Réaction seigneuriale et nobiliaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une réaction seigneuriale est une réaction administrative, une réaction nobiliaire est une réaction sociale.

La réaction seigneuriale[modifier | modifier le code]

À partir du XVIe siècle, et plus fortement à partir de 1760, les seigneurs ont cherché à restaurer d'anciens droits seigneuriaux afin d'augmenter leurs revenus, mis à mal par l’inflation[1] . Les seigneurs ont fait refaire ces livres terriers par les feudistes, spécialistes des archives seigneuriales, des livres terriers et de l'arpentage des terres, par lesquels les seigneurs ont cherché à mieux maîtriser l'espace de leurs seigneuries[2] .

On relativise désormais l'importance de ce mouvement de réaction seigneuriale, mais les révoltes locales et le climat qu'elles entrainent en 1789 auraient amorcé la Révolution française.

La réaction nobiliaire[modifier | modifier le code]

Une réaction nobiliaire est un sursaut conservateur exercé par la noblesse pour défendre ses acquis. La noblesse réimprime les notions de classe et de rang sociaux par le sang, et peut faire pression pour que les lois de l'état (ou royaume) se raffermissent en sa faveur[1].

Ex : Édit de Ségur (1781), France, dans un contexte de la guerre d'indépendance américaine et d'émulation des idéaux des Lumières, la noblesse raffermit son monopole sur l'armée française.

Un exemple de réaction seigneuriale et nobiliaire : Buzet-sur-Tarn au nord de Toulouse : En 1771, le roi Louis XV échange un bois de la forêt de Compiègne contre la seigneurie de Buzet, avec le comte de Clarac, déjà propriétaire d'une seigneurie voisine. Dès son arrivée, le comte réclame tous les anciens droits féodaux, et se montre très imbu de ses droits et prérogatives. La population subit jusqu'à la Révolution. En 1791, la Terreur rendant tout le monde méfiant, la population incendie le château du comte et rend exemplaire ce village cité à la Convention nationale comme l'un des plus républicains de France[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « La seigneurie - la propriété du sol - les impôts », sur /erwan.gil.free.fr (consulté le 18 septembre 2010)
  2. (fr) « Une seigneurie et sa justice en Beaujolais aux XVIIe et XVIIIe siècle : Saint Lager », sur www.stleger.info (consulté le 18 septembre 2010)
  3. Découverte historique d'un village ; Buzet sur Tarn, des origines à la Révolution, Francoise Sabatié Clarac.