Pontevedra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pontevedra
Blason de Pontevedra
Héraldique
Drapeau de Pontevedra
Drapeau
Pontevedra
Perroquet Ravachol et église arrondie de la Vierge Pèlerine
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Statut Commune
Communauté autonome Galice Galice
Province Flag Pontevedra Province.svg Province de Pontevedra
Comarque Pontevedra
District judic. Pontevedra
Maire
Mandat
Miguel Anxo Fernández Lores (BNG)
2019-2023
Code postal 36001 à 36164
Démographie
Gentilé Pontevedrien/ne, teucrien/ne
Population 83 029 hab. ()
Densité 702 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 26′ 01″ nord, 8° 38′ 51″ ouest
Altitude 20 m
Superficie 11 828 ha = 118,28 km2
Distance de Madrid 623 km
Rivière(s) Le Lérez, la Gafos, la Rons, l'Almofrei.
Bordée par l'Océan Atlantique
Divers
Saint patron Saint Sébastien (20 janvier) et Virgen de la O (18 décembre)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Galice
Voir sur la carte administrative de Galice
City locator 14.svg
Pontevedra
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Pontevedra
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Pontevedra
Liens
Site web www.pontevedra.eu (es)(gl)(en) www.visit-pontevedra.com (es)(gl)(en)

Pontevedra (prononcé en espagnol : [ponteˈβeðɾa], en français : [pɔ̃teveˈdʁa]) est une ville qui se trouve dans le nord-ouest de l'Espagne et de la Péninsule Ibérique. Capitale de la province de Pontevedra[1] ainsi que capitale de la région touristique des Rías Baixas (en galicien) ou Rías Bajas (en espagnol)[2],[3], la ville est située dans le sud-ouest de la communauté autonome de Galice. Elle est surnommée « la ville où le piéton est roi »[4],[5],[6],[7].

La ville est surtout connue pour son urbanisme[8],[9], sa piétonnisation[10],[11],[12],[13] et le charme de son centre historique[14],[15],[16]. Elle est devenue une référence mondiale en matière de piétonnisation, d'accessibilité et de développement durable[17],[18],[19],[20],[21]. Plusieurs prix internationaux lui ont été décernés ces dernières années pour sa qualité urbaine et qualité de vie, son accessibilité et sa politique de mobilité urbaine, dont le prix européen Intermodes en 2013 à Bruxelles ; le prix international ONU-Habitat en 2014 à Dubaï (Émirats arabes unis)[22],[23],[24], le prix d'excellence urbaine du Center for Active Design en 2015 à New York[25], ou le 1er premier prix de sécurité urbaine en milieu urbain de la Commission européenne en 2020 [26],[27],[28],[29], parmi d'autres. Différentes études européennes ou américaines sur son urbanisme exemplaire ont été réalisées ces dernières années[30],[31],[32]. Le prestigieux journal britannique The Guardian l'a définie en septembre 2018 comme un paradis parmi les villes espagnoles[33],[34],[35],[36],[37].

Entourée de collines, la ville se trouve en bordure d'estuaire à l'embouchure du fleuve Lérez sur la mer, au fond de la Ria de Pontevedra, en plein centre des Rías Baixas. Centre économique et destination touristique, peuplée de 83 029 habitants au 1er janvier 2019[38], elle est à la tête d'une agglomération autour du fond de sa Ria de 130 000 habitants et d’une aire urbaine de plus de 200 000 habitants[39] composée des communes de Poio, Marín, Sanxenxo, Bueu, Vilaboa, Cotobade, Ponte Caldelas, Barro, Soutomaior, Cerdedo, Caldas de Reis et Moraña. Par sa population Pontevedra, l'équivalent des villes françaises comme Avignon ou Poitiers, fait partie des villes moyennes espagnoles[40].

Le Camino portugués (« chemin portugais ») du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle traverse la ville[41], du sud au nord, étant Pontevedra la capitale de ce chemin de pèlerinage en Espagne.[42] Des monuments importants liés au Camino en témoignent comme l'Église de la Vierge Pèlerine qui accueille les pèlerins et le Pont du Bourg (Puente del Burgo) qui affiche les célèbres coquilles Saint-Jacques sculptées.

Pontevedra est la deuxième ville de Galice pour la richesse patrimoniale, seulement derrière Saint-Jacques-de-Compostelle[43]. Ville d'art et d'histoire, celle qu'on surnomme encore « La bonne ville » (nom attribué par Jean Froissart dans ses Chroniques au XIVe siècle)[44],[45] ou « La ville du Lérez » est riche d'un important ensemble monumental comprenant notamment la Basilique Sainte-Marie Majeure (XVIe siècle) à la façade Renaissance plateresque, l'Église de la Vierge Pèlerine (XVIIIe siècle) baroque à la façade arrondie, les ruines du couvent Saint-Dominique gothiques (XIIIe siècle), l'église Saint-François gothique (XIIIe siècle) ou encore l'église Saint-Barthélemy baroque (fin du XVIIe siècle) ou le couvent Sainte-Claire gothique (XIVe siècle). Son centre historique concentre de nombreuses maisons à blason (la Maison des Cloches du XVe siècle ou le palais García Flórez du XVIIIe siècle), quelques hôtels particuliershôtel des Mendoza, Villa Pilar — ainsi que d'anciens palais comme celui de Mugartegui (XVIIIe siècle), aujourd'hui reconverti en siège du Conseil Régulateur du vin Rias Baixas[46] ou le palais des Comtes de Maceda, aujourd'hui reconverti en Parador National de Tourisme[47],[48]. Un autre symbole majeur de la ville est le Perroquet Ravachol, dont la statue est au centre-ville. La ville possède aussi un port de plaisance tout près de son centre historique. À l'heure actuelle Pontevedra est une ville en plein renouveau[49]. Elle est devenue la ville étendard du réseau des villes qui marchent et l'une des villes au monde où les enfants vivent le mieux, connue comme "La ville des enfants"[50],[51].

La ville est marquée par une forte présence militaire et des services administratifs et de justice. Pontevedra est le siège de la députation provinciale, de la préfecture (subdelegación del Gobierno) de la province de Pontevedra[52] ainsi que de l'audience provinciale (cour d'appel) de la province de Pontevedra et d'autres importants organes judiciaires dans son Palais de Justice et dans les deux grands édifices des Tribunaux. La ville compte au total 28 tribunaux. S'y trouvent aussi le commissariat et la gendarmerie provinciaux, les offices administratifs de sa province et la Brigade d'Infanterie Légère Aéroportée de Galice.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Des études récentes ont mis en relation la naissance et fondation de la ville avec la colonie romaine de Turoqua sur la voie romaine Via XIX que les Romains situèrent sur la rive sud du fleuve Lérez.

Le nom de la ville dérive du latin pontem veteram, qui signifie vieux pont (littéralement pont vieux) et qui fait référence au premier pont que les Romains construisirent pour traverser le fleuve Lérez et la Ria de Pontevedra. Toutefois, à l'heure actuelle, il y a des historiens qui disent que puisqu'en latin ancien, ponto (pontus) signifiait mer et vedra veut dire vert, son nom pourrait être dû au vert particulier de la mer causé par les marées d'algues, étant la signification du nom de la ville celle de la mer verte[53].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Pontevedra est à mi-distance entre La Corogne au nord (120 km) et Porto au Portugal au sud (165 km). Les communes limitrophes sont :

Pontevedra est située au fond de la ria du même nom, la Ria de Pontevedra dans l'estuaire du fleuve Lérez. Cet endroit a toujours été très stratégique, car c'est le premier point venant de la mer, à travers la ria de Pontevedra, où l'on peut d'abord traverser du nord au sud au moyen d'un pont, à l'origine le pont du Bourg, le "vieux pont" qui a donné son nom à la ville. La ville a été un carrefour depuis l'Antiquité en raison de sa situation stratégique[54]. Le littoral de sa commune s'étend du quartier d'Orillamar dans la ville elle-même (du port de plaisance ou du quai de Corbaceiras, en aval) jusqu'à Estribela, un quartier de Pontevedra situé dans la paroisse civile maritime de Lourizán. La commune est limitrophe de la commune de Poyo dans une aire urbaine continue, ce qui signifie que le pont de la Barque sert de frontière pour la séparation de l'ensemble du continuum urbain. La commune de Pontevedra couvre 118,3 km2 et s'étend sur une vingtaine de kilomètres du nord au sud. La petite île Insuíña ou de Medal fait également partie de la commune: elle se trouve dans le sud, dans la paroisse civile de Puente Sampayo.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est située sur les rives du fleuve Lérez et sur la rive sud de la Ria de Pontevedra, qui l'entourent d'est en ouest. Le fleuve principal est le Lérez, l'axe du réseau hydrographique de Pontevedra : il traverse la commune d'est en ouest sur un parcours d'un peu plus de dix kilomètres. Il se jette dans la Ria de Pontevedra et devient un grand fleuve en passant par la capitale : l'effet des marées est clairement visible sur les ponts qui le traversent.

"Parc à moules" faisant partie des sculptures de l'Île des Sculptures sur le fleuve Lérez-Ria de Pontevedra

D'autres rivières qui traversent la commune de Pontevedra sont la rivière Tomeza, appelée Rivière Gafos dans sa partie la plus urbaine, qui passe également par le centre ville, est canalisée sur son chemin à travers le quartier de Campolongo et se jette dans la Ria de Pontevedra dans le secteur de Corbaceiras, les rivières Rons et Gándara, qui sont les principaux cours d'eau de la partie nord de la commune de Pontevedra et se jettent dans le parc naturel Marismas d'Alba et, à l'extrémité de cette rivière, dans les rivières Lérez et Almofrei (affluent du fleuve Lérez à gauche, qui se jette dans celui-ci à Puente Bora (Santa Marina). La rivière Verdugo se jette également dans la commune de Pontevedra, dans la paroisse civile de Ponte Sampaio. Le ruisseau Valdecorvos traverse également la partie orientale de la ville, en bordure du quartier du même nom et coule de manière souterraine depuis la rue Casimiro Gómez jusqu'à son embouchure tout près du Pont des Tirantes. Pontevedra possède également une zone humide aux portes de la ville, le parc naturel Marismas d'Alba, qui font maintenant partie du Parc de la Xunqueira de Alba. La ville est alimentée en eau par le fleuve Lérez, qui alimente également les communes de la Ría de Pontevedra et possède comme réserve d'approvisionnement le barrage de Pontillón de Castro, situé dans la paroisse civile de Verducido (San Martín), dans la commune de Pontevedra.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La ville est située à une altitude moyenne de 20 mètres au-dessus du niveau de la mer, sur une colline rocheuse relativement aplatie par l'érosion qui, bien que peu élevée, a obligé le fleuve Lérez à l'entourer au nord avant de s'ouvrir sur la ria de Pontevedra. Cela signifie que les seules rues qui sont un peu raides sont celles qui descendent vers le fleuve et la ria. La ville s'étend au fond de sa ria en occupant les vallées des rivières Lérez et Tomeza. La commune de Pontevedra est située dans la région appelée Dépression Méridienne, traversée par le fleuve Lérez.

Vue partielle de la ville et de sa ria depuis la commune de Poio

La commune de Pontevedra est entourée de quatre unités montagneuses de différentes tailles. Sur le côté nord, la montagne Acibal, à environ 14 kilomètres de la ville, avec un pic à 537 mètres d'altitude dans la commune voisine de Campo Lameiro. Sur le côté sud-est se trouve la montagne de A Fracha, à environ 8 kilomètres de la ville, dont le sommet se trouve dans la commune voisine de Ponte Caldelas à 493 mètres et qui domine la ria de Pontevedra. Sur le versant nord-ouest se trouve le mont Castrove, dont le sommet se trouve dans la commune voisine de Poio à 613 mètres, bien que le versant est du mont appartienne à la commune de Pontevedra, atteignant là l'altitude maximale de la commune de 608 mètres. Il domine les rias de Pontevedra et d'Arousa. Dans cette unité montagneuse, dans le Monte Escusa de la commune de Meis, se trouve le terrain de golf de référence pour la ville de Pontevedra, le terrain de golf de Meis. Au sud de la ville se trouve la montagne de Cotorredondo (communes de Marín et de Vilaboa) à une altitude moyenne de 400 mètres et à 8 kilomètres de la ville, avec son célèbre point de vue sur les rias de Pontevedra et Vigo et le lac Castiñeiras et le Parc Naturel de Cotorredondo.

Climat[modifier | modifier le code]

Diagramme climatique de Pontevedra.

La ville est sous un climat océanique doux Cfb[55] d'après le classement climatique Köppen. La température moyenne est de 14,8 °C. Les hivers sont humides et en moyenne doux. Les étés sont relativement secs, modérément chauds et ensoleillés. Pontevedra bénéficie d'environ 2 223 heures d'ensoleillement chaque année, ce qui en fait la ville la plus ensoleillée de la Galice.

Les Rías Bajas sont l'un des points les plus pluvieux de Galice ; cependant, Pontevedra avec des précipitations élevées et des records de 1 691 mm par an est moins pluvieuse que d'autres villes galiciennes comme Saint-Jacques-de-Compostelle ou Vigo selon les sources de l'AEMET (agence météorologique nationale) mais plus pluvieuse que La Corogne ou Ourense. La ville de Pontevedra a un microclimat spécial, l'un des plus doux de Galice et a un plus grand nombre de jours dégagés que la plupart des communes galiciennes, comparable à ceux du sud de l'Andalousie et de la Communauté Valencienne. La ville a peu de changements de température parce que la mer a un effet modérateur sur les conditions climatiques. En hiver, le gel est rare.

