Autoroute A6 (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Autoroute française A6)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A6, Autoroute A6 et Autoroute du Soleil.
Autoroute A6
A6
Carte de l'autoroute A6
Autres dénominations Autoroute du Soleil
Historique
Ouverture de 1960 à 1971
Caractéristiques
Longueur 470 km
Direction nord / sud-est
Extrémité nord Porte d'Orléans (A6a) et Porte d'Italie (A6b) à Paris
Intersections Porte d'Orléans et A106 à Chevilly-Larue
A86 à Fresnes
A10 à Wissous
A77 à Poligny
A19 à Piffonds
A38 à Pouilly-en-Auxois
A31 à Beaune
A40 à Sancé
A46 à Ambérieux
Extrémité sud-est A7 à Lyon
Villes principales Antony, Orly, Le Kremlin-Bicêtre, Évry, Nemours, Auxerre, Beaune, Chalon-sur-Saône, Mâcon, Villefranche-sur-Saône
Réseau Autoroute française, également E15, E21, E60

L'autoroute A6 (surnommée autoroute du Soleil) est une autoroute qui relie le sud-est de Paris et Lyon, en France, en empruntant la vallée de la Saône. Elle est prolongée par l'A7 pour rejoindre Marseille.

L'autoroute A6 est exploitée par la société Autoroutes Paris-Rhin-Rhône. Elle mesure 470 km de long. Elle fait partie des routes européennes E15, E21 et E60.

Historique[modifier | modifier le code]

L'autoroute A6 a été construite entre 1953 et 1971.

  • 1953 : début de la construction d'un premier tronçon entre Paris et Le Coudray-Montceaux[1].
  • 1960 : l'« Autoroute du Sud » ouvre entre Paris et Le Coudray-Montceaux (34 km).
  • 1961 : la SAPL (Société de l'Autoroute Paris-Lyon) est créée. Les premiers terrassements de la section Auxerre-Sud / Nitry sont lancés durant l'été, à proximité du village de Saint-Cyr-Les-Côlons.
  • 1963 : ouverture du tronçon Auxerre-Sud / Nitry long de 25 km. Cette portion est d'abord gratuite mais interdite aux poids-lourds et aux autocars.
  • 1964 : ouverture du tronçon Nitry / Avallon. L'utilisation de la portion entre Auxerre et Avallon est désormais à péage et autorisée à tous types de véhicules à moteur. Il s'ensuivra ainsi pour le reste du tracé entre Fleury-en-Bière et Limas près de Villefranche-sur-Saône. Une portion gratuite est inaugurée entre Le Coudray-Montceaux et Ury.
  • 1965 : ouverture du tronçon Auxerre-Nord / Auxerre-Sud. Une autre portion payante est inaugurée entre Ury et Nemours.
  • 1966 : ouverture de la déviation de Villefranche-sur-Saône longue de 12 km reliant Arnas au nord et Anse au sud.
  • 1967 : ouverture du tronçon Nemours / Auxerre-Nord. L'autoroute relie désormais Paris à Avallon sur 210 km sans interruption. Cette ouverture se déroule peu avant le week-end pascal. Lors de ces congés de fin de semaine, une véritable marée automobile déferle sur l'A6, provoquant alors de grands embouteillages et pulvérisant littéralement les records de trafic de l'époque. Les Franciliens sont très nombreux à profiter du week-end pour aller à la campagne, et par la même occasion, découvrir cette nouvelle liaison rapide entre Paris et la Bourgogne[2].
  • 1969 : ouverture des tronçons entre Avallon et Pouilly-en-Auxois ainsi qu'entre Villefranche-sur-Saône et Mâcon-Nord. Inauguration d'une portion gratuite entre Anse et Limonest.
  • 1970 : dernière ouverture d'une portion payante entre Pouilly-en-Auxois et Mâcon-Nord. Inauguration, par le président de la République Georges Pompidou, de la liaison autoroutière Marseille - Lille, à l'aire de repos de Savigny-lès-Beaune. Cette aire, à équidistance de Lille et de Marseille, comporte une plaque commémorative rappelant cet événement.
  • 1971 : fin de la construction de l'A6 le 8 décembre avec l'ouverture du tunnel de Fourvière et achèvement de l'axe Paris - Lyon (455 km).
  • 1972 : ouverture de l'A6b entre Cachan et Le Kremlin-Bicêtre.
  • 1975 : la SAPL devient la SAPRR (Société des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône).
  • 31 juillet 1982 : Accident d'autocar à Beaune faisant plus de 50 morts. Suite à ce drame, on décide de doter l'autoroute de glissières de sécurité centrales (chaussées autrefois séparées par une simple bande végétale sans barrière) et l'autoroute s'élargit à 2×3 voies entre Beaune et Lyon puis entre Auxerre et Paris.
  • 1997 : début des travaux de mise aux normes de sécurité du tunnel de Fourvière (fermetures fréquentes la nuit).
  • 2006 : limitation de vitesse au tunnel de Fourvière à 70 km/h au lieu de 90 km/h auparavant. Ouverture de l'échangeur Villefranche-Nord 31.1 (celui situé au niveau du péage étant renuméroté en 31.2) le vendredi 10 novembre à 16h00, le poste de péage est entièrement automatisé.
  • 2007 : début de l'automatisation des péages sur certains échangeurs la nuit.
  • 2012 : couverture de l'A6b entre Le Kremlin-Bicêtre et Arcueil.

