Andrézieux-Bouthéon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouthéon.
Andrézieux-Bouthéon
Le Castel Martouret, actuelle mairie.
Le Castel Martouret, actuelle mairie.
Blason de Andrézieux-Bouthéon
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Andrézieux-Bouthéon
Intercommunalité Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Jean-Claude Schalk
2014-2020
Code postal 42160
Code commune 42005
Démographie
Gentilé Andrézien-Bouthéonnais
Population
municipale
9 876 hab. (2014en augmentation de 2.08 % par rapport à 2009)
Densité 607 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 37″ nord, 4° 15′ 39″ est
Altitude Min. 353 m – Max. 435 m
Superficie 16,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Andrézieux-Bouthéon

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Andrézieux-Bouthéon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andrézieux-Bouthéon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andrézieux-Bouthéon
Liens
Site web www.andrezieux-boutheon.com

Andrézieux-Bouthéon est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes, à une dizaine de kilomètres de Saint-Etienne.

Etablie au sud de la région naturelle et historique du Forez, à la confluence du Furan et de la Loire, Andrézieux-Bouthéon est traversée par l'autoroute A72 et accueille l'aéroport de Saint-Etienne-Loire. La commune fait partie de l'arrondissement de Saint-Étienne et de la Communauté urbaine Saint-Étienne Métropole. Selon le recensement de 2014, la ville compte 9 876 habitants en population municipale et 10 081 habitants en population totale. Depuis 2015, elle est bureau centralisateur de canton.

La commune d’Andrézieux-Bouthéon est née de la fusion, en 1965, des anciennes communes d’Andrézieux et de Bouthéon. Andrézieux est historiquement connue pour être le terminus de la première ligne de chemin de fer en France qui assurait le transport du charbon de Saint-Étienne jusqu'au port d'Andrézieux, au bord du fleuve. Bouthéon est quant à elle liée à l'histoire de son château. La ville est aujourd'hui considérée comme un pôle majeur du sud de la plaine du Forez, notamment en raison de ses nombreuses entreprises et équipements de service.

Ses habitants sont appelés les Andréziens-Bouthéonnais.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Andrézieux-Bouthéon se situe au sud de la plaine du Forez, sur la rive droite de la Loire, à 15 km au nord-ouest de Saint-Étienne et à 20 km au sud-est de Montbrison.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Andrézieux-Bouthéon est limitrophe de sept autres communes :

Rose des vents Saint-Cyprien Veauchette Veauche Rose des vents
Bonson N Saint-Bonnet-les-Oules
O    Andrézieux-Bouthéon    E
S
Saint-Just-Saint-Rambert Saint-Just-Saint-Rambert La Fouillouse
Carte de la commune.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Bouthéon depuis les Chambons.

Située dans la plaine de la Loire, Andrézieux-Bouthéon repose principalement sur des terrasses constituées d'un sous-sol sédimentaire (alluvions et sédiments sablo-argileux).

La superficie de la commune est de 1 628 hectares ; son altitude varie de 353 à 435 mètres[1]. Ce territoire est relativement plat avec, en direction du fleuve, une très légère pente d'est en ouest. Une exception notable : le talus où est implanté le vieux village de Bouthéon et son château surplombe la zone des Chambons et le fleuve Loire.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Andrézieux-Bouthéon se trouve sur la rive droite du fleuve Loire qui, en s'écoulant du sud au nord, forme la frontière avec les communes de Bonson, Saint-Cyprien et, enfin, Veauchette. Le barrage de Grangent, situé sur la commune voisine de Saint-Just-Saint-Rambert, permet une régulation partielle du fleuve.

La ville est également traversée sur 2 kilomètres par une rivière aux crues violentes et soudaines : le Furan. Celui-ci se jette dans le fleuve à proximité de la gare d'Andrézieux.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat d'Andrézieux-Bouthéon est de type semi-continental avec des hivers froids et neigeux et des étés chauds et secs.

Station de Saint Etienne - Bouthéon, 1981-2010 sauf soleil 1991-2010, record depuis 1959
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,4 0,1 2,4 4,6 8,8 12 14,2 13,8 10,7 8 3,3 0,7 6,6
Température moyenne (°C) 3,6 4,2 7,4 9,9 14,3 17,8 20,4 20 16,3 12,5 7 4 11,5
Température maximale moyenne (°C) 6,8 8,4 12,4 15,3 19,8 23,6 26,7 26,3 22 17,1 10,8 7,4 16,4
Record de froid (°C) −25,6 −22,5 −13,9 −7 −3,9 −0,6 2,9 1,1 −2,6 −6,2 −10,6 −18,6
Record de chaleur (°C) 20 23,2 26,4 28,8 33,7 37,8 40,8 39,3 36 29,2 25,2 20,2
Ensoleillement (h) 85,6 108,8 159,3 182,4 212,9 239,5 273,1 251,4 187,3 133,5 83,5 67,9 1 985,1
Précipitations (mm) 36,6 28,2 36,7 61,3 91,6 78,3 64 70,4 75,7 71,8 63,1 40,5 718,2
Source : « données climatiques », sur le site de Météo-France (consulté le 25 juillet 2015)
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
6,8
−0,4
36,6
 
 
 
8,4
0,1
28,2
 
 
 
12,4
2,4
36,7
 
 
 
15,3
4,6
61,3
 
 
 
19,8
8,8
91,6
 
 
 
23,6
12
78,3
 
 
 
26,7
14,2
64
 
 
 
26,3
13,8
70,4
 
 
 
22
10,7
75,7
 
 
 
17,1
8
71,8
 
 
 
10,8
3,3
63,1
 
 
 
7,4
0,7
40,5
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Le 7 juillet 2015, le record de chaleur a été battu avec une température de 41,1 °C mesurée sous abri[2].

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Autoroute et Routes principales[modifier | modifier le code]

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'Aéroport de Saint-Étienne a été créé en 1962 sur le site de l'ancien aérodrome de Bouthéon.

Après s'être appelé Aéroport de Saint-Étienne-Bouthéon, il s'appelle désormais Aéroport de Saint-Étienne-Loire.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Transport urbain[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par les lignes de bus 37 et 38 de la STAS, ainsi que par les lignes 101, 103, 105, 108, 111 et 120 des Transports interurbains de la Loire.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Côté Bouthéon, au XIIe siècle, on retrouve les mentions Botheonem en 1115 et Ecclesia de Boteone en 1183[3]. Au XIIIe siècle, castrum de Boteon en 1224[4] et Ecclesia de Botheone[5]. Ce toponyme pourrait venir de Bodedunum, Bode se rapportant à un nom propre gaulois et -dunum à "forteresse" ou "colline"[6].