Relevé météorologique de Pontevedra (alt : 20 m).
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 6,3 6,5 7,8 8,4 10,9 13,4 14,9 15,2 13,8 11,7 8,7 7,1 10,4
Température moyenne (°C) 9,6 10,4 12,4 13 15,8 18,6 20,4 20,6 18,8 15,7 12,1 10,3 14,8
Température maximale moyenne (°C) 12,9 14,2 16,9 17,6 20,6 23,8 25,9 26 23,7 19,6 15,4 13,4 19,2
Ensoleillement (h) 103 123 181 203 239 262 294 279 224 145 104 91 2 248
Précipitations (mm) 178 132 120 101 143 117 44 56 95 223 222 215 1 613
Nombre de jours avec précipitations 14 11 11 14 12 7 5 5 8 13 14 14 131


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Pontevedra, en raison de sa situation centrale dans les Rias Baixas, est un lieu de passage depuis l'Antiquité et l'Empire romain, ce qui témoigne de la construction du Pont du Bourg qui a donné son nom à la ville. Par rapport aux réseaux routiers et autoroutiers, Pontevedra dispose du périphérique de Pontevedra PO-11 et PO-12, ainsi que de l'autoroute AP-9 qui relie la ville avec La Corogne, Saint-Jacques-de-Compostelle, Vigo, Tui, le Portugal et Ourense et de la rocade PO-10 qui la relie avec Marín, située dans l'agglomération de Pontevedra. L'autoroute A-57 qui est en cours de construction, contournera Pontevedra par l'est, du nord au sud. La commune dispose également de 2 routes nationales, la N-550, qui la relie à La Corogne et à Tui et au Portugal et la N-541 qui la relie à Ourense et à Madrid. La quatre voies AG-41 la relie aux centres touristiques balnéaires de la ria de Pontevedra Sanxenxo, la plage de la Lanzada, O Grove et l'île de La Toja.

Pontevedra dispose d'un service de bus qui relie le centre ville au quartier Monte Porreiro, l'un des plus peuplés de la ville avec plus de 7 000 habitants et où se trouve le siège du Centre Régional de l'Université nationale d'enseignement à distance (UNED). Il existe également un service de bus urbain ayant beaucoup de fréquences entre Pontevedra et Marín, situé dans l'aire urbaine de Pontevedra et avec qui la ville forme pratiquement un continuum urbain. Pontevedra est une ville bien desservie. Elle est reliée au reste de l'Espagne par le car. Il existe plusieurs services d'autobus qui relient la ville à d'autres villes de sa région et à de nombreuses destinations espagnoles.

Quant au transport ferroviaire RENFE est le principal opérateur ferroviaire. Dans la ville, il y a la Gare de Pontevedra, une gare ferroviaire, appelée en espagnol Estación de Pontevedra-Vialia dans le secteur sud de la ville, appartenant au réseau Adif dans laquelle se trouve le centre commercial Vialia. Il y a aussi un arrêt, la gare de Pontevedra-Universidad (en espagnol Estación de Pontevedra-Universidad), situé au nord de la ville, qui dessert ce secteur ainsi que le Campus de Pontevedra. La gare de Pontevedra, d'où part un embranchement ferroviaire vers le port de Marín-Ria de Pontevedra, fonctionne comme une liaison ferroviaire vers le port. La gare centrale de passagers, au sud de la capitale a été récemment remodelée et rénovée pour accueillir le train à grande vitesse AVE.

Piste cyclable à Pontevedra

Les pistes cyclables ont augmenté de manière significative dans la ville ces dernières années. Elles sont situées surtout dans le secteur des rives du Lérez et de la ria : vers le Parc de l'île des Sculptures, vers Marín, et sans interruption du pont des Tirantes au pont des Courants. Il y a aussi une piste cyclable spécifique qui va du pont de Santiago au Campus. Pontevedra a été reconnue en 2016 comme l'une des 15 meilleures villes du monde pour le cyclistes[56].

Les aéroports internationaux qui assurent la desserte aérienne de la ville sont l'aéroport de Saint-Jacques-de-Compostelle à 65 km au nord de la ville (parmi ses vols il y en a un vers Paris-Charles-de-Gaulle et vers Mulhouse et Genève) [57] et le grand aéroport de Porto-Francisco Sá-Carneiro à 160 km au sud de la ville, au Portugal. Celui-ci offre de nombreuses liaisons aériennes internationales et des liaisons vers la France à destination des aéroports suivants: Bordeaux, Brive-la-Gaillarde, Carcassonne, Châlons-en-Champagne, Clermont-Ferrand, Dole, La Rochelle, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Mulhouse, Nantes, Nice, Paris-Beauvais, Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly, Strasbourg, Toulouse et Tours, ainsi que vers d'autres pays francophones des vols à destination de Bruxelles, Charleroi, Genève, Luxembourg (ville) et Montréal[58]. Il existe aussi dans la province de Pontevedra le petit aéroport de Vigo-Peinador à 28 km au sud de la ville avec quelques liaisons domestiques.

La ville possède aussi le port de plaisance de Pontevedra tout près du centre historique et le port de commerce et de pêche de Marín-Ría de Pontevedra, à 5 kilomètres à l'ouest du centre-ville.

Urbanisme et cadre de vie[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La ville se développa principalement autour du Pont du Bourg, dans le noyau qui constitue aujourd'hui le centre historique sur la rive sud du fleuve Lérez et qui était au Moyen Âge une enceinte fortifiée. La Basilique Sainte Marie Majeure et le Couvent Saint-François marquent les points stratégiques d'ouest en est de la vieille ville sur deux collines. Entre eux, la ville médiévale et son labyrinthe de rues ("ruas") et de places médiévales furent façonnées. Les rues ont été structurées autour d'un axe principal qui correspond aux actuelles rues Sarmiento et Isabelle II, et de là, le reste des rues a été divisé, formant un exemple classique de ville médiévale avec un plan en arêtes de poisson ou en échelle, où les rues sont structurées à partir d'un axe central unique sur lequel viennent se greffer les rues secondaires. Entre les rues, le centre historique est parsemé de places aux proportions régulières, carrées ou rectangulaires, avec de nombreuses maisons nobles aux armoiries en pierre, qui aèrent le tissu urbain et lui confèrent de l'élégance.

La ville fortifiée au Moyen Âge et le pont du Bourg

La Place de la Herrería (Place de la Forge) est considérée comme la place principale de la vieille ville dans la pratique, car en plus d'être toujours très fréquentée, elle forme, avec la Plaza de la Estrella et la Plaza de Orense, le noyau urbain autour duquel s'articule une grande partie de la vie de la ville. À cet endroit, il y avait également une porte dans les remparts médievaux, l'ancienne porte Trabancas, qui suivait le même chemin que la voie romaine et qui, à partir du Moyen Âge, est devenue le Camino portugués, chemin de pèlerinage portugais à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Quelques maisons dans A Moureira aujourd'hui

A partir du Moyen Âge aussi, aux environs du quai commercial, dans le Burgo, ont été construits progressivement, sans une chronologie très précise, les quais en pierre (peiraos) qui ont fini par façonner l'énorme faubourg maritime A Moureira[59]. Le nom de Moureira vient du latin muria, saumure, (sale muria), une industrie qui était pratiquée sur toute la côte mais avec plus d'intensité là où elle pouvait disposer de plus de sel, produit essentiel pour la conservation du poisson. Pendant les XVe siècle et XVIe siècle, c'était le quartier le plus prospère de la ville (équivalent aux secteurs actuels de Corbaceiras et San Roque). Les docks étaient composés d'un escalier central et de deux plates-formes latérales qui s'avançaient vers l'eau pour faciliter le chargement et le déchargement des navires. Ils étaient appelés peiraos et chacun avait son propre nom. Le faubourg A Moureira était composé de centaines de petites maisons de marins avec leurs quais correspondants. Il était divisée en trois secteurs : la Moureira de Arriba, près du pont du Bourg, la Moureira de A Barca, à l'entrée du pont actuel de ce nom et la Moureira de Abaixo ou As Corbaceiras, près de la rivière Gafos. Comme il n'y avait pratiquement pas de rues dans leur structure habituelle, le terrain était occupé de manière non alignée et dispersée, à l'exception des rues qui se reliaient au chemin autour des remparts. Ces docks ou peiraos ont été pour la plupart conservés jusqu'au début du XXe siècle, lorsque les travaux de remblaiement de la nouvelle digue eurent lieu, ce qui entraîna le changement de la physionomie côtière de la ria et la disparition de tous les peiraos.

À la fin du XVIIIe siècle, de l'autre côté du pont du Bourg, le faubourg linéaire du Burgo, d'origine médiévale, a commencé à prendre une certaine importance. Au début du XIXe siècle, une nouvelle route a été ouverte vers Orense et Madrid le long de l'actuelle rue Benito Corbal, depuis la porte des remparts près de l'église de la Vierge Pèlerine.

La partie médiévale de la ville fut fortifiée jusqu'au XIXe siècle, lorsque la ville fut choisie chef-lieu de la province de Pontevedra en 1833. Compte tenu des besoins d'expansion de la ville en raison de ses nouvelles fonctions de chef-lieu, les remparts furent démolis. Au cours des 25 dernières années du XIXe siècle, qui coïncident avec l'étape de la Restauration bourbonienne en Espagne, des projets importants ont été entrepris pour établir le modèle de ville bourgeoise, avec des travaux d'infrastructure et de nouveaux sièges administratifs, l'ouverture des rues et les premiers pas de la zone d'expansion de la ville, la place du quai et le nouveau marché. Au milieu de ces actions, les Tours Archiépiescopales uniques en leur genre, furent démolies.

Le Parc de l'Alameda, qui avait été l'ancien verger du couvent gothique des dominicains et appelé à l'époque le Campo das Rodas parce que les marins de A Moureira y travaillaient leurs filets, fut aménagé en 1884 pour la promenade de même que la Gran Vía de Montero Ríos et la Plaza de España, où convergent encore aujourd'hui les grands édifices administratifs de la province de Pontevedra, la plupart d'entre eux conçus par l'archictecte Alejandro Sesmero: le Palais du Conseil Provincial, la Préfecture, le Lycée Valle-Inclán, qui fut jusqu'aux années 1950 le seul de la province de Pontevedra, la caserne Saint-Ferdinand (actuelle Faculté des Beaux-Arts), l'ancienne école d'arts et métiers et l'hôtel de ville d'inspiration parisienne.

En 1884, la gare fut inaugurée au sud de l'actuelle Place de Galice, et en 1894 commença la construction du pont de A Barca, qui relia la ville à la commune voisine de Poio.

Au début du XXe siècle on aménage les jardins de l'actuel Parc des Palmiers, jusqu'alors appelé Champ de la Foire. L'expansion urbaine de la ville se poursuivit au XXe siècle, prenant comme axes des voies rectilignes: la rue Benito Corbal (alors appelée rue du Progrès) vers Orense, la rue Oliva et Rosalía de Castro vers Marín et la rue Peregrina vers le Portugal suivant le Camino portugués, principalement.

Quartier Campolongo et église Saint-Joseph

En 1968, l'aménagement du quartier Campolongo [60] commença, grâce au démantèlement de la voie ferrée qui traversait le centre-ville actuel et de la gare qui était située sur l'actuelle Plaza de Galicia. Les terres agricoles et les eucalyptus furent supprimés et un quartier moderne fut créé, avec de hauts bâtiments et de grands espaces verts, qui est maintenant en plein centre-ville.

Dans les années 1970, l'aménagement du quartier Monte Porreiro, situé au nord-est de la ville, débuta. De nombreux logements sociaux et d'autres bâtiments y ont été construits. Plus tard, ce quartier a été équipé de services tels qu'une école ou un lycée et le siège de l'Université nationale d'enseignement à distance. Dans les années 1970-80, les terrains de A Xunqueira (marais asseché dans les années 1960) furent également aménagés pour l'installation de plusieurs établissements scolaires (trois lycées, deux écoles et un centre de formation pour professeurs-CEFORE) et des installations sportives et en début des années 1990 pour le campus et les facultés, une crèche et l'école officielle de langues. En 1999 on a aménagé pour la promenade le parc de A Xunqueira et l'île des Sculptures ainsi que les rives du Lérez et on y a construit le Palais des Congrès et le centre d'Expositions devant le Parc Rosalía de Castro.

Les nouveaux quartiers de la ville sont A Parda, dans le secteur est, qui s'est développé à la fin des années 1990 avec la démolition de l'ancienne prison provinciale et la construction d'un nouvel édifice des Tribunaux en 1997 et d'un autre en 2019. Déjà dans les années 2000, le quartier Valdecorvos, également dans la partie est de la ville, a commencé à se développer. Ces dernières années, la partie sud du quartier Campolongo au sud de la ville (on y inaugura la Cité Administrative en 2008) et le secteur de l'ancienne usine Tafisa à l'est, sur les rives du Lérez, sont en cours de développement.

