Boulevard périphérique de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plan du Boulevard Périphérique de Lyon
Le péage du Rhône entre la porte de Saint-Clair et la porte de la Pape. La colline de Fourvière est en arrière plan.

Le périphérique de Lyon (appelé boulevard de ceinture par les Lyonnais, et pour sa partie Est et Sud « Laurent Bonnevay », son concepteur alors président du conseil général, par les pouvoirs publics) entoure la ville du nord-ouest (porte de Valvert, à Tassin-la-Demi-Lune) au Sud (porte de Gerland, dans le 7e arrondissement) en faisant une boucle par l'Est. Sa première section a été inaugurée en 1958. Il comporte seize sorties appelées « portes », et comprend une portion à péage, entre la porte de Vaise (ou celle de Rochecardon en venant de l'Est) et la porte de Saint-Clair (partie comprenant le grand tunnel de Caluire).

Histoire[modifier | modifier le code]

Boulevard Laurent Bonnevay[modifier | modifier le code]

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnevay.

La partie Est et Sud ouverte au trafic depuis 1958, comprise entre la porte de Croix-Luizet et la porte de Gerland, est devenue une voie départementale (RN 383 devenue RD 383). Depuis ce changement le Conseil général du Rhône se charge de remettre en état l'éclairage axial dont une partie ne fonctionne plus depuis quelques années[1]. Il occupe l'emplacement de l'ancien mur d'enceinte de Croix-Luizet à Gerland.

Périphérique Nord[modifier | modifier le code]

La construction de TEO et sa mise en exploitation furent mouvementées. En 1990, le groupe Bouygues avait obtenu de Michel Noir, alors président de la Communauté urbaine, la concession de l’ouvrage. Les soucis judiciaires de Michel Noir, le prix du péage particulièrement élevé (16 francs les dix kilomètres), et le rétrécissement des voies de circulation gratuites (boulevard de ceinture) avaient scandalisé un grand nombre d'automobilistes lyonnais. Ils organisèrent alors un boycott (d'août 1997 à février 1998) particulièrement efficace : 70000 véhicules par jour au minimum étaient attendues pour rentabiliser ce tronçon payant, mais seulement 16000 voitures l'empruntaient quotidiennement. D'une part le contrat initial entre la Communauté urbaine de Lyon et Bouygues-Dumez a été annulé à la demande d'Étienne Tête, conseiller communautaire des Verts, par le Conseil d'État[2], d'autre part l'ampleur de la contestation, obligèrent le nouveau maire de la ville, Raymond Barre, à racheter l’infrastructure à Bouygues (en mai 1999, pour plus de 2 milliards de francs) et de baisser sensiblement le prix du péage.

Le tronçon Nord (Porte du Valvert - Porte de Croix-Luizet, ouvert en 1997) appartient au Grand Lyon ; la société OpenLy, filiale des Autoroutes du sud de la France (groupe Vinci), exploite et entretient depuis 2006 pour le compte de la Communauté urbaine les trois tunnels (dont tunnel routier à péage de Caluire), le viaduc du Rhône, ainsi que la gare de péage du Rhône. Elle a succédé à Eperly (société constituée par la SERL (SEM d'équipement de la région lyonnaise), Area et Transroute (Egis)).

Le périphérique Nord (connu sous son ancien nom d'exploitation TEO, Trans Est-Ouest) a pour vocation de désengorger le Tunnel de Fourvière mais aussi de relier efficacement l'Ouest lyonnais à l'est de l'agglomération. Ce tunnel participe également à des possibilités de liaisons vers Roanne et la côte Atlantique depuis l'ouverture de l'A89 entre Lyon et Balbigny.

Tunnels du périphérique Nord de Lyon et autres tunnels.

