Aller au contenu

La Tour-en-Jarez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Tour-en-Jarez
Une photographie du bourg prise de façon à ce que l'ensemble du centre de la commune, pourtant relativement escarpé, soit visible. On y voit une route qui serpente au premier plan, bordée de verdure et surplombée par un grand nombre de maisons individuelles, souvent aux murs beiges et aux toits de briques rouges. Le bâtiment contenant la mairie et l'école du village, sur la gauche, ressort particulièrement. En fond, des bois couvrent la ligne d'horizon.
Le centre du village, vu depuis le sud.
Le logo de la commune composé d'un symbole vert et bleu avec, en dessous de ce-dernier, le nom du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Intercommunalité Saint-Etienne Métropole
Maire
Mandat
Jean-Luc Basson
2020-2026
Code postal 42580
Code commune 42311
Démographie
Gentilé Tourangeois[1]
Population
municipale
1 473 hab. (2021 en augmentation de 0,82 % par rapport à 2015)
Densité 292 hab./km2
Population
agglomération
374 643 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 09″ nord, 4° 23′ 21″ est
Altitude 560 m
Min. 453 m (Partie sud du village, au niveau de la route départementale 1498.)
Max. 698 m (Sommet d'une colline au nord du hameau de Peymartin et à l'ouest du lieu-dit la Séterie.)
Superficie 5,05 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Saint-Étienne
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Étienne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sorbiers
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
La Tour-en-Jarez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
La Tour-en-Jarez
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
La Tour-en-Jarez
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
La Tour-en-Jarez
Liens
Site web www.la-tour-en-jarez.fr

La Tour-en-Jarez est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes. En 2021, elle compte 1 473 habitants. C'est une commune urbaine faisant partie de l'unité urbaine de Saint-Étienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située à 8 km au nord de Saint-Étienne[2], La Tour-en-Jarez se compose d’un centre-bourg accroché à une butte dominant les alentours.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de 6 communes :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Superficie[modifier | modifier le code]

La superficie du village est de 5,05 km2 ; son altitude varie de 453 à 698 mètres[3].

Paysages[modifier | modifier le code]

La rivière l'Onzon traverse la commune. Le centre du village est adossé à une colline qui peut être comparé à l'adret. C'est « la rive droite » de la commune. Les Tourangeois « de la rive gauche » sont moins nombreux, et situés sur le versant ubac d'une deuxième colline au sud du bourg. Les deux parties du village se font donc face. Cette partie de la commune est appelée « vieux » ou « petit Montreynaud » car sur le versant sud de la même colline se situe le « nouveau » Montreynaud, quartier stéphanois, construit dans les années 1960-1970 à la place d'anciens champs.

Le crêt de Montreynaud offrant un panorama sur Saint-Étienne est ainsi situé sur la commune de La Tour-en-Jarez.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[4]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Nord-est du Massif Central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 800 à 1 200 mm, bien répartie dans l’année[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 791 mm, avec 9,2 jours de précipitations en janvier et 7 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Étienne », sur la commune de Saint-Étienne à 6 km à vol d'oiseau[6], est de 11,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 793,9 mm[7],[8]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L'extrême nord de la commune (moins de 4 hectares) fait partie de la ZNIEFF des Contreforts méridionaux des monts du Lyonnais[10],[11]. La partie sud du territoire communal recouvre quant à elle la limite septentrionale du site géologique qu'est le bassin houiller de Saint-Étienne[10],[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , La Tour-en-Jarez est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[I 1]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Étienne[Note 1], une agglomération inter-départementale regroupant 32 communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[I 2],[I 3]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Étienne, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[I 3]. Cette aire, qui regroupe 105 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[I 4],[I 5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols est marquée par l'importance des territoires agricoles (68 % en 2018). La répartition détaillée ressortant de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover millésimée 2018 est la suivante : prairies (47,7 %), zones agricoles hétérogènes (20,3 %), forêts (19,7 %), zones urbanisées (12,3 %)[13].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 568, alors qu'il était de 552 en 2013 et de 472 en 2008[I 6].

Parmi ces logements, 94 % étaient des résidences principales, 0,2 % des résidences secondaires et 5,8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 79,6 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 20,2 % des appartements[I 6].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à la La Tour-en-Jarez en 2018 en comparaison avec celle de la Loire et de la France entière. Concernant le statut d'occupation de ces logements, 79,3 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (78,1 % en 2013), contre 58,7 % pour la Loire et 57,5 % pour la France entière[I 7].

