Cerdon (Ain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cerdon.

Cerdon
Cerdon (Ain)
Vue en hauteur du village de Cerdon.
Blason de Cerdon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Nantua
Canton Pont-d'Ain
Intercommunalité Communauté de communes Rives de l'Ain - Pays du Cerdon
Maire
Mandat
Georges Vucher
2017-2020
Code postal 01450
Code commune 01068
Démographie
Gentilé Cerdonnais
Population
municipale
785 hab. (2016 en augmentation de 5,94 % par rapport à 2011)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 05′ 00″ nord, 5° 27′ 53″ est
Altitude Min. 286 m
Max. 992 m
Superficie 12,30 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Cerdon

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Cerdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cerdon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cerdon

Cerdon est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Cerdonnais et les Cerdonnaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Alban Labalme Rose des vents
Poncin N
O    Cerdon    E
S
Mérignat Boyeux-Saint-Jérôme, Corlier Vieu-d'Izenave
Izenave

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Cerdon en 1215, Cerdun en 1220[2], apud Cerdonem en 1255[3].

La terminaison -dun fait pencher pour un Cer-dun rappelant un lieu renforcé, forteresse, bastion mais aussi pouvant être un enclos en dur servant à garder du bétail.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1887 et 1951, le bourg est desservi par les Tramways de l'Ain, un chemin de fer secondaire à voie métrique le reliant à Ambérieu-en-Bugey et Ars-sur-Formans.

La Tour de Carmier[modifier | modifier le code]

La tour de Carmier.

Première construction vers 1260 à la demande d’Humbert III, sire de THOIRE et VILLARS : seigneur de Cerdon, de Villars en Bugey, de Montréal, de Brion, d'Arbent, de Martignat, de Loyes, du Chatelard, de Montelier, d'Alinges et de Monthoux, sire d'Aubonne, sire de Thoire en 1294, chevalier. Il fut enterré en 1301 dans l'église abbatiale de Saint-Claude (39)

1260 fut aussi l’année à laquelle Humbert III accorda des franchises (privilèges) aux Cerdonnais.

Les habitants de Cerdon devaient faire le guet et monter la garde au château de Poncin. Humbert III les en déchargea et les obligea seulement à faire le guet à la  tour de Carmier. 

Dans ses notes historiques de 1858, Bazin écrit que la tour a été construite par Humbert III comte de Savoie (1136/1189) et le nom de Caresmier venait d’un seigneur du lieu.

La présence d’Humbert III comte de Savoie ne semble pas logique car à cette époque seul le comté de Belley était savoyard et il n’entretenait qu’une alliance avec les Thoire et Villars.  

En 1433, la Bresse fut mise en état de défense contre le France.

Amédée VIII de Savoie souhaita reconstruire l’ancienne fortification de Caresmier, à Cerdon, et décida que Poncin en dépendrait entièrement.  

Il résulte des comptes de la Cour de Bourgogne, en 1434, que « plusieurs châteaux furent inspectés par Jean de Bellecombe capitaine général des fortifications de Bresse pour le compte du duc de Savoie. Leurs réparations furent lancées et notamment ceux de Chatillon les Dombes, Jasseron, Loyette, Pérouges, Poncin, Saint Germain, Saint Trivier de Courte et Treffort. Le châtelain de Poncin observa que les vignes furent cuites et conglutinées (jus visqueux, gluant). La situation n’était donc pas propice à dépense ». 

Différentes appellations ont été données à la tour. Nous avons pu relever « Tour de Carinan », « Tour de Caresmier » et enfin « Tour de Carmier ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.


Armes de Cerdon

Les armes de Cerdon portent[4] :

Bandé d'or et de gueules de six pièces, au chef de gueules chargé d'une aigle d'argent membrée, becquée, lampassée et couronnée d'azur.

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 1980 René Lyot PRG Conseiller général
1980 1989 Claudius Carante    
1989 1995 Bernadette Bulliot    
1995 2017 Sylvie Goy-Chavent UDI Enseignante
Sénatrice (depuis 2008)
2017   Georges Vucher[5]    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Cerdon (Ain).