Projets[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

A6a et a6b[modifier | modifier le code]

A6[modifier | modifier le code]

La cuvette de l'Essonne à Villabé.
Péage de Fleury-en-Bière.
Échangeur A6-A77.
  • sortie 15 à 70 km : Fontainebleau (Vers Paris), D 607 ex-N 7
  • sortie 16 à 73 km : Montereau-Fault-Yonne, Nemours
  • Demi  Échangeur entre A77 et A6, à 80 km (de et vers Paris)
    • Aires de repos de Sonville (sens Paris - Lyon), de Floée (sens Lyon - Paris), à 86 km
    • Aires de repos du Liard (sens Paris - Lyon), d'Égreville (sens Lyon - Paris), à 91 km
    • Aires de repos du Parc Thierry (sens Paris - Lyon), de la Roche (sens Lyon - Paris), à 103 km
  •  Échangeur entre A19 et A6 (Échangeur de Courtenay), à 112 km
    • sortie 17 à 111 km : Montargis, Orléans par la RD 660 (ex-RN 60)
    • Aire de repos des Châtaigniers (sens Paris - Lyon), à 117 km
    • Aires de service de la Réserve (Shell+Autogrill) (sens Paris - Lyon), de la Couline (Total+Autogrill) (sens Lyon - Paris), à 123 km
  • sortie 18 à 129 km : Joigny (sortie Sépeaux)
    • Aires de repos de la Racheuse (sens Paris - Lyon), de la Loupière (sens Lyon - Paris), à 136 km
    • Aire de repos des Pâtures (sens Lyon - Paris), à 145 km
    • Aire de repos de la Biche (sens Paris - Lyon), à 150 km
  • sortie 19 à 154 km : Auxerre-nord, RN 6
    • Aires de repos des Bois Impériaux (sens Paris - Lyon), du Thureau (sens Lyon - Paris), à 158 km
  • sortie 20 à 165 km : Auxerre-sud, vers Chablis - Tonnerre - Ancy-le-Franc - Cry, (par Route nationale 65)
    • Aires de service de Venoy Grosse Pierre (Total+l'Arche)-Pont Pieton- (sens Paris - Lyon), de Venoy Soleil Levant (Shell+l'Arche+ Hôtel Ibis) (sens Lyon - Paris), à 167 km
    • Aire de repos de la Grosse Tour (sens Paris - Lyon), à 174 km
    • Aire de repos du Buisson Rond (sens Lyon - Paris), à 178 km
    • Aire de repos du Chevreuil (sens Lyon - Paris), à 185 km
    • Aire de repos de la Couée (sens Paris - Lyon), à 187 km
Aire de la Chaponne.
  • sortie 21 à 190 km : Nitry vers Montbard
    • Aire de repos d'Hervaux (sens Lyon - Paris), à 193 km
    • Aire de repos de Montmorency (sens Paris - Lyon), à 198 km
  • sortie 22 à 209 km : Avallon par D 646
    • Aires de service de la Chaponne (BP+Autogril) (sens Paris - Lyon), de Maison-Dieu (Avia+l'Arche) (sens Lyon - Paris), à 213 km
    • Aire de repos de Genetoy (sens Lyon - Paris), à 219 km
    • Aire de repos d'Époisses (sens Paris - Lyon), à 223 km
    • Aires de repos de Ruffey (sens Paris - Lyon), de la Côme (sens Lyon - Paris), à 233 km
  • sortie 23 à 235 km : Semur-en-Auxois
    • Aires de repos de Fermenot (sens Paris - Lyon), de Marcigny (sens Lyon - Paris), à 242 km
    • Aires de service du Chien Blanc (Avia+Autogrill) (sens Paris - Lyon), Aire des Lochères (BP+Autogrill) (sens Lyon - Paris), à 255 km
Panneau Michelin de l'aire de La Garenne.
    • Aires de repos de Chaignot (sens Lyon - Paris), de la Repotte (sens Lyon - Paris), à 269 km
    • Aire de repos de La Garenne (sens Paris - Lyon), à 280 km
    • Aires de service de la Forêt (Esso) (sens Paris - Lyon), de Creux-Moreau (total) (sens Lyon - Paris), à 286 km
    • Aire de repos du Bois des Corbeaux (sens Lyon - Paris), à 294 km
    • Aire de repos du Rossignol (sens Paris - Lyon), à 296 km
