Le Journal de Saône-et-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (janvier 2017).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Le journal de Saône-et-Loire
Image illustrative de l'article Le Journal de Saône-et-Loire

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidien
Genre Presse régionale
Diffusion 49 000 ex.
Ville d’édition Chalon-sur-Saône

Propriétaire Groupe EBRA
Directeur de la rédaction Frédéric Bpuvier
Rédacteur en chef Frédérique Favre
ISSN 1620-8943
Site web www.lejsl.com

Le Journal de Saône-et-Loire est un quotidien régional français diffusé en Saône-et-Loire, dont le siège se trouve à Chalon-sur-Saône.

Historique[modifier | modifier le code]

Le titre Le Journal de Saône-et-Loire est paru le 2 juillet 1826 à Mâcon[1]. Le journal a eu une vie agitée et a été racheté par son concurrent chalonnais nommé Le Courrier (fondé en 1834). Ainsi est né Le Courrier, Le journal de Saône-et-Loire. Ce dernier a été jusqu'en 1940 un journal minoritaire dans le département (de l'ordre de 5 000 exemplaires). Le Courrier se saborde le 15 juin 1940 mais Le Progrès Chalon poursuit sa parution. Il réapparait le 5 septembre 1944, lendemain de la libération de Chalon sur Saône. En 1960, il est diffusé à 25 000 exemplaires face au Progrès (édition de Saône-et-Loire) et au Dauphiné libéré (édition de Saône-et-Loire) qui représentent à eux deux et à ce moment-là 52 000 exemplaires. En 1985 Le Courrier de Saône-et-Loire lance une édition du dimanche. En 1989, un accord est passé entre la société Le Courrier de Saône-et-Loire et le groupe Progrès/Delaroche. Cette société s'appelle Les journaux de Saône-et-Loire et reprend en gérance les titres Courrier de Saône-et-Loire, Le Progrès (édition de Saône-et-Loire) et Le Dauphiné Libéré (édition de Saône-et-Loire). Dans les années 90 par fusion de ces titres, un nouveau journal est né et se nomme Le Journal de Saône-et-Loire, à ce moment-là il est tiré à 84 500 exemplaires et diffusé à 79 500 exemplaires. À la même époque l'édition du dimanche change par sa fusion avec le Progrès Dimanche et se nomme Dimanche Saône-et-Loire (diffusé à 83 000 exemplaires). Le 1er octobre 2011, la société du Journal de Saône-et-Loire fusionne avec celle du Bien Public pour devenir Est Bourgogne Média qui édite les deux titres.

Éditions, Agences et bureaux[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (janvier 2017)

Le journal de Saône-et-Loire comprend 10 sites pour 6 éditions (7 agences et 3 bureaux) :

Imprimerie[modifier | modifier le code]

Le Journal de Saône-et-Loire était imprimé à Chatenoy-le-Royal jusqu'en février 2016[2]. date à laquelle les rotatives de l'entreprise ont été fermées. Depuis, en tant que titre du groupe Ebra, le Journal de Saône-et-Loire est imprimé à Chassieu avec le journal Le Progrès et le Bien Public[pertinence contestée].

Chiffres (2016)[modifier | modifier le code]

  • Ventes : 49 000 journaux en semaine, 51 000 le dimanche et 175 000 lecteurs quotidiens.
  • Audience internet : 33 millions de pages vues sur le site du jsl et 4,3 millions de visites par mois.
  • Rédaction : 68 journalistes et 250 correspondants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Journal de Saône-et-Loire, 2 juillet 2016, 190 ans du Journal de Saône-et-Loire (Joyeux anniversaire)
  2. « 96 suppressions d'emploi au Bien public et au Journal de Saône-et-Loire », sur lexpansion.lexpress.fr,‎ (consulté le 19 octobre 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]