Le logement à la La Tour-en-Jarez en 2018.
Typologie La Tour-en-Jarez[I 6] Loire[I 8] France entière[I 9]
Résidences principales (en %) 94 85,6 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 0,2 4,1 9,7
Logements vacants (en %) 5,8 10,4 8,2

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Le village est notamment traversé par la route départementale (RD) 1498 qui relie Saint-Chamond au carrefour dit de Ratarieu qui mène à L'Étrat, La Fouillouse, Villars ou Saint-Priest-en-Jarez.

Transports[modifier | modifier le code]

La Tour-en-Jarez est desservie par deux lignes de la STAS, la ligne 25 (La Terrasse <> Gare de Saint-Chamond) et la ligne 27 (La Terrasse <> Saint-Héand - Collège Parking Nord <> La Gimond et Aveizieux à certaines heures).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village était au Moyen-Âge une châtellenie qui comprenait plusieurs tours situées au sommet de la colline occupée par la commune[14],[15],[C 1]. Le terme Jarez est l'évolution des différents termes souvent présents dans le nom de ce point d'intérêt, et renvoie à l'affluent du Rhône qu'est le Gier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le premier peuple ayant avec certitude contrôlé le territoire actuel de La Tour-en-Jarez est celui des Ségusiaves[16],[17],[C 1]. Ces Gaulois se seraient installés dans le Forez à partir du Ve siècle av. J.-C. Toutefois leurs oppidums étaient surtout situés sur les rives de la Loire : il y avait par exemple celui d'Essalois sur le territoire de la commune de Chambles, celui de Feurs, celui de Crêt-Châtelard à Saint-Marcel-de-Félines, celui de Joeuvre au sud de Roanne et Roanne elle-même[17],[18]. Ils habitaient donc surtout la plaine du Forez, néanmoins on trouve d'autres traces de ce peuple entre la Loire et le Rhône. Lyon, qui n'obtint un statut autonome qu'après la conquête romaine, en 43 av. J.-C., était certainement située sur la frontière entre les Ségusiaves et les Ambarres. Rien ne prouve que la future capitale des Gaules était habitée de manière pérenne, mais il est probable que le site de Fourvière ait servi de lieu de réunion entre Gaulois et fut le théâtre d'échanges avec les Romains[17],[19]. Les Ségusiaves participaient d'ailleurs à des échanges commerciaux avec la côté méditerranéenne, notamment avec Massalia (Marseille), alliée de Rome[20].

À cette époque, il est difficile de dire ce qu'était La Tour-en-Jarez. Puisque l'on a retrouvé quelques débris anciens (des tuiles, des lampes, des fragments de poterie ou encore des moulins à bras en basalte[21]), il est possible que la colline fut déjà habitée. Cependant il n'y avait peut-être qu'un point de défense ou de guet à cet emplacement plutôt stratégique du fait de sa surélévation et de sa proximité avec des cours d'eau de tailles variables[16].

Au 1er siècle av. J.-C., les Ségusiaves rejoignirent la confédération formée par les Éduens contre celle des Arvernes[16],[17]. D'abord alliés de César et favorables à une romanisation de leur nation, les habitants du Forez se rebellèrent ensuite en 52 av. J.-C. et tentèrent de venir en aide à leurs anciens ennemis à Alésia, sûrement car ils y furent contraints puisque leurs suzerains avaient fait volte-face[17]. À la suite de la victoire romaine et du passage en Gaule lyonnaise, les Ségusiaves furent mieux traités que leurs voisins, preuve de relations amicales anciennes, et devinrent une cité gallo-romaine maintenant ainsi une certaine autonomie[18].