    • Aire de repos de Savigny-lès-Beaune (sens Lyon - Paris), à 297 km
  • sortie 24 à 301 km : Beaune-Saint Nicolas (D974, ancienne RN 74)
  •  Échangeur entre A31 et A6, à 304 km
Échangeur A6-A31.
  • sortie 24.1 à 307 km : Beaune-Centre et Hospices
    • Aires de service de Beaune-Tailly (Total+Autogrill+Hôtels Coté France) (sens Paris - Lyon), de Beaune-Merceuil (Carrefour+Autogrill+Hôtels Coté France) (sens Lyon - Paris), à 311 km
    • Aires de repos du Curney (sens Paris - Lyon), de la Loyère (sens Lyon - Paris), à 323 km
  • sortie 25 à 329 km : Chalon-sur-Saône - Nord, Autun
  • sortie 26 à 335 km : Chalon-sur-Saône - Sud, Le Creusot, Montceau-les-Mines et Lons-le-Saunier (Route nationale 80)
    • Aires de service de la Ferté (Carrefour+l'Arche) (sens Paris - Lyon), de Saint-Ambreuil (BP+l'Arche) (sens Lyon - Paris), à 342 km
    • Aires de repos de Jugy (sens Paris - Lyon), de Boyer (sens Lyon - Paris), à 352 km
  • sortie 27 à 355 km : Tournus (N 6)
    • Aires de repos de Farges (sens Paris - Lyon), d'Uchizy (sens Lyon - Paris), à 364 km
    • Aires de service de Mâcon-Saint-Albain (Shell+l'Arche+Quick) (sens Paris - Lyon), de Mâcon-la-Salle (Total+l'Arche+Quick) (sens Lyon - Paris), à 378 km
  • sortie 28 à 381 km : Mâcon-nord (N 6)
  •  Échangeur entre A40 et A6, à 383 km
  • sortie 29 à 391 km : Mâcon-sud, Moulins (Route nationale 79)
    • Aires de repos de Crêches (sens Paris - Lyon), des Sablons (sens Lyon - Paris), à 397 km
    • Aires de service de Dracé (Total+Autogrill) (sens Paris - Lyon), de Taponas (Shell+Autogrill) (sens Lyon - Paris), à 408 km
  • sortie 30 à 412 km : Belleville
    • Aires de repos de Patural (sens Paris - Lyon), de Boitray (sens Lyon - Paris), à 419 km
  • sortie 31.1 à 421 km : Villefranche-Nord et Arnas (ouvert le 10.11.2006 à 16 h 00)
  • sortie 31.2 à 426 km : Villefranche-Sud et Jassans-Riottier
    • Aire de repos de Vilefranche-Limas-Est (sens Lyon - Paris), à 427 km
Péage de Villefranche-Limas.
  • BAB-Grenze.svg Péage de Villefranche-Limas, à 427 km
    • Aire de repos de Vilefranche-Limas-Ouest (sens Lyon - Paris), à 427 km
  •  Échangeur entre A46 et A6, à 431 km
  • sortie 32 à 434 km : Anse (direction Lyon)
    • Aires de service des Chères Ouest (Carrefour) (sens Paris - Lyon), de Chères Est (Carrefour) (sens Lyon - Paris), à 436 km
  • sortie 33 à 445 km : Roanne, Villefranche et Mâcon par D 306
    • Aires de service de Dardilly (Agip) (sens Paris - Lyon), de Bruyères-Paisy (Agip) (sens Lyon - Paris), à 445 km
    • sortie 33.1 : Villefranche-sur-Saône par RD, Roanne, Limonest-Le Bourg (direction Paris)
    • sortie 33.2 : Limonest-La Garde, Dardilly Porte de Lyon (direction Paris)
  • sortie 34 à 448 km : Techlid-Pôle Économique, Dardilly (direction Paris)
  • sortie 35 à 450 km : Écully
  • sortie 36 à 452 km : Tassin, à la Porte du Valvert (Boulevard Périphérique)
  • sortie 37 à 455 km : Tassin-la-Demi-Lune, Lyon-Ménival (direction Paris) (PR 453)
  • sortie 38 à 456 km : Vaise, Saint-Just, Gorge de Loup (direction Paris) (PR 453)
  • sortie 39a à 458 km : Quais de Saône
  • sortie 39b à 459 km : Lyon-Centre - Gare de Perrache
  • sortie 39c à 460 km : La Part-Dieu, Rive Gauche (PR 455)
  •  Échangeur entre A7 et A6 par le Centre d'échanges de Perrache

