, d'Angleterre, etc.) dans toute l'étendue de la romanitas. Il en resta ensuite quelque chose, ainsi Philippe le Bel — et ses successeurs — s'affirmait « empereur en son royaume », ce qui sous-entendait une vague reconnaissance d'une supériorité impériale à l'extérieur.

Les rois comme les empereurs sont des monarques. Il n'y a a priori pas de règle établie pour les distinguer. Tout juste notera-t-on que le rang d'empereur peut être supérieur à celui de roi, notamment s'il a autorité sur d'autres rois, alors que l'inverse semblerait étrange. Ainsi au sein de l'Empire allemand, entre 1870 et 1918 où l'empereur régnait sur des États organisés sous forme de royaumes tel le royaume de Bavière. De même en France sous l'Empire, Napoléon Ier régnait au-dessus des rois qu'il avait placés dans les États satellites de l'empire (royaumes d'Italie, d'Espagneetc.).

Liste de pays qui ont été dirigés par un empereur[modifier | modifier le code]

Actuellement, seul le Japon est sous le règne d'un tel souverain, l’Empereur du Japon[3].

Toutefois, plusieurs autres pays furent autrefois dirigés par des empereurs pour des périodes plus ou moins longues :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tibère, Caligula et Claude refusèrent d’en faire leur prænomen ou prénom.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, (ISBN 978-2-84902-236-8).
  2. Jean Leclant (dir.), Dictionnaire de l’Antiquité, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », , 2464 p. (ISBN 2-13-055018-5).
  3. « Les princes du Japon: Akihito, le plus vieil empereur du monde », sur RTL Belgique,