Côté Andrézieux, on trouve la mention Undresiacum (variante Ondresiacum) en 984[7], Villa Andriaci (variante Andrisiaci) au XIe siècle[8], Villa de Andrayseu et Villa de Undraiceu en 1224[9], et Andreisacus en 1337, autant de termes pouvant évoquer un "domaine d'André"[10], le suffixe -acum renvoyant à la "propriété".

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Selon le plan local d'urbanisme (PLU) de la commune[11], la ville dispose de nombreux atouts : un fort potentiel d'emploi et des possibilités importantes d'accueil qui font de la commune le cœur du développement économique de la plaine du Forez ; un haut niveau d'équipements de services qui rayonnent largement au-delà de la ville ; de grands espaces plats, attractifs pour les grandes entreprises ; un territoire bien desservi avec une autoroute, deux gares et un aéroport ; des centres-bourgs jouant le rôle de pôles de proximité animés ; de grands logements, un parc social et un taux de vacance faible ; des atouts naturels et paysagers avec des potentialités de loisirs sur les bords de Loire ; des éléments de patrimoine architecturale remarquable (château de Bouthéon) et un habitat traditionnel de caractère (bâti ordonnancé et murs dans les bourgs, maisons de maître avec parc, etc.).

La commune présente également des faiblesses : un territoire éclaté en différents lieux avec des effets de coupure par les infrastructures ; d’anciennes zones d’activités peu qualifiées ; un quartier d’habitat social (La Chapelle) non directement relié au centre ; un tissu pavillonnaire éclaté et banalisé ; une consommation d’espaces par l'habitat sans beaucoup plus de disponibilités en raison des espaces d’activités ; des fragilités liées aux espaces inondables en bords de Loire ; une faible activité agricole.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 4 194, alors qu'il était de 3 947 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 93,3 % étaient des résidences principales, 1,0 % des résidences secondaires et 5,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 46,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 53,0 % des appartements[I 1].

Évolution du nombre de logements par catégorie[I 2].
1968 1975 1982 1990 1999 2009 2013
Ensemble 1 648 2 694 3 194 3 437 3 580 4 023 4 194
Résidences principales 1 334 2 421 2 815 3 104 3 249 3 773 3 913
Résidences secondaires et logements occasionnels 237 157 155 150 103 56 44
Logements vacants 77 116 224 183 228 194 237

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants, était de 52,5 %, en légère hausse par rapport à 2008 (50,7 %). La part de logements HLM loués vides diminue (24,6 % contre 26,5 % en 2008) en suivant la baisse de leur nombre (passé de 981 à 963)[I 3].

Sur les 3 913 résidences principales occupées en 2013, 468 ménages, soit 12,0 %, vivent à Andrézieux-Bouthéon depuis moins de deux ans, 791 ménages, soit 20,2 %, vivent ici depuis deux à quatre ans, 798 ménages, soit 20,4 %, vivent dans cette commune depuis cinq à neuf ans, et 1 856 ménages, soit 47,4 %, vivent à Andrézieux-Bouthéon depuis dix ans ou plus[I 4].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 52,5 %, en légère augmentation par rapport à 2008 (50,7 %) et 1,7 % des habitants étaient logés gratuitement[I 3].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Selon le plan local d'urbanisme de la commune[12], Andrézieux-Bouthéon est concernée par deux risques naturels majeurs :

  • l'inondation (du fait de la présence de la Loire et du Furan),
  • le mouvement de terrain (du fait de la nature argileuse de son sol).

La commune est également concernée par trois risques technologiques majeurs :

  • la rupture de barrage (Grangent sur la Loire, Gouffre d'Enfer et Pas-du-Riot sur le Furan),
  • les installations industrielles (l'entreprise SNF Floerger est un site classé Seveso seuil haut),
  • le transport des matières dangereuses par route (les principaux axes de communication supportent un important trafic de poids-lourds) et par canalisation (ouvrages de transport de gaz).

Histoire[modifier | modifier le code]

Une occupation, ou au moins une fréquentation humaine, est attestée de manière continue depuis le Néolithique sur la commune d'Andrézieux-Bouthéon, notamment sur les bords du fleuve Loire, entre les anciens ports d'Andrézieux et de Bouthéon[13].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Sur plusieurs sites de la zone des bords de Loire d'Andrézieux-Bouthéon, la présence de silex, généralement des éclats ou des fragments de lame, témoigne d'une présence humaine au Néolithique[13].

De plus, des indices d'un habitat de l'Âge du bronze ancien (vers 2000 av. J.-C.) ont été découverts au lieu-dit Les Chaninats à Bouthéon[14].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ségusiaves.

Andrézieux-Bouthéon se trouve sur l'ancien territoire du peuple gaulois des Ségusiaves.

Plusieurs sites gallo-romains ont été identifiés sur la commune dont six ont pu être datés du IIe siècle de notre ère grâce à la présence de fragments de céramique sigillée, aux formes et aux décors caractéristiques[13].

Moyen Age et Epoque moderne[modifier | modifier le code]

Andrézieux et Bouthéon dépendaient du Comté de Forez qui fut rattaché au domaine royal en 1531 avec toutes les autres possessions du connétable Charles III de Bourbon.

La première mention écrite de Bouthéon date de 1115 et plus précisément de l'acte primordial de la fondation du prieuré des religieuses de Beaulieu en Roannois autorisé et amplifié par le comte de Forez, Guy Ier : datum apud Botheonem anno Domini millefimo centefimo decimo quinto[5].

Andrézieux et Bouthéon sur la carte de Cassini.

L'église de Bouthéon (ecclesiam de Boteone) est donnée pour possession de l'abbaye de l'Ile-Barbe en 1183[15]. Elle dépend alors de l'archiprêtré de Jarez.

Village médiéval, l'histoire de Bouthéon est fortement liée à celle de son château, cité en 1224 en tant que castrum de Boteon appartenant aux comtes du Forez. La seigneurie de Bouthéon et son château furent par la suite propriété des familles de Reveux, de Châlus, de Joyeuse, de La Fayette, de Bourbon (avec Jean, Mathieu, Suzanne et Charles), de Gadagne puis Gadagne d'Hostun.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Andrézieux[modifier | modifier le code]

Jusqu'au début du XIXe siècle, Andrézieux n'était qu'un hameau situé à la confluence de la Loire et du Furan. Rattaché à la commune de Saint-Cyprien de 1798 à 1823 puis à Bouthéon de 1823 à 1830, Andrézieux pris le statut de commune en 1830. Son indépendance et son développement sont liés au transport du charbon, à la création du chemin de fer puis à l'essor industriel de la fin du XIXe siècle.

En effet, c'est à Andrézieux que fut construite la ligne Saint-Étienne - Andrézieux, qui fut la première ligne de chemin de fer en France et en Europe continentale.

