Morsang-sur-Orge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Morsang-sur-Seine.
Morsang-sur-Orge
L’hôtel de ville.
L’hôtel de ville.
Blason de Morsang-sur-Orge
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Évry
Canton Morsang-sur-Orge (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Val d'Orge
Maire
Mandat
Marjolaine Rauze (PCF)
2014-2020
Code postal 91390
Code commune 91434
Démographie
Gentilé Morsaintois
Population
municipale
21 043 hab. (2011)
Densité 4 793 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 42″ N 2° 20′ 46″ E / 48.6617586, 2.3461175 ()48° 39′ 42″ Nord 2° 20′ 46″ Est / 48.6617586, 2.3461175 ()  
Altitude Min. 36 m – Max. 81 m
Superficie 4,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Morsang-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Morsang-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Morsang-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Morsang-sur-Orge
Liens
Site web ville-morsang.fr

Morsang-sur-Orge[1] (prononcé [mɔʁsɑ̃ syʁ ɔʁʒ ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située à vingt-trois kilomètres au sud de Paris dans le département de l’Essonne en région Île-de-France. Elle est le chef-lieu du canton de Morsang-sur-Orge.

Simple village dépendant de l’abbaye Saint Magloire de Paris aux alentours de l’an Mil, devenue seigneurie de divers bourgeois parisiens, la commune évolua à partir du XXe siècle avec les carrière de meulière et la construction de demeures bourgeoises puis le lotissement de l’ancienne forêt de Séquigny, lui donnant sa physionomie actuelle de banlieue résidentielle au sud de la capitale.

Ses habitants sont appelés les Morsaintois[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Morsang-sur-Orge en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 85,5 % 375,37
Espace urbain non construit 10,8 % 47,45
Espace rural 3,7 % 16,21
Source : Iaurif[3]

Morsang-sur-Orge est située dans la région Île-de-France, au nord-est du département de l’Essonne, elle est intégrée à l’agglomération parisienne et incluse dans la région du Hurepoix. La commune occupe un territoire totalisant 439 hectares dont plus de 95 % relevaient de l’espace urbain et moins de 4 % de l’espace rural. L’Institut national de l'information géographique et forestière attribue les coordonnées géographiques 48°39’08" Nord et 02°21’18" Est au point central de ce territoire[4]. L’Orge borde le territoire au nord, donnant son nom à la commune. Elle creuse une vallée dans laquelle se trouve une partie de la commune, dominée par un plateau accueillant les quartiers plus récents. Cette vallée est coupée par le tracé de l’autoroute A6 qui passe au nord-est du territoire communal, complétée par un réseau de routes départementales permettant une desserte relativement dense des lignes de bus. Elles desservent les différents quartiers qui constituent la commune dont les secteurs pavillonnaires typiques de la banlieue parisienne.

Morsang-sur-Orge est située à vingt-trois kilomètres au sud de Paris-Notre-Dame[5], point zéro des routes de France, sept kilomètres à l’est d’Évry[6], six kilomètres à l’est de Montlhéry[7], dix kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[8], dix kilomètres au nord-est d’Arpajon[9], onze kilomètres au sud-est de Palaiseau[10], dix-huit kilomètres au nord de La Ferté-Alais[11], vingt-huit kilomètres au nord-est d’Étampes[12], vingt-neuf kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[13], vingt-neuf kilomètres au nord-est de Dourdan[14].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le nord du territoire est limité par le cours de la rivière l’Orge, où elle est bordée par un lac séparé en deux parties dans le parc du Séminaire. Un bassin de rétention des eaux pluviales a été aménagé au nord de l’autoroute A6.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune de Morsang-sur-Orge est implantée sur le plateau du Hurepoix et le versant sud de la vallée de l’Orge. Son altitude varie entre un point bas à 36 mètres et un point haut à 81 mètres[15]. Le point le plus bas est situé en bordure de la rivière au nord, à la frontière avec Savigny-sur-Orge[16], le point culminant est lui situé à l’extrémité sud de la commune sur le plateau[17], le centre-ville a mi-distance est lui situé à une altitude de 60 mètres[18]. Le sous-sol est typique du bassin parisien avec une succession de couches de sable, de calcaire, d’argile et de marne[19].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La rivière l’Orge matérialise la frontière au nord avec la commune voisine de Savigny-sur-Orge, au nord-est et à l’est, les rues Diderot, du Docteur Roux, l’avenue du Commandant Barré, la voie de Compiègne, l’avenue des Bouleaux et l’avenue du Pavillon marquent la frontière avec Viry-Châtillon, au sud-est se trouve Fleury-Mérogis, au sud et au sud-ouest Sainte-Geneviève-des-Bois séparée par l’avenue Jean Moulin, à l’ouest et au nord-ouest Villemoisson-sur-Orge, dont la limite est faite par la route de Corbeil.