Les quartiers actuels de la ville de Pontevedra sont: le centre historique, le centre-ville ou première zone d'expansion urbaine, Campolongo, A Parda, O Burgo, Valdecorvos, Monte Porreiro, Mollabao, A Seca, Salgueiriños, A Eiriña, Gorgullón, San Roque, O Castañal e Estrigueiras. A Caeira, bien qu'appartenant à la commune de Poio, est souvent considéré comme un quartier de Pontevedra puisqu'elle forme un continuum urbain avec la ville de même que La Barca, de l'autre côté du Pont de la Barque, qui bien qu'appartenant à la commune de Poio est considéré également un quartier de la ville à part entière.

Rue Rosalía de Castro,l'une des nombreuses rues piétonnes de la ville

Pontevedra est une ville modèle reconnue dans le monde entier[61],[62]. La ville est une référence mondiale en matière de durabilité urbaine[63],[64],[65]. Elle a un centre-ville piéton (qui comprend la vieille ville et le centre-ville ou première zone d'expansion urbaine) qui avec des parcs comme celui de Las Palmeras (les Palmiers) et des squares rendent la ville très agréable pour s'y promener et lui confèrent une grande qualité de vie[66],[67],[68].

Une île sur le Lérez en face d'un remarquable pont à haubans datant de 1995 (le pont des Tirantes, le pont des Sangles) et à côté du moderne Palais des Congrès abrite le poumon vert de la ville, le célèbre parc de l'île des Sculptures[69]. C'est un espace Land art où des artistes internationaux comme Robert Morris, Ulrich Rückriem, Anne et Patrick Poirier, Giovanni Anselmo, Richard Long, Ian Hamilton Finlay ou Jenny Holzer ont laissé leurs œuvres.

Un autre grand parc, espace naturel préservé, le Parc naturel Marismas d'Alba, se trouve tout près du quartier du Burgo, en face du pont bow-string des Courants, inauguré en 2012.

Piétonnisation et modèle international[modifier | modifier le code]

La capitale de la province de Pontevedra est devenue l'une des villes les plus piétonnes d'Espagne depuis 1999 et un modèle international d'urbanisme[70],[71],[72],[73],[74]. C'est une ville durable (eco-city) et une ville sans voiture (carfreecity)[75],[76],[77] reconnue comme une ville pionnière en matière de piétonnisation[78]. La vieille ville et une bonne partie du centre-ville sont piétons (presque 50 % de la ville), de sorte que dans ces quartiers, le transport motorisé est limité aux résidents et aux services [79]. C'est grâce à sa piétonnisation que Pontevedra prône l'autonomie des enfants pour aller à l'école[80],[81].

Au cours des deux dernières décennies, le centre-ville est devenu piéton [82] et de nombreuses rues et secteurs de la ville ont été aménagés selon un modèle de haute qualité urbaine avec un mobilier urbain et un éclairage design (bancs, tours d'éclairage, lampadaires aux designs d'avant-garde). On peut citer dans ses grands travaux de rénovation et réhabilitation de secteurs quelques rues que traverse le Camino portugués, le Chemin de pèlerinage de Saint-Jacques : rue Gorgullón, rue Virgen del Camino, pont du Bourg et d'autres dans le secteur de l'Hôpital Provincial, le secteur des deux gares, le quartier du Burgo et le bord de mer vers Marín. Les feux ont été remplacés par des ronds-points et les rares voies ralliant le centre-ville sont passées à 30 km/h maximum [83].

Le célèbre Metrominuto

De la limite de stationnement en centre ville de 15 minutes, au rehaussement des chaussées, en passant par la réduction de la limite de vitesse, de vastes travaux d’urbanisation ont été mis en place[84]. Depuis les années 90, ceci a permis notamment de réduire de plus de moitié la pollution et de n’enregistrer aucun accident mortel de la route, depuis 2001. En 2010, Pontevedra a été la première capitale d'une province d'Espagne à réduire la vitesse maximale dans le centre-ville à 30 kilomètres à l'heure [85] et en 2019 à 10 km à l'heure[86]. Cette vaste révolution urbaine repose entre autres en grande partie sur la mise en place d’immenses parkings. Surnommés par la mairie de « parkings de dissuasion », ils sont situés en dehors du centre-ville et sont entièrement gratuits pendant 24 heures. N’ayant plus besoin de tourner afin de trouver une place, les gens ont aujourd’hui pris l’habitude d’y garer leur voiture et terminer ainsi leur trajet à pied, à vélo ou bien en trottinette.

À Pontevedra, le célèbre plan piéton Metrominuto[87],[88] a été créé pour la mobilité urbaine, qui avec la transformation urbaine de la ville a remporté de nombreux prix nationaux et internationaux tels que le prix européen Intermodes et le prix mondial ONU Habitat. Le Metrominuto est une carte basée sur l'esthétique des plans de métro, qui marque les distances piétonnes entre les points les plus importants de la ville et le temps qu'il faut pour les parcourir. Le Metrominuto a été pris comme modèle dans des villes françaises comme Toulouse[89], ou européennes comme Florence, Ferrare, Modène ou Cagliari en Italie, ou d'autres comme le quartier des Anges à Londres, Torres Vedras au Portugal, Poznan en Pologne et même Belgorod en Russie[90]. En Espagne, elle a inspiré le Metrominuto de nombreuses villes comme Salamanque, Saragosse, Cadix, Grenade, Séville, Jerez de la Frontera, La Corogne ou Pampelune. Pontevedra est la ville avec le plus de zones piétonnes en Galice. En conséquence, 65 % des déplacements dans le centre-ville se font à pied. D'ailleurs Pontevedra a été reconnue en 2016 comme l'une des 15 meilleures villes cyclistes du monde. Le modèle urbain de la ville de Pontevedra, suit les modèles d'autres villes européennes comme Amsterdam, Bruges ou Copenhague. Madrid[91], la capitale espagnole, Paris et Copenhague même ont pris Pontevedra comme exemple pour ses projets de piétonnisation en centre-ville[92],[93],[94],[95].

La transformation urbaine de Pontevedra et les mesures de diminution du trafic motorisé dans le centre-ville ont réduit de 65% les émissions de CO2 provenant des combustibles fossiles dans la capitale au cours de la décennie 2010-2019 et ont fait l'objet de reportages de chaînes de télévision étrangères (MBC TV (Corée du Sud)[96],[97], Seven Network (Australie)[98]; Das Erste[99] ou NDR 1[100] (Allemagne) et françaises ou francophones telles que France 2[101],[102],France 3[103], Canal+ ou TF1[104]. En Suisse, la première chaîne de la télévision publique suisse romande, RTS Un a fait des reportages sur Pontevedra ville, elle aussi[105],[106] de même que la Société Radio-Canada au Canada[107].

Le modèle piétonnier urbain de Pontevedra a également été salué dans d'autres pays tels que la Suisse alémanique et la Pologne[108],[109]. La ville fait des émules et des urbanistes du monde entier la visitent pour tenter d'emporter le projet dans d'autres pays.[110]

Histoire de Pontevedra[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Une origine grecque n'est pas attestée et relève de la légende. En effet, une légende locale associe la fondation de Pontevedra à Teucros, héros de la Guerre de Troie, une légende qui a été renforcée par la supposition que les commerçants grecs seraient arrivés dans la région des Rias Baixas dans les temps anciens. La ville a certainement une origine antérieure à l'époque romaine, mais c'est à partir des vestiges de la voie romaine Via XIX que son existence est connue.

Teucros sur la Place San José

Il y a sur la façade de l'hôtel de ville à Pontevedra une inscription sur la légende de l'archer grec Teucros, mythique fondateur de la ville.

FVNDOTE TEVCRO VALIENTE
DE AQVESTE RIO EN LA ORILLA
PARA QUE EN ESPAÑA FVESES
DE VILLAS LA MARAVILLA
DEL ZEBEDEO LA ESPADA
CORONA TU GENTILEZA
VN CASTILLO PVENTE Y MAR
ES TIMBRE DE TV NOBLEZA

Teucros, le vaillant, t'a fondée
sur les rives de ce fleuve,
pour que de l'Espagne tu sois
la plus jolie des villes,
l'épée de Zébédée
couronne ta gentillesse;
un château, un pont, la mer
qui est ta preuve de noblesse.

Les historiens et les archéologues ont tendance à convenir que le peuplement initial s'est probablement formé lors de l'intégration de la Gallaecia (ancienne Galice) dans l'Empire romain (vers le Ier siècle et av. JC). Bien desservie depuis l'époque romaine, Pontevedra s'est consolidée en tant que ville intermédiaire pendant la période suève (vers le Ve siècle et VIe siècle ap. J.-C.).

Moyen Âge et début de la Période Moderne[modifier | modifier le code]

Pontevedra était au Moyen Âge le port de chargement et de déchargement de Galice, titre accordé à la ville, en 1452. L'agrandissement des remparts de la ville fut nécessaire en raison de l'augmentation de la population et du développement des activités économiques qui s'y déroulaient. En outre il faut y ajouter le souhait de la Couronne espagnole de contrôler la production et le transit de marchandises.

Place médiévale du Bois de chauffage, Plaza de la Leña

L'activité économique de Pontevedra obtint son plus grand apogée sous le règne du roi Henri IV de Castille, quand il accorda à la ville en 1467 le privilège de la célébration d'une foire franche d'une durée de 30 jours, que les gens fêtaient quinze jours avant la fête de la Saint Barthélémy. Pour que cette foire puisse avoir lieu, les remparts furent à nouveau agrandis pour inclure dans l'enceinte la Place de la Forge (Plaza de la Herrería), sur laquelle la Foire Franche avait lieu. De nos jours on fête cette Foire Franche appelée Feira Franca (fête médiévale qui attire des visiteurs galiciens et d'autres régions d'Espagne) dans la ville le premier week-end du mois de septembre[111]. La Place de la Herrería (Place de la Forge) tire son nom des forges et des ateliers de forge qui se trouvaient ici au Moyen Âge, puisque les Rois catholiques d'Espagne décrétèrent certaines ordonnances pour armer les chevaliers avec des armes de Pontevedra et d'Oviedo.

Au XVIe siècle, Pontevedra était une ville commerçante enrichie par le commerce de la sardine, avec une augmentation de la pêche en général. À cette époque, Pontevedra était la plus grande ville et le plus grand port galicien, car c'était un port sûr ouvert sur la mer. L'importance de la sardine était telle que l'argent qu'elle rapportait incita la guilde des marins à construire la Sainte-Marie Majeure, où certains chapiteaux de colonnes à l'intérieur sont sculptés avec des images de sardines à la verticale. L'un des navires de Christophe Colomb, la caravelle ou caraque Santa María (1492), nommé à l'origine La Galicienne, fut construit à Pontevedra. C'est au cours des siècles suivants que la sédimentation causée par le fleuve Lérez rendit progressivement le port impropre à la navigation à grande échelle. La fin du XVIe siècle marque le début du déclin de la ville, un déclin qui avait déjà commencé pour le reste de la Galice depuis la fin du XVe siècle.

Fin de l'Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, la pêche, les arts et l'artisanat permirent à l'économie de la ville de continuer à se développer. Du 7 au 9 juin 1809, eut lieu à Ponte Sampaio une bataille opposant les troupes françaises du maréchal Michel Ney à une armée composée de troupes régulières espagnoles et de milices populaires galiciennes. Le monument aux héros de Pontesampaio sur la place d'Espagne en témoigne.

Pontevedra est désignée capitale de sa province en 1833 et connaît au XIXe siècle une renaissance économique, urbaine et culturelle. C'est à Pontevedra qu'en 1853 Xoán Manuel Pintos publia le premier livre en galicien moderne, A gaita gallega (La cornemuse galicienne). L'arrivée du chemin de fer en 1884 contribua au développement de la ville et la reconnecta avec le reste du pays. Pontevedra fut la première ville galicienne à avoir l'électricité en 1888. Dans l'ensemble, Pontevedra vit en ce siècle un renouveau culturel, économique et urbain.

XXe siècle et XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Pontevedra était au début du XXe siècle le centre culturel et politique de Galice. Des intellectuels comme Valle-Inclán ou Castelao s'installèrent dans la ville. Pourtant, la guerre civile espagnole (19361939) et la dictature franquiste freinèrent le progrès de Pontevedra. La répression politique et les problèmes économiques forcèrent beaucoup de gens à émigrer.

Panorama de la ville de nuit

Dans les années 1940-1960 le gouvernement de la dictature franquiste accorda une Zone franche et un Pôle de Développement à la ville voisine de Vigo, un cas rare en Espagne (pour une ville n'étant pas chef-lieu de province), ce qui favorisa le développement de cette ville de la province de Pontevedra au détriment de la capitale provinciale, Pontevedra, devenant ainsi des villes rivales[112]. Ce ne fut que dans les années 1960 quand l'économie locale a commencé à se remettre. La dictature ayant fini (1975), le secteur de la construction s'est développé.

Depuis 1999 Pontevedra s'est transformée grâce à une importante rénovation urbaine et culturelle, devenant l'une des villes espagnoles les plus accessibles pour les handicapés et qui a le plus de zones piétonnes[113]. Le prix européen Intermodes à la mobilité urbaine lui a été décerné en 2013 à Bruxelles[114]. Elle avait déjà reçu en 2011 le prix espagnol à la mobilité sûre au cours du IIe Congrès de Villes pour la Sécurité Routière d'Espagne[115].Le modèle de mobilité durable de Pontevedra est aujourd'hui considéré comme une référence internationale[116],[117].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Ville chef-lieu[modifier | modifier le code]

La ville est le chef-lieu de la province de Pontevedra, et c'est donc là que se trouvent les organes administratifs de sa province, de la région et du gouvernement central.