Dès le XVIIIe siècle, le charbon extrait dans la région stéphanoise était transporté jusqu'à Andrézieux pour y être embarqué à bord de bateaux à fond plat appelés rambertes le transportant plus au nord par la Loire. Pour rendre ce transport plus efficace, la compagnie du chemin de fer de Saint-Étienne à la Loire construisit cette ligne de chemin de fer. Sa construction commença en 1823, et le premier transport officiel de marchandises eut lieu vers le . Cependant la ville d'Andrézieux rappelle cet événement à une date légèrement antérieure correspondant à une étape de la mise en service, par l'odonyme Rue du 18-Juin-1827. Une allée d’Andrézieux située à Paris rappelle elle aussi cet événement. A Andrézieux, rue Charles de Gaulle, une fresque murale de 81 m² a été réalisée en 1994 et illustre cette première ligne et le chargement du charbon sur les rambertes[16].

Le , les voyageurs purent à leur tour emprunter cette voie ferrée à l'aide de voiture rail-route.

La troisième ligne de France, allant d'Andrézieux à Roanne (Le Coteau), fut construite à partir de 1829 et exploitée à partir de 1833 par la Compagnie du chemin de fer de la Loire.

Grâce au chemin de fer, au fleuve Loire et son affluent le Furan, Andrézieux vit se développer l'industrie (textile, matériaux de construction, verrerie, etc.) mais aussi la villégiature : guinguettes et belles demeures se développèrent jusqu'au milieu du XXe siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bouthéon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Bouthéon#Histoire.

Village agricole, Bouthéon dispose de terres très fertiles sur les bords du fleuve Loire (les Chambons) où se cultivaient notamment légumes et chanvre[17]. Ce chanvre était utilisé, entre autres, pour le cordage des mariniers de la Loire : amarrage et halage des rambertes[18].

Depuis la fusion[modifier | modifier le code]

La ville nouvelle d'Andrézieux-Bouthéon a été créée par décret ministériel du . La fusion entre Andrézieux (canton de Saint-Rambert, 2575 habitants et 438 hectares) et Bouthéon (canton de Saint-Galmier, 956 habitants et 1190 hectares) fut effective le .
Cette union permis la création d'une zone industrielle de 120 hectares et d'une zone d'habitation (quartier de la Chapelle), qui se voulaient le point de départ d'un important développement économique et commerciale de la ville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Après avoir fait partie de l'arrondissement de Montbrison, Andrézieux-Bouthéon est rattaché à l'arrondissement de Saint-Étienne le 1er janvier 2017[19]. Par ailleurs, la ville appartient à la 6e circonscription de la Loire.

La commune faisait partie depuis sa création du canton de Saint-Galmier. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais le bureau centralisateur du canton d'Andrézieux-Bouthéon, qui regroupe quinze communes totalisant 43071 habitants en 2012 et dont elle est la ville la plus peuplée.

Andrézieux-Bouthéon relève du tribunal d'instance et du conseil de prud'hommes de Montbrison, du tribunal de grande instance, du tribunal pour enfants et du tribunal de commerce de Saint-Etienne, de la Cour d'appel de Lyon, du tribunal administratif de Lyon et de la cour administrative d'appel de Lyon[20].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a intégré, le 1er janvier 2013, Saint-Étienne Métropole. Auparavant, elle faisait partie, depuis 1996, de la communauté de communes du Pays de Saint-Galmier.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal d'Andrézieux-Bouthéon comprend 29 membres dont le maire, et, pour la mandature 2014-2020, 7 adjoints[21], 3 conseillers municipaux délégués et 18 conseillers municipaux[22].

La commune dispose d'un centre communal d'action sociale.

Des « commissions de quartiers » ont été instaurés en 2010 pour faciliter les échanges entre la municipalité et la population. La commune a été découpée en quatre quartiers ayant chacune sa commission : Andrézieux bourg, la Chapelle, Bouthéon bourg et Bouthéon aéroport[23].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis la création de la commune en 1965
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1971 Pierre Desgranges RPF Industriel
Député de la Loire (1951 → 1955)
1971 1983 Marcel Sicre   Ingénieur commercial des mines
1983 1995[24] François Mazoyer UDF Principal de collège
Conseiller général de Saint-Galmier (1994 → 1995)
Décédé en fonction
juin 1995 1998 Annie Mazoyer    
1998 en cours
(au 20 mars 2015)
Jean-Claude Schalk UDF
puis DVD
Retraité d’une grande société de travaux publics
Vice-président de Saint-Étienne Métropole (2014 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[25]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Agenda 21[modifier | modifier le code]

Andrézieux-Bouthéon a mis en place une démarche Agenda 21 en 2010[26],[27]. En 2013, la ville obtient, pour trois ans, le label Agenda 21 local France décerné par le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie[28].

Anciennes gravières[modifier | modifier le code]

Parc des bords de Loire.

Près du fleuve, dans le parc de loisirs des bords de Loire, d'anciennes gravières ont été réhabilitées par la commune en étangs de pêche et leur gestion confiée à la société de pêche locale[29].

Déchets[modifier | modifier le code]

La gestion des déchets est assurée par Saint-Étienne Métropole[30]. Le ramassage des ordures ménagères a lieu toutes les semaines en porte-à-porte. Le tri sélectif est instauré sur les quartiers d'Andrézieux et de Bouthéon par des bacs à tri sélectifs ramassés tous les quinze jours, en porte-à-porte également. Pour le quartier de La Chapelle, un projet de conteneurs enterrés doit aboutir en janvier 2017[31]. Des conteneurs pour la collecte du verre ou des vêtements sont répartis sur le territoire communal. Andrézieux-Bouthéon possède également une des déchetteries intercommunales[32].

À noter que la ville accueille un centre de prétraitement du verre[33].

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

Deux ouvrages de prélèvement d'eau utilisés pour la production d'eau potable se trouvent sur le territoire de la commune : une prise dans le fleuve Loire au lieu-dit « Le Bas Chirat », propriété du syndicat de production d'eau potable du Sud de la Plaine du Forez (SIPROFORS)[34], et un captage au lieu-dit "Les Baumes", utilisé par la commune de Veauche[35].

Une station de traitement des eaux usées se trouve sur la commune. Elle est gérée par le syndicat mixte des Trois Ponts. Outre Andrézieux-Bouthéon, cette station traite les eaux de Saint-Just-Saint-Rambert, de Bonson, ainsi que certains effluents de La Fouillouse et Veauche[36].

Veolia Eau assure, depuis le 1er janvier 2011, l’exploitation du service de distribution d’eau potable pour le compte du SIPROFORS et, depuis le 1er décembre 2012, l’exploitation du service d’assainissement collectif pour le compte du syndicat mixte des Trois Ponts[37].

Énergie[modifier | modifier le code]

La centrale nucléaire la plus proche est celle de Saint-Alban (41 km). La centrale hydroélectrique la plus proche est celle du Barrage de Grangent (8 km).

