Pandémie de maladie à coronavirus de 2020 en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pandémie de maladie à coronavirus de 2020 en Europe
COVID-19 Outbreak Cases in Europe.svg
    Expansion du virus SARS-CoV-2 en Europe au[1].
    • 1 à 9 cas confirmés
    • 10 à 99 cas confirmés
    • 100 à 999 cas confirmés
    • 1 000 à 9 999 cas confirmés
    • Supérieur à 10 000 cas confirmés
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Principaux foyers européens (au moins 50 000 cas) :
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la France France
Coordonnées
Date d'arrivée
Depuis le
(2 mois et 11 jours)
Bilan
Cas confirmés
454 532 (31 mars 2020)
Morts
29 903 (31 mars 2020)

La Pandémie de maladie à coronavirus de 2020 en Europe est relative à la pandémie de 2019-2020 à la fois dans l'Union européenne et dans la région européenne de l'OMS. Tous les pays du continent confirment au moins un cas au 17 mars 2020.

Cette pandémie est due au coronavirus SARS-CoV-2 provoquant les symptômes (COVID-19).

L'épidémie a été enregistrée pour la première fois en Chine continentale à Wuhan, et peut ne pas inclure toutes les réponses et mesures les plus récentes.

Dès le , Bernard Kouchner, cofondadeur et ancien président de Médecins sans frontières, ancien ministre français de la santé, et ex-député européen, appelait à « tirer les leçons des manques criants » de l'Europe face à la propagation du coronavirus. Selon lui, il y a « une nécessité » de mettre en place une « Europe de la santé » pour le futur[2].

Après que l'Asie a été le centre de l'épidémie, l'Europe est devenue, le selon l'OMS, le nouveau foyer central de l'épidémie devenue pandémie.

Union européenne, espace économique européen et Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

En , l'évolution de la pandémie fait l'objet d'un suivi quotidien[3].

D'après l'OMS, l'Europe est le principal foyer de la pandémie de Covid-19 depuis le .

Le lundi 2 mars 2020, l'Union européenne (UE) a quitté le niveau d'alerte « modéré » pour entrer dans le niveau « élevé »[4].

Au , tous les pays membres de l'UE et de l'Espace économique européen (EEE) et le Royaume-Uni sont touchés par la pandémie, avec plus de 17 413 individus porteurs du virus et plus de sept cent onze personnes tuées par ce même virus. Les croissances de cas dans l'UE, l'EEE et le Royaume-Uni en mars suivent les tendances de la Chine en janvier-février et les tendances italiennes de février-mars selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC)[5].

Au , 1 191 morts ont été comptés dans les pays membres de l'UE et de l'Espace économique européen et le Royaume-Uni[3].

Au , 11 810 décès ont été comptés dans les pays membres de l'UE et de l'Espace économique européen et le Royaume-Uni[6].

En , l'ECDC a estimé que le risque que les systèmes de santé des pays membres de l'UE, de l'EEE ou du Royaume-Uni soient dépassés en quelques semaines est élevé[7].

Recommandations de l'ECDC[modifier | modifier le code]

À des fins préventives, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a recommandé [Quand ?] à l'Union européenne, aux États et aux organisations, de promouvoir la distanciation sociale, en évitant les poignées de mains et les baisers, en évitant les transports bondés, ainsi que les réunions et rassemblements non nécessaires.

D'autres mesures envisageables sont les fermetures d'école, les journées de congés maladie, ou les fermetures des lieux de travail. Des pays comme la Chine ou l'Italie ont également développé des restrictions de voyages également connues sous la dénomination de « cordon sanitaire » à de vastes bassins de populations. La Chine estime que ce genre de mesure pourrait réduire la mortalité de 66 % à 95 %[5].

La France a décidé de suivre certaines de ces mesures préconisées par l'ECDC (et l'OMS) à partir du mois de mars.

Avec cette pandémie, les États-Unis ont interdit pour une période de trente jours l'entrée des étrangers ayant séjourné dans l'un des vingt-six pays de l'Espace Schengen y ajoutant le Royaume-Uni et la République d'Irlande[8].

Réactions de la Commission européenne[modifier | modifier le code]

Face aux enjeux sanitaires et économiques sans précédent, la Commission européenne, représentée par Ursula von der Leyen, a proposé et exprimé sa volonté dans différents domaines :

  • donner aux États des marges de manœuvre dans le domaine budgétaire et des aides d’État y compris en utilisant l'article 107[9] du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne ;
  • le redéploiement d'un milliard d'euros qui permettra d'aider 100 000 PME européennes avec huit milliards d'euros de financement[10] ;
  • l'utilisation d'un budget de 179 millions d'euros en 2020 pour les personnes qui devraient perdre leur emploi ;
  • une politique de cohésion de 37 milliards d'euros[10].

La Commission européenne espère pouvoir protéger les transports de biens essentiels à travers les frontières internes de l'UE[10].

Région européenne de l'OMS[modifier | modifier le code]

Au 12 mars 2020, 20 000 cas ont déjà été confirmés et près de 1 000 décès dans la Région européenne de l'OMS[11]. À ce moment, l'OMS considère que la région européenne de l'OMS Europe devient le centre de la pandémie[11].

