Lesme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lesme
Lesme
Église du XIIe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Canton Digoin
Intercommunalité Communauté de communes entre Arroux, Loire et Somme
Maire
Mandat
Chantal Dagouneau
2014-2020
Code postal 71140
Code commune 71255
Démographie
Gentilé Lesmois
Population
municipale
192 hab. (2015 en augmentation de 3,23 % par rapport à 2010)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 00″ nord, 3° 43′ 00″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 260 m
Superficie 5,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Lesme

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Lesme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lesme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lesme

Lesme est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

À l'extrême ouest de la Saône-et-Loire sur les hauteurs de la Loire (jouxtant Lesmes qui à l'époque s'écrivait avec un « s ») tournée vers la plaine de l'Allier, elle appartient au Bourbonnais saône-et-loirien. Son climat est à dominante océanique mais les influences continentales peuvent être très dures en conditions claires d'hiver : des températures approchant les -7 à -8 degrés ne sont pas rares. L'été est chaud et assez sec ponctué d'orages qui, grâce à la Loire, glissent souvent sur Lesme sans en avoir la virulence du sud Bourgogne. Toutefois, quand ils arrivent à passer la Loire par le nord, ils peuvent être très violents. Les fortes chaleurs peuvent être sévères : si les 35 degrés ne sont pas rares, les nuits sont réparatrices et agréables. Les demi-saisons sont fraîches et les gelées tardives, pas rares après un début mars autour des 25 degrés, peuvent se succéder aux gelées printanières destructrices. L'automne est très lumineux ; en octobre les couleurs flamboyantes sont à leur summum et les premières gelées peuvent apparaître début novembre grâce aux écarts thermiques considérables on peut passer de -1 à +19 en une même journée. Bref, un climat lumineux en été et automne des hivers frais sujets aux froids nocturnes et brouillards et un printemps tardif ponctué de belles journées douces ; en résumé un climat vivant aux saisons tranchées.

Vue nord du bourg de Lesme, un matin dans une légère brume.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Martin-des-Lais
(Allier)
Garnat-sur-Engièvre
(Allier)
Vitry-sur-Loire Rose des vents
N
O    Lesme    E
S
Bourbon-Lancy Bourbon-Lancy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 mars 2008 Gilles Martin    
mars 2008 en cours Chantal Dagouneau    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2015, la commune comptait 192 habitants[Note 1], en augmentation de 3,23 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
167187133202197180197188216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
206213198182191188226236256
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
244211217192188182162163172
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
174173156146169164167186191
2015 - - - - - - - -
192--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

On compte sur le territoire de la commune : un électricien, un plombier/chauffagiste, un serrurier, une toiletteuse pour chien, une entreprise d'entretien espace vert, une PME de mécano-soudure, auxquels s'ajoutent deux exploitations agricoles, principalement axées sur l'élevage ovin, suivi par la polyculture et l'élevage bovin.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La croix Pinon : La croix située à l'entrée du chemin de la « croix Pinon » a été érigée en ce lieu le samedi 23 novembre 1887 à 17 h, comme il est noté dans le registre des délibérations du conseil municipal de l'époque. Précédemment elle se trouvait à l'entrée du « chemin vicinal n°2 de Lesme à Maltat » (aujourd'hui voie communale no 2, de l'église au chemin de l'étang Prothey par la motte des Vaux). Dans le registre, il est précisé que la croix était à l'entrée du chemin « rectifié », or ce chemin rectifié concerne la partie conduisant de la route départementale à l'église et non de la départementale à la motte des Vaux. La décision de modifier le tracé de cette portion de chemin date du 1er juillet 1883. La croix était donc dressée à l'entrée du chemin conduisant à l'église. Cette croix vient d'être remise en état à la suite d'un accident puisqu'elle avait été renversée par un véhicule dont le conducteur auteur des faits n'a pas jugé bon de se faire connaître. En 1887, à son emplacement d'origine, elle avait subi le même sort comme le signale M. Pommeau Antoine demeurant au « champ de la corde » en séance de conseil municipal le 19 novembre 1887, puisque renversée elle avait été déposée dans le fossé. Par les soins de M. Pommeau, elle avait été déplacée et installée à l'emplacement où elle se trouve aujourd'hui. Pourquoi a-t-elle changé d'endroit, le mystère reste entier. Le 11 mai 2013, sa réinstallation a été officialisée par la bénédiction faite par le père François Marie de Reynies, à l'issue d'une procession depuis l'église de Lesme où avait été célébrée la messe de 18 h.