Une stèle présentant l'astre du jour rayonnant sur chacune de ses faces, a été décrite par un historien du XVIIe siècle, Jean-Marie de La Mure, après qu'elle fut découverte au sommet « de la grande Tour [...] de la Tour en Jarez ». Il parle dans son Histoire universelle, civile et ecclésiastique du pays de Forez. Dressée sur des autorités et des preuves authentiques d'une pierre noircie par le temps, dont la moitié inférieure (environ 1 pied, soit environ 32 centimètres aujourd'hui) avait la forme d'un pavé droit alors que la moitié supérieure ressemblait à une pyramide à base carrée. Le tout aurait fait 1 pied de large. Au sommet, on trouvait un orifice « assez profond » qui aurait pu accueillir un flambeau, ce qui voudrait donc dire que cette curieuse structure était en fait une sorte de phare utilisé à une époque inconnue[16],[21],[22]. F. Chaux affirme même qu'elle était « recouverte d'un enduit noirâtre semblable à de la poix ou à de la résine fondue » dans sa Petite monographie de La Tour-en-Jarez (Loire)[23]. Toutefois il est aussi possible que cette pierre ait été utilisée comme objet de culte, peut-être que l'on vénérait Hélios, Apollon ou Mithra comme il était courant de le faire au début de l'ère chrétienne dans l'Empire romain[16],[21],[22]. On peut alors penser que l'ouverture à son sommet permettait de faire brûler de la résine. Ce serait donc le témoignage d'une occupation du site au Ier ou IIe siècle. C'est peut-être longtemps plus tard que la structure a éventuellement été utilisée pour communiquer, ce qui expliquerait qu'elle fut trouvée au sommet d'une tour.

Malheureusement il est aujourd'hui impossible de dater cet édifice puisqu'il est perdu. On raconte qu'il a été utilisé pour réparer le clocher de l'église au XVIIIe siècle[16],[21].

Le martyr Saint Ferréol, mort en , cita pour la première fois le nom de la petite rivière qui arrose le pays de Jarez : "Jaris". Ce nom donna à la fois les mots Jarez et Gier.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle au plus tard, la Tour-en-Jarez devint une châtellenie qui dépendait d'abord des rois de France[23].

En , Louis VII remet au comte de Forez Guy II, alors en conflit avec l'archevêque de Lyon, le castellum de la Tour-en-Jarez ainsi que d'autres châteaux. La charte en question contient la première mention de la commune[24],[15],[23].

En , à la suite d'une proposition de [16], c'est la permutatio qui règle les différends entre comtes du Forez et évêques de Lyon. Certaines terres qui entourent la Tour-en-Jarez ne dépendent plus des évêques et deviennent des possessions foréziennes. C'est le cas de Saint-Priest-en-Jarez, Saint-Héand ou encore Chevrières. En revanche Villars, Saint-Genest-Lerpt et Saint-Jean-Bonnefonds restent propriété de l'Église jusqu'en [25]. Le texte précise également qu'« entre Saint-Ennemond et La Tour, et Saint-Ennemond et Saint-Priest-en-Jarez, ni l'un ni l'autre ne peut faire de fortification »[26],[15],[23]. Saint-Ennemond est devenu Saint-Chamond et a donné son nom à l'un des quartiers actuels de la ville.

Le village fortifié de La Tour acquiert à partir de cette période une certaine importance puisque son nom apparaît souvent dans les textes et sa population devient conséquente. On y faisait la haute, la moyenne et la basse justice[23], on y commerçait et on y priait puisqu'une église datant peut-être du IXe ou Xe siècle[16] se trouvait à l'épicentre de la communauté. Cette dernière dépendait de l'abbaye de l'Île-Barbe en puisqu'il existe une « ordonnance du pape Lucius III précisant que les dîmes recueillies par la « paroisse Saint-Julien de La Tour-en-Jarez » seraient versées à l’Abbaye Bénédictine de Saint-Martin de l’Isle-Barbe, près de Lyon »[16],[23],[15],[27]. A partir de , l'église communale dépendrait du prieuré de Saint-Rambert, affilié à l'abbaye de l'Île-Barbe[16]. Entre et d'ailleurs, le comte Renaud vend La Tour et La Fouillouse au prieur de Saint-Rambert[23].

En , le Forez passe sous le contrôle direct de la couronne. Cela permet à Jean Paulat, un marchand stéphanois, d'acheter six années plus tard « la terre et seigneurie de la Tour-en-Jarez »[28]. C'est le début d'une période, qui ne s'achèva qu'à la Révolution, pendant laquelle le village fut acquis tour à tour par des « seigneurs engagistes [qui] jouissaient de tous les droits de justice, dîmes et autres revenus, pendant un nombre d'années fixé d'avance et d'autres fois, pendant leur vie seulement, moyennant un capital une fois payé. »[23].

La Tour-en-Jarez est désignée dans une ordonnance du , qui fait suite à l'Édit de Nantes, comme un lieu où les réformés pourraient librement exercer leur religion. Cependant une seconde ordonnance datant du parle plutôt du village de « l'Estrat » (aujourd'hui l'Étrat) qui dépendait à ce moment-là de La Tour-en-Jarez. Il semble qu'une communauté tenta de s'y installer, or ils furent violemment chassés par des locaux[29].

