Pont romain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont romain (homonymie).
Le pont d'Alcántara, en Espagne, construit par Gaius Julius Lacer, vers 104-106.

Les ponts romains furent installés dans toutes les provinces romaines.

Il y a différentes sortes de ponts, comme les aqueducs amenant de l'eau et les ponts routiers.

Ponts romains remarquables[modifier | modifier le code]

Sont données ici, les coordonnées de la localisation connue des ponts romain francais.

France location map-Regions and departements-2016.svg

Pont Ambroix
Pont Tibère
Pont de Barbaste
Pont romain de Saint-Thibéry
Pont romain de Vaison-la-Romaine
Pont Julien
Pont Flavien
Pont romain (Spoy)
Pont romain du Pouzin
Pont romain de Viviers
Pont des Marchands
Article connexe : Liste de ponts romains.

Construit en -142, le pont Æmilius, plus tard appelé Ponte Rotto (pont cassé) est le plus ancien pont de pierre romain, à Rome en Italie.

Le plus grand pont romain était le pont de Trajan, pont sur le cours inférieur du Danube, construit par Apollodore de Damas, qui est resté pendant plus d'un millénaire.

Caractéristiques typiques[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs font plus de 4 m de largeur
  • La plupart d'entre eux sont en dos d'âne
  • Les pierres sont souvent liées par des agrafes en métal
  • Des trous de boulins sont présents dans les pierres pour faciliter les réparations

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Roman bridge » (voir la liste des auteurs).

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Barruol, Jean-Luc Fiches, Pierre Garmy, Les ponts routiers de Gaule romaine (« Supplément à la Revue archéologique de Narbonnaise », 41), Presses universitaires de Méditerranée, 2011, 720 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]