La fontaine : La fontaine « du bon saint Jean » comme on l'appelle, est la fontaine publique de Lesme. Elle se situe derrière la salle des fêtes sur le versent nord de la « colline » du bourg. Elle garde une eau qui ne tarit jamais, dans un puits d'une profondeur d'environ un mètre. L'eau y est claire, et a toujours la même température (environ 7 degrés Celsius) ; Il n'est pas anormal que cette source, dont Jean de l'Hôpital se servait pour l'élaboration de ses onguents, fut entourée d'une certaine croyance. On la dénommait « fontaine des femmes stériles » et on lui donnait des vertus d'aide à la fécondité. On peut apercevoir à l'intérieur de cette dernière, dans le fond de la « grotte » qui abrite la source, une statuette à l'effigie de Jean de l’Hôpital.

La vouivre : Au-dessus de la fontaine, légèrement sur la gauche, regardant le nord-est, une niche abrite une sculpture « en bronze » de la déesse des eaux, œuvre d'un artiste local George Kirchs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tombeau de Jean De l’Hôpital à l'intérieur de l'église de Lesme.
  • Jean De l'Hopital : Nommé Le Bon saint Jean (De l’Hôpital) par les habitants de Lesme, il naquit à Bourbon-Lancy le 8 septembre 1662 et fut baptisé en l’église Saint-Léger, aujourd’hui démolie. En 1673, il entre au séminaire d’Autun, mais, par humilité, se jugeant indigne du sacerdoce, il restera toute sa vie simple clerc « tonsuré ». Il remplit le rôle de précepteur (de 1685 à 1695)[5] , avec une vision que l'on peut qualifier d'avant-gardiste, auprès des enfants (11 garçons et 11 filles) de la famille de Challemoux, au « Petit Brouillat. » On peut encore voir actuellement cette habitation, faisant partie d'un domaine agricole, sur la droite, en partance du bourg, en descendant vers la Loire. Il reçut le titre de « prieur de Saint-Mayeul ».

Sa vie, austère, fut consacrée aux pauvres, aux malades et à l’enseignement du catéchisme aux enfants de Lesme. Il s’éteignit le 6 avril 1695, à l’âge de 32 ans. Son corps fut déposé dans une fosse, creusée dans l’église, et surmontée d’une dalle gravée d’une inscription encore visible aujourd’hui. Son tombeau fut l’objet d’une grande vénération ; on attribuait à son intercession des faveurs spirituelles et des guérisons. On y venait de très loin en pèlerinage lors des fêtes de Pentecôte. Sa notoriété était connue à la cour de Louis XVI. Le 10 mai 1862, en présence de l’évêque d’Autun, Mgr de Marguerye, et d’une foule nombreuse (4 000 personnes, page 136 de l'ouvrage en référence 3), ses restes furent exhumés et placés dans une « arche » en bois de chêne, visible dans l'église, au travers d'une grille verticale. Sa cause, sur le point d’être introduite à Rome, a été différée à la suite de nombreux obstacles, notamment les guerres, et il reste ainsi nommé : « Grand Serviteur de Dieu, mort en odeur de Sainteté ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  5. (D'après l'ouvrage Vie du grand serviteur de Dieu, Jean de l'Hôpital, par l'abbé E Duranto curé de Vitry-sur-Loire, imprimé le 8 décembre 1924 par F. Tuloup)