Propagation du virus[modifier | modifier le code]

Détail des cas par pays[modifier | modifier le code]

Cas confirmés, décès et rétablis
(mise à jour : )
Lieux Cas confirmés Cas de décès Cas rétablis % Sources
Drapeau de l'Italie Italie (article) 105 792 12 428 14 620 [12],[13]
Drapeau de l'Espagne Espagne (article) 102 136 9 053 16 780 [12]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (article) 68 355 666 761 [12]
Drapeau de la France France (article) 52 128 3 523 7 924 [12],[14]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni [a] (article) 25 150 1 789 140 [12]
Drapeau de la Suisse Suisse (article) 16 176 388 2 105 [12]
Drapeau de la Belgique Belgique (article) 12 775 705 1 063 [12]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[b] (article) 12 595 1039 N/A[c] [12]
Drapeau de la Turquie Turquie (article) 10 827 168 - [12]
Drapeau de l'Autriche Autriche (article) 9 920 128 - [12],[15]
Drapeau du Portugal Portugal (article) 7 443 160 14 - [12]
Drapeau de la Norvège Norvège (article) 4 593 35 - [12],[16]
Drapeau de la Suède Suède (article) 4 028 180 - [12]
Drapeau de la République tchèque République tchèque (article) 3 002 24 7 [12]
Drapeau du Danemark Danemark[d](article) 2 984 90 - [12]
Drapeau de l'Irlande Irlande 2 910 54 5 [12]
Drapeau de la Russie Russie (article) 2 337 17 22 [12]
Drapeau de la Roumanie Roumanie (article) 2 245 43 79 [12]
Drapeau de la Pologne Pologne (article) 2 215 32 - [12]
Drapeau du Luxembourg Luxembourg (article) 1 988 22 6 [12]
Drapeau de la Finlande Finlande (article) 1 384 13 10 [12]
Drapeau de la Grèce Grèce (article) 1 212 43 19 [12]
Drapeau de l'Islande Islande 1 086 2 51 [12]
Drapeau de la Croatie Croatie 867 6 16 [12]
Drapeau de la Slovénie Slovénie 802 15 - [12]
Drapeau de la Serbie Serbie 785 16 15 [12]
Drapeau de l'Estonie Estonie 745 4 7 [12]
Drapeau de l'Ukraine Ukraine (article) 549 13 0 [12]
Drapeau de la Lituanie Lituanie 533 7 1 [12]
Drapeau de la Hongrie Hongrie 492 16 2 [12]
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine (article) 408 10 2 [12]
Drapeau de la Lettonie Lettonie 398 0 1 [12]
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 379 8 3 [12]
Drapeau d'Andorre Andorre (article) 370 8 1 [12]
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 363 0 7 [12]
Drapeau de la Moldavie Moldavie (article) 298 2 2 [12]
Drapeau de la Macédoine du Nord Macédoine du Nord 285 7 1 [12]
Drapeau de l'Albanie Albanie 243 13 10 [12]
Drapeau de Saint-Marin Saint-Marin 230 25 4 [12]
Drapeau de Chypre Chypre [e] (article) 230 7 3 [12]
Drapeau de Malte Malte 169 0 2 [12]
Drapeau de la Biélorussie Biélorussie (article) 152 1 5 [12]
Drapeau des Îles Féroé Îles Féroé 122 0 33 [12]
Drapeau du Kosovo Kosovo 106 1 0 [12]
Drapeau du Monténégro Monténégro 91 2 0 [12]
Drapeau de Jersey Jersey 81 2 0 [12]
Drapeau de Gibraltar Gibraltar 69 0 0 [12]
Drapeau du Liechtenstein Liechtenstein 62 0 0 [12]
Drapeau de Guernesey Guernesey 60 1 0 [12]
Drapeau de Monaco Monaco 46 1 0 [12]
Drapeau de l'île de Man Île de Man 29 0 0 [12]
Drapeau du Vatican Vatican 6 0 0 [12],[17]
Total 454 532 29 903 14 475

Le , les 27 chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne se sont « réunis » par visioconférence et ont annoncé plusieurs mesures destinées à soutenir l'économie et à endiguer l’épidémie, dont la création d'un fonds de 25 milliards d'euros destiné à permettre aux États-membres de « soutenir, notamment, leur système de santé, les PME en difficulté ou les travailleurs que l’épidémie a provisoirement mis au chômage »[18].

À défaut d'une politique sanitaire commune, la santé ne faisant pas partie des compétences communautaires, la seule réponse à la crise est pour le moment économique. Toutefois, Thierry Breton, le commissaire au marché intérieur, est chargé de faire un état des lieux des besoins en équipements sanitaires. Et de réfléchir à une distribution intelligente en fonction des besoins, pays par pays[19].

Le , Thierry Breton a annoncé que l'Union européenne anticipait une récession pour 2020, estimant que « bien entendu » les pays européens pourraient s'affranchir momentanément des règles du pacte de stabilité et de croissance pour faire face à la crise, comme le prévoient les textes européens[20].

Albanie[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Le , l'Allemagne reconnaît 67 cas de personnes hospitalisées et 37 cas sont détectés dans l'arrondissement de Heinsberg en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Tous les établissements scolaires sont fermés dans cet arrondissement et un millier de personnes près de la frontière néerlandaise doivent rester confinées à domicile, ainsi que 1 500 personnes à Düsseldorf[21], des patients sont également soignés en Bavière, dans le Bade-Wurtemberg, en Hesse, à Hambourgetc..

Le , le cap symbolique des 100 cas est dépassé avec 129 cas[22].

Au , ce sont onze mille tests (avec plus de 200 cas) qui ont été effectués dans ce pays[23].

Andorre[modifier | modifier le code]

Autriche[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

Le Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement met en place un portail d'informations à destination des citoyens et des voyageurs[24].

Deux personnes de retour de Chine le sont placées en quarantaine pour deux semaines à l'hôpital militaire Reine Astrid à Neder-Over-Heembeek. Ne présentant aucun symptôme et testées négativement, elles sont autorisées à quitter l'hôpital le [25]. Dans la région de Verviers, deux enfants rentrant d'un séjour de ski en Italie le sont tenus de rester chez eux une semaine[26].