Au niveau provincial, c'est la Diputación Provincial de Pontevedra (Conseil Provincial) qui offre aux communes de la province différents services (extinction des incendies, sports, etc.) et est chargée de son gouvernement et de son administration.

Au niveau régional, la ville dispose de la Junte de Galice qui, depuis la dernière réforme de l'Administration Autonome, regroupe la représentation de tous les domaines du Gouvernement Autonome Galicien à Pontevedra. Depuis 2008, les Offices Provinciaux de la Junte de Galice offrent leurs services dans un grand bâtiment central présidé par deux tours jumelles construites dans la Cité Administrative, 43 Avenue María Victoria Moreno, qui agglutine la plupart des offices provinciaux, sauf certains comme celui de l'Environnement, du Territoire et des Infrastructures, situé dans un autre bâtiment très proche dans la rue Alcalde Hevia.

Cité Administrative de Pontevedra et tours jumelles

La représentation du Gouvernement Central est la Subdélégation du Gouvernement (Préfecture), l'ancien Gouvernement Civil, fonctionnellement dépendant du Délégué du Gouvernement en Galice, situé sur la Place de España, ainsi que l'emplacement dans la ville des services périphériques de l'État (départements provinciaux des différents ministères comme le Département de la Défense, le service provincial du Littoral, le Service Provincial de l'Agriculture et de la Pêche, le Service Provincial des Télécommunications (ce dernier situé dans l'ancien bâtiment de la Banque d'Espagne).

Préfecture à Pontevedra

Pontevedra est également la capitale judiciaire de la province de Pontevedra et du district judiciaire de Pontevedra. Elle abrite le siège de la Audiencia Provincial de Pontevedra, dont les sections 1, 2, 3 et 4 se trouvent au Palais de Justice. Elle abrite également d'autres organismes provinciaux dépendant du Ministère de l'Intérieur tels que la Direction Provinciale de la Circulation, le Département Provincial de Police, la Direction Provinciale de la Garde Civile (Gendarmerie) en tant que capitale de la province.

Palais de Justice et Cour d'appel provinciale

La ville est également reconnue comme la capitale de la région touristique des Rias Baixas et la capitale du Camino portugués, le Chemin portugais de Saint-Jacques-de-Compostelle de pèlerinage.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

La ville offre une vaste gamme de services administratifs dont l'effet dépasse largement ses limites municipales. Cela fait de Pontevedra un point de convergence pour des luttes politiques intenses[réf. nécessaire]. Depuis le rétablissement de la démocratie en Espagne en 1977, après la dictature, le gouvernement local de Pontevedra était traditionnellement contrôlé par le Parti populaire de Galice (Partido Popular de Galicia, PPdeG-PP), un parti conservateur. Cependant, après les élections de 1999, la fonction de maire a été remportée par Miguel Anxo Fernández Lores, représentant le Bloc nationaliste galicien (Bloque Nacionalista Galego, BNG), en coalition avec le Parti socialiste de Galice (Partido Socialista de Galicia, PSdeG-PSOE), jusqu'à aujourd'hui. La corporation locale est divisée en plusieurs départements, ou charges des conseillers municipaux, chacun traitant d'une question spécifique telle que l'Aménagement du territoire, l'Environnement, l'Économie et le Fisc, la Mobilité et le Transport, les Sports, les Travaux publics ou le Tourisme.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville a donné le nom à la ville de Ponte Vedra Beach en Floride, aux États-Unis, à Pontevedra en Argentine, à Pontevedra sur l'île de Negros aux Philippines et dans le département de Capiz aux Philippines aussi, à l'îlot de Pontevedra sur les îles Diego Ramírez au Chili, en Géorgie aux États-Unis et à un quartier de Bogotá en Colombie[118].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Au recensement de l'Institut National de Statistique de 2019, la ville compte 83 029 habitants. L'aire urbaine de Pontevedra (Pontevedra, Poio, Marín, Sanxenxo, Bueu, Vilaboa, Cotobade, Barro, Ponte Caldelas, Soutomaior) autour de sa Ria, comprenant aussi quelques communes de l'arrière-pays, compte plus de 200 000 habitants.

Évolution démographique de la ville de Pontevedra depuis 1842
Évolution démographique
1842 1857 1877 1887 1900 1910 1920 1930 1940
4 1416 62320 14020 55022 80625 07228 95730 82136 968
1950 1960 1970 1981 1991 2001 2010 2012 2019
43 22150 57552 56265 13775 14874 94281 98182 68483 029


Histogramme de l'évolution démographique
Source: INE[119]

Pontevedra est une ville en croissance avec la population la plus jeune de Galice et dont l'espérance de vie est la plus élevée[120],[121].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville possède de nombreuses écoles et lycées publics et privés, une école hôtelière, un conservatoire de musique public et un autre privé et une école officielle de langues (où on peut suivre des cours d'anglais, de français, d'allemand, d'italien, de portugais et de galicien).

Faculté des Beaux Arts

L'Université Nationale d'Éducation à Distance (UNED)[122] a aussi un siège à Pontevedra, où l'on peut suivre une grande variété d'études universitaires et de langues étrangères.

D'autre part à l'université sur le Campus de Pontevedra, on peut suivre des études universitaires en: Sciences de l'information et de la communication, notamment Publicité et Relations publiques et Communication Audiovisuelle mais aussi d'autres études telles que Direction et Gestion Publique, Design et Création, Professeur des écoles (École Maternelle), Professeur des Écoles (École Élémentaire), Sciences de l'activité physique et sportive, Kinésithérapie, ou faire des études d'Ingénieur forestier. Au centre-ville se situent l'École des Infirmiers et la seule Faculté des Beaux-Arts en Galice, qui propose les études universitaires de Beaux-Arts et de Design textile et Mode de Galice.

La ville compte aussi la seule École Professionnelle de Bande dessinée et Illustration de Galice (privée), dont le nom est O Garaxe Hermético (Le Garage hermétique)[123].

Pontevedra est également le siège du Centre Galicien de Technification Sportive, centre de formation pour les sportifs de haut niveau et l'École Supérieure de Conservation et Restauration des Biens Culturels de Galice.

À Pontevedra se trouve aussi la Mission Biologique de Galice, un centre du Conseil supérieur de la recherche scientifique situé dans la paroisse civile de Salcedo.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

  • Noites Abertas (Soirées Portes Ouvertes). Chaque vendredi et samedi du premier semestre de l'année, de huit heures du soir à minuit. La mairie de Pontevedra organise diverses activités nocturnes pour les jeunes de 12 à 30 ans, de sorte qu'aucun projet de week-end n'est identique au précédent. Des activités sportives, des ateliers, des cours de musique, des laboratoires d'activisme et bien d'autres choses encore sont organisés dans différents endroits. De la pratique du yoga ou de l'apprentissage de la pâtisserie à une excursion en kayak sous les étoiles.[124],[125]

Festivals[modifier | modifier le code]

  • Festival International de Jazz de Pontevedra. En juillet. D'une grande importance dans le circuit du jazz espagnol. Il se tient dans la vieille ville, avec la Plaza de Teucros comme lieu privilégié.
  • Surfing the Lérez. C'est un festival de musique dont les représentations centrales sont en plein air, dans le style des festivals de musique dans des pays comme l'Australie. En juin 2019, il a célébré sa 9e édition. Il se tient dans le parc de l'île des Sculptures. Il y a des représentations de groupes et d'orchestres du monde entier, du matin au soir. Il s'est consolidé comme le festival le plus important de son genre dans les Rias Baixas et en Galice.
Fleuve Lérez, autour duquel on célèbre le Festival Surfing The Lérez
  • Cantos na Maré, festival international de la lusophonie, est organisé à Pontevedra depuis 2003. À partir de 2018, il change de format, passant d'un simple gala à une série d'événements (concerts, cinéma, ateliers, concerts, etc.) se déroulant sur plusieurs jours.[126],[127]

Fêtes païennes[modifier | modifier le code]

  • Carnaval de Pontevedra : en février, l'un des plus importants de Galice. Le carnaval de Pontevedra se caractérise par le fait que la ville ne célèbre pas l'enterrement de la sardine le mercredi des cendres, mais l'enterrement du perroquet Ravachol, un personnage de grande importance dans la vie sociale de Pontevedra à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, qui est mort en 1913 peu avant le carnaval, lors duquel on a fait son enterrement le mercredi des Cendres. Chaque année, un énorme perroquet fabriqué par les habitants de Pontevedra se promène en procession dans la ville, habillé selon l'actualité de l'année (santé, politique, éducation...) jusqu'à ce qu'il soit brûlé.
  • Los Mayos : en mai, la Plaza de la Herrería est le lieu de cette fête colorée qui célèbre l'arrivée du printemps.
  • Les feux de la Saint-Jean, la nuit du 24 juin.
Enterrement du Perroquet Ravachol
Fête des Maios à Pontevedra

Fêtes historiques[modifier | modifier le code]

  • Feira Franca. Le premier week-end de septembre. Fête médiévale qui commémore l'octroi de privilèges à la ville de Pontevedra par le roi Enrique IV au Moyen Âge, et qui a permis la tenue d'un grand marché dans la ville sans taxes. Ces dernières années, elle est devenue l'une des fêtes les plus importantes de sa catégorie dans le nord-ouest de la péninsule ibérique, et a été déclarée fête d'intérêt touristique en 2013. Chaque année, elle est consacré à un thème médiéval différent.

C'est la fête historique de référence en Galice, qui réunit plus de 100 000 visiteurs.

Fêtes locales[modifier | modifier le code]

  • Fête de la Vierge Pèlerine. Les fêtes de la sainte patronne de la province de Pontevedra, sont les grandes fêtes de la ville en août, avec une grande semaine de fête comme axe central du développement de multiples activités et célébrations. Elles commencent le deuxième samedi du mois d'août et se terminent par des feux d'artifice que l'on peut voir dans toute la Ria de Pontevedra. Les corridas ont lieu dans l'unique arène stable de Galice, la Plaza de San Roque, dans le quartier de A Moureira.
  • Fête de Santiaguiño del Burgo. Fêtes du saint patron du quartier du Bourg. Elles sont célébrées les jours qui avoisinent le 25 juillet. Elles comprennent la procession des raisins et du maïs et une fête populaire avec des attractions de la fête foraine, des stands et des feux d'artifice.

Fêtes religieuses[modifier | modifier le code]

  • Les processions de Pâques. Différentes confréries de Pontevedra y participent, comme la Confrérie de la plus Grande Douleur, la Confrérie du Silence et la Confrérie de la Vera Cruz. La singularité de la Semaine Sainte à Pontevedra a été recueillie dans ses photographies par des publications internationales telles que le Washington Post[128].

Fêtes gatronomiques[modifier | modifier le code]

  • L'Outubrofest, la fête de la bière.
  • La fête du potiron. Il se tient en mars et comprend des stands, des ateliers pour les enfants, des dégustations et des spectacles de rue.

Salon de la bière artisanale, Pontus Lupulus. Il se tient en mai et est consacré à la bière artisanale produite par les producteurs artisanaux galiciens.

  • Ponte Tapas. Un concours pour l'élaboration de tapas, de classiques et de cocktails innovants et créatifs auquel participent une cinquantaine de bars à tapas de la ville et qui se déroule pendant plus d'une semaine deux fois par an. Il est organisé entre les derniers jours de novembre et les 10 premiers jours de décembre.

La Feria[modifier | modifier le code]

  • Elle a lieu dans les Arènes de Pontevedra, les seules arènes de Galice, dans le quartier de San Roque. Elle a lieu en août, en même temps que la Fête de la Vierge Pèlerine, trois week-ends du même mois. Les figures les plus importantes de la tauromachie espagnole y sont passées. Après les corridas, on célèbre les Noches de Peñas.

Les Romerías[modifier | modifier le code]

  • Pèlerinage de San Cibrán. Dans la paroisse civile de Tomeza, Pontevedra.Le premier lundi après Pâques.
  • Pèlerinage de San Benitiño de Lérez, déclaré Fête d'Intérêt Touristique National. Le 11 juillet, le saint est honoré pour avoir soigné diverses maladies et affections. Le monastère de San Benito de Lérez est le point central du pèlerinage.

Santé[modifier | modifier le code]

Entrée de l'hôpital Montecelo

Pontevedra dispose de cliniques et des hôpitaux privés (comme l'hôpital Quirón Salud) et publics de qualité, où l'hôpital Montecelo se distingue comme le plus grand centre de santé de son aire urbaine et l'un des plus importants de sa province. Cet hôpital est surtout réputé pour son service d'oncologie. La santé publique est réglementée par le Service Galicien de Santé (Servizo Galego de Saúde). Le Centre Hospitalier Universitaire de Pontevedra (CHUP) comprend l'Hôpital Provincial de Pontevedra fondé en 1897 et situé en centre ville et l'Hôpital Montecelo créé en 1973 et situé dans la paroisse civile de Mourente. Il existe également des hôpitaux privés de Quirónsalud comme l'Hôpital Quirónsalud Miguel Domínguez[129],[130], fondé comme Hôpital Domínguez en 1947, dans la rue Fray Juan de Navarrete ou l'Institut de Rééducation Neurologique Quirónsalud Pontevedra.