Autoroute A6a[modifier | modifier le code]

A6a (au centre) et A6b (sur les côtés), à la hauteur de Fresnes, en regardant vers Paris.

L’autoroute A6a part du périphérique parisien au niveau de la Porte d'Orléans en direction du sud et rejoint rapidement l'autoroute A6b qui part de la Porte d'Italie. Les deux autoroutes sont accolées la plupart du temps mais restent séparées par un terre-plein et des glissières de sécurité. Des embranchements permettent de rejoindre l’autoroute A10 en direction de Bordeaux. Les deux autoroutes fusionnent au niveau d’Antony pour devenir l’autoroute A6 en direction de Lyon.

Autoroute A6b[modifier | modifier le code]

L’autoroute A6b a été construite à la fin des années 1960 afin de relier Paris au marché d'intérêt national de Rungis ; elle est mise en service en 1969 sans protection acoustique. Ces protections ont été installées après une constatation du trafic élevé (100 000 véhicules par jour).

Pour protéger les riverains des nuisances sonores, des travaux de couverture de l’A6b ont été réalisés entre 2010 et 2012 au Kremlin-Bicêtre. Ce projet a été estimé à 120 millions d’euros[4].

A106 et A126[modifier | modifier le code]

Autoroute A106[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Autoroute A106 (France).

Autoroute A126[modifier | modifier le code]

A 6 - A 10 (tronçon auparavant numéroté A 87)[5]

  •  Échangeur entre A6 et A126 km 0
  •  Échangeur entre A10 et A126 km 1,5

Lieux sensibles[modifier | modifier le code]

L'autoroute A6 à Villabé dont la chaussée comporte encore des dalles de béton en août 2010.
L'autoroute A6 à Villabé pendant les travaux de réfection de la chaussée en juillet 2012. À gauche, la chaussée rénovée du sens Paris-Province.