En 2009, la ville inaugure une chaufferie au bois de 6 MW assurant le chauffage de 1000 logements et d'une dizaine de bâtiments publics dont des écoles, le collège, le lycée et des gymnases[38].

Par ailleurs, la commune développe l'énergie solaire en installant des chauffe-eau solaires sur plusieurs bâtiments sportifs ou pour les vestiaires du centre technique municipal ; 1 500 m2 de panneaux photovoltaïques sont également posés sur trois bâtiments scolaires[39],[27].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune de Andrézieux-Bouthéon bénéficie du label « ville fleurie » avec « 3 fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au « concours des villes et villages fleuris » [40].

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget global de la commune était de 33 438 000 €, dont 20 689 000 € de fonctionnement et 12 749 000 € d'investissement. Cela représentait 3 364 € par habitant, un nombre deux fois supérieur à la moyenne de la strate (1 601 € par habitant). Les dépenses s'élevaient à 25 181 000 €, réparties en 15 571 000 € de fonctionnement et 9 610 000 € d'investissement[41].

Le budget a plutôt augmenté ces dernières années, variant de 24 468 000 € en 2000[42] à 33 438 000 € en 2014[41], avec un maximum de 35 405 000 € en 2013[43] et un minimum de 21 215 000 € en 2005[44].

La dette de la commune est de 6 533 000 € en 2014, soit 657 € par habitant, un nombre inférieur à la moyenne de la strate (870 € par habitant)[45]. La dette a été divisée par plus de quatre en quatorze ans puisqu'elle était de 28 586 000 € en 2000[46].

La capacité d'autofinancement (CAF) de la commune est de 5 898 000 € en 2014, soit 593 € par habitant, un nombre trois fois et demi supérieur à la moyenne de la strate (168 € par habitant)[41]. La CAF varie beaucoup d'année en année, avec un maximum de 12 263 000 € en 2013[43] et un minimum de 3 613 000 € en 2001[47].

Capacité d'autofinancement (CAF) d'Andrézieux-Bouthéon de 2000 à 2014 (en €/habitant)
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Andrézieux-Bouthéon 485 387 656 565 522 516 569 823 442 519 628 700 620 1240 593
Moyenne de la strate[Note 1] 159 159 168 186 163 168 172 167 155 163 184 200 190 181 168

En 2014, le taux de la taxe d'habitation est de 7,71 %, presque deux fois inférieur au taux moyen de la strate (14,47 %), celui de la taxe foncière sur le bâti est de 15,88 %, inférieur de près de 5 points au taux moyen de la strate (20,81%), et celui de la taxe foncière sur le non bâti est de 33,20 %, inférieur de plus de 24 points au taux moyen de la strate (57,56 %)[48]. Ces taux sont inférieurs à ceux de 2013 et 2012.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Andrézieux-Bouthéon est jumelée avec[49] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique d'Andrézieux (1836-1962) puis d'Andrézieux-Bouthéon[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[51]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[52],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 9 876 habitants, en augmentation de 2,08 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
663 726 966 1 005 925 1 008 1 112 832 902
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
1 043 1 155 1 209 1 195 1 325 1 374 1 483 2 025 1 942
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
2 073 2 049 2 077 2 338 2 575 3 952 7 640 8 877 9 407
1999 2008 2013 2014 - - - - -
9 153 9 591 9 844 9 876 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[53] puis Insee à partir de 2006[54].)
Histogramme de l'évolution démographique


Évolution démographique de Bouthéon (1793-1962)[modifier | modifier le code]

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
540 538 525 760 734 816 750
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
840 821 809 828 835 840 910
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
864 965 980 1 002 984 961 912
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
874 836 875 860 880 932 956
(Sources : base Cassini de l'EHESS[55].)


Pyramide des âges et structure de la population[modifier | modifier le code]

La population andrézienne-bouthéonnaise est plus féminine, avec 51,6 % de femmes pour 48,4 % d'hommes en 2013[I 5]. C'est quasiment autant que dans le département qui est à 51,7 % de femmes pour 48,3 % d'hommes[I42 1]. En proportion, il y a plus de jeunes à Andrézieux-Bouthéon que dans le reste du département : les moins de 20 ans représentent 27,2 % des Andréziens-Bouthéonnais contre 24,4 % des Ligériens. Il y a également moins de personnes âgées, proportionnellement, dans la commune que dans le département : les plus de 65 ans représentent 16,1 % des Andréziens-Bouthéonnais contre 20,3 % des Ligériens[I 5],[I42 1].

Pyramide des âges à Andrézieux-Bouthéon en 2013 en pourcentage[I 5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,4 
5,7 
75 à 89 ans
8,2 
14,0 
60 à 74 ans
14,9 
17,7 
45 à 59 ans
19,5 
20,7 
30 à 44 ans
18,4 
20,1 
15 à 29 ans
17,5 
21,5 
0 à 14 ans
20,1 
Pyramide des âges de la Loire en 2013 en pourcentage[I42 1].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,7 
7,6 
75 à 89 ans
11,6 
15,8 
60 à 74 ans
16,3 
19,7 
45 à 59 ans
19,1 
18,9 
30 à 44 ans
17,7 
17,9 
15 à 29 ans
16,4 
19,5 
0 à 14 ans
17,2 

En 2013, Andrézieux-Bouthéon comptait 3 912 ménages. Ils se composaient, pour 31,8 % d'entre eux, d'un couple avec enfant(s), pour 30,3 % d'une seule personne, pour 27,6 % d'un couple sans enfant et pour 9,0 % d'une famille monoparentale. Les ménages avec famille ont diminué d'un point depuis 2008[I 6].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Andrézieux-Bouthéon est situé dans l'Académie de Lyon.

La ville compte 5 écoles primaires (Paul Eluard, Victor Hugo, Louis Pasteur et Arthur Rimbaud pour le public, et Jeanne d'Arc pour le privé), 1 collège (Jacques Prévert), 1 lycée d'enseignement général et technologique (François Mauriac) et 1 lycée professionnel (Pierre Desgranges)[56].

Santé et services d'urgence[modifier | modifier le code]

Andrézieux-Bouthéon dispose d'une large offre de soins. En 2014, il a été référencé[57] : 14 médecins généralistes, neuf cabinets dentistes et de nombreux spécialistes (un cardiologue, deux dermatologues, un gynécologue-obstétricien, un médecin ORL, un ophtalmologue, deux orthodontistes, un pédiatre, un psychiatre, un rhumatologue), ainsi que sept cabinets d'infirmiers, six cabinets de kimésithérapeutes, un centre de médecine du travail, deux nutritionnistes, deux cabinets d'orthophonistes, un orthoptiste, cinq cabinets d'ostéopathie, deux pédicures-podologues, deux psychologues, quatre psychothérapeutes, deux sages-femmes, deux sophrologues, deux ambulanciers, trois centres de correction auditive, un centre de radiologie, un laboratoire d'analyses médicales, un laboratoire de prothèses dentaires, deux parapharmacies et trois pharmacies.

