Villemoisson-sur-Orge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villemoisson-sur-Orge
L’hôtel de ville.
L’hôtel de ville.
Blason de Villemoisson-sur-Orge
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Longjumeau
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Val d'Orge
Maire
Mandat
François Cholley (DVD)
2014-2020
Code postal 91360
Code commune 91667
Démographie
Gentilé Villemoissonnais
Population
municipale
6 977 hab. (2011)
Densité 3 020 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 43″ N 2° 19′ 47″ E / 48.6618472, 2.3298231 ()48° 39′ 43″ Nord 2° 19′ 47″ Est / 48.6618472, 2.3298231 ()  
Altitude Min. 36 m – Max. 79 m
Superficie 2,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Villemoisson-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Villemoisson-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villemoisson-sur-Orge

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villemoisson-sur-Orge
Liens
Site web mairie-villemoisson.fr

Villemoisson-sur-Orge[1] (prononcé [vilmwasɔ̃ syʁ ɔʁʒ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située à vingt-trois kilomètres au sud de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France. Elle fait partie de la communauté d'agglomération du Val d'Orge.

Ses habitants sont appelés les Villemoissonnais[2]. Villemoisson est la ville où s'est déroulé la guerre des tranchées. Son maire est Richard Coeur de Lion 2,5ème du nom.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Villemoisson-sur-Orge en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 74,6 % 172,22
Espace urbain non construit 14,7 % 33,99
Espace rural 10,7 % 24,69
Source : Iaurif[3]

Villemoisson-sur-Orge est située à vingt-trois kilomètres au sud de Paris-Notre-Dame[4], point zéro des routes de France, huit kilomètres au nord-ouest d'Évry[5], neuf kilomètres au sud-est de Palaiseau[6], cinq kilomètres au nord-est de Montlhéry[7], dix kilomètres au nord-est d'Arpajon[8], douze kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[9], dix-neuf kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[10], vingt-huit kilomètres au nord-est de Dourdan[11], vingt-huit kilomètres au nord-est d'Étampes[12], trente kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[13].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière l'Orge de plus on y trouve de nombreux volcans. Trois sorcières auraient été aperçues.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Épinay-sur-Orge Épinay-sur-Orge Savigny-sur-Orge Rose des vents
Sainte-Geneviève-des-Bois N Morsang-sur-Orge
O    Villemoisson-sur-Orge    E
S
Sainte-Geneviève-des-Bois Sainte-Geneviève-des-Bois Morsang-sur-Orge

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Villemoisson-sur-Orge est située en Île-de-France et bénéficie d'un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l'ensemble de l'année. En moyenne annuelle, la température s'établit à 10,8 °C, avec une maximale de 15,2 °C et une minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et -19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir. L'ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an. Les précipitations sont également réparties sur l'année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Villemoisson-sur-Orge.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[14],[15].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la commune est peu connue. Elle fut créée en 1793 sous le simple nom de Villemoisson, la mention de l'Orge fut ajoutée en 1801 dans le bulletin des lois[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Villemoisson apparaît dans les textes pour la première fois au XIe siècle dans les chartes du cartulaire de Longpont. Pourtant c'est encore bien avant ces chartes que Villemoisson aurait existé.

Alors que le hameau de Sainte-Geneviève se trouve à l’opposé de la forêt de Séquigny, à la limite actuelle de Sainte-Geneviève-des-Bois, une villa gallo-romaine, est peut-être à l'origine de Villemoisson. Elle se trouvait non loin du pont de la Fouille, dont le nom évoque bien des découvertes archéologiques. Dans ses ruines sont mises au jour une statuette, une clé, des pièces de monnaies. Cette villa a été incendiée au moment des grandes invasions : les deux pièces marquent le début et la fin de son existence.

Selon l’abbé Lebeuf, Villemoisson était la « paroisse mère de la région », elle s'étendait jusqu'à Bondoufle et Fleury. Au XIIIe siècle, elle est démembrée par la création de celle de Sainte-Geneviève-des-Bois à laquelle est adjoint Morsang-sur-Orge. Le Cartulaire de Longpont révèle les noms des plus anciens seigneurs connus de Villemoisson : Eudes (Oddo), Guy (Guido) et Thierry (Teodericus)[17].