Col de Bessey-en-Chaume : situé entre Avallon et Beaune à 565 mètres d'altitude. Une pente dangereuse, surtout par une météo défavorable, existe en direction de Lyon. Cette pente est limitée à 110 km/h, avec contrôle automatique de la vitesse. Des fermetures aux véhicules lourds ont parfois lieu pendant la période hivernale, en cas d'enneigement.

Le tronçon entre Villabé et Saint-Germain-sur-École, d'une longueur de 13 km, est le dernier tronçon qui utilise encore (en 2011) le revêtement d'origine en béton, datant de 1960. Ces dalles de béton offrent une adhérence et une visibilité précaires par temps de pluie (pas de drainage des eaux), sont très inconfortables pour les automobilistes (bruits de roulement, secousses dues aux jointures entre dalles, souvent décalées), dangereuses pour les 2 roues (rainurages) et sont sources de nuisances sonores pour les riverains. Des travaux sont programmés pour la période 2010-2014 afin de procéder au renouvellement complet de la chaussée[6].

Une première tranche de travaux est programmée pour juillet 2012[7]. La rénovation de la chaussée concerne, dans un premier temps, la section de l'autoroute située sur les communes de Lisses et de Villabé, du PR 27+850 au PR 31+200[8]. La section située sur les communes d'Ormoy et du Coudray-Montceaux sera rénovée en 2013. La rénovation de la dernière section, du Coudray-Montceaux à la limite du département de l'Essonne, interviendra à l'horizon 2014-2015.

Les travaux préparatoires de la rénovation de la chaussée entre Lisses et Villabé ont débuté le 19 avril 2012[9]. Ils consistent en la refonte du terre-plein central et de la hauteur des dispositifs latéraux de sécurité ainsi que le relèvement de six ponts. La rénovation en elle-même consiste en la mise en œuvre d'une nouvelle couche de chaussée de 15 cm après fragmentation de la couche de béton en place[10].

Secteurs chargés[modifier | modifier le code]

Région de Lyon[modifier | modifier le code]

Dans le tunnel de Fourvière, de nombreux bouchons sont notables depuis Dardilly en direction de Lyon. Enfin, dans l'agglomération lyonnaise, le trafic est très dense de l'échangeur de la Nationale 6 jusqu'à l'échangeur de Perrache dans le centre ville de Lyon tous les jours. Dans les deux sens, Paris - Lyon et Lyon - Paris, l'échangeur de la N6 est toujours saturé.

Région parisienne (section non concédée)[modifier | modifier le code]

L'A6 est une des autoroutes des plus fréquentées d'Île-de-France.

Sens Province → Paris[modifier | modifier le code]

Pour le tronçon Villabé vers Paris Porte d'Italie et Porte d'Orléans.

Le trafic est très dense entre h et h 30 environ, accompagné d'une circulation fortement ralentie voire arrêtée à certains endroits de Lisses, situé à 31 km de la capitale jusqu'aux portes d'Italie et d'Orléans à Paris. De plus, à ces mêmes périodes, sur le tronçon entre Grigny et Chilly-Mazarin en passant par la cuvette de Savigny, le trafic est extrêmement ralenti.

De nombreuses villes sont situées au bord de cet axe telles que Lisses, Corbeil-Essonnes, Villabé, Évry, Ris-Orangis, Grigny, Viry-Châtillon, Savigny-sur-Orge, Chilly-Mazarin, Wissous, etc. De ce fait, l'A6 permet ainsi aux personnes domiciliées dans ces secteurs résidentiels d'aller travailler à Paris, chaque matin.