L'hôpital public le plus proche (11,5 km) est le centre hospitalier universitaire (CHU) de Saint-Étienne Hôpital Nord[58], situé à Saint-Priest-en-Jarez. Il est directement accessible par la ligne de bus 37 de la STAS. Côté établissement privé, la clinique du parc se trouve aux abords de l'Hôpital Nord[59].

La ville accueille l'un des 72 centres d'incendie et de secours du Service départemental d'incendie et de secours de la Loire[60].

En 2015, 16 défibrillateurs automatiques sont répertoriés à travers la ville[61] : Château de Bouthéon, Complexe d'Animation des Bords de Loire (CABL), Golf des Bords de Loire, agence EOVI, Théâtre du Parc, CASA, Hôtel de ville, police municipale (équipement mobile), Stade Roger Baudras, Centre d'incendie et de secours (équipement mobile), Palais des Sports, Tennis Club, Gymnase Lacoste, Centre Nautique Nautiform, entreprise Lactalis Nestlé Produits Frais, entreprise SNF Floerger.

Sports[modifier | modifier le code]

Associations sportives[modifier | modifier le code]

  • ALS Basket Andrézieux-Bouthéon, club de basket-ball évoluant en NM1 pour la saison 2016/2017.
  • ASF Andrézieux-Bouthéon, club de football évoluant en CFA pour la saison 2016/2017.
  • AJC (Association des Jeunes Chapellois), club de football évoluant en première division de district pour la saions 2016/2017.
  • EFVB (Entente Forézienne de Volley-Ball), club de volley-ball issu de la fusion des clubs de Saint-Galmier, La Fouillouse et Andrézieux-Bouthéon.
  • FAC Andrézieux, club d'athlétisme.
  • HBSA, club de handball issu de la fusion des clubs de Saint-Étienne et d'Andrézieux-Bouthéon.
  • PHENIX, club de gymnastique.
  • RCAB, Rugby club d'Andrézieux-Bouthéon évoluant en catégorie Honneur pour la saison 2016/2017.

Équipements sportifs et de loisirs[modifier | modifier le code]

Andrézieux-Bouthéon est équipée de nombreux équipements sportifs pour une ville de 10.000 habitants :

  • un Boulodrome couvert : installation dédiée à la pratique de la boule lyonnaise.
  • le Centre aquatique et de remise en forme Nautiform : complexe aquatique[62], inauguré en , déclaré d’intérêt communautaire depuis 2004, il est géré par Saint-Étienne Métropole depuis 2013. Il comprend : 1 bassin de 25 mètres de long, 15 mètres de large, 6 couloirs de nage aménagés ; dans le prolongement est simulée une rivière à courant longue de 53 mètres ; 1 bassin d’initiation de 60 centimètres de profondeur ; 1 bassin pour bébé de 30 centimètres de profondeur. On y trouve également des bassins extérieurs ; 1 bain à remous ; 1 toboggan de 57 mètres composé de deux anneaux, une ligne droite, se terminant dans un bassin ; 1 centre de remise en forme qui propose une salle de musculation, une salle de cardio fitness ainsi qu’un espace relaxation avec saunas, hammam, bains à remous, douches hydrothérapiques.
  • Trois terrains multisports dits city-stades sont répartis dans les trois quartiers de la ville.
  • le Complexe sportif des Bullieux : site comprenant notamment une piste d'athlétisme homologuée pour les championnats de France ; un terrain de football en synthétique ; un mur d'escalade en plein air et un parcours de santé.
  • l'Espace sportif de la Fabrique : installation sportive comprenant un pétanquodrome, une salle de tennis de table et un salle d'escrime.
  • le Golf des Bords de Loire : parcours de Golf 9 trous de type Pitch and Putt.
  • quatre gymnases : Lacoste, Pasteur, Bullieux et le gymnase du lycée.
  • le Palais des Sports. D'une capacité de 1500 à 2500 places, cette structure accueille différents évènements sportifs et manifestations d'envergure régionale, nationale ou internationale. Un centre d’hébergement de 60 couchages, agréé Jeunesse et Sport ainsi qu'Éducation Nationale, lui est associé. Chaque week-end, le Palais des Sports accueille des matchs de l’ALS Basket et du Handball Saint-Étienne Andrézieux.
  • le Parc des Essarts : installation comprenant une piste cyclable et des terrains de football.
  • le Parc des sports des Bullieux. Complexe permettant la pratique du football, de l'athlétisme, du tennis, du rugby.
  • l'Envol Stadium. Ce complexe sportive, situé au lieudit de la Gouyonnière, s'étend sur six hectares. Inauguré le 15 mai 2016, il accueille le nouveau stade du club de foot de l'ASF Andrézieux-Bouthéon ainsi que deux terrains annexes. D'une capacité totale de 5 000 places dont 3 000 assises, ce nouvel stade sera aux normes du championnat National avec une possibilité d'extension pour le Ligue 2[63]. Le terrain d'honneur a pour particularité d’être décaissé de près de trois mètres afin que la hauteur des projecteurs ne gêne pas les avions atterrissant sur l’Aéroport de Saint-Étienne-Loire tout proche[64].
  • le Stade Roger-Baudras. Depuis la saison 2016-2017, ce stade est dédié au Rugby club d'Andrézieux-Bouthéon (RCAB). Il se compose, d'une part, d'un terrain en herbe, inauguré en 1991, de 106 mètres par 68 mètres, pouvant accueillir 3000 personnes dont 750 places dans une tribune couverte et, d'autre part, d'un terrain synthétique juxtaposé inauguré an 1996 destiné aux entraînements et aux matchs amicaux, ses dimensions sont de 100 mètres par 60 mètres.

Équipements privés[modifier | modifier le code]

La ville compte également des installations appartenant à des structures privés : deux circuits automobiles (asphalte et terre), une piste de karting, un circuit de moto-cross, un bowling et un complexe de 8 000 m2 dédié au football, au squash et au badminton.

Évènements sportifs[modifier | modifier le code]

La ville accueille chaque année plusieurs évènements, dont :

  • Enduro de pêche à la carpe sur les étangs municipaux. Créé en 1988, c'est le plus ancien enduro carpiste de France. De 24 heures à ces débuts, il est monté jusqu'à 120 heures non-stop en l'an 2000 avant de se stabiliser à 96 heures[65].
  • Hand'Elite 42 International : tournoi international organisé depuis 2005 par le club Handball Saint-Étienne Andrézieux.
  • International de Pétanque des Bords de Loire : créé en 2011 par l'association Pétanque de l'Envol[66].
  • Engie Open Métropole 42[67] : tournoi international de tennis féminin doté depuis 2016 de 50,000 dollars et organisé depuis 2011 sous le nom d'Open GDF Suez 42.
  • Rallye National du Forez : rallye automobile organisé par l'Association Sportive Automobile du Forez[68] et comptant pour la coupe de France des rallyes.
  • Spring Garden Tour. Concours hippique organisé depuis 2013 sur les bords de Loire.
  • Tour Loire Forez Pilat[69] : en 2015, pour la 23e édition de cette course cycliste, Andrézieux-Bouthéon est ville-étape[70].
  • Tournoi des bords de Loire de Volley-ball : Tournoi de volley en extérieur et sur gazon se déroulant au mois de juillet et organisé par l'EFVB.

