Cellieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cellieu
Cellieu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Sorbiers
Intercommunalité Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Alain Vercherand
2014-2020
Code postal 42320
Code commune 42032
Démographie
Gentilé Cellieutaires
Population
municipale
1 701 hab. (2015 en augmentation de 7,79 % par rapport à 2010)
Densité 140 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 25″ nord, 4° 32′ 30″ est
Altitude Min. 352 m
Max. 817 m
Superficie 12,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Cellieu

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Cellieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cellieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cellieu

Cellieu est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants sont les Cellieutaires.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cellieu est un village de la Loire rattaché au canton de Sorbiers. Il est composé d'un bourg central auquel sont rattachés plusieurs hameaux dont les plus grands sont Salcigneux, Peyrieux, la Jusserandière, Mulet et Coutange.

À noter que le hameau de Salcigneux, plus proche de Saint-Chamond, est plus important en termes de population que le bourg.

Par ailleurs, dans le langage des Cellieutaires, le nom « Cellieu » peut se référer à la fois au village dans son ensemble et au seul bourg en opposition avec les hameaux.

L'IGN a déterminé que Cellieu est le centre géographique de la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cellieu
Valfleury Valfleury Valfleury
Saint-Chamond Cellieu Chagnon
L'Horme La Grand-Croix Lorette

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le bourg est à environ 500 mètres d'altitude. L'altimètre du territoire communal est compris entre 352 m (limite avec Lorette, à l'est du hameau « Mulet ») à 817 mètres (Crêt Saint-Georges, limite avec Valfleury). Le territoire communal est situé sur le versant sud des Monts du Lyonnais, en face des monts du Pilat.

Le hameau de Croix blanche permet d'avoir un panorama de Saint-Étienne à l'agglomération lyonnaise et plus loin les Alpes par beau temps.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Cellieu est accessible par l'A47 (en quelques minutes), ce qui entraîne un fort phénomène de périurbanisation. La commune a doublé en population depuis les années 1970. La commune est à 20 minutes de Saint-Étienne et 35 minutes de Lyon. Le prix du foncier augmente et les maisons individuelles fleurissent un peu partout sur la commune, de nombreux terrains sont viabilisés depuis cette augmentation démographique.

Toutefois, l'économie cellieutaire reste basée sur l'arboriculture, abricots, pommes et surtout cerise, ce dernier étant le symbole de la commune qui se revendique "capitale de la cerise". Au printemps, les arbres en fleurs rendent encore plus belle la commune. Des barrages d'agriculteurs jalonnent le territoire.

Le GR 7 passe à Croix Blanche.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Cellieu est reliée à La Grand-Croix grâce à la ligne  48 de la STAS.

Le projet de l'autoroute A45 en substitution à l'autoroute A47 crée beaucoup de débats chez les Cellieutaires car il implique l'expropriation de nombreux terrains agricoles. Finalement le projet est abandonné en octobre 2018.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jarez.

Pendant la période gallo-romaine, la région est particulièrement marquée par la présence romaine, comme en témoigne la construction de l'aqueduc du Gier. Celui-ci alimente en eau Lugdunum (Lyon) et va de Saint-Chamond à Lyon, en traversant la paroisse de Cellieu du Sud au Nord.

Au XIIe siècle et jusqu'à la Révolution, la paroisse de Cellieu dépend de la région lyonnaise. Dans les actes officiels, on parle alors de « Cellieu en Lyonnais ». Les chanoines comtes de Lyon imposeront à la population, des conditions d'existence particulièrement dures. Au Moyen Âge et jusqu'à la Révolution, la plus grande partie du territoire de la paroisse se partage entre quelques propriétaires seulement : les chanoines de Lyon, le marquis de Saint-Chamond et des congrégations religieuses.

En 1789, le département Rhône-et-Loire est créé. Cellieu dépend alors du district de Saint-Étienne et du canton de Saint-Romain les vergers (Saint-Romain-en-Jarez). Cellieu élit son premier conseil municipal le 13 septembre 1791 qui a pour maire Jean-Marie Bajard.

Cellieu doit son nom à l’expression latine Celae locus « le lieu du monastère ».

Ce n'est qu'au XIIIe siècle que le nom de Cellieu est utilisé.

Le 9 mai 1860, en vertu d'une loi, une partie du territoire de Cellieu et de celui de Saint-Paul-en-Jarez a donné naissance à La Grand-Croix.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1970 1977 Maurice Chatagnon    
1977 1983 Louis Vellerut    
1983 1999 Marcel Villard    
1999 en cours Alain Vercherand[2]    

Implication politique de la commune[modifier | modifier le code]

La commune de Cellieu est considérée comme traditionnelle et conservatrice. Lors d'élections nationales, les votes pour le Front National y sont fréquemment majoritaires.