À partir du , le conseil national de sécurité ordonne la suspension des cours dans toutes les écoles. Tous les restaurants, bars, cafés et discothèques doivent cesser leur activité le à minuit. Les activités récréatives, folkloriques, sportives, culturelles, publiques ou privées « quelles que soient leur nature et leur taille » sont annulées dans tout le pays[27].

Biélorussie[modifier | modifier le code]

Bosnie-Herzégovine[modifier | modifier le code]

Le [28], les autorités locales annoncent :

  • La mise en quarantaine de 14 jours pour toute personne venant de France, d’Allemagne ou d’Espagne ;
  • L’interdiction d’entrée pour les voyageurs en provenance de Chine, d’Italie, de Corée du Sud ou d’Iran ;
  • Des mesures de détection des symptômes à l’arrivée sur le territoire ;
  • L’obligation pour toute personne ayant séjourné dans des pays affectés par le SARS-CoV-2 (dont la France) et qui n’ont pas subi des contrôles sanitaires aux postes frontaliers et ni reçu de décision de surveillance de la santé ou d’auto-isolement, de prendre l’attache de l’Institut de santé publique (numéros ci-dessous). Le non-respect de cette mesure est passible de poursuites pénales ;
  • L’annulation des rassemblements publics de plus de 250 personnes ;
  • La fermeture temporaire des écoles et universités ;
  • L’interdiction des visites dans les hôpitaux et maisons de retraite.

Bulgarie[modifier | modifier le code]

Croatie[modifier | modifier le code]

Chypre[modifier | modifier le code]

Danemark[modifier | modifier le code]

Le Danemark prend la décision le , alors que ce petit pays compte déjà 500 cas environ, de fermer pendant deux semaines tous ses établissements scolaires, ses universités, ses bibliothèques et d'envoyer les fonctionnaires chez eux, tandis que tous les rassemblements de plus de 150 personnes sont proscrits[29].

Le Danemark ferme le ses frontières aériennes, terrestres et maritimes jusqu’au aux touristes et aux étrangers « qui ne peuvent pas prouver qu'ils ont une raison valable de venir au Danemark »[30].

Espagne[modifier | modifier le code]

Le , 21 rapatriés espagnols arrivent à la base aérienne de Torrejón de Ardoz, à la périphérie de Madrid, après une escale sur la base britannique de Brize Norton (Angleterre), le vol étant organisé par le Royaume-Uni. Lors de l'escale, les ressortissants britanniques avaient pu quitter l'appareil, les Espagnols restant à bord, ainsi que vingt-sept citoyens de différents États européens.

Les citoyens espagnols sont placés en quarantaine à l'hôpital Gómez Ulla (es), à Madrid[31].

Le , l'auteur chilien Luis Sepúlveda est hospitalisé à l'hôpital Universitaire Central des Asturies, à Oviedo. Lui et son épouse, la poétesse Carmen Yáñez, sont diagnostiqués positifs à la COVID-19[32],[33],[34].

Le , un premier décès est déclaré en Espagne. Dans les jours qui suivent les cas testés de contamination explosent avec plus de 3 000 personnes contaminées le et 189 morts.

Avec plus de 4 200 contaminations testées et plus de 120 morts, l'Espagne annonce le que le premier stade de l'état d'urgence est décrété pour le .

Estonie[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Le , environ deux cent vingt Français rapatriés de Chine atterrissent dans les Bouches-du-Rhône, à la base aérienne d'Istres, à bord d'un avion militaire. Ils étaient tous asymptomatiques à l'embarquement. Un rapatriement sanitaire d'une telle ampleur est inédit en France[35],[36].

Ces personnes sont placées en quarantaine dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet[37], et doivent signer un engagement de respecter leur quarantaine. Quatre-vingts réservistes sanitaires sont mobilisés pour s'occuper d'elles[38].

Le , quinze personnes sont placées en quarantaine en Nouvelle-Calédonie à la suite de la découverte d'un cas suspect. Le cas est une résidente néo-calédonienne rentrant de Chine, qui est placée en observation au Médipôle de Koutio, les quatorze autres personnes, susceptibles d'avoir été en contact avec elle, étant mises en quarantaine à domicile[39]. Les résultats des tests sont déclarés négatifs le , et les quarantaines sont levées[40].

Le , le Président de la République Emmanuel Macron annonce que toutes les crèches, maternelles, écoles primaires, collège, lycées et universités seront fermés du et « jusqu'à nouvel ordre »[41]. Le Premier Ministre Édouard Philippe annonce deux jours plus tard, le , la fermeture des restaurants, cafés, cinémas, discothèques et autres lieux « non indispensables à la vie du pays » à partir du soir-même à minuit[42].

Le , le président de la République Emmanuel Macron annonce le confinement national à partir du 12 h (y compris entre outre-mer à l’exception de la Polynésie française et de la Nouvelle-Calédonie).

Finlande[modifier | modifier le code]

Grèce[modifier | modifier le code]

Hongrie[modifier | modifier le code]

Îles Féroé[modifier | modifier le code]

Irlande[modifier | modifier le code]

Islande[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Onze villes du nord de l'Italie sont mises en quarantaine le — soit 50 000 habitants au total —, dont la commune de Codogno en Lombardie, l'un des principaux foyers d'infection[43], à la suite du recensement de 51 cas positifs dont 39 en Lombardie et 19 en Vénétie[44]. Le bilan progresse rapidement le à 12 morts et 219 personnes contaminées, dont 167 dans la seule région de Lombardie[45]. Malgré ces précautions, la pandémie se propage à d'autres régions du pays : la Toscane, la Ligurie et la Sicile enregistrent leur premiers cas le , tandis qu'un onzième mort est enregistré le même jour[46] et un douzième le lendemain en Émilie-Romagne. Après différentes mesures sanitaires prises dans l'ensemble du pays et des mises en quarantaine dans le nord, l'augmentation élevée de cas sur le territoire à conduit le à la fermeture de toutes les écoles.