Raccords[modifier | modifier le code]

Le boulevard périphérique a des bretelles de raccord aux autoroutes quittant Lyon à :

Tout comme les routes nationales :

Il existe cependant un deuxième périphérique appelé Rocade Est qui est l'autoroute A46. Celle-ci permet un contournement Est des banlieues de l'Est Lyonnais, gratuit au sud (en direction de Vienne) et payant au nord (en direction de Villefranche). Encore plus loin il y a une troisième rocade qui dessert l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry et qui contourne tout le Grand Lyon et les espaces péri-urbains de Lyon elle est sur 3 départements le Rhône, l'Ain et l'Isère et s'appelle l'A 432.

Tracé du périphérique de Lyon[modifier | modifier le code]

sortie 1 : Porte du Valvert[modifier | modifier le code]

La porte est la connexion entre l'A 6 vers Villefranche-sur-Saône et Paris, le tunnel de Fourvière vers Marseille. Elle est située au sud du tunnel de la Duchère. L'échangeur est complexe car il est construit dans un espace assez restreint. Certaines bretelles tournent sur elles-mêmes. Il permet de desservir :

sortie 2 : Porte de Vaise[modifier | modifier le code]

L'échangeur, d'intérêt local, dessert :

La porte dessert les quartiers de Vaise et de La Duchère à Lyon, les monts d'Or, la commune de Saint-Didier-au-Mont-d'Or, et le parking-relais du métro Gare de Vaise.

Le boulevard périphérique entre dans le tunnel de Rochecardon (en section à péage).

sortie 3 : Porte de Rochecardon[modifier | modifier le code]

Le semi-échangeur, de portée locale, est accessible seulement par le Nord, il dessert :

sortie 4 : Porte de Saint-Clair[modifier | modifier le code]

L'échangeur est complexe car il est construit dans un espace restreint. Certaines bretelles tournent sur elles-mêmes. Il permet de desservir :

Cette porte donne accès à la Presqu'île, et aux quartier de la Part-Dieu, Saint-Clair, Le Tonkin, le Parc de la Tête d'Or et la commune de Caluire-et-Cuire.

  • Le péage du Rhône, géré par la Régie du Périphérique Nord, elle-même exploitée par OpenLy pour le compte du Grand Lyon, est situé à la Porte de Saint-Clair.
  • La porte est située à l'est du tunnel de Caluire et tout près de la Saône. Elle est très proche de la Porte de la Pape (500 mètres). Entre les deux, se trouve le péage du Rhône.

sortie 5 : Porte de la Pape[modifier | modifier le code]

La porte est située près du Rhône et à l'ouest du viaduc du Rhône. Elle est située à 500 mètres de la porte de Saint-Clair. Entre les deux, se trouve le péage du Rhône. L'échangeur est complexe puisque construit dans un espace assez restreint, il est composé d'un rond-point. Certaines bretelles tournent sur elles-mêmes. Il n'a pas d'accès vers Lyon mais il dessert :

Le périphérique passe ensuite sur le viaduc du Rhône.

sortie 6a : Porte de la Doua[modifier | modifier le code]

La porte est située près du Rhône et au sud du viaduc du Rhône. Elle est proche de la porte de Croix-Luizet. L'échangeur n'est pas complet car il est impossible de s'engager dans le sens extérieur du périphérique. Il dessert la RD383 qui borde le quartier de La Doua de Villeurbanne par le Nord en direction du Pont Raymond Poincaré.

sortie 6 : Porte de Croix-Luizet[modifier | modifier le code]

La porte est située près du Rhône. Elle est proche de la porte de la Doua. L'échangeur est composé d'une sortie directe vers l'autoroute ainsi que deux ronds-points. Il dessert :

sortie 7 : Porte de Cusset[modifier | modifier le code]

La porte est proche de la porte de la Soie. Elle est desservie par la station Laurent Bonnevay-Astroballe de la ligne A du métro lyonnais. L'échangeur dessert :

sortie 8 : Porte de la Soie[modifier | modifier le code]

La porte est proche de la porte de Cusset. L'échangeur dessert :

sortie 9 : Porte de Montchat[modifier | modifier le code]

D'un intérêt local, l'échangeur permet de desservir :

sortie 10 : Porte du Vinatier[modifier | modifier le code]