Hôpital Provincial de Pontevedra

Il existe également à Pontevedra des centres de santé ou centres médicaux publics (Virgen Peregrina, A Parda, Mollabao-Casa do Mar, Monteporreiro, Lérez, Pontesampaio) et priveés tels que Quirón Salud, Adeslas et Vithas: le Centre Médical Quirónsalud Pontevedra, le Centre de Rééducation Neurologique Quirónsalud Pontevedra, le Centre Médical Adeslas Pontevedra, le Centre de santé dentaire Adeslas, le Centre Médical et de Rééducation Vithas[131] ou d'autres comme le Centre Médical Climenova ou le Centre Médical Pontevedra.

Le Département de la Santé de la Junte de Galice avait projeté pour Pontevedra et la zone sanitaire du nord de sa province l'hôpital Monte Carrasco situé au sud de la ville dans la paroisse civile de Tomeza, projet qui a été par la suite remplacé par des désaccords politiques avec le conseil municipal de la ville par l'agrandissement de l'hôpital Montecelo et un nouveau bâtiment hospitalier à Montecelo, prenant comme nom ce projet le Grand Montecelo. Cet hôpital étendra l'offre d'assistance de la capitale de la province et de la zone nord de la province avec six nouvelles spécialités : Radiothérapie, médecine nucléaire, hémodynamie complémentaire à la cardiologie, chirurgie maxillo-faciale, soins intensifs néonatals et soins intensifs pédiatriques, tous deux intégrés dans les secteurs maternel et pédiatrique. Il aura une capacité de 724 lits.[132],[133],[134]

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Les principaux journaux pontevedriens sont:

  • Diario de Pontevedra, principal quotidien de la ville et de son aire urbaine, fondé en 1889.
  • Pontevedra Viva, important journal en ligne de Pontevedra ville et son aire urbaine, fondé en 2012.

La ville a également une édition spécifique du principal journal galicien, La Voz de Galicia.

Audiovisuel[modifier | modifier le code]

RTVE, la Radio-Télévision publique espagnole et RTVG, la Radio-Télévision publique galicienne émettent des décrochages locaux dans leurs journaux télévisés. Entre 1994 et 2012, Pontevedra possédait une TV locale, Localia Pontevedra. La plupart des radios nationales diffusent leurs programmes dans l'agglomération pontevedrienne, dont Radio Nacional, Cadena Ser, Cadena COPE, Onda Cero et Punto Radio.

Sport[modifier | modifier le code]

Pontevedra est un centre important pour le sport en Galice, car la ville abrite le Centre Galicien de Technification Sportive pour les sportifs de haut niveau, et l'université propose des études supérieures en Activité Physique et Sciences du Sport. Le football, le basket-ball, le handball et le canoë-kayak se distinguent avant tout. En ce qui concerne le football, il faut mettre en évidence le club de football Pontevedra CF, qui est un élément historique du football espagnol depuis la devise "Hai que roelo" en Première Division (Ligue 1) dans les années 60. Son dernier succès sportif a été sa montée en deuxième division espagnole lors de la saison 2004/2005, après 28 ans en deuxième division B. Le stade de Pontevedra est le stade Pasarón.

Le handball a une tradition et une popularité comparable au football et parmi les différentes équipes il faut mettre en relief la Société sportive Teucro, historique et vice-doyen du handball espagnol, actuellement dans la ligue ASOBAL. Le Pavillon Municipal des Sports de Pontevedra est le complexe sportif de la ville de utilisé comme un fief local par les équipes : SD Teucro de handball, Leis Pontevedra FS de futsal et CB Ciudad de Pontevedra de basketball. Parmi les sports d'équipe, Pontevedra compte également deux clubs de rugby, le Pontevedra Rugby Club et le Mareantes RC.

Un sport très important à Pontevedra est le canoë-kayak, surtout si l'on tient compte du fait que de nombreux champions espagnols et européens, champions du monde et médaillés olympiques se sont entraînés et se perfectionnent dans les installations du Centre Galicien de Technification Sportive, fort à propos situé sur les rives du Lérez. De même, la ville a accueilli le Championnat d'Europe de Canoë-kayak en Eaux Tranquilles en 2007 dans les installations construites ex profeso dans le barrage de Pontillón de Castro, sur la rivière Rons.

La ville est aussi un lieu privilégié pour la célébration des championnats européens et internationaux de triathlon et de duathlon. Le Championnat du monde Multisport ITU 2019 a rassemblé plus de 4 000 athlètes de 54 nationalités différentes. [135].

Dans le domaine de la natation, la ville dispose d'une piscine olympique de 10 couloirs et de 50 mètres de long pour toutes sortes de compétitions, située dans le quartier de Pontemuiños (Lourizán). La ville compte aussi un hippodrome, l'hippodrome de Campañó.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pontevedra est une ville avant-garde en termes de mobilité durable. Au cours des vingt dernières années, la ville est devenue une ville éco-responsable et une référence internationale en matière de développement durable. La circulation automobile a été interdite dans une grande partie de la ville et 50 % de sa superficie est devenue piétonne. A Pontevedra, les trottoirs sont plus larges et les ruelles plus étroites pour dissuader les automobilistes de circuler. Les passages piétons sont surélevés pour montrer encore plus aux conducteurs qu'ils n'ont pas la priorité. Depuis 1999, la circulation dans le centre-ville a été réduite de 97% et les émissions de carbone de 67%[136].

Un système d'éclairage urbain composé de lampadaires, de tours d'éclairage et de points lumineux LED à faible consommation d'énergie a été installé dans toute la ville[137] et un plan de compostage pour le traitement des déchets urbains a été mis en oeuvre, avec des composteurs communautaires en ville et des composteurs individuels à la campagne[138],[139]. Dans le centre-ville, où il n'est pas possible d'installer des composteurs communautaires, la municipalité a opté pour l'installation de 60 composteurs spéciaux qui doivent être ouverts avec une carte électronique[140].

La ville dispose aussi de plusieurs jardins potagers écologiques urbains dans trois quartiers de la ville: dans le parc de Monte Porreiro, dans le domaine de Conde de Bugallal et dans un terrain au bout de la rue Ernesto Caballero. Ces terrains sont aménagés en planches horizontales étagées équipées de systèmes d'irrigation. La municipalité, après l'inscription des personnes intéressées, fait la concession de ces jardins potagers pour une période de deux ans, renouvelable pour deux autres années.[141],[142].

Monument aux navigateurs dans le Parc des Palmiers

En juin 2020, la municipalité a lancé la campagne Effet PO2 (en référence au nom de la province de Pontevedra connue sous le sigle PO), une action dans différents espaces des rues (placement de slogans sur les pavés des rues, projection de micro-vidéos, etc) de la ville pour démontrer que plus le mouvement piétonnier, appelé PO2, est important, plus il contribue à effacer l'empreinte carbone du CO2[143].

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité économique de la ville est basée sur plusieurs secteurs, comme les services, l'administration, le commerce, l'armée, l'industrie forestière et auxiliaire de l'automobile, le bâtiment et le tourisme culturel et religieux concernant les pèlerinages liés au Camino portugués.

Pontevedra a été traditionnellement une ville commerçante. Au Moyen Âge les confréries florissaient dans la vieille ville, donnant leur nom à des rues et des places qui sont encore très bien préservées aujourd'hui (place du Bois de chauffage, place du Quai, Place de la Forge, place des Légumes...). Au XVIe siècle Pontevedra était le principal port galicien et l'un des plus importants du nord-ouest de l'Europe, assurant une importante activité liée à la pêche et au commerce. Les premières industries modernes sont apparues dans les années soixante du XXe siècle. La ville est le siège de la chambre de commerce et d'industrie de Pontevedra. Le secteur tertiaire emploie 65 % de la population tandis que l'industrie emploie 17 %.

En tant que chef-lieu de sa province (équivalent au département français) la ville possède de nombreux offices provinciaux des Administrations Publiques centrales du gouvernement espagnol, régionales et provinciales, où travaillent un grand nombre de fonctionnaires. Le grand bâtiment administratif de Campolongo aux tours jumelles en est le principal siège. Il faut ajouter la présence militaire dans l'agglomération de la ville: dans la commune voisine de Marín (à 6 kilomètres de la capitale) se trouve l'École Navale Militaire d'Espagne et à Figueirido, tout près de la ville se trouve l'une des Bases Militaires du Ministère de la Défense espagnol, la Base General Morillo, siège de la Brigade d'Infanterie Légère Aérotransportable, l'une des principales unités de l'Armée espagnole[144].

La ville est aussi le siège du Centre Galicien de Technification Sportive[145], le centre sportif galicien pour la préparation des sportifs de haut niveau.

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

La majorité des habitants de Pontevedra travaillent dans le secteur tertiaire, ce qui est évident si l'on considère que la ville est à la tête d'une agglomération de quelque 200 000 habitants, ce qui signifie l'existence d'un secteur commercial important et diversifié. Il faut ajouter à cela sa situation privilégiée au centre des Rias Baixas, ce qui en fait une ville touristique et donne un poids spécifique important à l'industrie hôtelière dans l'économie. La ville se classe parmi les villes espagnoles ayant les revenus annuels les plus élevés.

Place de la Liberté

Emploi public[modifier | modifier le code]

En tant que chef-lieu de la province de Pontevedra, la ville dispose de nombreux bureaux, offices provinciaux et installations des différentes Administrations Publiques, dans lesquels travaillent un grand nombre de fonctionnaires. Il faut ajouter à cela l'importante présence militaire dans la région : d'une part, la Base Général Morillo, située à Figueirido, dans la commune voisine de Vilaboa, abrite le gros de la Brigade d'Infanterie Aéroportée "Galicia" VII, l'une des principales grandes unités de l'Armée de Terre espagnole, tandis que dans la ville voisine de Marín se trouve l'École Navale espagnole, le seul centre de formation pour les officiers de la Marine Espagnole.

Institutions[modifier | modifier le code]

En plus d'être le chef-lieu de sa province, Pontevedra est le centre géographique des Rias Baixas, ce qui fait que la ville soit le siège de nombreuses institutions et organismes. En dehors des Offices Provinciaux des organismes d'état, régionaux et provinciaux, de nombreuses institutions sont situées dans la ville, comme : la Direction Provinciale de la Circulation, le Conseil Régulateur de l'appellation d'origine contrôlée Rias Baixas (vin Albariño), la Bibliothèque Publique de l'État, les Archives Historiques Provinciales de Pontevedra, la Direction Provinciale des Postes et Télégraphes, le Centre de Traitement Postal de Pontevedra, le Bureau Provincial de la Croix Rouge espagnole, le Département Provincial de l'Institut National de la Statistique et le Bureau du Recensement Électoral, l'Illustre Collège Officiel des Médecins de Pontevedra, le Collège Officiel des Dentistes et Stomatologues de Pontevedra et d'Orense, l'Illustre Collège Provincial des Avocats de Pontevedra, l'Unité des Routes de l'État de Pontevedra, le Centre Galicien de Technification Sportive pour les sportifs d'élite et de haut niveau, la Mission Biologique de Galice, le Centre de Recherche Forestière et Environnementale de Galice, etc. La ville a été aussi le siège de la Caisse d'épargne provinciale de Pontevedra.

Bases militaires[modifier | modifier le code]

Pontevedra ville et son aire urbaine sont les centres de la marine espagnole et de l'armée de terre en Galice et dans le nord-ouest de l'Espagne. Pontevedra est le siège de :

De même, la ville voisine de Marín, appartenant à l'aire urbaine de Pontevedra, est le siège de :

Maisons d'édition[modifier | modifier le code]

La ville abrite l'une des plus importantes maisons d'édition de Galice, Kalandraka. Elle abrite également la maison d'édition OQO et l'imprimerie de la Députation Provinciale de Pontevedra. La ville est aussi le siègle de la maison d'édition de bandes dessinées, Retranca Editora fondée en 2007. D'autres maisons d'édition concentrent également leur activité dans l'aire urbaine de Pontevedra, comme les Éditions do Cumio et le siège de l'importante chaîne de librairies Nobel.

Foires et congrès[modifier | modifier le code]

La ville est également le siège de l'organisation de foires et de congrès (étiquette noire (gastronomie), salon de l'automobile... et surtout de manifestations sportives nationales et internationales qui supposent aussi un moteur économique pour le nombre de visiteurs qui attire la ville. Elle accueille aussi des congrès et des foires d'une importance particulière en Galice comme Culturgal, la foire des industries culturelles de Galice.

Bord de mer et port de plaisance

Commerce[modifier | modifier le code]

La ville est le centre d'attraction de la partie centrale et nord de la province de Pontevedra. Le centre ville compte de nombreux magasins traditionnels, des franchises nationales et internationales et des centres commerciaux comme Carrefour Planet, La Barca et Vialia en périphérie. La ville abrite également des entreprises de commerce électronique comme l'entreprise spécialisée au niveau espagnol dans la vente de livres et de produits éditoriaux imosver.com.

Pontevedra compte plusieurs grands centres commerciaux en périphérie; le centre commercial Vialia, qui est en ville, héberge un cinéma multisalles. La municipalité, suivant son modèle de ville durable, a interdit l'installation d'un plus grand nombre de grands centres commerciaux dans la commune[146]. La zone commerciale par excellence de la ville est la zone appelée "la mille d'or" dans les rues du centre-ville, notamment dans la rue Benito Corbal et les rues adjacentes, où on peut trouver un grand nombre de magasins et les grandes enseignes commerciales internationales et espagnoles.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Pontevedra est la capitale de la région touristique des Rias Baixas. Elle est actuellement une destination urbaine de référence en Europe pour les déplacements vers des villes éminemment piétonnes et sans voitures qui se distinguent par leur qualité de vie, à la hauteur de Dubrovnik, Copenhague ou Capri[147]. De plus, le tourisme s'est développé ces dernières années, positionnant la ville comme un pôle d'attraction en Galice et dans le nord du Portugal, étant actuellement l'une des destinations urbaines privilégiées avec La Corogne et Saint-Jacques-de-Compostelle.

