Saint-Marcel (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Marcel.
Saint-Marcel
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Saint-Rémy
Intercommunalité Le Grand Chalon
Maire
Mandat
Raymond Burdin
2014-2020
Code postal 71380
Code commune 71445
Démographie
Gentilé San-Marciaux
Population
municipale
5 956 hab. (2014)
Densité 586 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 35″ nord, 4° 53′ 24″ est
Altitude Min. 172 m
Max. 194 m
Superficie 10,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de la Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Marcel
Liens
Site web saintmarcel.com

Saint-MarcelPrononciation du titre dans sa version originale Écouter est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les San-Marciaux.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La ville est situé à 4 km au sud-est de Chalon-sur-Saône.

Communes limitrophes de Saint-Marcel
Chalon-sur-Saône Châtenoy-en-Bresse
Saint-Marcel Oslon
Lans
Lux Épervans

Géologie, relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

  • La commune est bordée à l'ouest par la Saône.
  • Lac des Orlans.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • La commune ne s'est pas toujours appelée Saint-Marcel. En effet, elle s'est appelée Hubiliacus (ou Hubiliacum), nom qui semble se rattacher à la racine huba, colonie, fonds, manse, prairie.
  • Saint-Marcel-lès-Chalon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un diacre du nom de Marcel (en lien avec les martyrs de Lyon) fut condamné par un gouverneur du nom de Priscus à être écartelé en étant attaché à des arbres, flagellé, livré aux flammes et enterré jusqu'à la ceinture dans le champ d'un dieu Bacon, où il agonisa pendant trois jours et mourut le 4 septembre 177 (ou 179). Ce diacre fut vénéré et un oratoire fut dressé sur les lieux de son supplice. Puis, en 577-579, Gontran, roi de Bourgogne voulut honorer sa mémoire, fit élever l'abbaye Saint-Marcel-lès-Chalon pour y être enseveli auprès de la dépouille du saint.

Après la christianisation de l'Empire romain, la ville prend donc le nom de Saint-Marcel, qu'elle perdit quelques mois sous la Ire République (1792) au profit de Ubilac[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2006 Roger Leborne PS Député
2006 2014 Jean-Noël Despocq PS Retraité ErDF
2014 en cours Raymond Burdin[2] UMP Sapeur-pompier retraité

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 956 habitants, en augmentation de 2,57 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
748 969 974 1 141 1 173 1 284 1 278 1 405 1 407
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 455 1 518 1 531 1 648 1 674 1 673 1 743 1 767 1 886
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 906 2 069 2 219 2 274 2 419 2 613 2 706 2 807 2 900
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
3 198 3 516 4 253 3 973 4 118 4 705 5 603 5 816 5 956
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Usine Areva[modifier | modifier le code]

Le groupe nucléaire Areva possède une usine à Saint-Marcel pour la fabrication des cuves de réacteurs nucléaires. [7],[8]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Temple : au IIe siècle, les Romains firent dresser un petit temple qui se trouvait à l'entrée de la ville où était nichée une statue, celle du dieu Bacon. Il n'en reste plus aujourd'hui qu'une simple colonne.
  • Abbaye Saint-Marcel-lès-Chalon Logo monument historique Classé MH (1862)[9],[10].
Reconstruite au XIIe siècle, elle est rattachée à l'abbaye de Cluny et devient un prieuré.
Il ne reste de l'abbaye que l'église qui a été restaurée en 2003.
Pierre Abélard y meurt le 12 avril 1142. Un tombeau monumental est érigé puis vidé à la Toussaint 1144. Sa dépouille est transportée à l'abbaye du Paraclet.
  • Le Réservoir : Bâtiments situés à côté de l'ancienne gare de Saint-Marcel. Ce bâtiment abrite les grandes cuves cylindriques qui, autrefois étaient utilisées pour stocker l'eau destinée au fonctionnement des locomotives de la voie de chemin de fer Chalon-sur- Saône - Saint-Marcel - Mervans.
Aujourd'hui, le Réservoir abrite un ensemble culturel municipal composé d'une salle de spectacle (Le Palan), d'une salle de danse, d'une salle d'exposition ("L'Atelier") et du studio d'enregistrement de "Radio Vagabondage".

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Abélard (1079-1142), philosophe, dialecticien et théologien chrétien.
  • Héloïse d'Argenteuil (1092-1164), intellectuelle du Moyen Âge, épouse d'Abélard.
  • Benoît Sarre, né à Saint-Marcel-lès-Chalon le 9 pluviôse an VIII (28 janvier 1800) et décédé le 5 août 1902, centenaire ayant connu trois siècles dont la commune de Saint-Marcel célébra les cent ans par une cérémonie officielle organisée le 4 février 1900[11].
  • L'abbé Bidaut, curé de Saint-Marcel de 1892 à sa mort (1917), qui, en prêtre féru de sciences, fut à l'origine de l'électrification de la commune au début du XXe siècle[12].

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Jacquet, Saint-Marcel des origines à 1930, Éditions du Groupe 71, 2001.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Jacquet, SAINT MARCEL DES ORIGINES À 1930, Éditions du Groupe 71, 2001
  2. Le Journal de Saône-et-Loire, édition Chalon du 7 avril 2014, p. 10
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. http://www.lejsl.com/edition-de-chalon/2014/01/24/greve-chez-areva-saint-marcel
  8. http://www.romandie.com/news/Areva-dans-la-tourmente-forte-inquietude-des-syndicats_RP/540817.rom
  9. « Abbaye (ancienne) », notice no PA00113443, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « Nos centenaires », article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 85 (printemps 1991), page 14.
  12. « Histoire d'un curé éclairé et éclairant », article de Roger Génelot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 129 de mars 2002 (pages 21 et 22).