L'échangeur permet de desservir la RD906 (ex-RN6), ancien axe Lyon-Chambéry) :

Il dessert également :

sortie 11 : Porte des Essarts[modifier | modifier le code]

D383/A43

L'échangeur dessert :

 Échangeur entre Boulevard périphérique Est (RD 383) et Boulevard périphérique Sud (RD 383)

sortie 12 : Porte de Parilly[modifier | modifier le code]

L'échangeur, composée d'un ensemble de giratoires, permet de desservir :

sortie 13 : Porte des États-Unis[modifier | modifier le code]

D'un intérêt local, l'échangeur est sous-forme d'un trèfle à quatre feuilles et permet de desservir la RD95 :

Il est immédiatement suivi d'un passage à niveau avec une voie ferrée industrielle.

sortie 14 : Porte du Moulin-à-Vent[modifier | modifier le code]

D'un intérêt local, l'échangeur dessert :

sortie 15 : Porte de Gerland[modifier | modifier le code]

La porte se trouve au bord du Rhône. L'échangeur est en forme de T :

L'échangeur permet également un accès à la RD104 qui dessert :

Avenir[modifier | modifier le code]

Le périphérique de Lyon n'étant pas bouclé, la municipalité et la préfecture ont pour projet la création du Tronçon Ouest Périphérique (TOP). Celui-ci devant relier la Porte du Valvert à la Porte de Gerland par l'Ouest en traversant les communes de Tassin-la-Demi-Lune, Francheville, Sainte-Foy-lès-Lyon et Oullins.

Le projet Tronçon Ouest Périphérique fait partie du projet "Anneau des sciences"[3] (nom officiel du projet), il s'agit d'un projet multimodal géré par le Conseil général du Rhône et le Grand Lyon et qui prévoit :

  • La réalisation d'une nouvelle infrastructure routière (bouclage par l'Ouest)
  • La conversion en boulevard urbain de l’axe autoroutier A6/A7
  • Le développement des transports en commun
  • Le développement du territoire

Un débat public, organisé et animé par une Commission Particulière du Débat Public (CPDP) s'est déroulé du 10 novembre 2012 au 5 avril 2013. Au total, 3 500 personnes ont participé à 5 réunions d'information et 15 réunions publiques. De plus, des réunions territoriales se sont tenues pour des débats plus locaux. Les conclusions ont été rendues le 24 mai 2013 par la CPDP et la Commission Nationale du Débat public a effectué un bilan.

Le 9 juillet 2013, l'assemblée communautaire du Grand Lyon a voté et approuvé[4] :

  • La poursuite du projet "Anneau des Sciences"
  • Le début d'études d'approfondissement sur le financement et la tarification, sur l'impact des portes (sorties), les flux, la conversion de l' A6/A7, et le boulevard Laurent Bonnevay
  • La poursuite de la concertation
  • L'individualisation complémentaire d'autorisation de programme pour les études et pour la mise en place du dispositif de dialogue/concertation

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La partie Est entre la porte du Vinatier et la porte de Croix-Luizet n'est quasiment pas éclairée et ne possède pas non plus de délinéateur rétroluminescent
  2. Conseil d'Etat, Assemblée du contentieux, 6 février 1998, TETE, N° 138777, décision commentée, Droit administratif 1998 3 commentaire 99, Semaine juridique JCP G - édition générale 1998 N° 27 II N° 10109 - P. CASSIA, Gazette du Palais 17 juin 1998 168/169 lettre de jurisprudence 17, 18, Actualité juridique de droit administratif - AJDA 1998 5 403 - F. RAYNAUD, P. FOMBEUR, Gazette du Palais 5 août 1998 217/218 jurisprudence 38 - P. CHRESTIA
  3. http://www.grandlyon.com/L-Anneau-des-Sciences.5340.0.html L'ANNEAU DES SCIENCES - Un projet au service de l'agglomération
  4. http://www.grandlyon.com/Info.1164+M5202b59952e.0.html "Anneau des Sciences : Le Grand-Lyon vote la poursuite du projet"