Rose des vents Villemoisson-sur-Orge Savigny-sur-Orge Viry-Châtillon Rose des vents
Villemoisson-sur-Orge N Viry-Châtillon
O    Morsang-sur-Orge    E
S
Sainte-Geneviève-des-Bois Sainte-Geneviève-des-Bois Fleury-Mérogis

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Morsang-sur-Orge est située en Île-de-France et bénéficie d’un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, en étant régulièrement arrosée sur l’ensemble de l’année. En moyenne brute annuelle, la température s’établit à 10,8 °C, avec une moyenne maximale de 15,2 °C et une moyenne minimale à 6,4 °C. Les températures moyennes mensuelles extrêmes relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés s’établissent à 38,2 °C le 1er juillet 1952 et -19,6 °C le 17 janvier 1985. Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir, surtout en début de journée. L’ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec un total de 1 798 heures par an, une moyenne haute à deux cent quarante heures en juillet et basse à cinquante-trois heures en décembre. Les précipitations sont également réparties sur l’année, avec un total annuel de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Morsang-sur-Orge.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[20],[21].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé dans son extrémité nord-est par l’autoroute A6 sans qu’un échangeur ne permette d’y accéder dans la commune. Elle est aussi parcourue au nord par la route départementale 77 et se trouve bordée à l’ouest par la route départementale 117 qui prend l’appellation de « Route de Corbeil ». Aucune voie ferrée ne passe sur le territoire communal, les gares les plus proches se trouvent dans les communes voisines de Sainte-Geneviève-des-Bois, Saint-Michel-sur-Orge, Épinay-sur-Orge et Savigny-sur-Orge, toutes desservies par la ligne C du RER d'Île-de-France. Plusieurs lignes de transports en commun routier sillonnent toutefois le territoire, dont la ligne 402 du réseau de bus Transports intercommunaux Centre Essonne[22], les lignes DM3[23], DM8[24], DM21[25] du réseau de bus Daniel Meyer, la ligne 107 du réseau de bus Veolia-Transdev CEAT[26]. La commune est en outre située à sept kilomètres au sud de l’aéroport de Paris-Orly et à quarante et un kilomètres au sud-ouest de l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Le vieux bourg est, comme son nom l’indique, le quartier ancien de la ville. Il est constitué d’un château, de son parc ainsi que de vieilles bâtisses. Plusieurs autres quartiers historiques sont répartis sur le territoire dont la Gribelette au sud, le Plateau au centre, collé au parc Hendès à l’est et Monjardin au nord.

L'un des quartiers caractéristiques de Morsang-sur-Orge est le parc Beauséjour. Au début du XXe siècle, la mode des villas en tant que résidences secondaires était en plein essor. C’est ainsi que ce parc résidentiel a vu le jour. Non loin de la capitale, il permettait aux Parisiens de venir y passer leurs week-ends.

Ce quartier est composé aussi bien de grands pavillons, que de plus petits. À l’époque, la volonté était de permettre également aux classes moyennes d’avoir accès aux villas. Le bâtiment qui symbolise au mieux le parc Beauséjour est le château d'Orgeval (sur la commune de Villemoisson-sur-Orge), dont l’architecte n’est autre que Hector Guimard, auteur des fameuses bouches du métropolitain parisien.

En 1998, un découpage en huit quartiers a été opéré afin de mettre en place un exercice de démocratie participative basé sur des comités de quartiers. Pour plus de simplicité, ce découpage s’est fait selon la sectorisation des établissements scolaires. Ainsi, les huit quartiers de Morsang-sur-Orge portent le nom des écoles élémentaires autour desquelles ils se sont constitués (Wallon, Jaurès, Buisson, Cachin, Langevin, Courbet, Robespierre et Curie).