Les usagers se rendant à Paris ont une information en temps réel grâce à un panneau à message variable, au niveau de Wissous - situé à 15 km du boulevard périphérique de Paris - leur permettant de choisir entre l'A6a ou l'A6b, en fonction des conditions de circulation[11]. Enfin, sur l'ensemble du tronçon, les automobilistes sont informés régulièrement par des panneaux leur indiquant les temps de parcours entre la banlieue et le boulevard périphérique. En fin de journée, le trafic peut être légèrement dense à certains endroits - souvent chargé à l'approche des deux portes de Paris - mais est incontestablement moins ralenti que le matin. Enfin, les matinées des mardis et jeudis sont les deux périodes les plus denses.

En weekend et sauf évènement particulier, la circulation vers Paris est extrêmement fluide. Cependant les dimanches, en fin d'après-midi, la circulation peut se densifier à partir de Villabé jusqu'aux deux portes de la capitale (retours de weekend, achats dans les grandes zones commerciales, etc.).

Vitesse moyenne entre 6 h et 10 h[modifier | modifier le code]

Selon les secteurs, les vitesses moyennes constatées sont[12] :

Vitesse moyenne entre 16 h et 20 h[modifier | modifier le code]

Selon les secteurs, les vitesses moyennes constatées sont[13] :

Sens Paris → Province[modifier | modifier le code]

Les matins de semaine, le trafic connaît quelques difficultés de circulation à certains endroits. Il faut compter en moyenne 25 minutes entre la porte d'Italie et Évry (29 kilomètres). Cependant, le trafic se charge considérablement des deux portes de Paris jusqu'à Évry entre 16 h et 20 h. Le plus souvent, les embouteillages se localisent entre Wissous et Savigny-sur-Orge en passant par l'échangeur A126 en provenance de Massy, soit un total 10 kilomètres environ.

Info trafic en direct[modifier | modifier le code]

Le site internet Sytadin permet de visualiser en direct le trafic de l'A6 en Île-de-France ou sur téléphone portable.

EFM (radio), radio sud-francilienne, fait le point sur le trafic de l'A6 tous les quarts d'heure le matin et toutes les demi-heures le soir, en semaine.

France Bleu 107.1 (ex-France Bleu Île-de-France) permet le matin (de h à 10 h) et le soir (de 17 h 30 à 21 h) aux conducteurs de partager en direct des informations sur les accidents et autres dangers de la route dans l'émission On fait la route ensemble du lundi au dimanche. Toutes les nuits, un point sur les fermetures d'autoroutes et de routes nationales est diffusé tous les quarts d'heures.

Particularités[modifier | modifier le code]

Pendant ces périodes, l'autoroute est particulièrement chargée en direction du sud en début de congé puis, dans un second temps, en direction de Paris, en fin de vacances. Durant le dernier weekend de juillet et le premier weekend d'août, la circulation est régulièrement bloquée dans les deux sens sur des centaines de kilomètres. Cette période est surnommée le chassé-croisé entre les Franciliens dits juillettistes qui terminent leurs vacances et ceux dits aoûtiens qui les commencent.

Vacances scolaires[modifier | modifier le code]

Cette autoroute est très utilisée en période de congés car elle permet aux personnes vivant dans le nord de la France et aux Franciliens de rejoindre les côtes de la Méditerranée et plus généralement le sud-est de la France (par l'A7 de Lyon à Marseille).

Vacances de Noël et d'hiver[modifier | modifier le code]

Elle permet également de rejoindre les Alpes via Lyon pour les stations de sport d'hiver.

Désengorgement[modifier | modifier le code]

L'autoroute A5 a été construite entre 1990 et 1995 pour désengorger l'A6 aux abords de Paris. Ainsi, l'automobiliste qui vient du sud a la possibilité, à hauteur de Beaune, de quitter l'A6 pour emprunter l'autoroute A31 pendant environ 120 kilomètres, jusqu'aux abords de Marac (Haute-Marne) où débute l'autoroute A5 qui permet de rejoindre la région est de l'Île-de-France en passant au sud de Chaumont et de Troyes et au nord de Melun. Il est également possible de passer de l'A6 à l'A5 en empruntant l'A19 entre Piffonds, au nord-est de Courtenay, et La Chapelle-sur-Oreuse, au nord de Sens. Toutefois, la tarification en vigueur ainsi que les moteurs de recherche d'itinéraires n'incite pas les usagers de l'est parisien à briser l'habitude du détour par la Porte d'Italie ou par Évry.

