Chablis (Yonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chablis.
Chablis
Image illustrative de l'article Chablis (Yonne)
Blason de Chablis
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Chablis
(Chef-lieu)
Intercommunalité CC du Pays chablisien (siège)
Maire
Mandat
Patrick Gendraud (UDI)
2014-2020
Code postal 89800
Code commune 89068
Démographie
Gentilé Chablisiens
Population
municipale
2 302 hab. (2011)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 46′ 56″ N 3° 47′ 51″ E / 47.7822, 3.797547° 46′ 56″ Nord 3° 47′ 51″ Est / 47.7822, 3.7975  
Altitude Min. 126 m – Max. 311 m
Superficie 38,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chablis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chablis

Chablis est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne.

Ses habitants sont appelés les Chablisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la RD965 (ancienne RN65), axe reliant Auxerre18 km à l'ouest) et Chaumont120 km à l'est). Sur le même axe à l'est, la commune est distante de 16 km de Tonnerre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière nommée le Serein.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Voici plusieurs désignations rencontrées sur les documents historiques[1],[2] :

  • « Capleia », 867 (cart. gén. de L'Yonne, I, 96) ;
  • « Chableys », 1116 (ibid) ;
  • « Chableia » et « Chableiœ », 1118 (ibid., 234) ;
  • « Cableiacum », 1138 (ibid., 327) ;
  • « Chableium », 1172 (ibid., II, 237) ;
  • « Caplegiœ », 1198 (ibid., 489) ;
  • « Chablies », 1187 (ibid. 379) ;
  • « Chablis », 1308 (arch. de l'Empire, J415, n⁰ 97).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 867 : Charles II le Chauve donne le monastère Saint-Loup aux moines de Saint-Martin de Tours qui fuyaient les Normands.
  • 1116 : l'église de Chablis est confirmée dans son rattachement à l'abbaye de Saint-Michel de Tonnerre par Godefroy, évêque de Langres[3].
  • 1274 : le rattachement de la Champagne à France fait rentrer l'avouerie de Chablis sous suzeraineté royale. À partir de cette époque, deux justices sont exercées tour à tour (celle du prévôt de Saint-Martin de Tours et celle des officiers des sires de Noyers)[4]
  • 1403 : Le bourg est entouré d'une enceinte (trois portes et vingt-neuf tours). Les faubourgs (incluant l'église Saint-Pierre et le prieuré de Saint-Cosme) sont eux aussi protégés par une muraille.
  • 1478 : les Lerouge établissent à Chablis la cinquième imprimerie de France[5].
    • 1er avril 1478 : Pierre Lerouge imprime le Livre des bonnes mœurs fait et composé par frère Jacques Legrand.
    • 1483 : Pierre Lerouge imprime le Bréviaire d'Auxerre.
    • 1489 : Guillaume Lerouge imprime Les Expositions des euangilles en francoys.
  • 1568 : les huguenots prirent et incendièrent Chablis.
  • De 1887 à 1951, Chablis accueille une station de chemin de fer départemental "Le Tacot".
  • 15 juin 1940 : Chablis est bombardée par l'aviation allemande.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Chablis
Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1949 Raymond Rassinier    
1949 1966 Louis Protat MRP Conseiller général
1966 1970 Robert Vocoret    
1970 1971 Jacques Morand    
1971 1977 Louis Protat MRP Conseiller général
1977 2001 Georges Maingonat SE Conseiller général
mars 2001 en cours Patrick Gendraud[6] UDI (NC) Conseiller général

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 302 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 203 2 271 2 287 2 410 2 555 2 456 2 603 2 583 2 601
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 272 2 335 2 339 2 300 2 215 2 190 2 379 2 318 2 353
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 281 2 254 2 020 1 741 1 892 1 935 1 838 1 796 1 655
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 687 1 982 2 408 2 414 2 569 2 594 2 476 2 482 2 338
2011 - - - - - - - -
2 302 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le Festival du Chablisien[9] a lieu la deuxième quinzaine de juillet, dans la communauté de communes du Chablisien (musique médiévale, musique classique, musiques du monde et jazz).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

L'ancienne église Saint-Loup fut donnée par l'empereur Charles le Chauve en 867 aux religieux de Saint-Martin de Tours. Elle abrita en 872 les reliques du grand apôtre de la Gaule, dont elle prit ensuite le nom ; Saint-Martin est invoqué pour la protection des chevaux et des cavaliers (fers cloués sur la porte).

Monuments civils[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Vignoble de Chablis : la colline des Grands Crus qui fait face au village de Chablis, qui compte environ 106 hectares et 7 climats (Blanchot, Bougros, Vaudésir, Valmur, Les Preuses, Grenouilles et Les Clos). À gauche, on reconnaît le célèbre Château Grenouilles
Article détaillé : Vignoble de Chablis.

Le chablis est le vin élevé dans le terroir chablisien.

Le département de l'Yonne produit des spécialités nombreuses et variées et s'il n'y a pas un plat caractéristique comme dans d'autres régions, la cuisine traditionnelle chablisienne se distingue particulièrement par l'utilisation du vin de Chablis : escargots au chablis, soles glacées au chablis, poulet au chablis, jambon chaud à la chablisienne, lapereau sauté au chablis notamment. Des vins AOC autres que le Chablis peuvent être produits à Chablis, comme le Bourgogne mousseux, le Crémant de Bourgogne, le Bourgogne aligoté... Seul un vin IGP peut y être produit: l'IGP départementale Yonne[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« Parti : au premier d'azur semé de fleurs de lys d'or, au second de gueules à Saint-Martin à cheval coupant de son épée la moitié de son manteau pour la donner à un pauvre, le tout d'argent. ».

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]