Anse (Rhône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anse.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Ance.
Anse
Image illustrative de l'article Anse (Rhône)
Blason de Anse
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Anse
Intercommunalité Communauté de communes Beaujolais-Pierres Dorées
Maire
Mandat
Daniel Pomeret
2014-2020
Code postal 69480
Code commune 69009
Démographie
Gentilé Ansois
Population
municipale
6 251 hab. (2011)
Densité 410 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 06″ N 4° 43′ 05″ E / 45.935, 4.718 ()45° 56′ 06″ Nord 4° 43′ 05″ Est / 45.935, 4.718 ()  
Altitude Min. 167 m – Max. 358 m
Superficie 15,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Anse

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Anse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Anse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Anse
Liens
Site web http://www.cc-beaujolais.com/anse/
Vue aérienne

Anse est une commune française située dans le département Rhône et la région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située aux portes du Beaujolais, au nord de Lyon, la commune d'Anse s'étend sur une superficie de 1 523 hectares.

C'est la commune de confluence entre l'Azergues et la Saône.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Graves-sur-Anse

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pommiers Limas Villefranche-sur-Saône Jassans-Riottier (Ain) Rose des vents
Theizé N Saint-Bernard (Ain)
O    Anse    E
S
Lachassagne Lucenay Ambérieux d'Azergues

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du site, très ancienne, est attestée par la découverte de divers objets datés de l'âge du bronze, pointes de lance, hache, épées, une épingle à tête conique. Des pointes de lance gauloises en fer datées de l'âge du fer 2 ou la Tène comme divers autres objets, dont une petite coupe en terre noire, une assiette gauloise en terre cuite grise[1].

Période gallo-romaine: Anse est à l'origine un castellum romain (place forte) qui se situait sur la voie reliant Lyon à Autun. À l'époque, la cité fortifiée s'appelait Asa Paulini et ses habitants Ansenses, du latin ansa "anse".

De cette implantation romaine sont restés de nombreux vestiges dont certains sont encore visibles comme les remparts datés de la moitié du IIIe siècle et certaines des 15 tours qui les composaient[2].
Des fouilles ont également mis au jour plusieurs mosaïques, des peintures murales ainsi que des poteries et statuettes, notamment sur un site important sur lequel aurait pu se situer un vaste palais (La Grange du Bief). Une borne milliaire datée de 43 trouvée au coin d'une maison, porte une inscription gravée : « AVDIVS DRVS F. / VSTVS GE / AXIMS / DESIG / TI. Claudius Drusii Filius / Caesar Augustus Germanicus / pontifex maximus. Tribunicae potestate / I... designatus » Elle a été classée le 3 mars 1979[1].

Des objets de l'époque romaine ont été retrouvés, des coupes à boire en bronze dont une incrustée d'argent et de cuivre, un grand vase et une casserole en bronze, des haches en fer, une vase en terre cuite noire, et des cruches en terre cuite rouge.

Divers instruments de mariniers en bronze et en fer ne sont pas datés exactement mais attestent de l'ancienneté de cette activité.

D'après une inscription du VIII des calendes d'avril (24 mars) de l'obituaire de l'église de Lyon, Artaud, comte de Lyon, aurait donné Lucenay (Luccennacum) à l'église de Lyon. La date de 980 est donnée par A. Bernard sans argumentation[Note 1],[Note 2],[Note 3],[3],[4],[5].

En 1362, après la bataille de Brignais, Seguin de Badefol, avec 3 000 combattants, s'empare de la ville d'où il rançonne le comté de Mâcon, l'archevêché de Lyon la terre du seigneur de Beaujeu et tout le pays environnant jusque Marcigny-les-Nonnains.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Anse
Période Identité Étiquette Qualité
  1878 Antoine-Philibert Laverrière    
1878 1885 Claude-Antoine Régipas    
~ 1885 1900 Claude Beau    
~ 1900 1935 Eugène Bussy   Agriculteur
~ 1935 1958 Jean Vacher   Agriculteur
~ 1959 1977 Marcel Reby MRP Agriculteur
~ 1977 1989 Michel Lamy CDS Médecin
1989 1995 Jean-Pierre Pinault   Cadre EDF
1995   Daniel Pomeret PR Expert-comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • La commune est jumelée avec :

Drapeau de l'Allemagne Loßburg (Allemagne), voir Site de la commune

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Anse fait partie de la Communauté de communes Beaujolais-Saône-Pierres-Dorées

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 251 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 4],[Note 5].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 270 1 286 1 134 1 622 1 661 1 721 1 750 2 028 1 961
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 031 2 141 2 277 2 036 2 055 1 968 1 992 1 957 2 051
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 070 2 084 1 954 1 748 1 763 1 764 1 704 1 607 2 091
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 290 2 630 3 116 3 705 4 458 4 744 4 996 6 251 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La Fête des conscrits chaque année, dernier week-end de février

