Doizieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Doizieux
Crêt de l'Œillon.
Crêt de l'Œillon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Le Pilat
Intercommunalité Communauté urbaine Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Jean-Philippe Porcherot
2014-2020
Code postal 42740
Code commune 42085
Démographie
Gentilé Doizerains, Doizeraines
Population
municipale
840 hab. (2014en augmentation de 2.94 % par rapport à 2009)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 41″ nord, 4° 35′ 12″ est
Altitude Min. 480 m – Max. 1 396 m
Superficie 28,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Doizieux

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Doizieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Doizieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Doizieux

Doizieux est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située à 30 km de Saint-Étienne.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne  81 du réseau STAS qui relie Saint-Chamond centre en passant par La Terrasse-sur-Dorlay et Saint-Paul-en-Jarez.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jarez.

La première mention de Doizieu date de 812 : « dans le pays de Lyon sur une côte nommée Doizieu ». L'acte est celui de l'échange de l'église (dont le vocable n'est pas donné) réalisé par Saint-Maurice de Vienne au profit d'un laïc[1].

Au début du IXe siècle, Doizieu fait partie de l'église de Vienne. Saint Laurent patron de la paroisse de Doizieu, peu connu en Forez et Jarez fut très honoré au Dauphiné. L'implantation du système féodal fut plus tardive qu'ailleurs car elle fut compliquée par un enchevêtrement de seigneuries, appartenant d'abord à la famille de Farnay qui donna son nom au château des Farnanches, puis en paréage avec les Lavieu auxquels succédèrent les Layre et les Saint-Germain.

La paroisse apparaît dépendre de deux mandements : celui de Doizieu relevant de l'Église de Lyon, celui des Farnanches des Lavieu.

Lorsque l'archevêque Guichard et le comte du Forez Guy II fixent, en 1173, les limites du Forez et du comté ecclésiastique de Lyon (permutation de 1173). Le comte garde alors les droits sur la route de la Croix-de-Monvieux à Feurs.

En 1297, Etienne de Lavieu rend hommage au comte de Forez pour la maison forte des Farnanches[2].

Un acte de 1487 fait état du partage de la forêt de Doizieu entre trois seigneurs. Louis de Layre, seigneur de Doizieu, Artaud de Saint-Germain, seigneur du château des Farnanches, et le chapitre de l'église de Lyon.

En 1597, le seigneur de Doizieu et de Saint-Chamond, Jacques Mittre rachète les terres des farnanches. À cette époque, la ville est en pleine expansion et pour assurer son développement, la forêt voisine est précieuse. La totalité fut revendue pour 650 000 livres au marquis Jean Jacques Gallet de Mondragon en 1768. L'acte de vente mentionne une vieille tour carrée sans château ni maison et une scie à bois sur le Dorlay. Plus tard, la famille de Mondragon cédera cette tour pour servir de mairie.

Le marquis de Mondragon, ayant acheté le marquisat de Saint-Chamond, voulut exploiter sa forêt et, en 1770, il se heurta à l'opposition des habitants.

Comme dans beaucoup de paroisses, il y eut des rivalités homériques entre l'église-mère et ses annexes. Le seigneur percevait la dîme et versait la portion congrue au curé. En 1768, il y avait deux paroisses, en 1850 une troisième est créée. Au fil des années, le peuplement de la basse vallée du Dorlay dû à l'essor industriel, ne cessa de progresser au détriment des hautes terres.

Le nom de Doizieux signifie « cours d'eau ».

En 1905, Doizieux fut coupé en deux : la commune de La Terrasse-sur-Dorlay venait de naître.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2014 en cours Jean-Philippe Porcherot[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 840 habitants, en augmentation de 2,94 % par rapport à 2009 (Loire : 1,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 992 1 901 2 054 2 144 2 301 2 489 2 484 2 586 2 664
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 506 2 523 2 404 2 253 2 300 2 214 2 250 2 219 2 011
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 876 1 154 1 007 914 872 880 835 791 683
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
604 520 478 521 594 645 789 839 840
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Baluze, Cap., T II, col. 1403. XXIII Lire en ligne
  2. Chartes du Forez, n° 583, p. 2.
  3. Doizieux, association des maires de France, consulté le 13 mars 2015
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :