Soule (province)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soule.
Soule
Xiberoa
Blason
Blason
Drapeau
Drapeau
Localisation de la Soule
Localisation de la Soule
Administration
Capitale Mauléon-Licharre
Démographie
Population 16 000 hab.
Langue(s) français et le souletin
Coordonnées 43° 14′ N 0° 53′ O / 43.233333333333, -0.88333333333333 ()43° 14′ Nord 0° 53′ Ouest / 43.233333333333, -0.88333333333333 ()  
Paysage de Haute-Soule (Iraty)

La Soule (Xiberoa en dialecte souletin, prononciation : « chibéroa », Zuberoa en basque unifié, prononciation : « soubéroa », Sola en espagnol et en gascon) est la plus petite des sept provinces traditionnelles du Pays basque. Située dans les Pyrénées-Atlantiques en France, elle est peuplée d'environ 16 000 habitants et sa capitale est Mauléon-Licharre. Les habitants sont appelés souletins en français et xiberotarrak en souletin.

Les Souletins distinguent la Haute-Soule ("Basabürü" qui signifie la "tête, l'extrémité sauvage", secteur montagneux au sud) et la Basse-Soule (avec Mauléon au nord)[1].

Elle est située dans le département des Pyrénées-Atlantiques dans la vallée du Saison (Uhaitza en basque), région Aquitaine. Cette province est parfois appelée Pays de Soule. Selon l'Académie de la langue basque ou Euskaltzaindia, elle serait un des sept « territoires » historiques qui forment le Pays basque, c'est-à-dire un territoire aux caractéristiques culturelles, anthropologiques et ethnographiques communes comme la présence du basque (la langue).

Les communes qui la composent font partie des cantons de Mauléon-Licharre (Maule-Lextarre) et de Tardets-Sorholus (Atharratze Sorholuze), dans l'arrondissement d'Oloron-Sainte-Marie et partiellement de celui de Saint-Palais (Basse-Navarre) dans l'arrondissement de Bayonne. Il faut ajouter à ces communes, le village d'Esquiule, situé en terre béarnaise mais généralement rattaché à la Soule, la population y ayant traditionnellement été souletinophone.

Les communes de Soule intégrées à l'arrondissement d'Oloron-Sainte-Marie, hormis Esquiule, se sont associées pour former la communauté de communes de Soule-Xiberoa. Les communes de Soule de l'actuel canton de Saint-Palais sont intégrées dans la communauté de communes d'Amikuze.

Son économie repose principalement sur l'agriculture (élevage laitier notamment avec les fromages de brebis), la sous-traitance aéronautique et quelques petites industries artisanales comme celle de l'espadrille.
On parle en Soule un dialecte basque particulier : le souletin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est limitée:

La Soule peut être délimitée en trois zones :

Division territoriale selon l'Académie de la langue basque[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, l'Académie de la langue basque ou Euskalzaindia divise le territoire de la Soule[2],[3] selon les recommandations du comité de sa commission d'onomastique[4].

Division territoriale selon Euskaltzaindia

La Soule est divisée en trois zones:

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Soule.

L'histoire de la Soule est l'histoire d'une petite province agricole (pour une bonne partie agriculture de montagne) un peu enclavée. Peu influencée par l'Empire romain, elle profite des troubles du Moyen Âge pour se constituer en vicomté de Soule. Prise dans les longues guerres entre l'Angleterre et la France, elle appartient successivement à l'une et à l'autre avec un intermède béarnais. Elle est rattachée au royaume de France puis à la République qui lui supprime ses dernières libertés locales. Elle se développe avec les progrès de l'agriculture et en créant une industrie de l'espadrille. Mais la mondialisation la fait régresser et elle compte désormais sur le tourisme et l'agriculture.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Culture et idiome[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : pastorale (Pays basque).

La Soule est connue aussi pour être une des provinces du Pays basque où les traditions sont les mieux conservées, notamment grâce aux pastorales qui ont lieu désormais chaque été et connaissent un franc succès populaire. De nombreux personnages du folklore basque traditionnel y sont représentés. Les villageois préparent durant toute l'année les danses et la pièce de théâtre. Traditionnellement, le thème est surtout religieux mais, depuis peu, représente aussi la vie quotidienne des Basques. Ces spectacles peuvent durer plus de quatre heures.

En hiver, un village est chargé d'organiser la mascarade, carnaval fait de danses traditionnelles et de prêches, et se produit chaque week-end dans les autres villages de la province.

Langues[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : basque et souletin.

Le français reste la seule langue officielle dans tout l'Hexagone mais la variété du basque de Soule, le souletin (parlé par 64 % de la population de la province[13]) reste toujours usité. Le basque n'a pas de statut officiel mais la plupart des panneaux de signalisation sont bilingues français/basque.

La langue usitée à Gestas, Montory et Osserain-Rivareyte était naguère le gascon[14].

L'identité basque est élevée : 71 % des souletins se déclarent basques, le taux le plus élevé du Pays basque français (ou Pays basque nord, Iparralde en basque)[15].

Mauléon-Licharre
capitale de la Soule.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason province fr Soule.svg

Les armes de la Soule se blasonnent ainsi : De gueules au lion d'or.

Personnalités liées à la Soule[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Marc Large, "Xan de l'Ours, la légende de l'homme sauvage", éditions Cairn.
  2. Zuberoa: Toponymes (noms de lieux) sur le site de l'Académie de la langue basque.
  3. (eu) Euskal Herriko udalerrien zerrenda alfabetikoa (Liste alphabétique des communes du Pays basque)
  4. (eu) Onomastika batzordea. En 2012, des personnalités telles Txomin Peillen, Jean-Louis Davant, Jean-Baptiste Orpustan ou Bernadette Soulé y siègent
  5. (es) Arbailles Auñamendi Eusko Entziklopedia.
  6. Arbaila (Zuberoa (-a)) : toponymes sur le site de l'Académie de la langue basque.
  7. (es) Basabürüa Auñamendi Eusko Entziklopedia.
  8. Basabürüa (Zuberoa (-a)): Toponymes sur le site de l'Académie de la langue basque.
  9. (es) Ibarresküin Auñamendi Eusko Entziklopedia.
  10. (es) Ibarresküin Auñamendi Eusko Entziklopedia.
  11. (es) Pettarra Auñamendi Eusko Entziklopedia.
  12. Pettarra (Zuberoa (-a)) : toponymes sur le site de l'Académie de la langue basque.
  13. Jacques Leclerc. "Les variétés dialectales du basque". Université Laval, Trésor de la langue française au Québec. 23 mars 2006
  14. Jean-Louis Davant, Histoire du peuple basque, Donostia, Elkarlanean,‎ 2000 (ISBN 2913156231), p. 286 qui renvoie à l'hebdomadaire Enbata, numéro 1553 du 28 novembre 1998
  15. Richard Y. Bourhis. "La continuidad del euskera: Clasificación de la población según la identidad cultural. Universidad de Québec en Montréal (noviembre de 1994). Consulté le 23-12-2006

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Pays de Soule (Pierre Bidart ed.), Ed.Izpegi, Baigorri, 1994.
  • Juan José Lapitz Amar a Euskalerría conociéndola 1984 Fuenterrabía (ISBN 84-400-5011-9)
  • Marc Large, "Xan de l'Ours", préface de Renaud, Éditions Cairn, 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :