Saint-Paul-en-Cornillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Paul-en-Cornillon
Saint-Paul-en-Cornillon
Le village haut.
Blason de Saint-Paul-en-Cornillon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Intercommunalité Saint-Etienne Métropole
Maire
Mandat
Sylvie Fayolle
2020-2026
Code postal 42240
Code commune 42270
Démographie
Population
municipale
1 357 hab. (2019 en augmentation de 0,89 % par rapport à 2013)
Densité 365 hab./km2
Population
agglomération
374 318 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 53″ nord, 4° 14′ 29″ est
Altitude Min. 422 m
Max. 713 m
Superficie 3,72 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Saint-Étienne
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Étienne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Firminy
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-en-Cornillon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-en-Cornillon

Saint-Paul-en-Cornillon est une commune française située dans le département de la Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est célèbre grâce à son château médiéval.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est construite sur les contreforts est du Massif central, sur les rives de la Loire. La commune est située à environ 20 km de Saint-Étienne[1] et est la plus à l'ouest de son arrondissement.

La superficie de la commune est de 3,72 km2 ; son altitude varie de 422 à 713 mètres[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Paul-en-Cornillon est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Étienne, une agglomération inter-départementale regroupant 32 communes[6] et 374 318 habitants en 2019, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Étienne dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 105 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (35,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (37,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (25,8 %), zones urbanisées (25,5 %), forêts (24,9 %), eaux continentales[Note 3] (12,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (10,2 %), zones agricoles hétérogènes (1,2 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de Saint-Paul-en-Cornillon remontent au Moyen Âge. Aujourd'hui, témoignage du passé, le château de Cornillon[12], dont les premières murailles furent érigées au XIe siècle, se dresse au sommet du rocher. Vers la fin du XIVe siècle, il fut reconstruit en partie par la famille forézienne seigneuriale de Laire (cf. Guillaume et [13])

  • Les de Laire (Bernard) avait acheté la terre de Cornillon aux Bastet de Crussol entre 1359 et 1367, et ils furent suivis en 1538 par les Lévis-Ventadour, l'héritière Suzanne de Laire épousant cette même année Gilbert II de Lévis, d'où leur fils Gilbert III de Lévis[14].
    • Les Lévis-Ventadour cédèrent Cornillon vers 1630 à Jean de Fay de Pollin (Paulin à Monistrol ?), qui vendit en 1677 au marquis de Nérestang (Charles-Achille, † en 1705), baron de Saint-Didier, sire d'Aurec et d'Oriol et de Roche, dont le fils Louis-Achille (1673-1733 ; sans alliance) se parait quelque peu abusivement du titre de duc de Gadagne depuis 1719 (cf. Louis-Achille de Nérestang).
    • Puis Cornillon fut adjugé aux Jacquier de Saint-Etienne (Jacques Jacquier, secrétaire du roi en 1689, † en 1693 ; fils d'Etienne Jacquier, notaire à St-Etienne), et la fille de Jacques, Françoise Jacquier, transmit à son mari Jean-Claude Grimod Bénéon de Riverie, secrétaire du roi.
    • Enfin, les Bénéon de Riverie vendirent en 1788 à Clément Palle (co-propriétaire de la fenderie (métallurgique) de la Bargette au Chambon ; dernier seigneur de Cornillon), qui céda à son tour le domaine en 1791 au sieur Jean-Amand Bayon, fabricant-négociant en rubans, dont le fils Amand Bayon (1788-1859 ; vice-président du Tribunal civil de St-Etienne), le posséda à son tour, et sa famille après lui jusquen 1885 (cf. Puits Bayon).
  • Quant aux Bastet de Crussol, antérieurement donc, ils avaient hérité Cornillon des Poitiers, qui eux-mêmes le tenaient des Beaudiner depuis la moitié du XIIIe siècle au moins : Luce de Beaudiner († v. 1337), fille héritière de Guillaume II de Beaudiner († 1302 ; fils d'Aymard, lui-même fils de Guillaume/Guilhem Ier), épousa vers 1294 Guillaume (Ier) de Poitiers, sire de St-Vallier, dernier fils d'Aymar III de Poitiers[15] ; l'arrière-grand-père de Luce, Guillaume/Guilhem Ier de Beaudiner, avait accordé des franchises à St-Paul et Cornillon en 1240, sous le comte Guy IV.
    • Puis le fils de Luce et Guillaume, Guillaume (II) de Poitiers, sire de Beaudiner et Cornillon, sénéchal de Toulouse en 1325, hérita, mais il mourut sans postérité après 1338/1340, moine à Cluny ; sa sœur cadette Béatrix de Poitiers († 1343) apporta alors Cornillon à son mari Jean de Bastet de Crussol, épousé en 1310. Les deux fils de Béatrice et Jean de Crussol, Géraud puis Guillaume de Crussol, leur succédèrent, et ce fut Guillaume qui céda à Bernard de Laire, sire de Grigny et de Doizieux, bailli du Velay, dans la 2e moitié du XIVe siècle.

Blotti autour de son château, se trouve le bourg de Cornillon, séparé par la route départementale du bourg de Saint-Paul qui s'étend au creux d'un méandre de la Loire.

Ces deux bourgs et plusieurs hameaux constituent la commune de Saint-Paul-en-Cornillon.

  • korn désigne des lieux élevés, on le trouve comme origine notamment de Saint-Paul-en-Cornillon (Curnillon, 1284).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jean Boudoint Rép. prog. Avocat, député
mars 1977 mars 2014 Michel Vincendon    
mars 2014 En cours Sylvie Fayolle[16]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2019, la commune comptait 1 357 habitants[Note 4], en augmentation de 0,89 % par rapport à 2013 (Loire : +1,18 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
462582626487592576536543548
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
514656686514537526659582607
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
585594581550505512515509607
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
6335986721 0451 1221 3041 3191 3011 321
2015 2019 - - - - - - -
1 3581 357-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de la Rive surplombe la Loire. Les premières pierres de ce château ont été posées au XIe siècle, et il s'est progressivement agrandi depuis.
  • L'église, classée monument historique.
  • Le mont Fayn est doté d’une table d’orientation depuis 2001. Il présente un belvédère magnifique sur les gorges de la Loire et le Pilat.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Paul-en-Cornillon (Loire).svg

Les armoiries de Saint-Paul-en-Cornillon se blasonnent ainsi :

D’argent à la fasce de gueules chargée de trois corneilles cousues de sable, accompagnée des inscriptions du même, « Saint-Paul » en chef et « en Cornillon » en pointe.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Saint-Paul-en-Cornillon et Saint-Étienne », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  2. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de Saint-Étienne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. « Château de Cornillon : Historique », sur Ville de Saint-Paul-en-Cornillon
  13. « Etudes historiques sur le Forez : Le Château de Cornillon, p. 45-220 : Les possesseurs, p. 158 sq. », sur Chronique des châteaux et des abbayes en Forez, par Jean-Antoine de La Tour-Varan, chez Montagny, à St-Etienne, 1854
  14. « Maison de Lévis, p. 23-24 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2004, 2007 et 2022
  15. « Maison de Poitiers-Valentinois, p. 4 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2008 et 2022
  16. Saint-Paul-en-Cornillon sur le site de l'association des maires de France, consulté le 30 juin 2015.
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.