L’Insee découpe la commune en huit îlots regroupés pour l'information statistique soit Wallon, la Guérinière, le Vieux bourg, le Bois pommier, Compiègne, Beauséjour, le Marché, la Gribelette[27].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu est attesté sous la forme Murcinctus en 997 - 999[28] puis Morseng et Murcenc au XIIe siècle. Il est issu d’un type toponymique bas latin Murocinctus (cf. Morsain, Aisnes, Murocinctus 879) qui signifie « ceint de murs », plus tard, le nom est mentionné sous les formes Murcent et finalement Morsang, graphie non étymologique[29]. La commune fut créée en 1793 avec son nom actuel[30].

Histoire[modifier | modifier le code]

Carte de la région de Morsang au XVIIe siècle par Cassini.

Des armes et outils datant de l’Âge de la pierre ont été mis au jour lors de l’extraction de la meulière dans la région. À l’époque de la Gaule romaine, le village était à l’écart des voies romaines reliant Lutèce à Lugdunum à l’est et à Cenabum à l’ouest[31].

La première mention du lieu remonte à la donation faite par Hugues Capet à l’abbaye Saint Magloire de Paris en 980. En 1159 le lieu fut cité sous le nom de Murcent, traduisant la présence d’un mur d’enceinte autour du village[32]. Une église dédiée à Saint Jean a été édifiée au XIIIe siècle[33].

En 1564 le domaine fut cédé à la famille de la Raguenière et comprenait un manoir au nord et la vaste forêt de Séquigny au sud[32]. Une chapelle dédiée à Saint Charles fut édifiée au XVIIe siècle[33]. En 1616, la seigneurie revint à la famille Vassan.

Au XVIIIe siècle, le village était organisé autour du château, de la ferme et d’un troisième site, reliés entre eux par une route menant à l’importante route de Corbeil, la principale activité agricole d’alors était la viticulture[32]. En 1739, le fermier général Pierre Durey d’Harnoncourt acheta la seigneurie de Morsang et y fit construire en 1740 le château de Morsang. Il revint à son gendre Louis Bénigne François Berthier de Sauvigny, premier président du Parlement de Paris qui le conserva jusqu’à son décès en 1789[34].

En 1848 fut construite la mairie-école[35]. À partir du XIXe siècle, le village évolua avec l’ouverture de carrières de meulière[36], des maisons bourgeoises furent édifiées dans ce qui était alors un village-rue, complétées dès le début du XXe siècle par des lotissements pavillonnaires[32]. Une nouvelle mairie-école fut inaugurée en 1921[37], la précédente devenant un bureau de Poste[38]. En 1955 fut inaugurée un second lieu de culte catholique dans la commune[39]. En 1975, la commune devint chef-lieu de son canton[40].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Lors du premier recensement des personnes réalisé en 1793, le village de Morsang-sur-Orge ne dénombrait que trois cent vingt-cinq habitants. La croissance démographique fut lente et progressive pour ne dépasser le cap des cinq cents résidents qu’en 1861 et franchir la barre symbolique des mille habitants au tout début du XXe siècle, avant un léger fléchissement. À partir des années 1920, comme beaucoup de communes de la banlieue parisienne, la croissance démographique s’accéléra avec l’installation de nouveaux résidents dans les secteurs pavillonnaires, la commune atteignant plus de trois mille six cent habitants en 1936, dépassant les cinq mille résidents en 1954 et connaissant un triplement de sa population durant les années 1960 avant un ralentissement de la progression pour se stabiliser aux alentours de vingt mille habitants depuis les années 1970, avec un pic démographique atteint en 2006 à 21 717 habitants. L’immigration compte pour une part relativement faible dans cette croissance démographique puisqu’en 1999, seulement 8,7 % de la population de la commune était étrangère[41], avec notamment 4,64 % de Portugais, 1,05 % d’Algériens, 0,63 % d’Italiens, 0,53 % de Marocains, 0,36 % d’Espagnols, 0,20 % de Turcs et 0,12 % de Tunisiens[42].


En 2011, la commune comptait 21 043 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
325 380 386 357 404 430 481 452 428
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
456 520 566 574 600 651 709 892 980
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 023 973 1 025 1 092 1 864 2 799 3 611 3 011 5 269
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
8 604 15 258 20 156 20 332 19 401 19 335 21 717 21 043 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2004[43].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges de Morsang-sur-Orge se distingue relativement de celle du département de l’Essonne, notamment par une présence légèrement plus importante du nombre de résidents de moins de 14 ans et de ceux entre trente et soixante ans, mais corolairement une moindre représentation des habitants entre quinze et vingt-neuf ans. La répartition par sexes est aussi quelque peu différente avec une moindre représentation des hommes de plus de quatre-vingt dix ans et une moindre représentation des femmes entre soixante-quinze et quatre-vingt dix ans et de moins de quinze ans. En 1999, 31,7 % de la population était âgée de moins de vingt-cinq ans[44].