Anecdotes sportives[modifier | modifier le code]

La commune a été pressentie pour accueillir en 2012 le nouveau stade de football[71] de l'ASSE d'une capacité de 50 000 places. Cette hypothèse a été abandonnée dans la mesure où les élus de Saint-Étienne Métropole ont décidé de rénover le stade Geoffroy-Guichard et d'en accroitre la capacité d'accueil, l'ASSE se ralliant in fine à ce projet[72],[73]

Médias[modifier | modifier le code]

La commune publie un magazine mensuel d'informations municipales, L'Envol, distribué à tous les foyers andréziens-bouthéonnais. Il est également possible de le consulter sur le site de la ville[74].

Le journal Le Progrès dispose d'une agence dans la ville et propose une édition quotidienne dédiée au Forez[75] dont une page est consacrée à Andrézieux-Bouthéon. L'édition de Saint-Étienne[76] publie également régulièrement des articles sur la ville.

L'hebdomadaire Le Pays, dans son édition Forez Cœur de Loire[77] (anciennement La Gazette de la Loire), couvre l'actualité d'Andrézieux-Bouthéon.

De 1994 à 2003, la chaîne AB7 Télévision est diffusé sur le réseau câblé d'Andrézieux-Bouthéon[77]. En étendant sa diffusion sur la plaine du Forez, AB7 devient TL7 en 2004. À partir de 2008, la chaîne couvre Saint-Etienne. En 2014, la chaîne quitte ses locaux d'Andrézieux-Bouthéon pour s'installer à Saint-Genest-Lerpt[78].

En fonction de l'actualité, différents médias locaux ou nationaux avec décrochage local peuvent également s'intéresser à la ville. Citons en particulier : France 3 Rhône-Alpes pour la télévision ; France Bleu Saint-Étienne Loire (97.1 FM), Activ Radio (90.0 FM), NRJ Saint-Étienne (102.8 FM), RCF Saint Étienne (94.7), Radio Scoop (91.3 FM) pour les radios ; le journal hebdomadaire L'Essor - LOIRE pour la presse écrite ; Forez Info[79], Le Grisou[80], Zoomdici[81] pour les sites web locaux.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 26 781 €, ce qui plaçait Andrézieux-Bouthéon au 21 761e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[82].

En 2013, 52,5 % des foyers fiscaux étaient imposables[I 7].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2013, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 6 215 personnes, parmi lesquelles on comptait 70,8 % d'actifs dont 59,6 % ayant un emploi et 11,2 % de chômeurs[I 8].

On comptait 10 765 emplois dans la zone d'emploi, contre 10 133 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 3 736, l'indicateur de concentration d'emploi est de 288,1 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu moins de trois emplois pour un habitant actif[I 9].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2014, Andrézieux-Bouthéon comptait 1 321 établissements : 6 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 119 dans l'industrie, 174 dans la construction, 864 dans le commerce-transports-services divers et 158 étaient relatifs à l'administration publique-enseignement-santé-action sociale[I 10].

En 2015, 94 entreprises ont été créées à Andrézieux-Bouthéon[I 11], dont 55 par des autoentrepreneurs[I 12].

Parmi les entreprises remarquables de la ville, on peut citer :

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Edifices civils[modifier | modifier le code]

La mairie ou Castel Martouret[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’une demeure bourgeoise datant de 1860, sa surface était à l’origine de 1 200 m2. Le nom de ce castel est à l’effigie du propriétaire de l’époque puisqu’il s’agissait de Jean Martouret. Aujourd’hui, cette bâtisse abrite les locaux de la nouvelle mairie, inaugurée en , ainsi que ceux de l’espace Martouret, lieu de rencontre des personnes âgées. Le Castel a été rénové et une surface de 500 m2 a été ajoutée, ainsi la mairie à l’heure actuelle revêt une surface de 1 800 m2.

Le château de Bouthéon[modifier | modifier le code]

La présence d'un château à Bouthéon est attesté depuis le XIIIe siècle[5]. Au fil du temps, l'architecture de ce monument a fortement évolué pour s'adapter aux goûts des différents propriétaires et à la mode de leur époque. Il fut notamment habité par Gilbert III Motier de La Fayette et Mathieu de Bourbon au XVe siècle, Guillaume de Gadagne au XVIe siècle, Claude Antoine Praire de Neysieux au XVIIIe siècle et Claude Coignet, riche rubanier stéphanois, à la fin du XIXe siècle.

Propriété de la commune depuis 1995, le domaine du château de Bouthéon est ouvert toute l'année à la visite et à la location pour séminaires et réceptions d'entreprise[87]. Côté jardin, le parc présente depuis 2006 des animaux domestiques rares et de nombreuses espèces horticoles. Côté cour, dans le château, un centre d'interprétation du Forez se visite depuis 2007. Le centre d'interprétation du Fleuve Loire a ouvert quant à lui en 2010 et présente en aquarium une trentaine d'espèces de poissons ligériens. En 2015, le site a comptabilisé près de 80 000 entrées[88].

Depuis l'an 2000, chaque année au mois d'octobre, ce site accueille une fête de la Courge et des saveurs d'automne. En 2015, cette manifestation a réuni près de 20 000 visiteurs sur un week-end.

Station service Total[modifier | modifier le code]

Edifice réalisé en 1970 par l'architecte Jean Prouvé et labélisé « Patrimoine du XXe siècle » par le ministère de la Culture, le 3 octobre 2007[89].

Sites et équipements culturels[modifier | modifier le code]

Église Saint-Laurent (Bouthéon).
  • L'Atelier des Arts. Lieu d'enseignement des arts plastiques, animé par des artistes locaux.
  • CASA. Le Creuset Actif de Solidarité inter-Âges est un lieu dédié à l'échange et aux partages des savoirs entre habitants et entre générations. Il est situé dans l'ancienne mairie d'Andrézieux.
  • Le Conservatoire François Mazoyer. Conservatoire à rayonnement communal proposant des cours de musique et de danse.
  • La Fabrique. Lieu de résidence d'artistes et d'actions culturelles situé dans une ancienne usine de lacets et de câbles électriques.
  • Le Kiosque - Médiathèque. Médiathèque municipale située dans le nouveau quartier des Terrasses, en réseau avec la bibliothèque municipale Gabriel Richard (quartier de Bouthéon) et la bibliothèque associative du quartier d'Andrézieux.
  • Le Théâtre du Parc. Salle de spectacle d'une capacité de 360 places.