La seigneurie de Villemoisson, comprise dans le comté de Montlhéry, était vassale de Mée-les-Melun au XIVe et cela a perduré jusqu'à la chute de l'Ancien Régime.

En 1314, sous Philippe le Bel, lorsque Enguerrand de Marigny ruine la puissance des Templiers, le roi lui accorde une rente à prendre sur leurs biens, dont Villemoisson. La présence de vestiges templiers à la Commanderie de Balizy étant établie, il est raisonnable de penser qu'à cette époque Villemoisson est sous la dépendance de cet ordre. En 1356, Perrin de l'Yvette est signalé pour avoir participé au paiement de la rançon de Jean le Bon, il est nommé seigneur de Villemoisson et d'Epinay correspondant à une partie des territoires des Templiers dans la région.

À la fin du XIVe siècle, Jehan et Guy de Giresmes sont seigneurs de Villemoisson, cette famille dont l’un des membres est commandeur de l’Ordre de Malte, étant présente en Seine-et-Marne. Sous l’ancien régime la région dépend d’ailleurs de la maréchaussée de Melun.

Le domaine de Villemoisson a appartint ensuite à Jean Fourqaut, seigneur de Montpipeau, du Perray et du Cochet (1414). Christophe Fourqaut remplace Guy de Giresmes vers 1480. En 1508, arrivent la famille Barbeau dont Henri qui épouse Laurette Fourquaut, fille de Christophe. Madeleine Barbeau dernière héritière des seigneurs de Villemoisson, épouse en 1588 Louis de La Ferté. Dès lors, le domaine devient un arrière fief. En 1596, Jehan de la Fosse fait l’acquisition de Villemoisson, puis en 1598 de Sainte-Geneviève-des-Bois, où sera la demeure seigneuriale.

En 1628, Antoine Boyer, un des ancêtres de neuf souverains ou chefs de maisons actuelles, se rend acquéreur des deux seigneuries. En 1659, son fils, Antoine, « sous forme de contrat d’échange », moyennant finance, quitte et délaisse les seigneurie à la famille de Noailles dont quatre membres se sont succédé : Anne, Anne Jules, Jean Emmanuel et Adrien Maurice. Toutefois, les seigneuries de Villemoisson ne les intéressent pas car ils sont propriétaires d’importants domaines en France. Elles sont placées en fermage à Monnerot et Bartel de Bonneval, qui eux-mêmes les confies en gérance à d’autres pour exploiter les villageois qui doivent par leur travail profiter à tout ce monde.

En 1734, les terres reviennent à Madame Marguerite Pélagie Danican, veuve Michel Amelot. À sa mort, son fils, pour éponger les dettes de sa mère, revend les propriétés à Pierre Durey d’Harnoncourt, déjà seigneur de Morsang-sur-Orge. Jusqu’à la chute de l’ancien régime Sainte-Geneviève, Villemoisson et Morsang auront un seigneur commun. En 1767, Louise Bernarde d’Harnoncourt, grâce au désistement de son frère, apporte les trois seigneuries à Jean Louis Bertier de Sauvigny. Son fils, Louis Bénigne sera le dernier seigneur, en 1789, il est une des premières victimes de la Révolution.

Pendant la Révolution, les Villemoissonnais demandent la suppression des pigeons dévastateurs de récoltes, la destruction des grands arbres le long des chemins portant ombrage aux cultures, le libre accès aux chemins principaux pour la plupart interdits par le seigneur pour son utilisation personnelle et pour la chasse. Dès cette période et au XIXe siècle, la municipalité a le souci de résoudre l'intégrité de la commune. Elle dispute ses droits d’usage aux propriétaires, l'accès aux voies sur l'ensemble de son territoire, certaines étant prétendues privées. Ainsi, à l'aube du XXe siècle, un jugement décrète-t-il que les voies de la forêt de Séquigny appartenant autrefois au roi sont désormais propriété de la Nation.