Pyramide des âges à Morsang-sur-Orge en 2009 en pourcentages[45].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,4 
4,7 
75 à 89 ans
5,9 
11,4 
60 à 74 ans
13,7 
20,4 
45 à 59 ans
20,3 
22,8 
30 à 44 ans
22,7 
17,9 
15 à 29 ans
17,3 
22,7 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[46].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Morsang-sur-Orge est le chef-lieu du canton de Morsang-sur-Orge, représenté par le conseiller général Marjolaine Rauze (PCF), lui-même intégré à l’arrondissement d’Évry et à la dixième circonscription de l'Essonne, représentée par le député Malek Boutih (PS). Le maire Marjolaine Rauze (PCF) préside un conseil municipal composé de trente-cinq élus dont vingt-sept pour la majorité divers gauche et huit pour l’opposition centriste. Elle est assistée dans ses fonctions par neuf maires-adjoints et sept conseillers municipaux délégués[47]. L’Insee attribue à la commune le code 91 2 31 434[48]. La commune de Morsang-sur-Orge est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 104 346. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[49].

En 2011, la commune disposait d’un budget de 32 820 000 € dont 22 748 000 € de fonctionnement et 10 072 000 € d’investissement[50], financés à 43,59 % par les impôts locaux[51] avec des taux d’imposition fixés en 2010 à 17,98 % pour la taxe d'habitation, 19,83 % et 82,89 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti et 27,86 % pour la cotisation foncière des entreprises fixée par l’intercommunalité[52]. En 2011, l’endettement municipal s’élevait à 27 964 000 €[53]. Cette même année, la commune disposait sur son territoire de 1 977 logements de type HLM répartis entre neuf bailleurs sociaux[54], soit 25 % du parc total de logement, au-dessus des recommandations de la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains.

La commune est membre fondateur de la communauté d'agglomération du Val d'Orge à laquelle elle a délégué les compétences de développement économique, d’aménagement du territoire, d’équilibre social de l’habitat, de politique de la ville, de protection de l’environnement, de gestion des ordures ménagères, de traitement des eaux usées, de gestion des transports en commun et de gestion des équipements culturels et sportifs[55]. Elle adhère aussi au syndicat mixte Orge-Yvette-Seine[56], au syndicat mixte de la Vallée de l'Orge Aval[57] et au syndicat mixte pour la revalorisation et l'élimination des déchets et ordures ménagères[58].

Conseil municipal de Morsang-sur-Orge (mandature 2014-2020).
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Ensemble pour Morsang » DVG Marjolaine Rauze 27 Majorité
« Ensemble agissons pour Morsang » UDI Marianne Duranton 8 Opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Trente et un maires se sont succédé à la tête de l’administration municipale depuis l’élection du premier en 1792. Particularité dans le département, la commune est représentée depuis 1953 par une femme maire.

Liste des maires successifs[59],[60].
Période Identité Étiquette Qualité
1996 en cours Marjolaine Rauze PCF Conseillère générale du canton de Morsang-sur-Orge, fonctionnaire[61]
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Dirigée depuis les années 1960 par un maire communiste, la commune est politiquement marquée à gauche comme en témoignent les résultats électoraux avec systématiquement la victoire des candidats de gauche aux élections, sauf en 2007, où le candidat UMP à la présidentielle Nicolas Sarkozy arrivé en tête dans la commune comme sur le reste du territoire national et en 2009 où la liste UMP pour le scrutin européen se plaça là aussi en tête. Le maire communiste a été réélu dès le premier tour en 2008 avec plus de 60 % des suffrages, elle est aussi conseillère général du canton, élue là encore avec plus de 60 % des voix aux deuxièmes tours en 2004 et en 2011. Comme en 1992 où les électeurs Morsaintois avaient rejeté le traité de Maastricht à 51,83 % des voix[62], ils ont rejeté le traité de Rome en 2005. Une section du Parti socialiste[63] est implantée dans la commune.