Fontaine des Tornos dans la vieille ville

De même, la ville est un pôle d'attraction pour les touristes internationaux grâce à sa vieille ville, le fleuve Lérez et ses ponts.

Hôtellerie et Restauration[modifier | modifier le code]

Pontevedra a une capacité hôtelière de 2.151 lits[148]. Elle possède l'un des Paradors Nationaux de Tourisme de l'Espagne, le Parador Casa del Barón.

Hôtels par catégorie à Pontevedra
Type Hôtels
Hôtels 4 étoiles 2
3 étoiles 3
2 étoiles 3
1 étoile 7
Total 15

La ville offre également un large éventail de restaurants, dont de nombreux restaurants servant la cuisine espagnole et galicienne, italienne, chinoise, japonaise, indienne, française (crêperies), bars à tapas, etc., en particulier dans le centre-ville et dans la vieille ville.

Industrie[modifier | modifier le code]

Dans la commune de Pontevedra et son aire urbaine , il existe plusieurs zones industrielles, ainsi que d'autres entreprises situées dans d'autres parties de la commune.

Zones industrielles[modifier | modifier le code]

À la périphérie de la ville et en bordure de la commune voisine de Ponte Caldelas se trouve la zone industrielle O Campiño, qui abrite d'importantes industries comme des auxiliaires automobiles entre autres, mais qui est restée insuffisante en termes d'espace face à la demande de terrains par les entreprises. Il y a aussi, bien qu'elle soit plus petite, la zone industrielle A Granxa do Vao, récemment agrandie, même si elle est plus destinée à des fins commerciales qu'industrielles, avec des ateliers mécaniques, des salles de sport, un grand espace dédié au bricolage, etc. Dans un nouveau prolongement cette zone accueillera bientôt des entreprises comme Decathlon, Leroy Merlin ou Norauto, entre autres[149],[150]. Dans la zone industrielle O Campiño, il y a d'importantes entreprises du secteur automobile comme Aludec, qui dispose de 6 centres de production (Galvanique 1 et 2, Composants, Emboutissage et Injection 1 et 2)[151].

L'épuisement du sol de la zone industrielle O Campiño et le manque de développement de plus de terrains industriels dans la commune de Pontevedra a conduit au développement de zones dans l'aire urbaine de Pontevedra comme Ponte Caldelas, Barro-Meis, Poio ou Marín. La zone industrielle A Reigosa, dans la commune de Pontecaldelas mais limitrophe de la commune de Pontevedra, est particulièrement remarquable pour son développement au cours des dernières années, avec des industries comme Pontevedresa Group, une entreprise de pointe en Europe dédiée à la fabrication de verre et de matériaux innovants qui a habillé de marbre translucide le musée d'Arts de Nantes[152],[153],[154].

Le dernier parc industriel inauguré dans l'aire urbaine de Pontevedra est celui de Barro-Meis, dans la commune voisine de Barro, au nord de la ville. D'importantes entreprises de Pontevedra dans le secteur du commerce et la distribution en Galice comme Froiz et d'autres comme EDF Solar, spécialisée dans l'énergie solaire, s'y sont installées ces dernières années.

Autres industries et entreprises[modifier | modifier le code]

Un point d'implantation très important de plusieurs entreprises dans l'aire urbaine de Pontevedra est la zone portuaire du Port de Marín et Ria de Pontevedra, à cinq kilomètres de la ville.

Dans la commune de Pontevedra il y a aussi d'autres entreprises importantes parmi lesquelles se distingue l'entreprise du secteur de la distribution Froiz (supermarchés, hypermarchés). Dans le secteur alimentaire, la ville accueille également O Graneiro de Amelia et ses filiales Granalia, Sra. Florinda et Spain Bulk Quality[155]. D'autres entreprises renommées sont, entre autres, Setga, entreprise de design, signalisation et mobilier urbain et d'éclairage extérieur, choisie pour illuminer Amsterdam en 2013 et en 2020[156],[157], le port de Rotterdam[158], des avenues centrales de Dubaï, Koweït et Tel Aviv[159] ou la Gran Vía madrilène[160]; la société financière Qbitia spécialisée dans le trading algorithmique et l'intermédiation boursière [161],[162] ; Hifas da Terra, entreprise d'innovation et d'écologie axée principalement sur la mycologie[163]; Krack (entreprise de cordonnerie)[164],[165],EDF Solar dédiée à l'énergie photovoltaïque[166],[167] ou Edigal (électricité et mobilier urbain).[168] La ville abrite aussi le siège de l'importante chaîne de salons de coiffure Carlos Conde[169],[170]. Dans le secteur éditorial dans l'aire urbaine de Pontevedra se trouve Distribucións Arnoia, la société de distribution éditorial la plus importante de la Galice. La ville est également le siège de sociétés de construction telles que San José ou Balboa et Buceta.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Grâce à une vieille ville remarquable, au paysage qui l'entoure et à son ancien port médieval Pontevedra a été définie comme une "ville de charme"[171] et "une authentique ville galicienne". Les lieux touristiques comprennent de nombreux édifices religieux et civils ainsi que des places médivales pittoresques.

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

C'est le symbole de la ville pour son unicité, étant la seule église espagnole de forme circulaire à la façade arrondie. Le sanctuaire de la Vierge Pèlerine, patronne de la province de Pontevedra et du Camino portugués (Chemin de Saint-Jacques portugais), a été bâti au XVIIIe siècle dans un style baroque et néoclassique sur un plan semi-circulaire de coquille Saint-Jacques, symbole du Chemin de Saint-Jacques. Sa façade présente des images de la Vierge, de saint Joseph et de saint Jacques, tous habillés en pèlerins. À l'intérieur, il y a une image de la Vierge du XIXe siècle.

La construction de cet édifice a été promue par la puissante confrérie de la guilde des marins, qui vivait dans le quartier de A Moureira, au pied de sa façade. L'édifice date du XVIe siècle et a été construit dans un style gothique tardif avec des influences manuélines et de la Renaissance. Il faut remarquer la façade principale de style plateresque de Cornielles de Hollande et du Portugais Joao Nobre, le meilleur exemple de retable en pierre de Galice. La façade sud se distingue par ses reliefs didactiques avec des scènes d'histoire sacrée et des fables, ainsi que des représentations de la ville avec ses remparts. À l'intérieur, on remarque les voûtes nervurées en forme de trèfle à quatre feuilles. Cette basilique est appelée la perle de l'art galicien en raison de la pureté de ses éléments gothiques.

Elle surplombe la place de la Herrería (place de la Forge) et fait partie des églises de style mendiant de Galice. Son plan est en croix latine, avec une seule nef et un chevet avec trois absides polygonales. C'est une église de style gothique qui date du XIIIe siècle et qui faisait partie du couvent de San Francisco. La façade romane avec une rosace est la seule partie qui subsiste de la construction originale. L'église et le couvent ont subi de nombreuses modifications au fil du temps, en particulier au Moyen Âge et à l'époque moderne. Depuis ses origines, c'est le lieu choisi pour l'enterrement des illustres familles de la ville. À l'intérieur, on peut voir des sarcophages du XVe siècle et ceux de Paio Gómez Chariño (poète et amiral de la marine) et de son épouse qui datent du XIIIe siècle.

Ayant appartenu à l'ordre des Dominicains il ne reste plus que le chevet avec cinq chapelles polygonales. Vestiges de l'église du couvent de Saint-Domingue, actuellement c'est un espace du Musée Provincial de Pontevedra. Le chevet de l'église a cinq absides gothiques de la fin du XIVe siècle qui constituent l'exemple le plus pur du gothique en Galice. Laissés à l'abandon abandon au XIXe siècleaprès le désamortissement espagnol, les vestiges ont été sauvés au début du XXe siècle par la société archéologique de Pontevedra et ont été déclarés par la suite Monument National.

L'église de San Bartolomé a été bâtie dans le style baroque italien entre les XVIIe siècle et XVIIIe siècle par les Jésuites. Les retables sont baroques et mettent en valeur les images de San Ignacio de Loyola, San Francisco Javier et San Francisco de Borja, ainsi que l'image de la Virgen de la O, patronne de la ville.

Appartient au style romano-gothique. La communauté des sœurs Clarisses s'est installée dans la ville au XIIIe siècle. L'église du couvent date du XIVe siècle et le couvent était très populaire parmi la population de la ville car c'était le lieu choisi par d'illustres familles pour la retraite de leurs filles célibataires.

Situé à l'intérieur du couvent des Sœurs de Sainte-Dorothée, Filles des Sacrés-Cœurs,Sœur Marie Lucie de Jésus et du Cœur Immaculé, la principale voyante des apparitions de Notre-Dame de Fatima, qui affirma avoir reçu ici l'apparition du Cœur Immaculé de Marie en compagnie de l'Enfant Jésus, y a résidé pendant quelque temps.

  • Chapelle des Âmes

Chapelle néo-gothique du XIXe siècle. C'est un petit sanctuaire dédié aux âmes situé dans la rue du même nom, à l'arrière du Casino Commercial et Industriel de Pontevedra. C'était la chapelle de l'ancien hôpital San Juan de Dios qu'on a démoli en 1896.

De style Renaissance-baroque, sur un site pittoresque. Cet ancien monastère bénédictin a une église (du XVIIIe siècle) dont la façade est flanquée de deux tours. Adossée à l'église se trouve l'une des galeries de l'ancien cloître Renaissance du XVIe siècle.

Autres monuments religieux de la ville:

  • Chapelle du Nazareno XIVe siècle
  • Couvent Saint-François (1800), style baroque.
  • Collège de la Compagnie de Jésus (baroque italien).
  • Chapelle Saint-Roch, style néoclassique.
  • Église des Placeres (1887), conçue par Alejandro Sesmero.
  • Monastère Saint-Jean de Poio.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Pontevedra fut un lieu de résidence privilégié de la noblesse et des puissantes familles galiciennes, coïncidant avec l'essor du trafic maritime et de la pêche aux XVe siècle et XVIe siècle. Peu de villes ont comme conséquence une telle richesse en armoiries en pierre sur les façades des palais urbains (pazos) et des maisons nobles et aucune ville galicienne n'a eu plus de placettes avec ces armoiries.

Rue Don Filiberto. Édifice civil du XVe siècle de style gothico-renaissance. Sur sa façade se détache le blason en pierre en forme de héron, qui symbolise la lignée des seigneurs de García-Camba et la décoration de boules en pierre sur la partie supérieure. Les arcs en ogive de style gothique tardif sur la façade sont particulièrement remarquables. Il est considéré comme le plus ancien bâtiment de la ville et est lié au commerce des vins de réserve du Ribeiro et de Lérez au XVe siècle et au pirate de Pontevedra Benito Soto Aboal.

  • Maison des Vaamonde

Maison noble de la Renaissance du XVIe siècle, située dans la rue Armargura de la vieille ville, appartenant à la famille Cadavid-García Caamaño. Elle a une façade avec un arc pinjante et un blason en pierre de la lignée de cette famille sur la partie supérieure. Elle possède également une fenêtre avec un arc en ogive sur la façade et une décoration de boules en pierre typique de la Renaissance.

  • Maison du Vieux Courrier

Sur la Place García de la Riega. C'est une maison de style gothique tardif, avec arc en plein cintre et alfiz et blason en pierre. Elle est liée à la lignée des Murga et des Ibaizabal.

  • Maison Rectorale

C'est un bâtiment de la Renaissance du XVIe siècle, situé sur la Plaza de Santa Maria en face de la Basilique et construit en même temps que celle-ci par un de ses architectes.

C'est un palais d'origine Renaissance du XVIe siècle et des ajouts baroques, qui était la résidence des comtes de Maceda. On remarque sa large façade néoclassique et sa tour crénelée et à l'intérieur, le majestueux escalier en pierre. Il est situé dans la vieille ville près du pont du Bourg. C'est actuellement un hôtel 4 étoiles du Réseau Espagnol des Paradores de turismo. Il y a des jardins dans lesquels se trouve le restaurant.

  • Palais des Gago et Montenegro

Sur la place Teucro est situé ce palais urbain construit au XVIe siècle, avec des améliorations et des réformes ultérieures. Il possède un magnifique blason en granit sur sa façade, qui occupe une grande partie de la façade et qui est une œuvre d'art baroque de premier ordre en Galice.

C'est le pazo des comtes de Fefiñáns. Situé sur la Plaza de Mugartegui ou Plaza de la Pedreira, cet édifice civil du XVIIIe siècle est l'un des meilleurs exemples d'architecture baroque urbaine en Galice. Il est actuellement le siège du Conseil régulateur de l'Appellation d'origine contrôlée Rías Baixas.

