Marta Pan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pan (homonymie).
Marta Pan en 1995.

Marta Pan, née le à Budapest (Hongrie) et morte le à Paris[1], est une sculptrice française d'origine hongroise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l'École des beaux-arts de Budapest, elle s’installe à Paris en 1947 et prend la nationalité française en 1952.

Elle y rencontre Brancusi dans son atelier de l'impasse Ronsin.

Après Brancusi, elle rencontre Le Corbusier dans son atelier et André Wogenscky son plus proche collaborateur qui deviendra son mari.

En 1952, dans sa première exposition personnelle, Marta Pan inaugure son cycle Charnières, sculptures en éléments qui s'imbriquent dans des formes déjà pures et souples. Elle apprend à travailler le bois et présente en 1954 Ebène, Buis et Phillipine, puis en 1956, Teck, sculpture articulable en deux parties pivotantes. Maurice Béjart, frappé par l'onirisme de l'œuvre crée un ballet qui s'appuie sur cette œuvre en scène. Teck est l'aboutissement de ce premier cycle Charnières qui traite de la représentation de la dualité des éléments indépendants qui trouvent leur sens dans la complémentarité.

En 1957, les Équilibres commencent avec Balance formé d'un couple d'éléments pivotants. Autre chorégraphie de Béjart en 1959 sur « équilibre pour un ballet ».

Avec Sculpture flottante (1959-1960), pour le parc de Kröller-Muller à Otterlo elle réalise aussi le plan de l’étang, des pelouses, allées et clairières où sont installées les autres sculptures. Otterlo est sa première œuvre monumentale. Le mouvement est un élément constitutif de l'œuvre de Marta Pan. Une autre sculpture flottante est installée à Central Park NY. En parallèle, les cycles se succèdent : Cylindres, Mercure, Cônes, Lentilles.

Après 1973, elle conçoit des objets en plexiglas d’une grande perfection.

En 1984, Marta Pan réalise un Mur d'eau[2] rue Martenot (entrée de l'Assemblée régionale) à Rennes puis en 1986 elle conçoit un parcours flottant dans le domaine de Kerguéhennec à Bignan.

En 1988, elle réalise les fontaines du centre de la rue de Siam à Brest, qu'elle nomma lacs. Ce travail devait être le début d'un plus vaste projet de parcours d'eau, qui comprenait le réaménagement de la place de la Liberté et du bas de la rue de Siam. Le projet fut avorté suite à un changement de majorité à la mairie de Brest.

Marta Pan a des rapports privilégiés avec l'élément aquatique présent dans un grand nombre de ses œuvres comme les sculptures flottantes, les murs d'eau, etc.

Depuis sa première sculpture flottante, Marta Pan a réalisé de nombreuses sculptures monumentales intégrées dans l’architecture pour des espaces publics et urbains comme La Perspective de Guyancourt dans les Yvelines.

Article détaillé : Art urbain à Guyancourt.

Ces réalisations se trouvent en Europe, aux États-Unis, au Japon, au Liban, en Arabie Saoudite, etc.

Intéressée par les rapports de l'architecture et de la sculpture, elle concrétise cette relation dans des œuvres comme les entrées de la station de métro Auber (Paris), 1972 ou le mur de la Faculté de Médecine Saint-Antoine.

Avec son mari l'architecte André Wogenscky, Marta Pan eut l'opportunité de confronter souvent cette recherche élémentaire aux architectures collectives, mais, c'est peut-être à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, avec la maison qu'André Wogenscky conçut pour le couple, que ces œuvres trouvent leur place naturelle, entre nature et architecture, habitations paisibles du parc naturel de la Haute Vallée de Chevreuse attenant.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Duna, 1992, 5 disques de granit rose (parc du musée de Grenoble)
  • Trois Disques fendus, granit bethel white, 1981 (donation de Marta Pan à la Fondation de Coubertin, Saint-Rémy lès Chevreuse, Yvelines)
  • Plusieurs autres œuvres de Marta Pan (déposées par elle) sont visibles dans le parc de la Fondation de Coubertin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Mort de Marta Pan, sculptrice française d'origine hongroise lesechos.fr, 21 octobre 2008
  2. Mur d'eau à Rennes

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1976 : Liliane Thorn-Petit, 'Marta Pan, Portraits d'artistes, 26 minutes. Production RTL.
  • 1989 : Claude-Pierre Chavanon, Marta Pan, le parcours d’un sculpteur, 20 minutes. Production DAP, Octogone.
  • 1999 : Claude Guibert, Marta Pan, 13 minutes. « Marta Pan» sur Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain, production Imago.