Saint-Paul-en-Jarez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Paul.
Saint-Paul-en-Jarez
Saint-Paul-en-Jarez, vue générale.
Saint-Paul-en-Jarez, vue générale.
Blason de Saint-Paul-en-Jarez
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Rive-de-Gier
Intercommunalité Communauté urbaine Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Pascal Majonchi
2014-2020
Code postal 42740
Code commune 42271
Démographie
Population
municipale
4 656 hab. (2014en augmentation de 13.84 % par rapport à 2009)
Densité 233 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 02″ nord, 4° 34′ 30″ est
Altitude Min. 313 m – Max. 947 m
Superficie 19,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-en-Jarez

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-en-Jarez

Saint-Paul-en-Jarez est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le nom du village a pris des formes diverses selon les documents qui le mentionnent et l'époque[1] :

  • Ecclésia de Sancto Paulo (XIe siècle) ;
  • Parochia sancti Pauli in Jaresio, 1280 ;
  • Chastel de Saint-Pol-en-Jareis, 1344 ;
  • Saint-Pol-en-Jarez, 1555 ;
  • Saint-Paul-en-Jarrêt, 1770 ;
  • Saint-Paul-en-Jarret, 1770 ;
  • Sous la Révolution française, Saint-Paul, la commune prend le nom de Paul-Pilat puis de Valdorlay ;
  • Saint-Paul-en-Jarret (Jarrest), XIXe siècle ;
  • Saint-Paul-en-Jarez, décret du 23 décembre 1914.

Ses habitants sont appelés les Sampoutaires.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Paul-en-Jarez est une porte d'entrée dans le parc naturel régional du Pilat à 20 km à l'est de Saint-Étienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jarez.

Ancien nom : Saint-Paul-en-Jarret (Bulletins des lois) jusqu'en 1914.

  • Le village est mentionné dès le Xe siècle.
  • L'ancien bourg fortifié, seigneurie du Lyonnais sous l'Ancien Régime.
  • Le surnom donné aux villageois de Saint-Paul-en-Jarez : les "Dindes" .
  • Une pittoresque querelle de clochers entre Saint-Paul-en-Jarez et Farnay ne trouva sa conclusion qu'en 1790, lorsque l'administration détacha Farnay de Saint-Paul.
  • Elle céda le 27 avril 1847, (avec Farnay / Rive-de-Gier ; Saint-Genis-Terrenoire aujourd'hui Genilac) une partie de son territoire qui deviendra Lorette.
  • En 1860, une partie du territoire de Saint-Paul-en-Jarez et de celui de Cellieu a donné naissance à La Grand-Croix.
  • Elle céda enfin en 1905, (avec Saint-Julien-en-Jarez) une partie de son territoire qui deviendra L'Horme.

Industrialisation[modifier | modifier le code]

Saint-Paul-en-Jarez, extrait de l'Atlas Beaunier 1813 : mines.

Le bassin houiller de Rive-de-Gier comprend la commune de Saint-Paul-en-Jarez sur laquelle se trouvent des puits de mine.

L'industrie est présente notamment avec les établissements Marquise, fondés en 1872, par Victor Marquise (1838-1900)[2] et continués par ses enfants. Cette manufacture fabrique des crayons, des porte-mines et des porte-plumes.

En 1897, la production de la manufacture Marquise est assurée par deux usines actionnées par trois puissantes machines à vapeur qui sortent vingt-deux mille crayons graphite par jour[3].

Il existait aussi l'usine Gonin (moulinage et passementerie) et l'usine Berry (moulinage).

En 1893, a lieu une grève ouvrière aux usines Marquise.

Photographies industrielles[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2008 Michel Paul UDF  
mars 2008 en cours Pascal Majonchi[4] SE  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 656 habitants, en augmentation de 13,84 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 300 1 800 1 773 2 845 3 464 3 785 4 356 4 328 4 094
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 840 3 111 3 289 3 305 3 448 3 456 3 548 3 368 3 568
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 944 2 973 2 920 2 691 2 617 2 629 2 396 2 313 2 651
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 561 2 600 3 360 3 819 4 179 4 129 4 000 4 090 4 656
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

142 odonymes recensés à Saint-Paul-en-Jarez
au 16 août 2014
Allée Ave. Bld Chemin Côte Cour Esp. Imp. Pass. Place Pont Quai Rd-point Route Rue Ruelle Square Autres Total
5 [N 1] 2 [N 2] 2 [N 3] 6 [N 4] 1 [N 5] 4 [N 6] 1 [N 7] 19 0 4 [N 8] 0 0 0 8 35 [N 9] 0 0 55 [N 10] 142
Notes « N »
  1. Allée des Bruyères, Allée des Cèdres, Allée des Érables, Allée des Thuyas et Allée des Tilleuls.
  2. Avenue de la Gare et Avenue du Château.
  3. Boulevard des Martyrs et Boulevard Noel Landy.
  4. Chemin de Brosson, Chemin de Sébastien, Chemin de Vigelon, Chemin des Jardins, Chemin du Cherier et Chemin du Moulin Dampierre.
  5. Côte Bayolle.
  6. Cour Bontemps, Cour Neyme, Cour Piegay, Cour Vial
  7. Esplanade du Château.
  8. Place du Puits, Place du Suel, Place Lisfranc et Place Verdun.
  9. Dont Rue du 8-Mai-1945.
  10. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jacques Lisfranc.
  • Noble Augustin Maniquet (1651-1737), pourvu en 1720 de la charge de Conseiller-secrétaire du Roi, Maison couronne de France et de ses Finances en la généralité de Lyon[9].
  • Jacques Lisfranc (1787-1847), chirurgien à l'hôpital de la Pitié à Paris, y est né..
  • Victor Marquise[réf. nécessaire] (1827-1900), manufacturier, fabricant industriel de crayons en graphite.
  • Georges Claudinon (1849-1930), député de la Loire, est né à Saint-Paul-en-Jarez.
  • Jean Pupat (1901-1960), député de la Loire, né à Saint-Paul-en-Jarez.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Paul-en-Jarez Blason Parti: au 1er d'argent à la fasce ondée d'azur, accompagnée en chef d'une vierge d'or et en pointe de trois sapins de sinople, au 2e d'azur plain ; au coq de sable brochant sur le tout en pointe.
Détails

Jumelages[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Les journées des Métiers d'Art : dernier week-end de septembre.
  • La quintaine et la vogue : dernier week-end de janvier ou le lundi suivant se trouve également en janvier
  • La quintaine est une fête pendant laquelle les "classards" cassent une boîte contenant de la craie. Avant, elle était remplie de mines de crayons fracassés mais à la suite de la fermeture des Usines Marquise, la tradition fut abandonnée. Elle a été reprise quelques années plus tard, avec de la poudre de mine de crayon venant d'une autre usine. Il faut savoir qu'au début de cette tradition (plus de 350 ans) c'était des entrailles de dinde que les habitants se lançaient à la figure.

Photographies anciennes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]