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Morsang-sur-Orge sont rattachés à l’académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire de l’école élémentaire Jean Jaurès et des écoles primaire Louis Pergaud, Ferdinand Buisson, Marcel Cachin, Paul Langevin, Irène Joliot-Curie, Henri Wallon[Lequel ?], Gustave Courbet et Maximilien de Robespierre[80], des collèges Charles Péguy et Jean Zay et du lycée professionnel André-Marie Ampère[81]. Pour l’accueil des jeunes enfants, la commune dispose des crèches Eugénie Cotton et Les Écureuils[82], les plus âgés sont accueillis hors temps scolaires dans les centres de loisirs Robespierre, du Château, Ferdinand Buisson et de la Source[83] et à la ludothèque.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire de l’établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes la Maison des Merisiers[84]. Un centre de la protection maternelle et infantile est implanté dans la commune[85], complété par un centre de planification familiale[86]. Vingt-neuf médecins[87], huit chirurgiens-dentistes[88] et quatorze pharmaciens[89] exercent dans la commune.

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire de deux agences postales[90],[91]. La sécurité de la commune est assurée par le commissariat de police nationale de Juvisy-sur-Orge[92] et par le centre de secours principal de Grigny[93]. Une antenne de la Caisse primaire d'assurance maladie[94]. Cinq avocats[95] et un notaire[96] exercent dans la commune. L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables de la commune au tribunal d’instance de Juvisy-sur-Orge, au tribunal de grande instance, au conseil de prud’hommes et au tribunal de commerce d’Évry, tous dépendant de la cour d'appel de Paris[97].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Morsang-sur-Orge n’a développé aucune association de jumelage.

Vie quotidienne à Morsang-sur-Orge[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La commune de Morsang-sur-Orge dispose sur son territoire de plusieurs équipements à caractère culturel dont le théâtre l’Arlequin qui accueille en résidence la compagnie BlonBa[98], la médiathèque Louis Aragon, la salle polyvalente Pablo Neruda, l’école municipale d’Arts et du studio d'enregistrement le Tremplin.

Sports[modifier | modifier le code]

Diverses installations sportives sont implantées dans la commune, dont le stade Léo Lagrange équipé de trois terrains de football, d’une piste d'athlétisme, six courts de tennis et d’un boulodrome, d’une piscine intercommunale, des gymnases Auguste Delaune dédié aux arts martiaux, Jacques Everbecq dédié à la gymnastique et René Rousseau pour les sports collectifs, d’un pas de tir à l'arc, d’un skatepark, d’une salle de tennis de table et de cinq city-stades.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Morsang-sur-Orge est rattachée au secteur pastoral du Val d’Orge-Sainte-Geneviève-des-Bois et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l’église Saint-Jean-Baptiste et de la chapelle Notre-Dame-de-Grâce[99]. La communauté protestante dispose d’un centre évangélique pentecôtiste[100] et d’un centre baptiste[101].

Médias[modifier | modifier le code]

L’hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif. De plus, la commune de Morsang-sur-Orge publie un journal municipal mensuel nommé le Flash Info. Il diffuse des informations essentiellement locales (évènements, découvertes, messages des élus…).

Économie[modifier | modifier le code]

Morsang-sur-Orge est intégrée par l’Insee au bassin d'emploi d’Orly qui regroupait en 1999 trente communes et 446 024 habitants[102], les Morsaintois représentant 4 % de la population totale de la zone. Principalement résidentielle, la commune dispose des zones d’activités du Buisson foireux et de la route de Corbeil. Elle comptait plus de mille établissements en 2010 dont prêt de 64 % dans le secteur tertiaire et 15 % dans le secteur administratif. Aucun hôtel ni camping ne sont implantés dans la commune[103]. Un marché se tient dans la commune les mercredis et samedis matins[104].

