José Garcia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garcia.

José Garcia

Description de cette image, également commentée ci-après

José Garcia en janvier 2012 à l'avant-première de La Vérité si je mens ! 3

Nom de naissance José Doval
Naissance 17 mars 1966 (48 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France Française, Drapeau de l'Espagne Espagnole
Profession Acteur
Films notables La Vérité si je mens !
La Vérité si je mens ! 2
Le Boulet
Le Couperet
Pars Vite et reviens tard
Le Mac
La Vérité si je mens ! 3
Insaisissables

José Garcia, de son vrai nom José Doval, est un acteur de cinéma et humoriste franco-espagnol, d'origine galicienne (en galicien: Xosé García/Doval) né le 17 mars 1966 à Paris. Il est le mari d'Isabelle Doval.

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

José Garcia naît le 17 mars 1966 à Paris de parents immigrés espagnols que la pauvreté et la guerre civile ont chassé de leur Galice natale au milieu des années 1950[1] pour devenir gens de maison dans des hôtels particuliers du 16e arrondissement, sa mère Pura y étant cuisinière et son père, Raymond, valet et maître d'hôtel[2]. Il possède la double nationalité : français de naissance, il décide de garder la nationalité espagnole de ses parents[3]. Ses parents lui choisissent le prénom de José en référence au chanteur Joselito[4]. Enfant, il est émerveillé par le monde du spectacle et par les numéros de cirque à la télévision de La Piste aux étoiles[1].

L'école ne lui convient pas : cancre patenté, il préfère faire le clown avec son meilleur ami Renard Renaud. Enfant unique, timide et dyslexique[4], il se découvre un frère, Philippe, fils d'un employeur de ses parents, qui le prend sous son aile et le fait sortir[2]. Titulaire d'un BEP de comptabilité[5], il devance l'appel et fait son service militaire avant de s'engager dans la voie de ses rêves : devenir acteur de cinéma.

À l'âge de 20 ans, il suit pendant deux ans une formation de comédien en classe libre au Cours Florent à Paris avec Francis Huster comme professeur. Il complète sa formation en passant par l'école de cirque Annie Fratellini (où il rencontre sa future femme Isabelle Doval) et en suivant des cours de l'Actors Studio dispensés en France[1].

José Garcia (à droite) et Bruno Gaccio sur le plateau de Nulle part ailleurs au festival de Cannes 1996

Carrière[modifier | modifier le code]

Il débute au cinéma en 1989 dans des petits rôles pour Romuald et Juliette, Élisa, Beaumarchais, l'insolent. Il participe aussi en tant que comédien à l'enregistrement de livres audio pour la société Livraphone. Il exerce différents petits boulots en parallèle avant d'être engagé comme chauffeur de salle dans l'émission de talk show Nulle part ailleurs de Canal+ présentée par Philippe Gildas et Antoine de Caunes, avec qui il s'associe pendant sept ans pour jouer des sketchs comiques de clown, trublion, travesti costumé[1].

Il obtient la consécration au cinéma en 1997 et le début d'une importante carrière cinématographique lorsque Thomas Gilou lui propose le rôle de Serge Benamou, dans son film La Vérité si je mens !, une comédie caricaturale d'une bande de copains juifs du quartier du Sentier de Paris avec Richard Anconina, Bruno Solo, Richard Bohringer, Élie Kakou, film pour lequel il est nommé au César du meilleur espoir masculin 1997.

José Garcia avec Gilbert Melki en 2010

Il enchaîne avec des personnages comiques, hauts en couleurs : Da Silva dans Jet Set et John-John dans People, La Vérité si je mens ! 2, ainsi que dans des rôles plus sombres et dramatiques : Extension du domaine de la lutte d'après Houellebecq, Quelqu'un de bien de Patrick Timsit, Le Couperet de Costa-Gavras.

En 2001, il est récompensé par le Prix Jean-Gabin du meilleur espoir du cinéma français. En 2002 il reprend Prisencoli Nensinainciusol (en) d'Adriano Celentano pour le film Quelqu'un de bien.

En 2003, il joue dans un film comique d'inspiration biographique de son épouse Isabelle Doval (dont il a deux filles : Laurene et Thelma)[2], Rire et Châtiment.

José Garcia constitue une valeur sûre du box-office français : comptant parmi les acteurs les mieux payés, il a perçu 1,21 million d'euros en 2002[réf. nécessaire].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

José Garcia en 2012 Parrain du Mondial du Vent de Leucate.
José Garcia au festival de Cannes 2012.

Télévision[modifier | modifier le code]

Voxographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Prisencoli (Extrait de "Quelqu'un de bien")

Engagement[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Depuis 2011 José Garcia parraine les projets de développement durable de la Fondation Akuo.
  • 2008 : Depuis 2008 José Garcia est le parrain de Rêves de gosse. L'association offre à des enfants handicapés leur baptême de l’air lors d’un tour de France aérien.


Anecdotes[modifier | modifier le code]

Il se livre aussi à une petite guerre avec son ami de toujours Antoine de Caunes chaque année. Par émission interposée, chacun donne des renseignements sur l'autre, allant de l'adresse mail ou du numéro de téléphone portable ou fixe jusqu'aux coordonnées de carte bancaire. C'est bien sûr à but humoristique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jean Paul Billo, « José Garcia, poids et démesure », sur France Bleu,‎ 3 février 2012
  2. a, b et c « L'enfant prodige revient de loin », sur Le Parisien,‎ 21 février 2010
  3. « Biographie de José Garcia », sur Première,‎ 28 octobre 2013
  4. a et b Faure Sonya, « Fini de rire », sur Libération,‎ 25 février 2005
  5. (fr) canalplay.com, « Biographie de José Garcia sur Canalplay.com » sur Canalplay.com

Liens externes[modifier | modifier le code]