En , entre et , en , en et à nouveau entre et , la peste fit des ravages. Une croix fut érigée à La Maladière, lieu où l'on soignait des malades, avec l'inscription « Ici s'est arrêtée la peste en 1658 », texte qui subsistât trois siècles mais disparut lors de travaux. De plus une chapelle dédiée à Saint Roch existait en au lieu-dit Les Gats au bas du village. Chaque année depuis une messe y est célebrée, conformément à ce qu'avait voulu en une Tourangeoise, Julienne Martin, qui avant de mourir avait légué une rente pour cela[21],[23].

Différentes disettes et famines touchent également la commune, pendant l'hiver -, en et en [23].

  • Le , les limites de la Tour-en-Jarez changent et une loi autorise l'extension du village. La commune s'agrandit alors de 984 hectares et de 700 habitants environ.
  • En 1884, La Tour-en-Jarez cède une partie de son territoire qui devient L'Étrat.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Tour-en-Jarez est membre de l'intercommunalité Saint-Etienne Métropole[I 3], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le . Initiallement une communauté de communes, cette dernière devient communauté d'agglomération le , puis communauté urbaine le et finalement métropole exactement deux années plus tard, faisant correspondre son nom à son statut légal.

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Saint-Étienne, au département de la Loire et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 10].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Sorbiers pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 10], et de la troisième circonscription de la Loire pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[30].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections les plus récentes[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Basson, seul candidat, est élu lors des élections municipales de 2020 avec sa liste "Vivons La Tour ensemble" ; le taux de participation est de 36,35 %[M 1].

Roland Goujon, seul candidat, est réélu aux élections municipales de 2014 avec sa liste "Liste d'interêt communal" ; le taux de participation est de 54,47 %[M 2].

Le village comptant moins de 1 500 habitants, 15 conseillers municipaux sont élus pour 6 ans à chaque élection municipale. L'un d'eux siège au conseil communautaire de Saint-Etienne Métropole.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
décembre 1919 mai 1935 Pierre Denis    
mai 1935 mai 1953 André Cizeron    
mai 1953 mars 1997 René Magand    
mars 1977 1997 Francis Seux DVD  
1997 mai 2020 Roland Goujon DVD[M 2]  
mai 2020 En cours Jean-Luc Basson    

Autres élections[modifier | modifier le code]

Le vote tourangeois a tendance à se situer modérément à droite. Ainsi, en , après avoir voté pour Nicolas Sarkozy en plus grande proportion que le pays ne l'a fait lors des élections présidentielles de 2007[M 3],[M 4], le village vota à 56,68%[M 5] pour sa réélection au moment du second tour, ce qui dépasse de plus de 10% son score national[M 6]. L'extrême droite et notamment le Rassemblement national fait parfois partie des favoris pour accéder à l'Élysée, mais il est rare que ce dernier arrive en tête dans la commune qui lui accorde systématiquement un pourcentage de voix plus faible qu'au niveau national (15,43% contre 17,79% en [M 7], 26,37%[M 5] contre 33,90%[M 6] en et 30,30%[M 8] contre 41,45%[M 9] en ). Les élections européennes de 2024 sont le premier scrutin où un parti d'extrême droite arrive en tête dans la commune, mais on observe une nouvelle fois un pourcentage de votes favorables plus faible qu'au niveau national (le Rassemblement national obtient 29,09%[M 10] des votes exprimées contre 31,37%[M 11] pour la France entière). Les électeurs lui préfèrent pour l'instant, lors des élections présidentielles, le centre ou la droite.

Lors du premier tour des élections législatives de 2024, la Tour-en-Jarez fait partie des trois communes de sa circonscription[Note 4] n'ayant pas placé la candidate du Rassemblement national en tête mais plutôt celui du Mouvement démocrate, qui obtient 37,31% des votes exprimés. C'est aussi dans la commune qu'il est le plus choisi au second tour, avec 65,90% des votes exprimés, soit 10 points de plus qu'à l'échelle de la circonscription[M 12].