Ancienne plaque mentionnant le département de Seine-et-Oise se trouvant rue de la Garenne à Villemoisson-sur-Orge

Le XXe siècle est l’urbanisation du plateau. Dans sa première moitié, c’est le lotissement du Bois de Villemoisson : la forêt cède la place à une zone pavillonnaire. Puis dans la seconde, celui de la Plaine et la création de son centre-ville qui émerge au bout de 30 années de démarches, de discussions, de pourparlers entre 1955 et 1985. C’est la mutation d’un village rural en agglomération urbaine qui a définitivement façonné l’actuel Villemoisson. La loi Guichard interdisant les grands ensembles devait sauver Villemoisson de l’établissement d’une cité démesurée et lui permettre de maintenir son caractère de parc habité.

Modernisation et urbanisation[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 977 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250 231 263 264 282 280 296 236 265
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
268 271 360 322 360 502 490 477 481
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
433 446 485 703 1 142 1 548 1 683 1 889 2 310
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 767 3 404 4 050 4 104 6 404 6 878 6 878 6 879 6 977
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2004[18])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Villemoisson-sur-Orge en 2009 en pourcentages[19].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,8 
12,0 
60 à 74 ans
12,3 
25,6 
45 à 59 ans
24,4 
19,5 
30 à 44 ans
20,7 
18,4 
15 à 29 ans
17,0 
19,9 
0 à 14 ans
17,0 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[20].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Villemoisson-sur-Orge est rattachée au canton de Longjumeau, représenté par le conseiller général Marianne Duranton (PR), lui-même intégré à l'arrondissement de Palaiseau et à la quatrième circonscription de l'Essonne, représentée par le député Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP).

L'Insee attribue à la commune le code 91 3 14 667[21]. La commune de Villemoisson-sur-Orge est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 106 671. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[22].

Conseil municipal de Villemoisson-sur-Orge (mandature 2014-2020)[23].
Liste Tendance Tête de liste  % inscrits  % exprimés Sièges au conseil municipal Sièges au conseil communautaire Statut
« Villemoisson Horizon 2020 » DVD François Cholley 43,19 74,56 26 2 Majorité
« Mieux vivre à Villemoisson 2014 » DVG Jean-David Novel 14,73 25,43 3 0 Opposition


Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[24].
Période Identité Étiquette Qualité
1989 en cours François Cholley DVD Ingénieur[25]
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Villemoisson-sur-Orge sont rattachés à l'académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire des écoles primaires Émile Bouton et Les érables[41] et du collège Blaise Pascal[42].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire de deux maisons de retraite et de l'Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes du château de Villemoisson.

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire d'une trésorerie principale[43] et d'une agence postale[44].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Localisation des villes jumelées avec Villemoisson-sur-Orge.
Localisation de la ville
Villemoisson-
sur-Orge

Villemoisson-sur-Orge a développé des associations de jumelage avec :

Vie quotidienne à Villemoisson-sur-Orge[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La commune de Villemoisson-sur-Orge dispose de plusieurs installations permettant l’accès et la pratique de la culture avec notamment l'espace culturel Le Ludion, l'école de musique, et la médiathèque[47]. Le 3 décembre 2011, la médiathèque a reçu le nom d'Andrée Chedid, femme de lettres et poétesse française.

Sports[modifier | modifier le code]

Freerunning et Handball et football

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Villemoisson-sur-Orge est rattachée au secteur pastoral du Val d'Orge-Sainte-Geneviève-des-Bois et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Laurent et de l'église Saint-Joseph[48].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 26 231 €, ce qui plaçait la commune au 276e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au vingt-septième rang départemental[49].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Villemoisson-sur-Orge 0,0 % 7,9 % 15,5 % 24,3 % 36,8 % 15,5 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Villemoisson-sur-Orge 0,3 % 13,5 % 9,0 % 9,4 % 14,4 % 9,7 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[50],[51],[52]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les berges de l'Orge et les bois à l'ouest du territoire ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[53].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

La commune compte une œuvre réputée de l'architecte Hector Guimard, qui outre les ornementations des bouches de métros, a réalisé le Castel d'Orgeval, situé avenue de la Mare Tambour. C'est actuellement une propriété privée.