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2009, la commune comptait 10 516 actifs mais seulement 2 772 emplois sur le territoire communal, obligeant 89 % de la population à travailler ailleurs. Le taux de chômage s’élevait cette année là à 8,1 % mais parmi les actifs occupant un emploi, seulement 9 % étaient des salariés précaires, créant une certaine disparité de niveaux de vie avec un revenu net moyen déclaré fixé à 27 983 € mais 31 % des ménages non imposables sur le revenu. En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 20 761 €, ce qui plaçait la commune au 2 370e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au cent quarante-septième rang départemental[105]. Près d’un quart de la population était logé dans un HLM et prêt de 65 % était propriétaire de son logement[103].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Morsang-sur-Orge 0,0 % 7,8 % 14,1 % 31,2 % 29,2 % 17,8 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Morsang-sur-Orge 0,0 % 7,6 % 10,0 % 12,9 % 10,4 % 5,1 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[106],[107],[108]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le parc du château et les berges de l’Orge ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[109]. Outre le vaste parc du château au nord, le parc de la Source attenant, le parc Pablo Picasso au sud et la lace Henri IV participent au cadre de vie, complétés par les avenues bordées d’arbres. Une cépée de platane située dans le parc du château a reçu le label Arbre remarquable[110].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le château de Morsang des XVIIe et XVIIIe siècles a été inscrit aux monuments historiques le 5 juillet 1979[111]. Une borne routière frappée d’un bonnet phrygien a été inscrite aux monuments historiques le 12 janvier 1931[112]. La ferme de l’abbaye a été inscrite aux monuments historiques le 20 novembre 1920[113]. La ferme de l’Allemanderie date du XVIe siècle[114], le clocher de l’église Saint-Jean-Baptiste date du XIVe siècle[115].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Alain Chabat.

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Morsang-sur-Orge :

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason de Morsang-sur-Orge.

Les armes de Morsang-sur-Orge se blasonnent : D’azur au chevron d’or accompagné en chef de deux roses d’argent et en pointe d’une coquille du même, au comble ondé d’or.[116]

Il est en partie repris de celui de la famille Vassan.

La commune s’est en outre dotée d’un logotype.

blason

Morsang-sur-Orge dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

  • Le 25 octobre 1991, le maire de la commune de Morsang-sur-Orge avait pris un arrêté interdisant une manifestation de lancer de nain dans une discothèque de la ville. Arrêté annulé le 25 février 1992 par un jugement du tribunal administratif de Versailles, jugement lui-même invalidé par une décision du Conseil d’État du 27 octobre 1995. La société organisatrice fut alors condamnée à payer 10 000 francs à la commune[117]. L’arrêt Commune de Morsang-sur-Orge du Conseil d’État reste alors un arrêt fondamental du droit administratif, permettant à un maire de prendre une mesure de police dans le but d’interdire un spectacle portant atteinte à la dignité de la personne humaine, même dans le cas où la personne serait consentante. Le nain saisit alors la commission européenne des droits de l'homme, qui estime sa plainte irrecevable, puis le comité des droits de l'homme des Nations Unies, qui rejette sa plainte et le déboute.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.-F. Melon et A. Rivière, Morsang-sur-Orge avant la Révolution,‎ 1996
  • André Bourgouin, Morsang-sur-Orge 1901-1950, Maury,‎ 1998