Le , l'Italie reste le pays le plus touché d'Europe avec 888 cas confirmés et 21 morts[47]. Le président de la Lombardie, région la plus touchée d'Italie par le coronavirus, s'est mis de lui-même en quarantaine, une collaboratrice de son cabinet ayant été infectée par le virus[48]. Une semaine plus tard, le , l'Italie dépasse l'Iran avec 3 858 cas et 148 morts, dont 2 251 cas et 98 morts en Lombardie[49].

Le pays est en confinement national à partir du , alors que le nombre de contaminés testés est de plus de 12 000 cas.

Kosovo[modifier | modifier le code]

Lettonie[modifier | modifier le code]

Liechtenstein[modifier | modifier le code]

Lituanie[modifier | modifier le code]

Luxembourg[modifier | modifier le code]

Le , les autorités luxembourgeoises informent de la présence d'un premier patient infecté par la COVID-19. Il s'agit d'un homme de 40 ans qui a séjourné récemment en Italie[50].

Le , la ministre de la Santé, Paulette Lenert, annonce la mise en quarantaine de 21 personnes. Une cinquantaine de tests ont été effectués par l'inspection sanitaire et le seul cas positif jusqu'alors recensé ne présente plus de symptômes[51].

Le , le Grand-Duché recense son deuxième malade infecté. Il s'agit d'un résident du Luxembourg qui est rentré récemment d'Italie du Nord[52].

Le , un troisième malade est recensé, il s'agit d'un résident revenant d'un séjour en Alsace. Le , le nombre total de patients contaminés passe à 51.

Macédoine du Nord[modifier | modifier le code]

Malte[modifier | modifier le code]

Moldavie[modifier | modifier le code]

Monaco[modifier | modifier le code]

Norvège[modifier | modifier le code]

Afin de limiter la propagation du coronavirus, la Norvège a décidé la fermeture de ses ports et aéroports à partir du [53]. À partir du Les contrôles frontaliers seront intensifiés. Seules les personnes ayant une raison particulière de se rendre en Norvège ainsi que les Norvégiens ne sont pas refoulés[54].

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Pologne[modifier | modifier le code]

Le , la Pologne impose un contrôle sanitaire à ses frontières terrestres et dans les aéroports. Au , la Pologne fait état de 25 cas et d'aucun mort par le coronavirus. Le , il est annoncé que tous les établissements scolaires et culturels, cinémas, théâtres, spectacles et opéras, ainsi que les universités ferment leurs portes pour au moins deux semaines[55]. Le , la Pologne connaît son premier décès dû au coronavirus, une dame âgée de 57 ans, dans un hôpital de Poznań[56].

Le , le gouvernement décide de la fermeture de ses frontières aux voyageurs étrangers. Les citoyens polonais ainsi que les étrangers résidant ou travaillant en Pologne regagnant le pays se voient imposer quarantaine de deux semaines, soit chez eux, soit dans un lieu d'isolation qui leur sera prescrit[57]. Tous les restaurants, les bars et les clubs seront fermés dès le lendemain, mais pourront faire des livraisons à domicile. Tous les rassemblements de plus de 50 personnes, y compris les messes, dans ce pays très catholique, sont également interdits pour deux semaines[57].

Portugal[modifier | modifier le code]


Le , deux cas importés sont confirmés. Il s'agit d'un homme de 60 ans ayant voyagé dans le nord de l'Italie et dont les premiers symptômes datent du . Le deuxième cas concerne un homme de 33 ans de retour de la région de Valence (Espagne) dont les premiers symptômes datent du [58],[59].

Le , le Président portugais Marcelo Rebelo de Sousa annonce se mettre lui-même en quarantaine par mesure de précaution[60].

Au , le nombre de personnes infectées par le coronavirus dans le pays est de 78.

Le gouvernement déclare l'état d'alerte le , quelques heures après la décision espagnole de le faire pour le 14[61].

À partir du , tous les établissements scolaires sont fermés jusqu'au Vendredi saint au moins, les universités ayant déjà fermé leurs portes[réf. nécessaire]. De surcroît, les discothèques cessent leur activité jusqu'à nouvel ordre[réf. nécessaire]. Les passagers de bateaux de croisière ne peuvent plus débarquer au Portugal. Les rassemblements de plus de 5 000 personnes sont interdits en extérieur et de plus de 1 000 personnes en intérieur[62].

Le , il y a 633 cas confirmés dont trois personnes guéries. Neuf citoyens portugais, hors du territoire, sont également contaminés[63].

République tchèque[modifier | modifier le code]

Roumanie[modifier | modifier le code]


La presse roumaine annonce le que trois personnes récemment rentrées de Wuhan ont été placées en quarantaine à leur demande. Ces trois personnes ne présentent pas de symptôme de la maladie[64]. Un premier cas est constaté à Bucarest le .

Le , trois personnes sont déclarées guéries: un homme à Gorj et un homme et une femme à Timișoara.

Au , cinq personnes sont testées positives à Timișoara, Craiova, Cluj-Napoca et Iași[65].