Le cas des votes aux référendums à La Tour-en-Jarez est également digne d'intérêt. En , le village approuva la ratification du traité de Maastricht à hauteur de 62,09%[M 13], alors qu'à l'échelle de la France l'issue fut bien plus serrée puisque 51,04%[M 14] des votants seulement choisirent cette option. En , la commune s'aligna à 1% près[31] avec le résultat national, puisque 72,38%[32] des votants approuvèrent le passage au quinquennat présidentiel. Le taux d'abstention historiquement haut fut également très similaire, puisque seuls 32,01% des votants se déplacèrent à La Tour-en-Jarez[32], pour 30,19% en France[31] (et 25,83%, soit un peu moins, dans la Loire[33]). Enfin en , La Tour-en-Jarez vota "Oui" à 56,47%[M 15] alors que la majorité du pays rejeta la Constitution européenne[M 16].

Instances de démocratie participative[modifier | modifier le code]

Le village dispose d'un conseil municipal des jeunes[34].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune, tout comme sa voisine L'Étrat, est jumelée avec Vörstetten (Bade-Wurtemberg/Allemagne).

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

On voit au premier plan, derrière des barrières, une cour d'école avec un petit arbre et un muret coloré un peu plus loin. À gauche on devine un préau. Au second plan se dresse le bâtiment qui abrite l'école en elle-même ainsi que la mairie du village au dernier étage. L'ensemble est plutôt gris mais de larges fenêtres font en sorte que le tout ne semble pas trop triste.
L'école primaire du village avec une partie de la cour de récréation au premier plan. Le dernier étage du bâtiment abrite la mairie, à laquelle on accède depuis la route située de l'autre côté de la construction (Rue des Bretons).

La Tour-en-Jarez possède une école[C 2] accueillant une centaine d'élèves et se trouvant en dessous de la mairie. Le collège public de secteur est le collège Les Champs[35],[C 3] situé au nord-ouest de Saint-Étienne. On trouve également le collège privé Joseph Collard[C 3] à Saint-Héand, tandis que le lycée de secteur est le lycée général et technologique Simone Weil[C 3],[36] de Saint-Priest-en-Jarez.

Culture[modifier | modifier le code]

Une bibliothèque municipale, gérée bénévolement, se trouve sur la place de la Mairie. Elle est ouverte quelques heures chaque semaine et propose gratuitement au prêt des ouvrages variés[C 4]. On peut parfois y voir des expositions[37].

Un petit musée met les anciens armuriers du village à l'honneur et se visite sur rendez-vous ou à quelques rares occasions[38].

L'espace Victor Pialat possède une salle des fêtes accueillant de temps à autre des représentations théâtrales, des spectacles scolaires, etc.

Santé[modifier | modifier le code]

Plusieurs infirmières à domicile sont situées sur ou aux alentours de la commune[39]. De plus, de nombreux professionnels de santé et une pharmacie se trouvent dans la commune voisine de L'Étrat[40]. L'hôpital le plus proche est l'Hôpital Nord, site principal du centre hospitalier universitaire de Saint-Étienne. L'établissement assez reconnu est localisé à l'extrémité ouest de Saint-Priest-en-Jarez[41].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[43].

En 2021, la commune comptait 1 473 habitants[Note 5], en augmentation de 0,82 % par rapport à 2015 (Loire : +1,27 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
664574749776784709800870878
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8769381 5181 3911 5321 571555502510
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
504502503504525511509518569
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6106398831 0421 1231 1631 2331 2421 462
2017 2021 - - - - - - -
1 4791 473-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Le doublement de la population depuis les années 1970, se réalisant notamment par la construction d'imposantes maisons individuelles, modifie considérablement la vue sur la colline du bourg. Autrefois très champêtre, la tendance est de plus en plus à une urbanisation continue entre le haut du bourg (église et vieux bourg) et la Croix Maladière (RD 1498) en bas, ainsi qu'au nord, derrière la Madone sur le plateau. Ceci est très frappant en comparant une photo des années 1970 et la colline d'aujourd'hui.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête principale de La Tour-en-Jarez est la "Course de la Châtaigne" suivie de la "Fête de la Châtaigne" qui reçoit à chaque fin du mois d'octobre plus de 10 000 personnes. Le est fêtée la fête nationale. Il y a plusieurs spectacles tout au long de l'année.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

L'espace Victor Pialat rénové et agrandi par la municipalité contient un large gymnase pouvant accueillir diverses compétitions sportives et comporte également une grande salle dotée d'une scène[46]. Près de ce complexe, un city stade a été réalisé en 2021[47]. L'association Tour Sports Loisirs propose elle plusieurs activités hebdomadaires aux Tourangeois : divers cours de gymnastique, yoga, badminton, sport pour enfants, théâtre, chorale ou encore jeux de société[C 5]. Elle organise également quelques événements variés au cours de l'année. En outre, il existe un club de tennis que l'on peut trouver à côté de la route départementale 1498[48], non loin de l'école de musique Play Pop qui dispense des cours de chant, guitare, batterie et piano[49]. Cet établissement met également à disposition ses locaux pour les professionnels, dispose d'un studio d'enregistrement et organise parfois d'autres activités comme des stages artistiques ou escape games[50],[51],[52],[53]. Enfin, bien qu'il ne soit plus présent directement sur la commune, le club de football L'Etrat La Tour Sportif est intimement lié à La Tour-en-Jarez[54].