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Morsang-sur-Orge dans le Code officiel géographique sur le site de l’Insee. Consulté le 05/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 06/04/2009.
  3. Fiche d’occupation des sols en 2008 sur le site de l’Iaurif. Consulté le 11/11/2010.
  4. Coordonnées géographiques de Morsang-sur-Orge sur le site lion1906.com Consulté le 09/02/2013.
  5. Orthodromie entre Morsang-sur-Orge et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 29/10/2012.
  6. Orthodromie entre Morsang-sur-Orge et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 29/10/2012.
  7. Orthodromie entre Morsang-sur-Orge et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 29/10/2012.
  8. Orthodromie entre Morsang-sur-Orge et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 29/10/2012.
  9. Orthodromie entre Morsang-sur-Orge et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 29/10/2012.
  10. Orthodromie entre Morsang-sur-Orge et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 29/10/2012.
  11. Orthodromie entre Morsang-sur-Orge et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 29/10/2012.
  12. Orthodromie entre Morsang-sur-Orge et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 29/10/2012.
  13. Orthodromie entre Morsang-sur-Orge et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 29/10/2012.
  14. Orthodromie entre Morsang-sur-Orge et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 29/10/2012.
  15. Fiche communale sur le Géoportail sur Géoportail. Consulté le 27/01/2013.
  16. Fiche de la borne géodésique WDK3-281 sur le site de l’Ign. Consulté le 27/01/2013.
  17. Fiche de la borne géodésique WDK3-406 sur le site de l’Ign. Consulté le 27/01/2013.
  18. Fiche de la borne géodésique WDK3-238bis sur le site de l’Ign. Consulté le 27/01/2013.
  19. Fiche géologique de Morsang-sur-Orge sur le site du Brgm. Consulté le 27/01/2013.
  20. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté en 9 août 2009)
  21. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté en 18 août 2009)
  22. Fiche horaires de la ligne 402 du réseau TICE sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 27/01/2013.
  23. Fiche horaires de la ligne DM3 du réseau Daniel Meyer sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 27/01/2013.
  24. Fiche horaire de la ligne DM8 du réseau de bus Daniel Meyer sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 27/01/2013.
  25. Fiche horaires de la ligne DM21 du réseau Daniel Meyer sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 27/01/2013.
  26. Fiche horaires de la ligne 107 du réseau CEAT sur le site officiel de la compagnie. Consulté le 27/01/2013.
  27. Carte de zonage de Morsang-sur-Orge sur le site de l’Insee. Consulté le 26/02/2011.
  28. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 479b - 480a sous Morchain
  29. Histoire du nom de la commune sur le site officiel de la commune. Consulté le 16/02/2013.
  30. a et b Notice communale sur la base de données Cassini. Consulté le 18/03/2009.
  31. Histoire de Morsang avant Morsang sur le site officiel de la commune. Consulté le 23/02/2013.
  32. a, b, c et d Article Un mesnil appelé Murcent sur le site officiel de la commune. Consulté le 23/02/2013.
  33. a et b Fiche de l’église Saint-Jean sur le site topic-topos.com Consulté le 23/02/2013.
  34. Article Le château de Morsang sur le site officiel de la commune. Consulté le 23/02/2013.
  35. Images d’hier de Morsang sur le site officiel de la commune. Consulté le 23/02/2013.
  36. Histoire de Morsang-sur-Orge sur le site topic-topos.com Consulté le 23/02/2013.
  37. Fiche de la mairie-école de Morsang-sur-Orge sur le site topic-topos.com Consulté le 23/02/2013.
  38. Fiche de la poste annexe sur le site topic-topos.com Consulté le 23/02/2013.
  39. Fiche de la chapelle Notre-Dame-de-Grâce sur le site topic-topos.com Consulté le 23/02/2013.
  40. Texte du décret du 7 décembre 1975 portant création du canton de Morsang-sur-Orge sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 21/05/2009.
  41. Profil statistique général de la commune sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 16/02/2013.
  42. Répartition de la population par nationalités sur le site de l’Insee. Consulté le 16/02/2013.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  44. Profil statistique général sur le site de la mission interministérielle à la Ville. Consulté le 16/02/2013.
  45. Pyramide des âges à Morsang-sur-Orge en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 05/08/2012.
  46. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  47. Présentation du conseil municipal sur le site officiel de la commune. Consulté le 16/02/2013.
  48. Fiche communale sur le site de l’Insee. Consulté le 12/01/2010.
  49. Fiche entreprise de la commune de Morsang-sur-Orge sur le site verif.com Consulté le 18/04/2011.
  50. Budget communal simplifié sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 16/02/2013.
  51. Budget communal détaillé sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 16/02/2013.
  52. Taux de taxes à Morsang-sur-Orge sur le site taxe.com Consulté le 16/02/2013.
  53. Endettement municipal sur la base Alize du ministère des Finances. Consulté le 16/02/2013.
  54. Répartition des logements sociaux en Essonne par communes et par bailleurs sur le site de l’Aorif. Consulté le 16/02/2013.
  55. Présentation des compétences de la CAVO sur le site officiel de l’intercommunalité. Consulté le 16/02/2013.
  56. Carte des communes adhérentes sur le site du SMOYS. Consulté le 16/02/2013.
  57. Liste des communes adhérentes sur le site du SIVOA. Consulté le 16/02/2013.
  58. Carte des communes adhérentes sur le site du SIREDOM. Consulté le 16/02/2013.
  59. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 08/06/2009.