Au , dix personnes sont en cours de traitement à Timișoara (5), Bucuresti, Craiova, Cluj-Napoca, Galati et Iași[65]. Beaucoup de ces personnes sont de retour d'Italie. Une première mesure de fermeture de classe d'un lycée sera prise lundi.

Au , une nouvelle personne est guérie. Il reste neuf personnes en cours de traitement à Timișoara (4), Bucarest (2), Craiova, Cluj-Napoca, Galați et Iași [65]. La fermeture de classe n'est pas confirmée. Par contre, sont interdits à partir de ce jour et jusqu'au tous les rassemblements de plus de 1 000 personnes en plein air ou en milieu confiné.

Le , sont annoncés 2 nouveaux cas. Des mesures restrictives sont décidées[65] :

  • fermeture de toutes les écoles et crèches du au (certaines universités répercutent aussi cette décision) ;
  • suspension de tous les transports routiers ou ferroviaires vers ou depuis l'Italie jusqu'au .

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni décide de confiner les personnes dans un ancien bâtiment du National Health Service (NHS)[66].

  • Quarantaine conseillée au Royaume-Uni pour rentrants d'Italie du Nord avec symptômes, et des villes en quarantaine même sans symptômes le [67].
  • Le service en ligne 111 (en) du NHS visant à fournir des conseils sur la COVID-19 a été utilisé par plus de 35 000 personnes en une seule journée le et le . Le service a été mis en place le pour aider à traiter le volume des demandes relatives à la COVID-19 et a, depuis, donné des conseils à plus de 70 000 personnes[68]. Le National Health Service a déclaré qu'il dépenserait un montant supplémentaire initial de 1,7 million de livres sterling sur la ligne d'assistance 111 afin que le personnel puisse offrir plus de conseils cliniques par voie téléphonique. Le financement fournira à 500 répondeurs initiaux supplémentaires la capacité de répondre à environ 20 000 appels supplémentaires[68].

Au , le nombre de personnes testées dans le pays est de 18 083. Cent seize personnes sont déclarées positives, et une personne âgée est morte[69].

Saint-Marin[modifier | modifier le code]

Serbie[modifier | modifier le code]

Slovaquie[modifier | modifier le code]

Le premier cas en Slovaquie est confirmé le . Le , le Premier ministre Peter Pellegrini annonce que « tout ce qui n’est pas vital sera fermé pendant deux semaines » et que des mesures radicales sont prises : rétablissement des contrôles aux frontières (sauf avec la Pologne), fermeture des trois aéroports internationaux, entrée sur le territoire permise uniquement aux Slovaques et aux étrangers résidant en Slovaquie, quarantaine à domicile obligatoire pour les gens revenant d’un séjour à l’étranger, réduction des transports en commun, annulation d’événements, fermeture de magasins et autres établissements, etc.[70].

Slovénie[modifier | modifier le code]

Suède[modifier | modifier le code]

Lors d'une conférence de presse du , le gouvernement suédois a annoncé se préparer à une situation où les écoles suédoises seraient fermées. À partir du , un directeur d'école pourra proposer à ses élèves un enseignement à distance. Pour l'ensemble des écoles suédoises, le gouvernement décidera, au cas par cas, s'il est nécessaire de fermer telle ou telle école en fonction de diverses circonstances. Le gouvernement a souligné que les autorités sanitaires suédoises ont estimé que la fermeture des écoles risquait d'affecter durement les services de santé en obligeant les parents à rester à la maison et à s'occuper des enfants et que les services de santé ne peuvent pas se permettre de perdre une partie de ses effectifs. De plus, les parents pourraient être contraints de demander l'aide des grands-parents qui sont des personnes à risque vis-à-vis du coronavirus[71].

Suisse[modifier | modifier le code]

Affiche officielle de l'OFSP expliquant les règles d’hygiène et les bons réflexes en cas de symptômes. Le , l'affiche est mise à jour avec un pictogramme recommandant de garder ses distances[72]

En cas d'épidémie ou de pandémie, les autorités, dont le Conseil fédéral, se réfèrent à la loi fédérale sur la lutte contre les maladies transmissibles de l'homme (LEp)[73], adoptée par le peuple suisse en votation populaire le [74].

Le , 300 cas suspect sont examinés en Suisse, aucun cas d’infection par le virus COVID-19 n’a été confirmé. La confédération et les cantons se disent préparés et en vigilance accrue[75].

Le , un premier cas de contamination est confirmé au Tessin. La personne malade a séjourné à Milan. Elle est hospitalisée et isolée[76].

Le , quatre nouveaux cas de contamination sont détectés chez une personne du canton de Genève et chez deux personnes aux Grisons[77] et chez une personne en Argovie[78]. Une campagne d'information adressée au grand publique sur les règles d’hygiène et de conduite destinées à ralentir, voire à éviter la propagation du nouveau coronavirus est diffusé par l'OFSP[79].

Le , la Suisse étant passée à 11 cas en seulement trois jours[80], le Conseil fédéral interdit les manifestations de plus de 1 000 personnes jusqu'au [81],[82]. Le carnaval de Bâle, le Salon international de l'automobile de Genève 2020 et le salon horloger Baselworld à Bâle sont notamment annulés[81]. Pour les manifestations de moins de 1 000 personnes, les risques doivent être évalués par les organisateurs en collaboration avec l’autorité cantonale compétente. C'est cette dernière qui décide si la manifestation peut avoir lieu ou non[83].

Le , la Confédération se dit obligée de faire face à la propagation « inévitable » du virus[84]. 115 cas[85] sont déclarés par l'OFSP le , et un décès[86]. Le , on déplore un deuxième décès à Bâle-Campagne.

