Autoroute A12 (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A12.

48° 50′ 17″ N 2° 11′ 28″ E / 48.838152, 2.191211

Autoroute A12
A12
Carte de l'autoroute A12
Historique
Ouverture 1950
Caractéristiques
Longueur 8,5 km
Direction nord / sud
Extrémité nord-est A13 à Bailly
Extrémité sud-ouest Trappes
Villes principales Bois-d'Arcy, Saint-Cyr-l'École, Versailles, Trappes
Réseau Autoroute française

En France, l’autoroute A12, anciennement autoroute de Bretagne, est une autoroute de dégagement de Paris située dans les Yvelines. Elle se détache de l'autoroute de Normandie par l'échangeur du triangle de Rocquencourt situé sur le territoire des communes de Bailly et de Rocquencourt et rejoint la RN 12 et la RN 10 à Bois-d'Arcy. Sa longueur totale est de 8,5 km. Son accès est gratuit.

Historique[modifier | modifier le code]

L'A12 est l'une des toutes premières autoroutes françaises : elle a été mise en service en 1950. Il est à noter qu'elle n'a pas été prolongée depuis sa construction, ce qui fait d'elle la plus vieille autoroute française à être restée en l'état sur le plan du tracé.

Son histoire commence en 1934, avec la publication du Plan Prost, qui prévoyait notamment un réseau — déjà dense — d'autoroutes en région parisienne. L'A12 s'appelait alors « autoroute de Bretagne » en référence à la RN 12 toute proche qui la prolonge dans cette direction.

Sa construction a, semble-t-il, commencé en 1936, avec les premiers déboisements du côté du triangle de Rocquencourt. Les travaux cessèrent cependant peu avant 1939, seul le gros œuvre ayant été réalisé (terrassements). Les travaux reprirent après-guerre et durèrent jusqu'en 1950.

L'autoroute n'a connu depuis que des changements mineurs : couverture d'un tronçon à Saint-Cyr-l'École, élargissement de la chaussée en 4+3 voies.

C'est sur cette autoroute qu'a été installé l'un des premiers radars automatiques, dans les Yvelines.

Projet de prolongement vers le sud[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de l'autoroute sur le tronçon Saint-Cyr-l'École - Triangle de Rocquencourt.


Un prolongement de Montigny-le-Bretonneux aux Essarts-le-Roi, prévu pour l'horizon 2020, a été relancé en 2004 par le ministre des transports de l'époque, Gilles de Robien.

En octobre 2006, à la suite du débat public ayant eu lieu de mars à juin 2006, le ministre a annoncé le choix du prolongement par le tracé médian 2C', d'une longueur de 15 km, comportant cinq échangeurs et plusieurs tranchées couvertes. Ce tracé prévoit que le prolongement commence en tunnel à la fin de l'autoroute actuelle, au croisement avec la route nationale 10, puis longe, partiellement couvert, Montigny et la zone d'activités de Trappes et traverse, pour partie en tranchée couverte, les communes de La Verrière et du Mesnil-Saint-Denis, et se termine en contournant les Essarts-le-Roi par l'ouest pour rejoindre la RN 10 à l'échangeur avec la RD 191[1],[2].

Cependant, alors que ce projet autoroutier était inscrit dans le SDRIF depuis 1965, il en a été retiré dans sa version de 2013[3].

Raccordement vers le nord à l'A86[modifier | modifier le code]

Un projet a été étudié pour prolonger l'A12 en Tunnel jusqu'à Rueil-Malmaison. Mais ce projet est pour l'instant au point mort. Il ne faut pas confondre ce projet avec le Duplex A86 qui est le bouclage de l'autoroute A86.

Son parcours[modifier | modifier le code]

Lieux sensibles[modifier | modifier le code]

(uniquement les lieux à bouchons et les pentes dangereuses) :

  • Accès Bois-d'Arcy, Saint-Cyr-l'École : Bouchons fréquents aux heures de pointe, sens province Paris, rencontre des flux de la RN12 et de Saint Quentin en Yvelines...
  •  Échangeur entre A13 et A12 : Bouchons fréquents aux heures de pointe, sens province Paris, rencontre des flux des autoroutes A12 et A13...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte de la DDE du tracé choisi final
  2. Site du débat public présentant le projet ainsi que les différents tracés initiaux.
  3. Le Parisien, article du 5 février 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]