  60. Liste des maires sur le site de la Société historique de Morsang. Consulté le 23/02/2013.
  61. Fiche de la commune sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 11/05/2010.
  62. Résultats du référendum de 1992 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 16/02/2013.
  63. Blog officiel de la section PS de Morsang-sur-Orge. Consulté le 16/02/2013.
  64. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 13/08/2009.
  65. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 13/08/2009.
  66. Résultats de l’élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 08/05/2012.
  67. Résultats de l’élection législative 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 13/08/2009.
  68. Résultats de l’élection législative 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 13/08/2009.
  69. Résultats de l’élection législative 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 22/06/2012.
  70. Résultats de l’élection européenne 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 13/08/2009.
  71. Résultats de l’élection européenne 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 13/08/2009.
  72. Résultats de l’élection régionale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 13/08/2009.
  73. Résultats de l’élection régionale 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 23/03/2010.
  74. Résultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 13/08/2009.
  75. Résultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 02/04/2011.
  76. Résultats de l’élection municipale 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 13/08/2009.
  77. Résultats de l’élection municipale 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 24/01/2013.
  78. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 13/08/2009.
  79. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 13/08/2009.
  80. [PDF]Liste des écoles du département sur le site de l’Inspection académique de l’Essonne. Consulté le 27/09/2010.
  81. Liste des établissements du second degré en Essonne sur le site de l’Académie de Versailles. Consulté le 05/10/2010.
  82. Présentation des crèches collectives sur le site officiel de la commune. Consulté le 16/02/2013.
  83. Présentation des centres de loisirs sur le site officiel de la commune. Consulté le 16/02/2013.
  84. Fiche de l’EHPAD la Maison des Merisiers sur l’annuaire sanitaire et social. Consulté le 01/05/2012.
  85. Fiche du centre de PMI de Morsang-sur-Orge sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 15/01/2013.
  86. Fiche du centre de planification familiale sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 16/01/2013.
  87. Annuaire des médecins sur le site de l’Ordre national. Consulté le 16/02/2013.
  88. [nom=&tx_oncdpraticien_pi1[prenom]=&tx_oncdpraticien_pi1[rue]=&tx_oncdpraticien_pi1[ville]=Morsang+sur+Orge&tx_oncdpraticien_pi1[cp]=&tx_oncdpraticien_pi1[departement]=0&tx_oncdpraticien_pi1[recherche]=rechercher Annuaire des chirurgiens-dentistes sur le site de l’Ordre nationale.] Consulté le 16/02/2013.
  89. Annuaire des pharmaciens sur le site de l’Ordre national. Consulté le 16/02/2013.
  90. Coordonnées de l’agence postale de Morsang-sur-Orge sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
  91. Coordonnées de l’agence postale de Morsang-sur-Orge RPC sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
  92. Organisation des forces de police en Essonne sur le site de la préfecture. Consulté le 16/02/2013.
  93. Carte des centres de secours sur le site du SDIS91. Consulté le 16/02/2013.
  94. Coordonnées du centre de CPAM de Morsang-sur-Orge sur le site des services publics. Consulté le 16/02/2013.
  95. Annuaire des avocats sur le site du conseil national des barreaux. Consulté le 16/02/2013.
  96. Annuaire des notaires sur le site notaires.fr Consulté le 16/02/2013.
  97. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 16/02/2013.
  98. Site officiel du théâtre L’Arlequin. Consulté le 16/02/2013.
  99. Fiche de la paroisse catholique sur le site officiel du diocèse. Consulté le 24/11/2009.
  100. Coordonnées du centre évangélique de pentecôte du Val d’Orge sur le site eglises.org Consulté le 23/06/2010.
  101. Coordonnées de l’église protestante baptiste sur le site eglises.org Consulté le 23/06/2010.
  102. Fiche de la zone d’emploi d’Orly sur le site de la CCI d’Île-de-France. Consulté le 17/02/2013.
  103. a et b Dossier statistique communal sur le site de l’Insee. Consulté le 17/02/2013.
  104. Annuaire des marchés sur le site Marchés de France. Consulté le 25/04/2011.
  105. Résumé statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 26/10/2009.
  106. %5CCOM%5CDL_COM91434.pdf Rapport statistique communal sur le site de l’Insee. Consulté le 25/05/2010.
  107. %5CDL_ZE19901144.pdf Rapport statistique de la zone d’emploi d’Orly sur le site de l’Insee. Consulté le 25/05/2010.
  108. Rapport statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 05/07/2009.
  109. Carte des ENS de Morsang-sur-Orge sur le site du conseil général de l’Essonne. Consulté le 13/02/2013.
  110. Liste des arbres remarquables sur le site de l’association A.R.B.R.E.S. Consulté le 17/02/2013.
  111. « Notice no PA00087980 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 23/03/2010.
  112. « Notice no PA00087979 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 23/03/2010.
  113. « Notice no PA00087978 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 23/03/2010.
  114. Fiche de la ferme de l’Allemanderie sur le site topic-topos.com Consulté le 17/02/2013.
  115. Fiche du clocher de l’église Saint-Jean sur le site topic-topos.com Consulté le 17/02/2013.
  116. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 16/09/2009.
  117. Lecture de la décision du 27/10/1995 du Conseil d’État sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 01/03/2009.