  • Palais de García Flórez

Rue Sarmiento. Avec le Pazo de Mugartegui, c'est l'un des meilleurs exemples de palais urbain du baroque galicien. Il a été construit à la fin du XVIIIe siècle. Il se distingue par son énorme blason en granit sur la façade nord du palais, qui était à l'origine polychrome. Les deux statues situées aux coins du toit représentent l'Espoir et la Force. Aujourd'hui, c'est l'un des sièges du Musée provincial de Pontevedra.

Palais García Florez, Musée de Pontevedra

Grand palais de l'art nouveau conçu par l'architecte Genaro de la Fuente à la fin du XIXe siècle. Le politicien et avocat Montero Ríos y a vécu. Il dispose d'un terrain de 54 hectares divisé en un jardin botanique et un bosquet avec près de 2 000 spécimens d'espèces différentes.

Sur le Cours Colón, il s'agit d'une maison de style néoclassique. Sa façade s'inspire de l'église de la Madeleine parisienne (fin du XIXe siècle).


Autres édifices remarquables:

XVIe siècle-XVIIIe siècle

  • Maison des Têtes, aux bustes Renaissance sur la façade, sur la Place de l'Étoile.
  • Palais de A Parda (1620), fondé par les frères Malvar, curés de la cathédrale de Saint-Jacques de Compostelle. Le palais a accueilli d'importantes réunions politiques au début du XXe siècle, lorsque son propriétaire, Gabino Bugallal Araújo, 2e comte de Bugallal et plusieurs fois ministre de la Couronne et président des Cortes espagnoles, en a fait sa résidence d'été.
  • Palais du Marquis d'Aranda, baroque, du XVIIIe siècle à la tour crénélée à l'angle de la place de Teucros.
  • Maison des Barbeito et Padrón, baroque aux bustes Renaissance sur la façade, du XVIIIe siècle, Rue Real.

XIXe siècle

Carte du centre historique de Pontevedra

XXe siècle

XXIe siècle

Autres monuments et lieux pittoresques

  • Pont médiéval du Bourg. Le pont qui donna le nom à la ville.
  • Ancien quartier des marins de "A Moureira". (architecture populaire), tout près de l'avenue Corbaceiras.
  • Pont des Tirantes (Pont des Sangles), pont à haubans, fin du XXe siècle
  • Pont des Courants, pont bowstring du XXIe siècle

Architecture militaire[modifier | modifier le code]

Monuments commémoratifs et statues[modifier | modifier le code]

  • Monument aux Héros de Puente Sampayo, sur la Place d'Espagne, début du XXe siècle. Il commémore la victoire des citoyens de Pontevedra contre l'invasion française au début du XIXe siècle en 1809. Oeuvre de Julio González Pola (1911)[175].
  • Le Fiel Contraste, derrière l'Hôtel de Ville, rue Alhóndiga. Cette statue représente le fonctionnaire médiéval qui vérifiait le poids et les mesures des marchandises vendues dans la ville au Moyen Âge. Oeuvre de Ramón Conde (2010).
  • Le perroquet Ravachol. Place de la Vierge Pèlerine. Cette statue représente le célèbre perroquet Ravachol de Pontevedra, mort lors du Carnaval de 1913. Oeuvre de José Luis Penado (2006).
  • Le monument à la Tertulia. Place de San José. Ce groupe statuaire représente le groupe d'intellectuels galiciens qui se réunissaient à Pontevedra au début du XXe siècle, lorsque Pontevedra était le centre intellectuel de la Galice. Oeuvre de César Lombera (2006).
  • Valle-Inclán. Place de Méndez Nuñez. Écrivain qui vécut à Pontevedra. Oeuvre de César Lombera (2003).
  • Teucros. Place de San José. L'archer grec, fondateur mythologique de la ville. Oeuvre de Cándido Pazos (2006).
  • Monument à la Paix et à la Liberté (1999). Place de la Liberté. Oeuvre de Marcos Juncal.
  • Fontaine des enfants. C'est le symbole de la ville des enfants. Elle se trouve sur la place Glorieta de Compostela et a été inaugurée en 2002.
  • Femme avec des poules. Rappelle la vente des poules dans la vieille ville jadis. Rue Sierra. Oeuvre de Cuqui Piñeiro (2009).
  • Femme de l'émigrant (1961), Monument au soldat (1986) et Monument à Alexandre Bóvreda (1986), oeuvres d'Alfonso Vilar Lamelas.

Places médiévales pittoresques[modifier | modifier le code]

Les places médiévales de la vieille ville de Pontevedra et celles de sa première expansion urbaine se distinguent comme de petites salles aux proportions régulières et géométriques. Beaucoup d'entre elles évoquent avec leurs noms commerciaux les activités qui y avaient lieu il y a des siècles : Plaza du bois de chauffage, des légumes, de la carrière à pierre, de la forge, du quai...

Place de la Herrería.
La place de la Forge est la place principale de la ville ; c'est la plus populaire en raison de la foule quotidienne. Avec des arcades dans deux de ses extrémités, avec les jardins de la Place de Orense et la fontaine de la Fuente de la Herrería au coin de l'église et du couvent Saint François. Elle est bordée de camélias typiques des Rias Bajas. Elle doit son nom aux forgerons qui, au XVe siècle, tempéraient dans les fours et les forges de ses arcades le fer pour les armes et les pavés que les Rois Catholiques avaient demandés de fabriquer et qu'on faisait en Espagne à Pontevedra et à Oviedo. C'était la place où se tenait la Feira Franca, accordée à la ville par le roi Henri IV. Deux des plus anciens cafés de la ville se trouvent sur la place : le café Savoy (aujourd'hui Restobar Savoy), un lieu de rencontres intellectuelles depuis 1936, et le Carabela, qui a ouvert dix ans plus tard, en 1946[176].

Plaza de la Peregrina.
Au cœur du centre piétonnier de Pontevedra, la place de la Vierge Pèlerine est le point de rencontre par excellence de la ville. Elle est présidée par l'église de la Vierge Pèlerine et était situé à l'extérieur des remparts, tout près de la porte Trabancas de l'ancienne muraille de Pontevedra. C'est là que se trouvait le pilori où les prisonniers étaient exécutés.

Place de Teucros.
Avec des dimensions géométriques parfaites et encadrée d'orangers, elle est entourée d'édifices nobles, le Palais Gago et Montenegro du XVIIIe siècle se détachant sur le côté nord, où il faut mettre en évidence le grand blason de 1716 sur la façade. Du côté est, surplombant la Rue Real, il y a une fontaine en pierre avec un bel éclairage nocturne.

Plaza de la Leña.
La Place du Bois de chauffage est la place galicienne typique la plus représentative et la plus pittoresque de la Galice. Avec un calvaire en son centre et des maisons populaires à arcades d'un côté et les demeures baroques du Musée de Pontevedra de l'autre. Elle doit son nom au bois de chauffage qui était vendu ici dans le passé pour chauffer les cuisines de Pontevedra.

Plaza de la Verdura.
De proportions régulières, sur la place des Légumes il y a des maisons avec des armoiries et une fontaine de forge du XIXe siècle. C'est là que se trouve la Maison de la Lumière, qui commémore le fait que Pontevedra a été la première ville galicienne à avoir l'électricité au XIXe siècle. Aujourd'hui c'est le siège de l'office du Tourisme de Pontevedra. La place est très animée, animation à laquelle contribue l'atmosphère des nombreuses tavernes et bars à tapas galiciens.

Praza da Pedreira.
La Plaza de la carrière à pierre est ainsi appelée en raison des activités de taille de pierre développées ici par les tailleurs de pierre pour les travaux et les constructions de la ville. Aussi appelée Plaza de Mugartegui, en raison du manoir baroque de Mugartegui en son centre.

Plaza de Méndez Núñez.
Au centre de la vieille ville, on remarque la maison du XVe siècle avec un blason en pierre (montrant les armoiries des Lemos, Taboada et Bugarín) de Cru et Monténégro, qui traverse la rue Don Gonzalo avec son arc pointu. En son centre se trouve une statue en bronze de Valle-Inclán, œuvre du sculpteur César Lombera. La sculpture se trouve sur cette place parce que c'était là que l'écrivain avait l'habitude de se rencontrer avec d'autres intellectuels quand il vivait à Pontevedra.

Plaza de Curros Enríquez.
Place triangulaire où on peut contempler le grenier à la française de la maison du côté nord et l'une des fontaines de forge du XIXe siècle.

Plaza del Muelle.
La place du Quai, c'est le nom donné aux docks du port médiéval de Pontevedra. De belles proportions, la fontaine en pierre en son centre et la maison des années 1930 du côté sud, appartenant aujourd'hui à l'école officielle des métreurs, sont remarquables.

Plaza de las Cinco Calles.
On l'appelle ainsi parce que c'est là que se rencontrent les deux parties de la rue Isabelle II et les rues Baron, Charino et San Nicolás. Bondée de bars à tapas. Il faut remarquer le calvaire en pierre de 1773, ornée à sa base d'une représentation très expressive de l'époque où Adam et Ève mangeaient le fruit défendu, et de la maison dans laquelle vivait l'écrivain Valle-Inclán.

Plaza de Santa María.
Sur la Place de Sainte Marie on trouve la basilique Sainte Marie en arrière-plan et une croix de pierre qui se trouvait à l'origine sur le pont du Bourg, l'hôtel des Mendoza et une fontaine en forge du XIXe siècle typique de la ville. Sous la place se trouve le Centre d'interprétation des tours archiépiscopales qui, jusqu'au XIXe siècle, se trouvaient sur le terrain actuellement occupé par l'hôtel particulier des Mendoza.

Plaza de España.
La grande place piétonne d'Espagne, est la zone de liaison entre la vieille ville et l'Alameda de Pontevedra et l'expansion de la ville officielle et administrative du XIXe siècle (Conseil provincial, préfécture, Lycée Valle-Inclán (art nouveau du début du XXe siècle) et l'hôtel de ville). Elle dispose de deux parkings souterrains.

Plaza de San José.
C'est sur la place Saint-Joseph que se trouve le Café Moderno et le monument à la Tertulia, un monument en bronze, officiellement appelé Cercle littéraire au Café Moderne, rappelant que Pontevedra a été le berceau des intellectuels galiciens au début du XXe siècle, il est formé par plusieurs intellectuels buvant du café. Au sommet de l'ancien édifice de la Caisse d'épargne provinciale de Pontevedra il y a une grande sculpture en bronze, haute de 6 mètres, du héros grec Teucros, fondateur mythique de la ville.

Ponts de la ville[modifier | modifier le code]

Pontevedra, en plus de son nom dérivé du mot pont, est par le nombre de ponts qui traversent la Ria de Pontevedra et le fleuve Lérez la grande ville galicienne des ponts par excellence. Les ponts qui traversent la ville sont les suivants :

  • Pont du Bourg (Puente del Burgo). C'est le pont qui a donné son nom à la ville. Ce sont les Romains qui l'ont construit pour traverser le Lérez, après avoir construit à Pontevedra le manoir Turoqua sur la voie romaine Via XIX. Au XIIe siècle, il a été rénové et modifié par la suite. Il fait partie du Chemin de pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle et est composé de onze arches de plein cintre, où la coquille Saint-Jacques, symbole des pèlerins, est sculptée sur la pierre.
  • Pont de la Barque (Puente de la Barca). Déjà en 1197, les moines bénédictins géraient un service de bateaux pour permettre le passage entre les deux rives de la Ria de Pontevedra entre Pontevedra et la commune voisine de Poio, avec laquelle Pontevedra forme désormais un continuum urbain. Le nom nous rappelle le service de bateau qu'il a remplacé. Il a d'abord été inauguré en bois en 1871. Pour permettre aux bateaux de passer en toute sécurité, il fallait un pont plus haut, inauguré en 1905 avec des structures métalliques (qui ont été remplacées par la suite par du béton armé en raison de la salinité de l'eau de mer) et des culées de maçonnerie. Les culées ont été modifiées pour permettre le passage de l'autoroute AP-9 et l'élargissement à quatre voies de l'avenue de Corbaceiras. À la fin du XXe siècle, des auvents ont été ajoutés pour protéger les piétons de la pluie et du vent.
Pont de la Barque et Ria de Pontevedra
  • Puente de Santiago (Pont Saint-Jacques). Le pont de style architectural le plus impersonnel de la ville a été conçu pour décongestionner le pont du Burgo de la circulation sur la N-550. Il a tout de suite aidé à l'expansion de la ville sur l'autre rive du fleuve. Le pont est composé de deux tabliers en béton armé supportés par quatre piliers dont les fondations sont au milieu du lit de la ria. Il dispose de quatre voies pour la circulation des véhicules et de deux trottoirs pour piétons. Il a été inauguré et mis en service le 10 septembre 1983.
Pont des Tirantes, pont à haubans sur le fleuve Lérez
  • Pont des Tirantes (Pont des Sangles). Inauguré en 1995, il se compose d'une tour de 63 mètres de haut à partir de laquelle le pont est fixé au moyen de câbles, et de deux autres rangées de câbles de compensation qui se terminent par deux ronds-points. Par temps venteux, ses câbles font un bruit singulier sur le fleuve Lérez. C'est l'un des ponts les plus remarquables de Galice et d'Espagne.
  • Pont des Courants (Puente de las Corrientes). Il s'agit d'un pont bow-string ou en arc à haubans qui traverse le fleuve Lérez - Ria de Pontevedra situé tout près du port de plaisance de Pontevedra. Il a été inauguré le 28 juin 2012. Il se compose de deux arcs métalliques, d'où sortent 17 câbles pour soutenir le tablier. Aux deux extrémités, il y a deux tubes en méthacrylate qui relient les deux rives, et à l'intérieur, il y a une zone piétonne et une piste cyclable.
  • Pont de Monteporreiro. Inauguré fin 2011, il a permis de décongestionner la partie Est de la ville. Il relie le quartier de Monteporreiro, où se trouve l'UNED (Université nationale d'enseignement à distance) avec le monastère de Lérez et cette paroisse civile de Pontevedra et la partie nord de la ville. Il dispose d'une piste cyclable et repose sur deux ensembles de piliers en V, qui n'affectent pas le lit de la rivière Lérez, déclarée d'intérêt communautaire.
  • Passerelle haubanée de l'île des Sculptures. Cette passerelle piétonne à haubans a été inaugurée en même temps que le réaménagement du parc de l'île des Sculptures en 1999. Elle relie les rives piétonnes du Lérez à l'île des Sculptures. Elle se distingue par son tablier antidérapant courbe.
  • Pont de la Ria. Le pont autoroutier de l'AP-9, qui relie gratuitement les sections de Pontevedra-Nord et Pontevedra-Sud, sert de périphérique autour de la ville. La construction a commencé en décembre 1989 et a été inaugurée en mars 1992 avec le tronçon de l'autoroute de l'Atlantique Pontevedra-Nord-Pontevedra-Sud. Son support central en forme de V au milieu de la ria de Pontevedra est remarquable.