Édifices et objets religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte Agathe (quartier d'Andrézieux), construite au milieu du XIXe siècle.
  • Chapelle Sainte Agathe (quartier de la Chapelle). Modeste édifice de 50 m2 qui remonterait au XVIe siècle.
  • Église Saint Laurent (quartier de Bouthéon). Construite en 1881 à l'emplacement d'une église du XIIe siècle.
  • Sculpture de la Madone réalisée par Jean Cardot en 1962 à l'occasion du centenaire de l'église Saint Laurent à Bouthéon.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le territoire d’Andrézieux-Bouthéon est caractérisé par la présence de plusieurs périmètres de protection des milieux naturels.

En effet, quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique recoupent tout ou une partie du territoire communal[90], à savoir les zones « Contreforts méridionaux des Monts du Lyonnais »[91], « Etang de Lapra »[92], « Fleuve Loire et annexes fluviales de Grangent à Balbigny »[93] et, enfin, la zone « Plaine du Forez »[94] qui couvre l'ensemble de la commune.

De plus, dans le cadre du Réseau Natura 2000, Andrézieux-Bouthéon comprend 112 hectares de la Zone de protection spéciale dite « Plaine du Forez »[95] ainsi que 41 hectares de la Zone spéciale de conservation dite « Milieux alluviaux et aquatiques de la Loire »[96].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Andrézieux-Bouthéon (Loire).svg

Les armoiries de Andrézieux-Bouthéon se blasonnent ainsi :