La porte de l’ancienne ferme seigneuriale.
  • L’église, reconstruite en 1768 à l'initiative de Pierre Durey d'Harnoncourt, alors seigneur de Villemoisson, succède à un premier édifice du xive siècle dont seul subsisterait le clocher.
  • La porte de l’ancienne ferme seigneuriale (XIIe siècle), ancien manoir des seigneurs de Villemoisson appelé le « fief du Sauvage ». Devenu ferme seigneuriale lorsque les seigneurs de Villemoisson habitèrent hors de la seigneurie. Un four à pain situé à l'intérieur, inutilisé, a été restauré.
  • Le château (XVIIe et XXe siècle), il n’a jamais été habité par les seigneurs de Villemoisson ; bâti par un métayer à qui la seigneurie a été confiée en fermage, l’un d’eux prétendant à ce titre a vu aussitôt son fief saisi. Certains propriétaires ont été seigneurs en partie du Perray. Appelé fief de Beaumont du nom de son propriétaire Marchand de Beaumont, puis « château de Villemoisson ».Mme Hérault, grand-mère de Marie Jean Hérault de Séchelles, conventionnel et rédacteur de la Constitution de 1793, l'habite de 1750 à 1770. Le dernier marquis de Bassompierre, maire de la commune, y réside de 1813 à 1837.
  • Vieux Logis ou fief de la Chapelle, construit au xviie siècle par Christophe Joguet de la Chapelle receveur de taille à Clemecy. Habité par les maires : Barthélemy Moreau (1810-1821), François Maurey (1825), Christian Neyret (1897-1900), par les Russes blancs, il est acquis par la commune.
  • Le Collège (XVIIe et XIXe siècles), appelé par erreur « Château Gaillard », le bâtiment est décrit dans un terrier comme étant une ferme. Sa facture actuelle, due sans doute à la famille Lisfranc de Saint-Martin, date du xixe siècle.
  • Le château d'Orgeval daté de 1887, premier prix au concours de façades de la Ville de Paris a été inscrit aux monuments historiques le [54]. Edifié par M. Laurent, principal promoteur du Bois de Villemoisson, sur les plans de l'architecte Hector Guimard, célèbre pour d'autres réalisations et pour la conception des anciennes bouches de métro. Mort aux États-Unis en 1942.
  • Ancien presbytère (XVIIe s), bien national durant la Révolution, l'ancien presbytère est vendu à Joseph Blanchard, commandant des grenadiers. Successivement propriété d'Antoine Pouget, Letelier de Grécourt, Launay de Varennes et Hartenay notamment, la maison est achetée par Louis Perillat en 1901. En 1917, Maurice Normand, rédacteur en chef de la revue L'Illustration, en fait l'acquisition.
  • L’École de 1832, les leçons du maître d'école sont données dans un local de la ferme seigneuriale. Au début de la Révolution, un maître laïque professe dans le presbytère. Il faut attendre 1831 pour que le maire de l'époque requière d'urgence une école primaire, mais les ressources communales sont insignifiantes, car entravées par les dépenses de la garde nationale et la charge du vicaire. En 1832 toutefois, une modeste école est construite ainsi que le logement de l'instituteur.
  • Ancienne mairie école (1879), la petite école construite en 1832 se révèle rapidement insuffisante. À la fin du XIXe siècle, une loi incite les communes rurales à se doter d'une mairie école. En 1879, celle-ci entre en activité, le maître faisant aussi office de secrétaire de mairie. Le bâtiment abrite aujourd'hui le conservatoire de musique.
  • Quartier des Franchises, au temps de Charlemagne une importante communauté existait au Breuil (Epinay) s’étendant de part et d’autre de l’Orge. St. Germain-des-Prés fut l’une des premières abbayes à accorder des franchises à ses possessions dont celle du Breuil.
  • Le Vieux village (Partie de l’avenue Guy Moquet), l’implantation des habitations a très peu changé depuis le XVIIIe siècle, peut-être même certaines sont antérieures. Il suffit de comparer « le plan d’intendance » de l’époque au plan cadastral actuel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Villemoisson-sur-Orge :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villemoisson-sur-Orge.