Vie associative[modifier | modifier le code]

Un comité des fêtes organise plusieurs manifestations relatives à la vie du village[C 6], tandis que l'Association des Parents d'Elèves (APE) s'occupe d'autres festivités[C 7]. Le Club Rencontre Amitié donne la possibilité aux seniors de se réunir deux fois par mois[C 8]. L'Association l'Etrat La Tour Europe Amitié (A.E.T.E.A.) fut quant à elle créée à la suite du jumelage avec Vörstetten. Les liens avec la commune allemande sont forts grâce à un échange organisé annuellement[C 9],[55].

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église catholique Saint-Georges du village dépend de la paroisse Sainte Cécile. Un peu plus de deux messes par mois y sont célébrées[56],[57].

Médias[modifier | modifier le code]

Le journal Le Progrès diffusé dans le nord de l'Auvergne-Rhône-Alpes et dans une partie de la Bourgogne-Franche-Comté publie régulièrement des articles au sujet des actualités du village. La chaîne TL7 qui couvre le département de la Loire fait également partie des médias qui relatent des informations sur la Tour-en-Jarez. De surcroit, la mairie publie chaque année un bulletin municipal, distribué en version papier dans les boîtes aux lettres de la commune[C 10].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2016, le niveau de vie moyen des Tourangeois tel qu'il est défini par l'Insee vaut 26 564 . Il est bien plus élevé que la moyenne de la Loire qui est de 19 898  la même année, alors qu'à l'échelle de la région cette valeur s'élève à 21 478 . En France métropolitaine, le niveau de vie médian vaut 20 809  en 2016[I 11].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2018, 940 habitants du village ont entre 15 et 64 ans. Parmi eux, 69,9% sont actifs, et 9,1% des actifs sont au chômage, c'est le taux de chômage qui est égal à la valeur nationale de cette année-ci[I 12],[I 13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On voit la façade d'une église. À gauche se dresse un clocher surmonté d'une flèche. Une rampe facilite l'accès à la porte d'entrée notamment pour les usagers de fauteuils roulants. Au dessus de l'entrée se trouve un vitrail circulaire tandis qu'à droite, derrière un arbre se cache un autre vitrail.
La façade de l'église du village.

Au bord de la RD 1498 direction l'Étrat (ex-route nationale 498) se trouve, à environ 1 km du lieu-dit Pont Bayard, l'atelier Chocolat des Princes, dont la renommée dépasse largement le cadre de l'agglomération stéphanoise.

Le point culminant se nomme Le Calvaire, on y trouve un panorama et trois croix. A côté du Calvaire se trouve l'église qui est visible depuis la route direction la Talaudière, l'Étrat ou bien Saint-Priest-en-Jarez. Plus au nord se situe une Madone, au bord d'une voie dont elle est éponyme, et l'on peut trouver une chapelle dédiée à Saint Roch en bas du village, près de l'Onzon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. Dans le cas de l'unité urbaine de Saint-Étienne, il y a une ville-centre et 31 communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Avec l'Étrat et Saint-Héand.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

Site web de la commune[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Histoire et patrimoine » (consulté le ).
  2. « Ecole maternelle et élémentaire » (consulté le ).
  3. a b et c « Collèges et Lycée » (consulté le ).
  4. « La bibliothèque » (consulté le ).
  5. « Tour Sports Loisirs » (consulté le ).
  6. « Le comité des fêtes » (consulté le ).
  7. « APE (Association des Parents d'Elèves) » (consulté le ).
  8. « Club Rencontre Amitié » (consulté le ).
  9. « A.E.T.E.A. (Association l'Etrat La Tour Europe Amitié) » (consulté le ).
  10. « Bulletin municipal » (consulté le ).