Dès le , il n'y a plus de tests systématiques en Suisse, mais seulement si la personne a plus de 65 ans, si elle tousse et a de la fièvre. Le , 651 cas sont confirmés et 4 morts[87].

Le , il y a 1 125 cas confirmés de COVID-19, neuf morts et trois guéris[88]. Le Conseil fédéral déclare le que la situation qui prévaut actuellement en Suisse est une « situation particulière ». La Confédération peut ainsi prendre des mesures extraordinaires. À ce titre, le Conseil fédéral interdit les cours qui exigent une présence physique dans les écoles, les hautes écoles et les autres établissements de formation. Les cantons peuvent prévoir des offres d’accueil pour les écoles primaires. Cette interdiction entre en vigueur le et durera jusqu'au . Le conseil fédéral interdit les manifestations publiques et privées accueillant 100 personnes ou plus[89]. Le même jour, le gouvernement réintroduit, au cas par cas, des contrôles Schengen à toutes ses frontières. L’entrée en Suisse depuis l’Italie n'est autorisée qu’aux citoyens suisses, aux personnes ayant un permis de séjour, aux personnes voyageant en Suisse pour des raisons professionnelles, ainsi qu’à celles ayant des raisons impérieuses à entrer en Suisse depuis l’Italie. Le transit et le transport de marchandises restent autorisés. Cette restriction d’entrée est conforme à celle mises en place par le gouvernement italien. Outre protéger la population suisse et préserver les capacités du système de santé du pays, cette mesure permet aussi de renforcer l’efficacité de la réglementation italienne visant à freiner la propagation du virus[90].

Le , le Conseil fédéral déclare l'état de « situation extraordinaire » et prend des mesures uniformes pour tout le pays : fermeture des commerces non essentiels, déploiement renforcé de l'armée et fermeture partielle des frontières.

Turquie[modifier | modifier le code]

Ukraine[modifier | modifier le code]

Début l'Ukraine ferme tous ses établissements scolaires. Au , alors que l'Ukraine compte un mort et trois cas et que ses structures hospitalières sont insuffisantes, le pays décide de fermer ses frontières à tous les étrangers. Les Ukrainiens voulant rentrer doivent se soumettre à une quarantaine s'ils ont séjourné dans un pays à risque[91].

Le gouvernement décide le de fermer toutes les liaisons aériennes à partir du [92].

