Châtenoy-le-Royal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châtenoy.
image illustrant une commune de Saône-et-Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune de Saône-et-Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Châtenoy-le-Royal
Pont de la Thalie conçu par Thomas Dumorey et réalisé par Émiland Gauthey.
Pont de la Thalie conçu par Thomas Dumorey et réalisé par Émiland Gauthey.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Canton Chalon-sur-Saône-3
Intercommunalité Le Grand Chalon
Maire
Mandat
Marie Mercier
2014-2020
Code postal 71880
Code commune 71118
Démographie
Gentilé Châtenoyens
Population
municipale
6 152 hab. (2013)
Densité 490 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 42″ Nord 4° 49′ 02″ Est / 46.795, 4.81722222222
Altitude Min. 172 m – Max. 206 m
Superficie 12,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtenoy-le-Royal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtenoy-le-Royal
Liens
Site web chatenoyleroyal.fr

Châtenoy-le-Royal est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située en Saône-et-Loire à côté de Chalon-sur-Saône.

Le territoire de la commune est limitrophe à ceux de six communes :

Rose des vents Mellecey Champforgeuil Rose des vents
Dracy-le-Fort
Givry
N Chalon-sur-Saône
O    Châtenoy-le-Royal    E
S
Saint-Rémy

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 255 hectares ; son altitude varie de 172 à 206 mètres[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Thalie passe dans la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[2], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogènes sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise.

Les données climatiques retenues sont celles de Dijon et Mâcon, Châtenoy-le-Royal étant située entre ces deux villes.

Pour la ville de Dijon (316 m), les valeurs climatiques jusqu'à 1990 :

Relevés Dijon ????-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 0,1 2,2 5 8,7 12 14,1 13,7 10,9 7,2 2,5 −0,2 6,3
Température moyenne (°C) 1,6 3,6 6,5 9,8 13,7 17,2 19,7 19,1 16,1 11,3 5,6 2,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 4,2 7 10,8 14,7 18,7 22,4 25,3 24,5 21,3 15,5 8,6 4,8 14,8
Précipitations (mm) 49,2 52,5 52,8 52,2 86,3 62,4 51 65,4 66,6 57,6 64,2 62 732,2
Source : Infoclimat : Dijon (????-1990)[3]


Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[4]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sous la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Châtenoy-le-National[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 29[6].

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 - Benoît Raffin    
1953 mars 1971 Claudius Theveniaut    
mars 1971 mars 1977 André Savoy    
mars 1977 1991 Bernard Dondon    
1991 mars 2001 Bernard Andriot    
mars 2001 en cours
(au 30 avril 2014)
Marie Mercier Les Républicains Sénatrice depuis juin 2015.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Du point de vue administratif, la commune fait partie de l'arrondissement de Chalon-sur-Saône dans le département de la Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté et avant la réforme territoriale de 2014, faisait partie du canton de Chalon-sur-Saône-Ouest[7],[8]. La commune est l'une des communes de la communauté d'agglomération Chalon - Val de Bourgogne, communément appelée Le Grand Chalon.

Du point de vue électoral, la commune fait partie de la cinquième circonscription de Saône-et-Loire depuis le redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010 et, depuis la réforme territoriale de 2014 elle fait partie du canton de Chalon-sur-Saône-3.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune a obtenu le niveau quatre fleurs au concours des villes et villages fleuris.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec la ville de Benigànim dans la région de Valence en Espagne[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 6 152 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
323 544 508 592 605 684 728 758 767
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
784 703 730 751 755 788 791 750 781
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
775 716 806 904 966 1 098 1 171 1 160 1 214
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
2 370 3 779 4 909 5 767 5 689 5 938 5 987 6 152 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Châtenoy-le-Royal est située dans l'académie de Dijon.

Elle administre trois groupes scolaires, chacun constitué d'une école maternelle et d'une école élémentaire communales pour un total de 506 élèves en 2015-2016[11],[12],[13],[14],[15]. L'école de Cruzille possède une classe CLIS pour enfants handicapés[16].

Le département gère un collège : le collège Louis-Aragon[17].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Il y a un gymnase, deux complexe sportifs avec terrains de football et de rugby. Les deux clubs de la commune qui jouent au meilleur niveau sont :

  • l'AS Chatenoy-le-Royal (football) avec une équipe féminine sénior qui évolue en Deuxième Division et une équipe masculine sénior (A) qui joue en Division d'Honneur dans la Ligue de Bourgogne de football ;
  • le club de Rugby (Châtenoy Rugby Club) qui évolue au meilleur niveau en Bourgogne-Franche-Comté.

La ville est très dynamique avec 66 associations dont 18 associations sportives et 8 associations culturelles. La commune est lauréate du challenge 2013 de la commune la plus sportive dans la catégorie de 3000 à 8999 habitants. Cette récompense est décernée par le comité départemental olympique et sportif (CDOS)[18].

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Article connexe : Tourisme en Saône-et-Loire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La chapelle du château de Cruzille, construite au XVIe siècle, est classée à l'inventaire des monuments historiques depuis 2001[19]. Acquise par la commune pour un euro symbolique en 2002, elle fera l'objet d'une restauration.

Le pont de la Thalie situé au hameau de Corcelle a été construit en 1766. Il est classé à l'inventaire des monuments historiques depuis 1931[20]. Le projet initial de 1759 a été dessiné par Thomas Dumorey, ingénieur en chef des ponts et chaussées des États de Bourgogne. Le projet est modifié en 1766. Il est exécuté entre 1766 et 1770 sous la direction d'Émiland Gauthey, sous-ingénieur des États de Bourgogne en résidence à Chalon-sur-Saône.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  3. Archives climatologiques mensuelles - Dijon (????-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  4. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Châtenoy-le-Royal », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 8 août 2012)
  6. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  7. [PDF] « Populations légales en vigueur à compter du 1er janvier 2013 (Arrondissements - cantons - communes) » (consulté le 27 septembre 2015).
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Site du Comité de jumelage avec Beniganim
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2008, 2013.
  11. « École primaire publique Berlioz », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 19 octobre 2015).
  12. « École élémentaire publique Cruzille », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 19 octobre 2015).
  13. « École maternelle publique Cruzille », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 19 octobre 2015).
  14. « École élémentaire publique Jean Rostand », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 19 octobre 2015).
  15. « École maternelle publique Jean Rostand », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 19 octobre 2015).
  16. « Saône-et-Loire (71), Châtenoy-le-Royal, collège », sur le site de la mairie (consulté le 19 octobre 2015).
  17. « Les établissements scolaires de la commune », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 19 octobre 2015).
  18. « Site de la mairie de Chatenoy le royal », sur http://www.chatenoyleroyal.fr/
  19. « Notice no PA71000009 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Notice no PA00113209 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Notice no IA71000675 », base Mérimée, ministère français de la Culture