Les armes de Villemoisson-sur-Orge se blasonnent : D'azur au chevron accompagné, en chef, de deux étoiles et, en pointe, d'un faisan, le tout d'or, au chef d'argent chargé de trois canes de sable becquées et membrées aussi d'or.[55]

Villemoisson-sur-Orge dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • V. Chaudun, Villemoisson en Hurepoix, Municipalité de Villemoisson-sur-Orge,‎ 1949
  • Claude Audigie et Merry Bertron, Histoire de Villemoisson-sur-Orge, Amatteis,‎ janvier 1986 (ISBN 978-2-86849-026-1)
  • Claude Audigie, Villemoisson-sur-Orge sous la Révolution, Amatteis,‎ janvier 1988 (ISBN 978-2-86849-063-6)
  • Claude Audigie, Villemoisson-sur-Orge au XXe siècle, Livre d'Histoire (ISBN 978-2-84373-427-4)
  • Claude Audigie et Peyrafitte, Villemoisson et Villiers-sur-Orge, Alan Sutton (ISBN 978-2-84253-591-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Villemoisson-sur-Orge dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 08/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 12/04/2009.
  3. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 16/11/2010.
  4. Orthodromie entre Villemoisson-sur-Orge et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 28/11/2012.
  5. Orthodromie entre Villemoisson-sur-Orge et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 28/11/2012.
  6. Orthodromie entre Villemoisson-sur-Orge et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 28/11/2012.
  7. Orthodromie entre Villemoisson-sur-Orge et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 28/11/2012.
  8. Orthodromie entre Villemoisson-sur-Orge et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 28/11/2012.
  9. Orthodromie entre Villemoisson-sur-Orge et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 28/11/2012.
  10. Orthodromie entre Villemoisson-sur-Orge et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 28/11/2012.
  11. Orthodromie entre Villemoisson-sur-Orge et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 28/11/2012.
  12. Orthodromie entre Villemoisson-sur-Orge et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 28/11/2012.
  13. Orthodromie entre Villemoisson-sur-Orge et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 28/11/2012.
  14. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  15. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  16. a et b Notice communale sur la base de données Cassini. Consulté le 26/03/2009.
  17. Cartulaire de Longpont, éd. Marion, 1879, p. 352.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  19. Pyramide des âges à Villemoisson-sur-Orge en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 08/08/2012.
  20. Pyramide des âges de l’Essonne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  21. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 17/01/2010.
  22. Fiche entreprise de la commune de Villemoisson-sur-Orge sur le site verif.com Consulté le 23/04/2011.
  23. Composition du conseil municipal issu des élections de 2014 sur le site du Ministère de l'intérieur. Consulté le 24/03/2014.
  24. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 12/06/2009.
  25. Fiche de la commune sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 12/05/2010.
  26. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  27. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  28. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 09/05/2012.
  29. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  30. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  31. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/06/2012.
  32. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  33. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  34. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  35. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 14/04/2010.
  36. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  37. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  38. Résultats de l'élection municipale 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/03/2014.
  39. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 30/08/2009.
  40. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  41. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 28/09/2010.
  42. Liste des établissements du second degré en Essonne sur le site de l'Académie de Versailles. Consulté le 05/10/2010.
  43. Liste des trésoreries principales de l'Essonne sur le site de la Drire d'Île-de-France. Consulté le 22/02/2011.
  44. Coordonnées de l'agence postale de Villemoisson-sur-Orge sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
  45. Fiche du jumelage avec Bad Schwartau sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 09/01/2013.
  46. Fiche du jumelage avec Saint-Émile sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 09/01/2013.
  47. Horaires d'ouverture sur le portail des médiathèques du Val d'Orge Consulté le 14/05/2013.
  48. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 20/12/2009.
  49. Résumé statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 26/10/2009.
  50. %5CCOM%5CDL_COM91667.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. Consulté le 25/05/2010.
  51. %5CDL_ZE19901144.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi d'Orly sur le site de l'Insee. Consulté le 25/05/2010.
  52. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  53. Carte des ENS de Villemoisson-sur-Orge sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 16/02/2013.
  54. « Notice no PA00088039 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 21/04/2010.
  55. Blasonnement sur le site Gaso, la banque du blason. Consulté le 29/09/2009.
  56. Liste des films tournés à Villemoisson-sur-Orge sur le site L2TC.com Consulté le 29/08/2012.