Vatican[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ne sont pas inclus les cas recensés à Gibraltar, à l’Île de Man et dans les Îles anglo-normandes.
  2. Sont inclus les cas recensés aux Antilles néerlandaises, à Aruba et à Saint-Martin.
  3. Ce gouvernement ne recense pas les rétablis dans ses statistiques nationales.
  4. Sont inclus les cas recensés au Groenland.
  5. Sont inclus les cas recensés à Chypre du Nord.
  1. (en) « Operations Dashboard for ArcGIS », sur gisanddata.maps.arcgis.com, (consulté le 26 février 2020).
  2. « Coronavirus : Bernard Kouchner déplore sur LCI l'absence d'une « Europe de la santé » », LCI, 11 mars 2020, lire en ligne (consulté le 1er avril 2020]
  3. a et b (en) European Centre for Disease Prevention and Control, « Situation update for the EU/EEA and the UK, as of 20 March 2020 », sur European Centre for Disease Prevention and Control, (consulté le 21 mars 2020).
  4. Derek Perrotte, « Coronavirus : l'Europe prête à utiliser « tous les outils pour protéger la croissance » », sur www.lesechos.fr, Les Échos, (consulté le 21 mars 2020).
  5. a et b (en) European Centre for Disease Prevention and Control, « Risk assessment on COVID-19, 6th update » [PDF], sur www.ecdc.europa.eu, (consulté le 21 mars 2020).
  6. https://www.ecdc.europa.eu/en/publications-data/rapid-risk-assessment-coronavirus-disease-2019-covid-19-pandemic
  7. (en) European Centre for Disease Prevention and Control, « Rapid risk assessment: Novel coronavirus disease 2019 (COVID-19) pandemic: increased transmission in the EU/EEA and the UK – sixth update », (consulté le 21 mars 2020).
  8. Yona Helaoua et Matthieu Mabin, « Coronavirus : les États-Unis suspendent les voyages depuis l'Europe pendant 30 jours », France 24, (consulté le 21 mars 2020).
  9. Union européenne, « Version consolidée du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne - troisième partie: les politiques et actions internes de l'union - titre vii: les règles communes sur la concurrence, la fiscalité et le rapprochement des législations - Chapitre 1: Les règles de concurrence - Section 2: Les aides accordées par les États - Article 107 (ex-article 87 TCE) », version consolidée au , sur EUR-Lex, l'accès au droit de l'Union européenne, géré par l'Office des publications de l’Union européenne, (consulté le 14 mars 2020).
  10. a b et c (en) European Centre for Disease Prevention and Control, « COVID-19: Commission sets out European coordinated response to counter the economic impact of the Coronavirus », Commission européenne, (consulté le 21 mars 2020).
  11. a et b (en) « WHO announces COVID19 outbreak a pandemux », sur euro.who.int.
  12. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay et az (en) « Tracking coronavirus: Map, data and timeline », sur BNO News (en).
  13. (it) Le statistiche del coronavirus Covid-19 in Italia statistichecoronavirus.it, consulté le 9 mars 2020
  14. « Infection au nouveau Coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19, France et Monde », sur santepubliquefrance.fr, Agence nationale de santé publique (consulté le 16 mars 2020).
  15. (de) Bundesministerium für Soziales, Gesundheit, Pflege und Konsumentenschutz, « Neuartiges Coronavirus (2019-nCov) » (consulté le 17 mars 2020).
  16. (no) « Live-oppdatering: coronavirusets spredning i Norge og verden », sur vg.no (consulté le 12 mars 2020).
  17. (en) « Vatican confirms first case of coronavirus », sur metro.co.uk, .
  18. « Coronavirus : l'Union européenne annonce la création d'un fonds de 25 milliards d’euros », 11 mars 2020, lire en ligne, consulté le 16 mars 2020
  19. « À quoi sert L’Europe dans la crise du coronavirus ? », FranceTVinfo, 13 mars 2020, lire en ligne, consulté le 16 mars 2020
  20. « Coronavirus: l'UE « anticipe une récession sur 2020 », prévient le commissaire européen Thierry Breton », La Croix, 16 mars 2020, lire en ligne, consulté le 16 mars 2020
  21. (de) « Coronavirus in Deutschland: Neuer Fall an Schule - Experte nennt drastische Zahlen », sur https://www.merkur.de, (consulté le 29 février 2020).
  22. « RKI - Coronavirus SARS-CoV-2 - SARS-CoV-2: Fallzahlen in Deutschland, China und weltweit », sur www.rki.de (consulté le 1er mars 2020).
  23. (it) Notizie Oggi
  24. « Coronavirus COVID-19 », SPF Santé publique, Sécurité de la Chaine alimentaire et Environnement (consulté le 25 février 2020).
  25. « Fin de la quarantaine pour deux personnes à l’hôpital militaire de Neder-Over-Heembeek », News, sur Coronavirus COVID-19, (consulté le 25 février 2020).
  26. « Coronavirus: deux enfants interdits d’école lundi en région verviétoise », sur sudinfo.be, (consulté le 1er mars 2020).
  27. La Libre Belgique, La Belgique annonce des mesures plus strictes face au coronavirus, 12 mars 2020
  28. étrangères, « Bosnie-Herzégovine- Dernière minute », sur France Diplomatie - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le 16 mars 2020).
  29. RTBF, Le Danemark ferme ses écoles, 11 mars 2020
  30. LNC, Le Danemark ferme ses frontières aux étrangers, 13 mars 2020
  31. (es) Jaime Santirso, « Los españoles repatriados de Wuhan aterrizan en Madrid », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le 31 janvier 2020).
  32. (pt) Rita Dinis, « Escritor Luis Sepúlveda infetado com coronavírus. Esteve em Portugal entre 18 e 23 de fevereiro », sur Observador (consulté le 1er mars 2020).
  33. (pt) PÚBLICO, « Luis Sepúlveda e mulher diagnosticados com o novo coronavírus após visita a Portugal », sur PÚBLICO (consulté le 1er mars 2020).
  34. « L'écrivain chilien Luis Sepulveda testé positif au coronavirus », sur LCI (consulté le 1er mars 2020).
  35. « Coronavirus : le rapatriement de 220 Français de Chine, une opération «sans précédent» », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2020).
  36. « Coronavirus : les Français rapatriés de Chine ont atterri à Istres », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2020).
  37. « Coronavirus : "Une cinquantaine de personnels mobilisés" pour accueillir des Français rapatriés à Carry-le-Rouet, selon le préfet de la région PACA », sur Franceinfo, (consulté le 31 janvier 2020).
  38. « Coronavirus : les premiers Français rapatriés de Chine ont atterri près de Marseille », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 31 janvier 2020).
  39. « Coronavirus : un cas suspect détecté en Calédonie, une personne en quarantaine au Médipôle », sur Les Nouvelles Calédoniennes, (consulté le 10 février 2020).
  40. F. T., « La passagère isolée au médipôle n'a pas le coronavirus », sur Nouvelle-Calédonie La Première, (consulté le 10 février 2020).