La commune est souvent traversée par le débat de l'autoroute A45. Celle-ci implique l'expropriation de nombreux terrains agricoles. L'agriculture étant la principale source d'emplois dans la commune, la population est par conséquent majoritairement opposée au projet. À l'issue des élections cantonales de 2015, Cellieu a vu un des plus hauts scores du canton de Sorbiers en faveur de l'EELV car elle était la seule liste à s'opposer à l'A45 dans son programme électoral[3].

Cellieu a vu en 2014 et 2015 un débat sur l'extension du parc moto-cross du Fay en raison des nuisances sonores. Le moto-cross avait obtenu l'aval de la mairie de L'Horme à laquelle il est rattaché pour prendre une ampleur régionale, mais la géographie du territoire faisait qu'il incommodait notamment les habitants de Salcigneux. Le propriétaire du parc a proposé d'imposer des restrictions pour limiter les nuisances.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 1 701 habitants[Note 1], en augmentation de 7,79 % par rapport à 2010 (Loire : +1,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8608468508659019961 0191 0901 161
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2681 0409781 0209711 0491 1061 0801 107
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0651 025935766814772755734744
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
7317648701 0971 2281 4661 5131 5201 526
2013 2015 - - - - - - -
1 6651 701-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Signe de son bon dynamisme démographique, le taux d'accroissement de la population (+3,2 %) est quasiment deux fois supérieur à celui du département (+1,7 %) entre 1999 et 2008.[réf. nécessaire]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Nouveau stade de football ;
  • Le calvaire ;
  • Les vergers.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[8].

Sport et animations culturelles[modifier | modifier le code]

Cellieu est équipé de plusieurs ensembles sportifs. Le stade des Roches est un complexe omnisports qui abrite un terrain de football en gazon synthétique SYE[9], une salle polyvalente et un dojo.

Plusieurs activités sportives sont proposées par la commune, mais la majorité des domaines sportifs nécessite un déplacement sur Saint-Chamond ou Saint-Étienne. La ville dispose d'un club de football amateur : la jeunesse sportive de Cellieu (ou JSC)[9] qui dispose de trois équipes mais qui n'a jamais eu assez d'effectifs pour ouvrir une équipe féminine.

Culturellement, Cellieu est rattachée à la Maison de la jeunesse et des Sports de Rive-de-Gier.

Cellieu est inclus dans le concours de la Dictée en Fête qui confronte des joueurs de Grand-Croix, Farnay, Lorette, L'Horme, Rive-de-Gier et Cellieu.

Langue régionale et patois[modifier | modifier le code]

Le village de Cellieu est fortement influencé par la culture stéphanoise et notamment par le langage Gaga.

De nombreux emprunts à la langue gaga sont donc observables à Cellieu, ainsi que l'accent couramiaud.

On peut noter de manière non exhaustive quelques-uns de ces emprunts :

- Les babets sont, comme dans le parler stéphanois, le terme régional pour désigner les pommes de pin[10].

- Les godiveaux sont des saucisses équivalentes aux chipolatas. Ce nom est très utilisé et certains habitants ignorent le nom-même de chipolatas[10].

- Les airelles désignent les myrilles[10].

- L'accent couramiaud tend à faire supprimer certaines voyelles, notamment quant à la ville de Saint Chamond, fréquemment prononcée Saint Ch'mond. Il tend également à produire des dérives phonétiques telles que la dérivation du "o" en "a" conduisant à prononcer notamment les couleurs jaunes et roses respectivement "janes" et "rases".

On peut également observer certains adages et dictons propres à la commune. À Salcigneux notamment, on dit que "voir le Mont Blanc annonce le mauvais temps". En effet, le Mont Blanc par temps très dégagé est visible à l'est et la venue de la pluie le lendemain coïncide fréquemment avec ces périodes où le Mt Blanc est visible. D'autres adages sont tirés des coutumes paysannes qui ne sont pas spécifiques à la région.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cellieu Blason D'argent au village du champ essoré de gueules et ombré de sable ; au chef voûté d'azur et à la champagne ployée de sinople ; à deux cerises de gueules, tigées et feuillées de sinople brochant sur le tout.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Chaperon, Cellieu : un village du Jarez au cours des âges, Actes Graphiques, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]