Site web de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « La grille communale de densité », (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Saint-Étienne » (consulté le ).
  3. a b et c Insee, « Métadonnées de la commune de La Tour-en-Jarez ».
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Étienne » (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  6. a b et c « Chiffres-clés - Logement en 2018 à la La Tour-en-Jarez - Section LOG T2 » (consulté le ).
  7. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à la La Tour-en-Jarez - Section LOG T7 » (consulté le ).
  8. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Loire - Section LOG T2 » (consulté le ).
  9. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière - Section LOG T2 » (consulté le ).
  10. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées meta2
  11. « Revenus et pauvreté des ménages en 2016 », (consulté le ).
  12. « Emploi-Activité en 2018 », (consulté le ).
  13. « France, portrait social », (consulté le ).

Site web du Ministère de l'Intérieur[modifier | modifier le code]

  1. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 : Loire (42) - La Tour-en-Jarez » (consulté le ).
  2. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 : LOIRE (42) - La Tour-en-Jarez » (consulté le ).
  3. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 » (consulté le ).
  4. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 » (consulté le ).
  5. a et b « Résultats de l'élection présidentielle 2012 » (consulté le ).
  6. a et b « Résultats de l'élection présidentielle 2012 » (consulté le ).
  7. « Résultats de l'élection présidentielle 2002 » (consulté le ).
  8. « Résultats de l'élection présidentielle 2022 » (consulté le ).
  9. « Résultats de l'élection présidentielle 2022 » (consulté le ).
  10. « Européennes 2024 - Résultats : La Tour-en-Jarez (42311) » (consulté le ).
  11. « Européennes 2024 - Résultats : France entière » (consulté le ).
  12. « Publication des candidatures et des résultats aux élections - Législatives 2024 : La Tour-en-Jarez (42311) » (consulté le ).
  13. « Référendum du 20 septembre 1992 » (consulté le ).
  14. « Référendum du 20 septembre 1992 » (consulté le ).
  15. « Référendum du 29 mai 2005 » (consulté le ).
  16. « Référendum du 29 mai 2005 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des habitants du 42 - Loire - Habitants », sur le site Habitants.fr (consulté le ).
  2. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre La Tour-en-Jarez et Saint-Étienne », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  3. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  6. « Orthodromie entre La Tour-en-Jarez et Saint-Étienne », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Saint-Étienne », sur la commune de Saint-Étienne - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Station Météo-France « Saint-Étienne », sur la commune de Saint-Étienne - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  10. a et b « COMMUNE : TOUR-EN-JAREZ », sur le site de l'INPN (consulté le )
  11. « ZNIEFF 820032188 : CONTREFORTS MERIDIONAUX DES MONTS DU LYONNAIS », sur le site de l'INPN (consulté le )
  12. « RHA0358 - Bassin houiller de Saint-Etienne », sur le site de l'INPN (consulté le )
  13. « CORINE Land Cover | Données et études statistiques - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site de l'inventaire biophysique de l’occupation des sols et de son évolution (consulté le ).
  14. « Les finalistes de la Loire: La Tour-en-Jarez, proximité, nature et qualité de vie », sur le site du quotidien Le Progrès (consulté le ).
  15. a b c et d Pierre-Yves Laffont, L'armorial de Guillaume Revel : Châteaux, villes et bourgs du Forez au XVe siècle, Alpara, , 502 p. (ISBN 978-2-916125-05-3, lire en ligne), p. 244.
  16. a b c d e f g h i et j Louis Darrieus, LA TOUR-EN-JAREZ ET SON EGLISE : UN VILLAGE DE LA LOIRE, Imprimerie DEBAYLE Saint-Étienne, , 28 p..
  17. a b c d et e Corentin Valour, « Ségusiaves, qui étiez-vous ? », sur le site SPECTRE, (consulté le ).
  18. a et b « Les Ségusiaves », sur le site Imago Mundi (consulté le ).
  19. « Histoire de la ville », sur le site PATRIMOINE-LYON (consulté le ).
  20. « Marseille Romaine », sur le site Provence 7 (consulté le ).
  21. a b c d et e Maurice-Jean Philibert, LA TOUR EN JAREZ.