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le club de Football de Anse "MDA" qui signifie "Mont d'or d'Azergues" qui est jummelé avec le club de la ville de Chasselay Il y a aussi un club de :

- Basket - Tennis - Judo - Escalade - Futsal - Tennis de Table

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le chemin de fer touristique
  • Le chemin de fer touristique d'Anse

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Le nom Asa Paulini a été donné au collège d'Anse.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre et son clocher détruit lors des bombardements de la ville en 1944, reconstruit par la suite en béton puis rénové en 2006. Sa sacristie (et la baie du mur ouest de la sacristie) ont été inscrites monument historique le 15 janvier 1932. Elle possède trois plaques funéraires gallo-romaines en marbre gravé et la plaque funéraire d'un bourgeois d'Anse mort en 1309, objets classés le 25 janvier 1908[8]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château des Tours au début du XXe siècle
  • Habitat gallo-romain de la Grange du Bief classé monument historique par arrêté du 5 septembre 1986.
  • Le castellum romain  : vestiges de rempart, d'enceinte et de mur, le tout est classé monument historique en 1935[9]. La borne milliare datée de 43 est elle aussi classée. Deux cippes, des stèles en pierre de taille datant du IIe siècle et situées au départ du chemin de Graves ont été classées le 21 janvier 1981[1].
  • La mairie possède un sol gallo-romain découvert en 1864 et classé le 5 décembre 1908.
  • Le château des Tours du XIIIe siècle était le siège de la juridiction des chanoines Comtes de Lyon désignés par l’expression les « Barons d’Anse », il est propriété de la commune a été classé monument historique le 9 mars 1987. Rénové en 2008, il est désormais doté d'un petit musée archéologique.
  • Le château de la Fontaine est un château Renaissance classé MH 23 février 1912. Au bord de la RN6 dans le mur d'enceinte de ce château s'inscrit un portail en bois clouté. Dans la partie haute les clous donnent le date: 1710. Malheureusement ce portail tombe en ruine et a même été partiellement volé . Une tôle bouche le trou, seule la partie haute subsiste. Derrière ce portail une nymphéa alimente un vivier.
  • Le château de Saint-Trys construit à la fin du XVIIe siècle est inscrit MH ainsi que ses décors intérieurs.
  • Le château du Jonchay est attesté depuis 1326 mais le château actuel date du XVIIe siècle[10].
  • Le château des Bassieux

Patrimoine environnemental et touristique[modifier | modifier le code]

  • Le "petit train" Ligne de 2,5 km à voie de 0,38 m au départ de Anse vers le lieu-dit Le Colombier avec desserte du Camping "Les Portes du Beaujolais".
  • Depuis 2010, l'écomusée "Engrangeons la Mémoire" a ouvert ses portes. Il retrace l'histoire d'une famille paysanne durant la guerre de 14-18.

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Anse a été récompensée par le « Concours des villes et villages fleuris » avec «  une fleur »[11].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Voir aussi Communes du Rhône

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Uniquement cité par A. Bernard (1867)
  2. Lucenay étant situé sur la rive gauche de la Saône. L'absence de date et l'onomastique ne permettent pas de placer cet Artaud précisément dans aucune des familles utilisant ce prénom : comtes du Lyonnais, seigneurs de Beaujeu, et vicomtes de Mâcon.
  3. Lucenay jouxtant Anse au nord, et Anse possédant une forteresse dès 952, cette inscription peu laisser envisager une seconde vicomté, peut-être non héréditaire, sur la rive droite de la Saône. Ou encore cet Artaud serait tout simplement Artaud Ier, comte de Lyon avant 960.
  4. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  5. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Base Palissy
  2. rapport d'activité 2006 de l’Inrap page 113
  3. A.Bernard 1867, p. 2
  4. G.Guigue 1867
  5. P.Juenin 1733
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. base Palissy
  9. Base Mérimée
  10. site de la mairie d'Anse
  11. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Bernard, Essai historique sur les vicomtes de Lyon, de Vienne et de Mâcon du IXe au XIIe siècle, Montbrison,‎ 1867 (lire en ligne)
  • Georges Guigue et Antoine Vachez, "Note sur l'obituaire de l'église de Lyon",‎ 1867
  • Pierre Juenin et Antoine Vachez, "Nouvelle histoire de l ́abbaïe royale et collegiale de Saint Filibert de Tournus", Dijon,‎ 1733 (lire en ligne), p. 111

Lien externe[modifier | modifier le code]