D’azur à la barre d’argent, accompagnée d’un avion du même volant dans le sens de la barre en chef et de deux roues dentées d’argent, engrenées en pal en pointe, celle de dessus plus petite ; au dauphin de gueules brochant sur le tout.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Epures, Plan local d'urbanisme d'Andrézieux-Bouthéon : rapport de présentation, , 140 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Andrézieux-Bouthéon et Andrézieux-Bouthéon Animation, Andrézieux-Bouthéon : Guide pratique 2014-2016, , 82 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Claude Cretin, Saint-Etienne n’est plus dans Saint-Etienne... : plaidoyer pour un pays urbain, Publications de l’université de Saint-Étienne, , 393 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Strate : communes de 10 000 à 20 000 habitants appartenant à un district.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  2. "Météo : six records de chaleur sont tombés" Le Progrès du 15 août 2015.
  3. Masures de l'Ile-Barbe, t. I, p. 117
  4. Charte du Forez, n° 42, p. 3
  5. a, b et c Site des amis du vieux Bouthéon
  6. Anne-Marie Vurpas et Claude Michel (1997). Noms de lieux de la Loire et du Rhône.
  7. Cartulaire lyonnais, p. 20
  8. Cartulaire de Savigny, tome II, p.1055
  9. Charte du Forez, n°42, p. 3
  10. Site de la ville d'Andrézieux-Bouthéon
  11. Epures (2013). Plan local d'urbanisme d'Andrézieux-Bouthéon : rapport de présentation, p. 72
  12. Epures (2013). Plan local d'urbanisme d'Andrézieux-Bouthéon : rapport de présentation, p.56-59
  13. a, b et c Andrézieux-Bouthéon, in Bulletin du Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire, n°12, 2001, p. 31-39
  14. Vincent Georges, Les indices d'un habitat de l'Age du Bronze ancien vers 2000 av. J.-C. au lieu-dit Les Chaninats à Andrézieux-Bouthéon (42, Loire) dans la plaine alluviale de la Loire in Bulletin du Groupe de Recherches Archéologiques de la Loire, 2011, p. 119-123
  15. Mazures de l'Ile-Barbe T. 1, p. 117 Lire en ligne
  16. Petite et grande histoire de la fresque murale, Le Pays du 18 août 2016, p.25.
  17. En 1826, Bouthéon récolta 150 quintaux de chanvre et était un centre de production important, selon G.Blanchard et H. Nochez, La Loire forézienne : des hommes, des bateaux, du charbon', Saint-Etienne : Loire et terroirs éditions, 2002, p.34.
  18. Guy Blanchard et Henri Nochez, La Loire forézienne : des hommes, des bateaux, du charbon', Saint-Etienne : Loire et terroirs éditions, 2002, p.34.
  19. arrêté préfectoral du 29 décembre 2016 portant rattachement de la commune d’Andrézieux-Bouthéon à l’arrondissement de Saint-Étienne
  20. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le 2 août 2015).
  21. « Les adjoints », Les élus, sur http://www.andrezieux-boutheon.com (consulté le 20 mars 2016).
  22. « Les conseillers municipaux », Les élus, sur http://www.andrezieux-boutheon.com (consulté le 20 mars 2016).
  23. « Commissions de quartier », Démocratie participative, sur http://www.andrezieux-boutheon.com (consulté le 20 mars 2016).
  24. « Douze ans aux côtés de l’ancien maire François Mazoyer », Le Progrès,‎ (lire en ligne).
  25. « Jean-Claude Schalk est élu maire », Le Progrès,‎ (lire en ligne).
  26. « La démarche Agenda 21 d'Andrézieux-Bouthéon » (consulté le 19 mars 2016).
  27. a et b « L'Agenda 21 d'Andrézieux-Bouthéon » (consulté le 19 mars 2016).
  28. Agenda 21 : la reconnaissance d'un processus tourné vers un futur meilleur, leprogres.fr du 7/03/2013.
  29. Jean-Noël Degorce, Les milieux humides dans la Loire, Saint-Etienne, Publications de l'Université de Saint-Etienne, , p. 146.
  30. « La gestion des déchets », sur le site de Saint-Étienne Métropole (consulté le 19 mars 2016).
  31. Conteneurs enterrés: en place en janvier prochain, leprogres.fr du 19/03/2016.
  32. « Les déchetteries. », sur Saint-Etienne Métropole. (consulté le 19 mars 2016).
  33. « Que deviennent nos déchets ? », sur Saint-Etienne Métropole. (consulté le 19 mars 2016).
  34. Le SIPROFORS regroupe 7 communes : Andrézieux-Bouthéon, Aveizieux, Chambœuf, La Fouillouse, Saint-Bonnet-les-Oules, Saint-Galmier et Veauche.
  35. Epures (2013). Plan local d'urbanisme d'Andrézieux-Bouthéon : rapport de présentation, p. 63.
  36. Epures (2013). Plan local d'urbanisme d'Andrézieux-Bouthéon : rapport de présentation, p. 64.
  37. « Les syndicats Eau et Assainissement », sur ville d'Andrézieux-Bouthéon (consulté le 27 mars 2016).
  38. « Inauguration de la chaufferie au bois d'Andrezieux Bouthéon (42) », sur mediaterre.org (consulté le 19 mars 2016).
  39. « Edito du magazine municipal Envol n° 126 janvier 2010 », sur ville d'Andrézieux-Bouthéon (consulté le 19 mars 2016).
  40. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 février 2016).
  41. a, b et c « Comptes d'Andrézieux-Bouthéon - Chiffres clés de 2014 », sur la base Alize2 du ministère de l'Économie et des Finances (consulté le 19 mars 2016).
  42. « Comptes d'Andrézieux-Bouthéon - Chiffres clés de 2000 », sur la base Alize2 du ministère de l'Économie et des Finances (consulté le 19 mars 2016).
  43. a et b « Comptes d'Andrézieux-Bouthéon - Chiffres clés de 2013 », sur la base Alize2 du Ministère de l'Économie et des Finances (consulté le 19 mars 2016).
  44. « Comptes d'Andrézieux-Bouthéon - Chiffres clés de 2005 », sur la base Alize2 du ministère de l'Économie et des Finances (consulté le 19 mars 2016).
  45. « Comptes d'Andrézieux-Bouthéon - Endettement de 2014 », sur la base Alize2 du ministère de l'Économie et des Finances (consulté le 19 mars 2016).
  46. « Comptes d'Andrézieux-Bouthéon - Endettement de 2000 », sur la base Alize2 du ministère de l'Économie et des Finances (consulté le 19 mars 2016).
  47. « Comptes d'Andrézieux-Bouthéon - Chiffres clés de 2001 », sur la base Alize2 du ministère de l'Économie et des Finances (consulté le 21 avril 2015).
  48. « Comptes d'Andrézieux-Bouthéon - Fiscalité de 2014 », sur la base Alize2 du ministère de l'Économie et des Finances (consulté le 19 mars 2016).
  49. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 24 juillet 2015).
  50. http://www.andrezieux-boutheon.com/-Neu-Isenburg-.html
  51. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  52. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  53. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  54. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  55. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 22 avril 2017)
  56. « Les écoles » (consulté le 23 juillet 2015).
  57. « Guide pratique d'Andrézieux-Bouthéon 2014-2016 » (consulté le 24 juillet 2015).
  58. « Trouver un établissement », sur L'hôpital, un site de la Fédération hospitalière de France (consulté le 24 juillet 2015).
  59. « Site web de la clinique du parc ».
  60. « Les centres d'incendie et de secours (CIS) du SDIS 42 » (consulté le 24 juillet 2015).
  61. « Magazine municipal L'Envol n°186, juin 2015, p.20 » (consulté le 24 juillet 2015).
  62. http://www.agglo-st-etienne.fr/plus-pres-de-vous/vos-loisirs/grands-equipements/nautiform/ Nautiforme sur le site de Saint-Étienne Métropole
  63. « Le futur stade de l'ASF Andrézieux-Bouthéon » (consulté le 24 juillet 2015).
  64. « Reportage de foot42 sur le futur stade de l'ASF » (consulté le 24 juillet 2015).
  65. « Le club carpiste 42, 25 ans d'histoire » (consulté le 24 juillet 2015).
  66. http://www.petanque-abe.fr/
  67. http://opengdfsuez42.fr/
  68. http://www.asaforez.com/
  69. http://www.tour-loire-pilat.fr/
  70. « 23ème Tour Loire Pilat Forez sur le site de la ville » (consulté le 24 juillet 2015).
  71. Un nouveau stade en 2012
  72. ASSE: Geoffroy-Guichard rénové d'ici le printemps 2014 sur le site du journal Le Progrès, consulté le 7 avril 2010.
  73. Nouveau stade de football à Saint-Étienne : les raisons d'un projet mort-né . sur le site du journal Le Progrès, consulté le 7 avril 2010.
  74. « Magazine municipal L'Envol » (consulté le 24 juillet 2015).
  75. « Le Progrès : Edition du Forez » (consulté le 24 juillet 2015).
  76. « Le Progrès : Edition de Saint Etienne » (consulté le 24 juillet 2015).
  77. a et b « Le Pays : Edition Forez - Cœur de Loire » (consulté le 24 juillet 2015).
  78. Le journal des entreprises. TL7 quitte Andrézieux-Bouthéon pour s'installer à Saint-Genest-Lerpt
  79. Site web de forez info
  80. Site web Le Grisou
  81. Site web de Zoom d'ici
  82. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 août 2015).
  83. site web de JDE
  84. (fr) Nexans - Nos implantations en France ; consulté le 19 mars 2016.
  85. Le groupe Omerin recrute dans le département et dans la Loire, Le Progrès du 12 octobre 2015.
  86. Présentation du groupe Omerin, site officiel.
  87. Site du Château de Bouthéon
  88. Bouthéon le roi des châteaux ligériens, leprogres.fr du 27/02/2016
  89. [PDF] « Label patrimoine du XXe siècle Région Rhône-Alpes », sur culturecommunication.gouv.fr, .
  90. « INPN - Liste des ZNIEFF dans - Commune : Andrézieux-Bouthéon », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 12 mars 2016)
  91. « CONTREFORTS MERIDIONAUX DES MONTS DU LYONNAIS (Identifiant national : 820032188) », sur http://inpn.mnhn.fr/ (consulté le 12 mars 2016)
  92. « Etang de Lapra (Identifiant national : 820032181) », sur http://inpn.mnhn.fr/ (consulté le 12 mars 2016)
  93. « Fleuve Loire et annexes fluviales de Grangent à Balbigny (Identifiant national : 820032225) », sur http://inpn.mnhn.fr/ (consulté le 12 mars 2016)
  94. « PLAINE DU FOREZ (Identifiant national : 820002499) », sur http://inpn.mnhn.fr/ (consulté le 12 mars 2016)
  95. « FR8212024 - Plaine du Forez », sur http://inpn.mnhn.fr/ (consulté le 12 mars 2016)
  96. « FR8201765 - Milieux alluviaux et aquatiques de la Loire », sur http://inpn.mnhn.fr/ (consulté le 12 mars 2016)
  97. [1] sur le site du journal Le Progrès, consulté le 14 juillet 2016.
  98. La Tribune-Le Progrès, page Plaine sud par André Chanut, le , p. 9. Présentation du livre Rose Noël

Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b LOG T2 - Catégories et types de logements.
  2. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  3. a et b LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. LOG T6 - Ancienneté d'emménagement dans la résidence principale en 2013.
  5. a, b et c POP T3 - Population par sexe et âge en 2013.
  6. FAM T1 - Ménages selon leur composition.
  7. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  8. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  9. EMP T5 - Emploi et activité.
  10. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2014.
  11. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2015.
  12. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2015.


  • Dossier relatif au département de la Loire, [lire en ligne] :
  1. a, b et c POP T3 - Population par sexe et âge en 2013.