  22. a et b Jean-Marie de La Mure, Histoire universelle, civile et ecclésiastique du pays de Forez. Dressée sur des autorités et des preuves authentiques, vol. 5, Daniel Gayet, , 483 p. (lire en ligne), p. 147.
  23. a b c d e f g h i et j F. Chaux, Petite monographie de La Tour-en-Jarez (Loire), La Loire Républicaine, 160 p..
  24. Georges Guichard, Le comte de Neufbourg, Jean-Étienne Dufour et Édouard Perroy, Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle : 1763-1775, vol. 19, Dumas A Saint-Étienne, , 290 p. (lire en ligne), p. 21.
  25. La Société Historique et Archéologique du Forez "La Diana" et L'Institut des Études Régionales et des Patrimoines (IERP), Dictionnaire topographique du département de la Loire : Réimpression de l'édition de J.-E. Dufour (1946), Publications de l'Université de Saint-Étienne,
  26. Le pape Alexandre III, Bulle du Pape Alexandre III confirmant la permutation de 1173, (lire en ligne).
  27. (la) Claude Le Laboureur, Les Masures de l'abbaye royale de l'Île Barbe : Avec le catalogue de ses abbés, tant Réguliers que Séculiers, de sa Fondation jusqu'à aujourd'hui, Jean Couterot, , 1060 p. (lire en ligne), p. 117.
  28. Louis-Joseph Gras, Histoire du commerce local et des industries qui s'y rattachent dans la région stéphanoise et forézienne (alimentation, vêtement et toilette, habitation, professions diverses, etc.), J. Thomas, .
  29. Claude-Philippe Testenoire-Lafayette, Histoire de Saint-Étienne : des origines à la Révolution, , p. 65-66.
  30. « Découpage électoral de la Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur le site Politiquemania (consulté le ).
  31. a et b « Référendum de 2000 », sur le site Politiquemania (consulté le ).
  32. a et b « Résultats du référendum de 2000 : La Tour-en-Jarez », sur le site Politiquemania (consulté le ).
  33. « Résultats du référendum de 2000 : Loire », sur le site Politiquemania (consulté le ).
  34. « Un nouveau conseil municipal des enfants installé dans ses fonctions », sur le site du quotidien Le Progrès (consulté le ).
  35. « Les collèges de la Loire », sur le site de la Loire (consulté le ).
  36. « Loire - Affectation et Orientation : Affectation après la classe de troisième, DSDEN Loire - Zone géographique et lycées de secteur 2022 », sur le site de l'Académie de Lyon (consulté le ).
  37. « Les méchants de la culture populaire à l'honneur », sur le site du quotidien Le Progrès (consulté le ).
  38. « L'ATELIER DE L'ARMURIER », sur le site du Petit Futé (consulté le ).
  39. « Cabinet infirmier à La Tour en Jarez », sur le site des Pages jaunes (consulté le ).
  40. Christina SABATIER, « Le pôle médical "Caducée" ouvre ses portes à la patientièle », sur le site du quotidien Le Progrès, (consulté le ).
  41. « Centre Hospitalier Universitaire CHU de Saint-Étienne (Saint-Étienne) », sur le site de la Fédération hospitalière de France (consulté le ).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  46. Mélina Rigot, « La salle Victor-Pialat va être rénovée et agrandie de 1000m² », sur le site du quotidien Le Progrès, (consulté le ).
  47. Bulletin municipal d'information : Vivons la Tour ensemble !, vol. 45, , 32 p. (lire en ligne), p. 13.
  48. « Tour en Jarez (Tennis Club LA) », sur le site Ten'Up (consulté le ).
  49. « Cours de musique », sur le site de l'école de musique Play Pop (consulté le ).
  50. « Studio d'enregistrement », sur le site de l'école de musique Play Pop (consulté le ).
  51. « Location salle », sur le site de l'école de musique Play Pop (consulté le ).
  52. « Stages, les vacances scolaires », sur le site de l'école de musique Play Pop (consulté le ).
  53. « A La Tour-en-Jarez : "Un escape avec deux niveaux très bientôt" », sur le site du quotidien Le Progrès, (consulté le ).
  54. « Histoire du club », sur le site du club L'Étrat La Tour Sportif (consulté le ).
  55. « "Les liens d'amitié avec Vorstetten se renforcent" », sur le site du quotidien Le Progrès, (consulté le ).
  56. « Église Saint-Georges », sur le site de l'Observatoire du patrimoine religieux (consulté le ).
  57. « Messes du mois », sur le site de la paroisse Sainte Cécile (consulté le ).
  58. « Passage Jean-Baptiste Galley », sur le site Histoire des noms des rues de Saint-Étienne, photos et événements régionaux (consulté le ).
  59. « Jacques Félix Emmanuel BOUXIN », sur le site Parcours de vie dans la ROYALE (consulté le ).