  41. franceinfo, « Retrouvez les annonces d'Emmanuel Macron sur la gestion de l'épidémie de coronavirus », sur francetvinfo.fr.
  42. « Coronavirus : la "sécurité d'approvisionnement en produits alimentaires" garantie assure le ministre de l'Économie, premier cas de coronavirus au siège de CMA CGM », sur laprovence.com.
  43. « Dans les villes de Lombardie confinées par le coronavirus, « ce qui manque, c’est la vie quotidienne » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2020).
  44. Coronavirus Covid-19 : Coronavirus Covid-19 : 51 cas confirmés en Italie, une dizaine de villes du nord du pays confinées Franceinfo et AFP, 22 février 2020.
  45. Le Monde, « Coronavirus : la contamination s’accélère à travers la planète », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  46. BFMTV, « Coronavirus: le bilan passe à 11 morts en Italie », sur BFMTV (consulté le 25 février 2020).
  47. « EN DIRECT - Coronavirus : suivez l’évolution de la situation vendredi 28 février », sur Europe 1 (consulté le 28 février 2020).
  48. Le Figaro avec Reuters, « Coronavirus: le président de la Lombardie se place en quarantaine », sur Le Figaro.fr, (consulté le 28 février 2020).
  49. Notozie Oggi, Coronavirus
  50. Jean-Michel Hennebert, « Premier cas de coronavirus recensé au Luxembourg », Luxemburger Wort,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mars 2020).
  51. « Coronavirus : le Luxembourg compte 21 personnes en quarantaine », RTL 5minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mars 2020).
  52. Alexandra Parachini, « Un deuxième cas de coronavirus au Luxembourg », Le Quotidien,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2020).
  53. « Helsedirektoratet stenger alle barnehager og skoler », sur www.helsedirektoratet.no (consulté le 15 mars 2020).
  54. « Innfører strengere grensekontroll », sur www.regjeringen.no (consulté le 15 mars 2020).
  55. Paris Match, Fermeture d'écoles et de musées en Europe, 11 mars 2020
  56. « Pierwsza ofiara koronawirusa w Polsce », sur Onet Wiadomości, (consulté le 16 mars 2020).
  57. a et b La Provence, La Pologne ferme ses frontières, 13 mars 2020
  58. « Santé: Un premier cas de coronavirus au Portugal », sur 5minutes.rtl.lu (consulté le 2 mars 2020).
  59. (pt) Ana Maia, « Coronavírus: há um caso confirmado em Portugal, segundo aguarda validação », sur PÚBLICO (consulté le 2 mars 2020).
  60. (pt) Sónia Sapage, « Presidente da República em auto-isolamento faz teste ao SARS-Cov-2 na segunda-feira », sur PÚBLICO (consulté le 13 mars 2020).
  61. Le Figaro, Le Portugal décrète l'état d'alerte, 13 mars 2020
  62. RTBF, Les écoles fermées au Portugal, 12 mars 2020
  63. « Ponto de Situação Atual em Portugal - COVID-19 », sur covid19.min-saude.pt (consulté le 15 mars 2020).
  64. (ro) Leila Cheamil, « Preventive quarantine against the coronavirus », Radio România Internaţional,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2020).
  65. a b c et d (ro) Mădălina Gogu, « Buletin informativ 05.03.2020, ora 16:00 – Ministerul Sănătății » (consulté le 5 mars 2020).
  66. (en-GB) Jessica Murray, « Britons on evacuation flight from Wuhan tell of relief and confusion », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 31 janvier 2020).
  67. (en) https://www.facebook.com/bbcnews, « New coronavirus advice for Britons back from Italy », sur BBC News (consulté le 25 février 2020).
  68. a et b (en-GB) Frances Perraudin (now), Damien Gayle, Alison Rourke (earlier) et Rupert Neate, « Coronavirus: two patients die in France as four new cases detected in England – live updates », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 2 mars 2020).
  69. (en) Manchester Evening News, Coronavirus Outbreak, 6 mars 2020
  70. (sk) Veronika Folentová, « Pribudli 11 nakazení, štát od pondelka zatvára všetky školy. Zavrú sa plavárne, obmedzia obchodné centrá », Denník N, (consulté le 16 mars 2020).
  71. « Sveriges skolor får bättre möjligheter att hantera effekter av coronaviruset. », sur www.regeringen.se (consulté le 15 mars 2020).
  72. « Nouveau coronavirus : Voici comment nous protéger », sur www.bag.admin.ch (consulté le 9 mars 2020).
  73. « RS 818.101 Loi fédérale du 28 septembre 2012 sur la lutte contre les maladies transmissibles de l’homme (Loi sur les épidémies, LEp) », sur www.admin.ch (consulté le 5 mars 2020).
  74. « Droits politiques », sur www.bk.admin.ch (consulté le 5 mars 2020).
  75. Office fédéral de la santé publique OFSP, « Coronavirus : mesures supplémentaires prévues en Suisse », sur www.bag.admin.ch (consulté le 13 mars 2020).
  76. « Nouveau coronavirus COVID-19: premier cas confirmé en Suisse », sur www.bag.admin.ch (consulté le 13 mars 2020).
  77. « Nouveau coronavirus COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés en Suisse », sur www.bag.admin.ch (consulté le 13 mars 2020).
  78. « Nouveau coronavirus COVID-19 : cinquième cas confirmé en Suisse », sur www.bag.admin.ch (consulté le 13 mars 2020).
  79. « Nouveau coronavirus : campagne d’information de l’OFSP intitulée « Voici comment nous protéger » », sur www.bag.admin.ch (consulté le 13 mars 2020).
  80. « Cas d'infection au Sars-CoV-2 en Suisse » (consulté le 13 mars 2020).
  81. a et b « Les manifestations d'ampleur interdites en Suisse en raison du coronavirus », sur rts.ch, (consulté le 5 mars 2020).
  82. « Coronavirus : le Conseil fédéral interdit les grandes manifestations », sur www.admin.ch (consulté le 28 février 2020).
  83. Nouveau coronavirus - Interdiction des grandes manifestations : explications, , Office fédéral de la santé publique OFSP
  84. Marc Allgöwer, « La Suisse se prépare à la propagation «inévitable» du coronavirus », sur Le Temps, (consulté le 2 mars 2020).
  85. (de-CH) Tages-Anzeiger, « Sars-CoV-2-Infektionsfälle in der Schweiz », sur tdg.ch (consulté le 13 mars 2020).
  86. Office fédéral de la santé publique OFSP, « Nouveau coronavirus », sur www.bag.admin.ch (consulté le 5 mars 2020).
  87. « New coronavirus », sur bag.admin.ch (consulté le 11 mars 2020).
  88. Office fédéral de la santé publique OFSP, « Nouveau coronavirus : Situation en Suisse et à l’étranger », sur www.bag.admin.ch (consulté le 13 mars 2020).
  89. Office fédéral de la santé publique OFSP, « Nouveau coronavirus : Mesures de la Confédération », sur www.bag.admin.ch (consulté le 13 mars 2020).
  90. « Ecoles fermées, réunions de plus de 100 personnes interdites: la Suisse durcit ses mesures », sur rts.ch, (consulté le 16 mars 2020).
  91. Le Figaro, L'Ukraine ferme ses frontières, 13 mars 2020
  92. Le Soir, L'Ukraine suspend ses liaisons aériennes, 13 mars 2020

Articles connexes[modifier | modifier le code]