Saint-Amour-Bellevue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Amour-Bellevue
Saint-Amour-Bellevue
Image illustrative de l’article Saint-Amour-Bellevue
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Intercommunalité Mâconnais Beaujolais Agglomération
Maire
Mandat
Josiane Casbolt
2020-2026
Code postal 71570
Code commune 71385
Démographie
Gentilé Sanctamoriens
Population
municipale
567 hab. (2018 en augmentation de 4,61 % par rapport à 2013)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 45″ nord, 4° 44′ 39″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 475 m
Superficie 5,09 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Mâcon
(banlieue)
Aire d'attraction Mâcon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Chapelle-de-Guinchay
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saint-Amour-Bellevue
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Amour-Bellevue
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Amour-Bellevue
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Amour-Bellevue
Liens
Site web saint-amour-bellevue.fr

Saint-Amour-Bellevue est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Amour est un village viticole situé au sud-ouest de Mâcon, sur les premières hauteurs du Beaujolais.

Communes limitrophes de Saint-Amour-Bellevue
Pruzilly Saint-Vérand
Juliénas
(Rhône)
Saint-Amour-Bellevue Chânes
La Chapelle-de-Guinchay

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Amour-Bellevue est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Mâcon, une agglomération inter-régionale regroupant 16 communes[4] et 60 022 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Macon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 105 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (91 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (69,2 %), prairies (15,6 %), zones urbanisées (9,6 %), zones agricoles hétérogènes (5,6 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée simplement Saint-Amour, porta provisoirement le nom de Bellevue avant de reprendre son nom précédent[11].
C'est en 1903 que la commune ajouta le nom révolutionnaire à son nom originel[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
ca 1878   Jean-Baptiste Mornand    
mars 1983 mars 2014 Paul Spay    
mars 2014 en cours Josiane Casbolt    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Amour-Bellevue figure parmi les quinze premières communes de Saône-et-Loire à avoir établi – puis officialisé – des liens d'amitié avec une localité étrangère[12].

La commune est jumelée avec : Drapeau de la Belgique Durbuy (Belgique).

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants s'appllent les Sanctamoriens[13].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2018, la commune comptait 567 habitants[Note 3], en augmentation de 4,61 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,73 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
739667686760794786765764786
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
753749850875889848795758757
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
764740719574534530493542488
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
514538502455492460524533542
2013 2018 - - - - - - -
542567-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture[modifier | modifier le code]

En plus de l'AOC Saint-Amour, la commune viticole de Saint-Amour-Bellevue a l'autorisation de produire les vins AOC : Saint-Véran, Beaujolais Villages, Beaujolais, Bourgogne aligoté, Bourgogne, Mâcon, Bourgogne Passe-tout-grains, Coteaux Bourguignons, Crémant de Bourgogne, Bourgogne mousseux ainsi que l'IGP Saône-et-Loire[18].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Saint-Amour-Bellevue est l'une des étapes sur la Route des vins Mâconnais-Beaujolais créée en 1986 (circuit numéro 8, boucle d'environ quarante-cinq kilomètres conduisant à découvrir le vignoble de douze villages entre Mâconnais et Beaujolais)[19].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Deux écoles (de la petite section de maternelle au cours préparatoire) situées au bourg fonctionnent à Saint-Amour-Bellevue. Ces deux écoles ont un service de restaurant scolaire et garderie périscolaire.

Les classes de CE1 et CE2 sont situées sur la commune de Saint-Vérand. Les classes de CM1 et CM2 sont sur la commune de Pruzilly.

Un service de car est en place pour le ramassage des enfants vers et depuis leurs écoles. Le collège du secteur géographique se trouve à La Chapelle-de-Guinchay (collège « Condorcet »).

Santé[modifier | modifier le code]

Traditions et manifestations[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Amour.
  • Saint-Amour-Bellevue dispose d'une église, placée sous le vocable de saint Amour et relevant de la paroisse Notre-Dame-des-Vignes en Sud-Mâconnais (La Chapelle-de-Guinchay).
  • Au hameau du Plâtre, sur la place, calvaire au piédestal gravé d'une inscription en latin datée de 1808 invitant à l'arrêt et à la méditation : « Arrête-toi ici voyageur et adore le Seigneur. »[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

Saint-Amour-Bellevue appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Notre-Dame-des-Vignes en Sud-Mâconnais, paroisse qui a son siège à La Chapelle-de-Guinchay et qui regroupe quatorze villages du Mâconnais.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Mâcon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mâcon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Saint-Amour-Bellevue », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  12. Avec Autun, Bourbon-Lancy, Chagny, Chalon-sur-Saône, Chauffailles, Cuisery, Épinac, Étang-sur-Arroux, Loisy, Mâcon Lugny, Paray-le-Monial, Romenay, Sanvignes-les-Mines et Tournus. Source : Bernard Humblot, « Quand la Saône-et-Loire s'intéresse aussi aux pays voisins », revue « Images de Saône-et-Loire » n° 16 de décembre 1972, pp. 9-11.
  13. http://www.habitants.fr/habitants_departement_saone-et-loire_71.html
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. Placido Llorca, « Saint-Amour-Bellevue, commune viticole », sur Vin Vigne, (consulté le ).
  19. http://www.route-vins.com/les_circuits.php
  20. Source : André Jeannet, Calvaires et croix de chemin de l'arrondissement de Mâcon, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 28 (décembre 1975), pp. 19-24.

Erreur de référence : La balise <ref> nommée « recensement 71385 » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.