Depuis 2004, après la construction de viaduc de Millau sur l’autoroute A75, Clermont-FerrandBéziers, qui permet de relier l'Europe du Nord à l'Espagne sans faire de détour par l'A6 puis l'A7, l'autoroute A6 a été déchargée de beaucoup de vacanciers en route vers l'Espagne.

Sites remarquables[modifier | modifier le code]

Insolite[modifier | modifier le code]

  • Entre le 22 août 1984 et le 2 avril 2005, une vingtaine de jeunes femmes sont victimes de crimes ou de disparitions mystérieuses « dans un rayon de 200 kilomètres le long de l'autoroute A6 ». Ce dossier des « disparues de l'A6 » connaît de nombreux rebondissements, l'enquête policière ayant pu élucider certains meurtres mais hésitant pour les autres à y voir des coïncidences ou les actes d'un ou de plusieurs tueurs en série[14].
  • Depuis 1992[15], sur la commune de Senan dans l'Yonne, entre Joigny et Auxerre, une publicité géante est dessinée par la taille particulière d'un champ à flanc de colline de façon à être vue de loin par les automobilistes, dans le sens Paris - Lyon. Le slogan change tous les ans à l'occasion de la récolte, l'été.
  • Avec 66 km, la distance entre les sorties 23 et 24 est la plus longue sur une autoroute française mais la bifurcation A6/A38, située entre les deux, permet de rejoindre rapidement le réseau classique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Parisien - L’autoroute du Sud a 50 ans, article du 25 septembre 2010
  2. Véronique Lefèvre, Paris-Rhin-Rhône, histoire d'autoroutes, Le Cherche Midi éditeur, 2001.
  3. Site officiel du raccordement A89-A6, 24 mai 2011, consulté le 2 septembre 2014.
  4. Site officiel de l’A6b
  5. Article de l'A126 sur WikiSara
  6. Site web du journal Le Parisien. Consulté le 20/08/2010.
  7. Les vieilles dalles de béton de l’A 6 remplacées à partir de juillet, article du 20 février 2012, sur www.leparisien.fr. Consulté le 23 mars 2012.
  8. Site internet TED, version en ligne du « Supplément au Journal officiel de l'Union européenne », consacré aux marchés publics européens. Marché de travaux 47460-2012 : travaux de revêtement d'autoroutes 2012/S 30-047460, avis d'attribution de marché. Consulté le 12/04/2012.
  9. Le chantier de l’A 6 enfin lancé, article du 19 avril 2012, sur www.leparisien.fr. Consulté le 19 avril 2012.
  10. Communiqué de presse de la Direction régionale et interdépartementale de l'équipement et de l'aménagement Île de France, 17 avril 2012, "Autoroute A6 – Rénovation des chaussées sur les communes de Lisses et de Villabé". Consulté le 19 avril 2012.
  11. communiqué de presse du 2 avril 2009 de la DIRIF sur un panneau à message variable à hauteur de Chilly-Mazarin / Wissous, consulté le 5 mars 2011.
  12. Vitesses moyennes du réseau Sirius - Tranche 6/10 h - Année 2009, sur « enroute.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr », consulté le 10 avril 2011
  13. Vitesses moyennes du réseau Sirius - Tranche 16/20 h - Année 2009, sur « enroute.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr », consulté le 10 avril 2011
  14. Elsa Vigoureux, « Les étranges meurtres de l'autoroute A6 », sur Le Nouvel Observateur,‎ 17 décembre 2011 (consulté le 23 septembre 2014).
  15. D'après le site de l'entreprise en question, consulté le 23 septembre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc France Barbou, La difficile genèse de l'autoroute du Sud (1934-1964), Paris, Presses de l’École Nationale des Ponts et Chaussées,‎ 2010, 320 p. (ISBN 978-2-85978-453-9, présentation en ligne)
  • Carte-guide, édition juin 2009, 48 pages, groupe APRR.