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2016, la commune comptait 785 habitants[Note 1], en augmentation de 5,94 % par rapport à 2011 (Ain : +5,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4571 3881 4901 4701 7451 7291 8371 8171 782
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7821 7701 6501 5851 5931 5381 5261 4301 390
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3521 3001 1471 0241 009921870736653
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
709724652647672672758741779
2016 - - - - - - - -
785--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sport et vie associative[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2007, une tyrolienne de 1 200 m était en exploitation sur les hauteurs du village.

Le village possède une petite harmonie : La Vigneronne, qui se réunit tous les vendredis soir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Abraham de Vermeil, (1555-1620), né à Cerdon, poète baroque français.
  • Jean-Baptiste Goiffon, (1658-1730) né à Cerdon, médecin et botaniste lyonnais, médecin des armées du Roi
  • François Félix Roubaud, Roubaud aîné, (1825-1876) et Louis Auguste Roubaud, Roubaud jeune, (1828-1906), nés à Cerdon, sculpteurs[10].
  • Le Père Colin fonda à Cerdon l'ordre des Maristes.
  • L'instituteur Janichon entre les guerres de 14 et de 39 laisse une marque importante à Cerdon. Auteur d'une Monographie de Cerdon très documentée. Auteur également de nombreux bons mots, tels que (s'adressant à des élèves indisciplinés ou des cancres) : « Ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit. »
  • Guillaume de La Balme, dit Morelet, chevalier, seigneur de Peres, après avoir servi le duc de Bourgogne, et avoir été ambassadeur de Savoie auprès du roi Louis XI de France, est nommé, le 26 juillet 1461 Grand Maître des Eaux et Forêts pour les États de Savoie. (Archives de Savoie)

Économie[modifier | modifier le code]

  • Une cuivrerie, créée en 1854 par Charles Eugène Main, et faisant travailler jusqu'à 80 ouvriers, subsista jusqu'en 1979, pour renaître en 1980 sous sa forme actuelle. L'emboutissage des pièces métalliques se faisant grâce à l'énergie hydraulique des roues à aubes entraînant les vieilles machines et un savoir-faire artisanal préservé. Deux collections d'articles sont fabriquées et vendues dans la boutique de la Cuivrerie de Cerdon (lieu touristique ouvert au public), une collection "cuivre et gastronomie" et une autre "cuivre et maison".
  • Le vignoble produit le vin de Cerdon, un vin rosé pétillant.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments civils[modifier | modifier le code]

La maison « dite château d'Épierre » ou cellier d'Épierre, dépendant de l'ancienne chartreuse de Meyriat fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [11].

La Maison au lieu-dit la Suisse du XVe siècle ou Maison du Prince fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [12].

Le château de Saint-Julien ou de la Bâtie-sur-Cerdon ou la Bâtie de Corlieu, possession des sires de la Balme, est en ruines dès 1650.

Le mémorial des maquis de l'Ain et de la Résistance est une œuvre du sculpteur Charles Machet et a été édifié en souvenir des maquis de l'Ain et du Haut-Jura. Dans son cimetière repose le corps du maquisard inconnu.

La cuivrerie fut construite en 1854 et est inscrite au titre des monuments historiques depuis le [13].

Le moulin à farine est aussi inscrit depuis le [14].

Cerdon a conservé une vingtaine de fontaines.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les grottes du Cerdon, situées sur les communes de Cerdon et de Labalme, sont ouvertes au public et abritent un gisement archéologique. Elles servirent de refuge au Magdalénien.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cerdon (AOC).
Cerdon.

Cerdon est connu pour son vignoble et particulièrement pour son vin mousseux rosé au processus d'élaboration original, appelé « méthode ancestrale ». La fermentation, arrêtée par une étape de filtration, donne un vin pétillant, faiblement alcoolisé et dans lequel le raisin non fermenté apporte sucre et arômes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, sur habitants.fr
  2. Dans l’obituaire de Lyon
  3. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 1 - Page 646.
  4. Armes de Cerdon, sur labanquedublason2.com
  5. « Georges Vucher a été élu maire », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juillet 2018) :

    « Sylvie Goy-Chavent a choisi de renoncer à être maire – comme elle l’avait déjà annoncé –pour demeurer sénatrice. Mais elle est toujours conseillère municipale. »

  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Archives de l'art français, recueil de documents inédits relatifs à l'histoire des arts en France, 1861 disponible sur Gallica
  11. Notice no PA00116355, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. Notice no PA00116356, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. Notice no PA01000037, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. Notice no PA01000041, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Cerdon (Ain).

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]