Maison de La Trémoille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maison de La Trémoille
Image illustrative de l’article Maison de La Trémoille
Armes

Blasonnement D'or, au chevron de gueules, accompagné de trois aiglettes d'azur becquées et membrées de gueules
Devise Sine extra orbitam depressa
(Fr) Sans sortir de l’ornière
Période XIe siècle - XXe siècle
Pays ou province d’origine Drapeau du Poitou Poitou
Fiefs tenus La Trémoille, Thouars, Talmont, Tarente, Taillebourg, Laval, Craon, Melay, Royan, Didonne, Boulogne
Demeures Château des ducs de La Trémoille
Hôtel de La Trémoille (Paris)
Charges Grand chambellan de France
Chambellan de Bourgogne
Fonctions militaires Amiral de France
Fonctions ecclésiastiques évêques de Bayeux, archevêques de Cambrai, évêque de Poitiers, Cardinal
Récompenses civiles Ordre national de la Légion d'honneur
Récompenses militaires Ordre du Saint-Esprit
Ordre de la Toison d'or

La maison de La Trémoille (écrit également La Trimouille, ou La Trémoïlle prononcé La Trémouille) est une famille française d'origine féodale qui connut ses plus illustres heures à la fin du Moyen Âge et sous la Renaissance.

L'ainé de cette famille était prince de Tarente et de Talmont, duc de Thouars, comte de Taillebourg, et posséda la baronnie de Craon du XIVe siècle au XVIIe siècle, le comté de Laval pendant tout le XVIIe et le XVIIIe siècle, et la baronnie de Vitré, ce qui en faisait la seconde famille noble possessionnée en Bretagne après la maison de Rohan.

La maison de La Trémoille s'est éteinte en 1933, avec le décès de son dernier représentant mâle, Louis Jean Marie de La Trémoille (1910-1933), mort à 23 ans dans un incendie, sans alliance ni postérité [1].

Branches[modifier | modifier le code]

  • Branche des seigneurs, puis ducs de La Trémoïlle
    • Branche des princes de Talmont et ducs de Châtellerault
    • Branche des seigneurs, puis marquis de Royan
    • Branche des seigneurs, puis ducs de Noirmoutier
    • Branche des seigneurs d'Husson, puis comtes de Joigny
    • Branche des seigneurs de Dours
    • Branche des seigneurs de Fontmorand
    • Branche des héritiers au trône de Jérusalem

XIVe siècle[modifier | modifier le code]

Guy (noté V dans les généalogies), né vers 1315, décédé le 18 août 1350 à Loudun, époux de Radegonde Guénand, dont :

XVe siècle[modifier | modifier le code]

Enfants du mariage du 2 juillet 1425, de Georges (1382 ou 1385 - 1446), et de Catherine de l'Isle Bouchard (fille de Jean et de Jeanne de Bueil) :

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

François de la Trémoille, fils de Charles, vicomte de Thouars, comte de Talmont. Il est né en 1505 et mort en 1541. Époux d'Anne de Laval.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Henri III de La Trémoille, (, Thouars - , Thouars), fils de Claude de La Trémoille. Il est duc de Thouars, duc de La Trémoille, prince de Talmont et de Tarente, comte de Laval (Mayenne), de Montfort, de Taillebourg et de Benon, et baron de Quintin.

Louis II de La Trémoille-Noirmoutier, ( - ), duc de Noirmoutier, duc de Montmirail, vicomte de Tours, pair de France, maréchal de camp.

Joseph-Emmanuel de La Trémoille (? †) abbé de Lagny, créé cardinal le 17 mai 1706 par Clément XI, évêque de Bayeux (janvier 1716-avril 1716), puis archevêque de Cambrai (avril 1716-). Ambassadeur à Rome de Louis XIV en 1706.

Du XVIIIe au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Charles-Armand-René de La Trémoille, duc de la Trémoille et de Thouars, pair de France, prince de Tarente, né le . Il est à 18 ans colonel du régiment de Champagne, et se distingue à la bataille de Guastalla. Il est nommé brigadier des armées du roi. Auteur, il est élu à l'Académie française.

À la mort de Louis-Jean-Marie de La Trémoille en 1933, la famille belge de son neveu Jean Charles Lamoral, prince de Ligne, fut autorisée à perpétuer le nom de La Trémoille en l'accolant à son patronyme.

Demeures et châteaux[modifier | modifier le code]

Armorial[modifier | modifier le code]

Devise : Sine extra orbitam depressa (Sans sortir de l’ornière)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, Robert Laffont, 2007, p.200 : « La Trémoille (de) : Poitou, extraction chevaleresque 1096, honneurs de la cour, duc de Thouars, famille éteinte »
  2. http://jonvelle.free.fr/histoire2.htm
  3. Trésor des Chartes, reg. 126, dans Abbé Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris. Table analytique, t. 1 à 6, Paris, Féchoz et Letouzey, 1883-1893 (lire en ligne), cité par Marcel Picard, Bagnolet dans l'histoire : du franc-archer aux croquants, t. 1, Bagnolet, Société d'Histoire de la ville de Bagnolet,
  4. https://consultation.archives-loiret.fr/e/Recherche_globale/21_138755?modele=3&from=0&f_27%5B0%5D=trimouille
  5. http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/La-Tremoille.pdf
  6. Montaigu, Ville d'Histoire, Georges Laronze, p.24-26
  7. La Messelière, ibid, T5-p.277
  8. Henri de La Messelière, Filiations Bretonnes, Saint-Brieuc, Tome 5, p.277)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]