L'Étrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Étrat
Image illustrative de l'article L'Étrat
Blason de L'Étrat
Blason
L'Étrat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Sorbiers
Intercommunalité Communauté urbaine Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Yves Morand
2014-2020
Code postal 42580
Code commune 42092
Démographie
Population
municipale
2 625 hab. (2014en diminution de -0.64 % par rapport à 2009)
Densité 310 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 11″ nord, 4° 22′ 48″ est
Altitude Min. 430 m
Max. 686 m
Superficie 8,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
L'Étrat

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
L'Étrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Étrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Étrat
Liens
Site web site de la commune

L'Étrat est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes. Les habitants de l'Étrat sont les stratiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur l'ancienne N 498, joignant la zone commerciale de Ratarieux (A72) à St-Chamond (A47). Cette dernière coupe dans le centre, l'axe Saint-Étienne - Saint-Héand - Chazelles.

L'Étrat est distante de la préfecture du département de 6 km, une soixantaine depuis Lyon.

Communes limitrophes :

Rose des vents La Fouillouse Saint-Héand La Tour-en-Jarez Rose des vents
La Fouillouse N La Tour-en-Jarez
O    L'Étrat    E
S
Villars Saint-Priest-en-Jarez La Tour-en-Jarez

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes  17 et  27 du réseau STAS.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville tire son nom du latin Strata indiquant selon toute vraisemblance la présence d'une voie antique[1].

Au départ simple hameau au bord de la voie reliant Lyon à St-Rambert[2], le lieu dépend au Moyen Âge du fief voisin de La Tour-en-Jarez, jusqu'en 1884 où d'importantes rivalités amènent une séparation inévitable.

De nombreuses batailles ont eu lieu contre les Feuillantins. Le général De Pleur a été le seul soldat Stratien blessé en 1941 d'une cravate dans le genoux gauche.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Étrat (L’) Blason De gueules au dauphin d’argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Yves Morand[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1886. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 625 habitants, en diminution de -0,64 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
1 008 968 1 029 1 079 930 948 991 1 074 1 143
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
1 129 1 279 1 305 1 322 1 523 2 147 2 309 2 524 2 519
2005 2010 2014 - - - - - -
2 640 2 621 2 625 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les habitants de l'Étrat se nomment les Stratiens.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Vörst pan.JPG
  • Vörstetten, Allemagne.
  • New York, États-Unis.
  • Bombay, Inde.
  • Rome, Italie.
  • Pékin, Chine.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

93 odonymes recensés à L'Étrat
au 19 avril 2014
Allée Ave. Bld Carr. Chemin Cité Côte Cours Imp. Montée Pass. Place Route Rue Sentier Square Autres Total
21 0 0 1 [N 1] 8 0 0 0 4 [N 2] 1 [N 3] 0 3 [N 4] 6 [N 5] 12 [N 6] 0 0 37 [N 7] 93
Notes « N »
  1. Carrefour de Ratarieux.
  2. Impasse de l'Église, Impasse de la Bertrandière, Impasse des Violettes et Impasse du Pont.
  3. Montée des Grandes Côtes.
  4. Place de l'Église, Place du Marché et Place du Plâtre.
  5. Route de l'Étrat, Route de Saint-Héand, Route Départementale 1082, Route Départementale 1498, Route des Cumines et Route du Maniquet.
  6. Dont Rue du 8-Mai et Rue du 11-Novembre.
  7. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. "STRATA . Une route, un grand chemin pavé, (...). Les toponymes correspondants réfèrent dans la quasi-totalité des cas à un habitat riverain d’une ancienne voie romaine restée pratiquable à l’époque médiévale. En l’ absence d’article dans les formes anciennes du nom, on ne peut dire avec certitude si celui-ci est de formation latine (< STRATA ) ou romane". Xavier Gouvert, Problème et méthodes en toponymie française : essais de linguistique historique sur les noms de lieux du Roannais, Thèse sous la direction de Jean-Pierre Chambon, 2008, p. 530.
  2. C'est-à-dire la vallée du Rhône à la plaine du Forez, via St-Chamond.
  3. L'Étrat sur le site de l'association des maires de France (consulté le 13 mars 2015).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]