Art rupestre[modifier | modifier le code]

L'aire urbaine de Pontevedra est l'endroit où l'on trouve la plus forte concentration des pétroglyphes, des empreintes préhistoriques uniques, un art rupestre que les spécialistes et les historiens décrivent comme la seule contribution exclusive des Galiciens à l'art universel. Les plus importants sont ceux du parc Archéologique de Campo Lameiro, les pétroglyphes de Mogor (Marín) et ceux du site archéologique de A Caeira ou du site archéologique de Tourón à Ponte Caldelas entre autres[177].

Pétroglyphe à Campo Lameiro

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Musées et centres culturels[modifier | modifier le code]

La ville est le siège du musée de Pontevedra[178], l'un des 3 meilleurs musées provinciaux d'Espagne. Il est constitué de six bâtiments :

  • Le Palais Castro Monteagudo.
  • Le Palais García Florez.
  • La maison Fernández López.
  • L'ancien collège baroque de la Compagnie, collège des Jésuites, (aujourd'hui appelé Sarmiento).
  • Les ruines du couvent Saint-Dominique (musée d'archéologie).
  • Le sixième bâtiment, grand édifice d'architecture moderne de cinq étages inauguré en 2013.

En plus en 2010 les autorités ont inauguré le Centre d'Interprétation des Tours Archiépiscopales (CITA)[179]: musée souterrain, au-dessous de l'avenue Sainte-Marie; on y trouve les vestiges des anciennes Tours Archiépiscopales. La ville compte aussi un moderne Palais des Congrès et Auditorium à côté du Pont à haubans.

Théâtres et salles de spectacle[modifier | modifier le code]

La ville possède le Théâtre Principal de Pontevedra avec 434 places dans la vieille ville, le théâtre le plus ancien de la ville. Il y a aussi l'Auditorium du Palais des Congrès de Pontevedra avec 772 places, où sont jouées des pièces de théâtre et où il y a des concerts de musique. Elle dispose également de l'auditorium de Afundación près du quartier de Campolongo avec plus de 800 places [180] et de salles de concert comme la Salle Karma ou de salles de musique et culture alternative comme le Liceo Mutante.

Lieux d'expositions[modifier | modifier le code]

La ville possède le Palais des Congrès de Pontevedra sur les rives du fleuve Lérez et le Centre d'Expositions où de nombreuses foires et expositions comme Culturgal ou Pont Up Store ont lieu tout au long de l'année.

Bibliothèques et centres de recherche[modifier | modifier le code]

La ville abrite la Bibliothèque publique de l'État et d'autres bibliothèques telles que celle du Musée de Pontevedra, qui est principalement dédiée aux chercheurs, et des bibliothèques universitaires comme la Bibliothèque centrale du campus et la Bibliothèque de l'UNED.

Cinémas[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un cinéma multiplexe avec 8 salles de cinéma dans le centre commercial Vialia, à côté de la gare.

Casino[modifier | modifier le code]

Le principal casino de la région est situé sur l'île de La Toja, à 30 kilomètres au nord de la ville, dans la commune de O Grove.

Films et séries[modifier | modifier le code]

Plusieurs films ou séries ont été tournés à Pontevedra. Parmi eux, on peut noter [181] :

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Parcs et espaces verts[modifier | modifier le code]

Pontevedra est une ville durable ou verte. La ville est, avec Saint-Jacques-de-Compostelle, l'une des deux grandes villes galiciennes ayant le plus de parcs et d'espaces verts par habitant[185].

  • Parc de l'Alameda de l'architecte Sesmero. Entouré de beaux édifices administratifs du XIXe siècle le parc a été conçu par l'architecte Alejandro Rodríguez Sesmero au XIXe siècle. De forme allongée, il y a un kiosque à musique et sur son mur inférieur ouest se trouvent des carreaux en faïence du peintre Carlos Sobrino. Son entrée ouest est flanquée de deux colonnes en pierre de 6 mètres de haut couronnées par l'effigie de deux lions en pierre avec les armoiries de la ville.
Alameda du XIXe siècle
  • Parc des Palmiers. Comprend les jardins de Vincenti. Au centre-ville, l'allée centrale est flanquée de grands palmiers des Canaries qui lui donnent son nom. Cette allée se prolonge dans la rue piétonne Gutiérrez Mellado, également avec des palmiers du Mexique. Le parc des Palmiers possède un étang en pierre entre sa promenade centrale et ladite rue et de multiples jardins ornés de statues telles que celle de Christophe Colomb. C'est le parc le plus populaire du centre-ville.
  • Parc de Barcelos. Au centre-ville, tout près des principales rues piétonnes et commerciales, il dispose d'une aire de jeux pour enfants. Une grande sculpture d'un arbre en fer, le Monument à l'arbre rappelle les nombreux platanes qui le peuplaient avant la construction du grand parking souterrain qui occupe presque toute sa longueur.
  • Parc Rosalía de Castro. De l'autre côté du Pont de Santiago et du Pont des Tirantes se trouve le Parc Rosalía de Castro, situé devant le grand bâtiment du Parc des expositions de Pontevedra, conçu par l'architecte Manuel de las Casas.
  • Parc de l'Île des Sculptures. C'est le plus important parc urbain de la ville, de 70.000 m2, situé sur une île du Lérez, à proximité du campus, du Palais des Congrès de Pontevedra et du Pont des Tirantes. Ici se trouvent des sculptures en granit de célèbres artistes contemporains espagnols et internationaux. Il est relié au campus par trois passerelles intérieures en bois et à l'avenue Buenos Aires par une passerelle piétonne à haubans. Ce parc de 7 hectares est l'endroit préféré des habitants de Pontevedra pour faire du sport, se promener ou pique-niquer. Sur l'île, de nombreux chemins mènent aux sculptures du Parc. Le parc de l'île abrite douze sculptures en granit du Land Art international dans lesquelles l'art réfléchit sur la relation de l'homme avec son environnement. Les sculptures contemporaines en granit qu'on y trouve sont : "Ciel raccourci" de Giovanni Anselmo - "Les 36 justes" de Fernando Casás - "S/T". Maison" de José Pedro Croft - "Pyramide" de Dan Graham - "Petrarque" d'Ian Hamilton Finlay - "S/T. Bancs en granit" de Jenny Holzer - "Saavedra" de Francisco Leiro - "Ligne de Pontevedra" de Richard Long - "Labyrinthe de Pontevedra" de Robert Morris - "Folie" ou "Petit paradis pour Pontevedra" d'Anne et Patrick Poirier - "S/T" ou "Stèle" de Ulrich Rückriem - "Xaminorio xunquemen abayes" d'Enrique Velasco.
  • Parc des Marismas d'Alba. Grand parc naturel qui comprend des allées pour s'y promener ou faire du vélo. L'entrée se trouve à côté du Pont bow-string des Courants sur la rive nord. C'est un grand parc naturel d'environ 80 hectares dans sa totalité qui abrite dans sa zone humide plus de 120 espèces d'oiseaux et 160 espèces végétales différentes. Il y a plusieurs sentiers pour les randonneurs et les cyclistes et, à l'arrière-plan à gauche, un observatoire d'oiseaux. La Xunqueira de Alba est située dans le dernière partie de la rivière Rons, tout près de son embouchure dans le fleuve Lérez et la Ria; c'est un refuge pour de nombreuses espèces, y compris les oiseaux migrateurs. Il y a également un secteur dédié à l'utilisation publique, avec des sentiers et des points de vue. Le parc a été déclaré la première Zone Naturelle d'Intérêt Local (ENIL) de Galice pour protéger sa flore et sa faune.
  • Parc de Campolongo. Au centre de la ville, dans le quartier de Campolongo, se trouve ce grand parc, avec des promenades, des aires de jeux pour enfants et un étang. Ici se trouve un ancien grenier galicien sur des piliers typique de la Galice.
  • Parc de la rivière Gafos. Ce parc longe cette petite rivière qui traverse une partie de la ville. C'est un parc linéaire à côté de la rivière dans sa partie urbaine jusqu'à son embouchure près du quai du port de Corbaceiras. Il y a des sentiers pour les randonneurs qui sont également adaptés aux promenades à bicyclette.
  • Parc de Valdecorvos. Espace naturel dans le nouveau quartier de Valdecorvos, dans l'est de la ville. Il y a des sentiers, des passerelles en bois sur le lit d'un ruisseau.
Bord de mer de la ville
  • Bord de mer-Rives du Lérez. C'est un lieu de promenade de plusieurs kilomètres autour du fleuve Lérez et de la Ria de Pontevedra. Il est divisé en plusieurs sections appelées Paseo de la avenue de Marín, d'où l'on peut voir s'ouvrir la Ria de Pontevedra et l'île de Tambo (surtout de son petit belvédère), Paseo d'Orillamar ou Corbaceiras et Paseo du Lérez. Le Paseo de Marín, le Paseo du Lérez et l'autre côté de la Ria entre les ponts du Burgo et des Courants ont des pistes cyclables, tandis que dans les autres parties de la promenade les cyclistes coexistent avec les piétons.
  • Parc de Monte Porreiro. Ce parc est situé dans l'ouest du quartier de Monte Porreiro. Il se compose de sentiers, d'un verger urbain et d'une allée centrale bordée d'arbres qui permet d'accéder au belvédère de Monteporreiro, avec vue sur le fleuve Lérez et une partie de la ville de Pontevedra. Il dispose également d'un terrain de jeux pour les enfants et d'un minigolf.
  • Parc de Lourizán. Dans le quartier de Lourizán se trouve l'un des plus importants arboretums et parcs botaniques de Galice. Il comprend plusieurs sentiers pédestres, des fontaines ornementales et une grande variété de plantes et d'arbres. Dans le parc se trouve le Pazo de Lourizán, un important palais du XIXe siècle de l'architecte Genaro de La Fuente. Il est situé à trois kilomètres du centre-ville, sur la rive gauche de la Ria de Pontevedra, en direction de Marín.
  • Parc forestier de Pontillón de Castro. Situé dans la paroisse civile de Verducido, autour du réservoir de Pontillón de Castro. Il offre 3,5 km de sentiers pour la marche, le vélo et l'accès aux fauteuils roulants autour du barrage par un chemin entouré d'arbres qui monte jusqu'à la montagne O Castro. Dans le coin, il y a un mur d'escalade et une importante piste de compétition de canoë-kayak.
  • Parc forestier A Tomba. Il s'agit d'un parc forestier périurbain situé à 4 kilomètres du centre-ville, dans la paroisse civile de Campañó. Il dispose de 62 hectares et de 17 kilomètres de sentiers. Il compte 22 hectares de bois, 20 hectares d'arbres feuillus (châtaigniers et chênes), 3 hectares d'oliviers et 15 hectares de forêt mixte. Dans la partie supérieure, il a un point de vue panoramique sur Pontevedra[186].

Plages[modifier | modifier le code]

La commune compte trois plages: La plage du Lérez, la plage de Placeres et la plage de Fontaíña. La plage du Lérez est en face du parc de l'île des Sculptures.

Plage de Placeres

Dans les communes voisines à quelques kilomètres, il y a de nombreuses plages au pavillon bleu, sur les deux rives de la Ria de Pontevedra. Sur la rive sud on trouve les plages de Portocelo, Mogor ou Aguete, ainsi que Lapamán. Sur la rive nord, Cabeceira est la plus proche, à trois kilomètres du centre-ville, et un peu plus loin se trouvent les magnifiques plages de Raxó, Areas, Canelas, Montalvo, Pragueira et surtout la célèbre La Lanzada, pas loin de l'île de La Toja et de ses hôtels de luxe et son casino.

Gastronomie et vins[modifier | modifier le code]

La mer fournit d'excellents fruits de mer et des poissons qui sont rois à Pontevedra et qui font la réputation de sa région partout en Espagne. Le poulpe à la galicienne, bouilli et servi dans l'huile d'olive avec du paprika, est l'un des plats les plus célèbres, ainsi que les palourdes marinières. Les coquilles Saint-Jacques, les coques, les moules, les pouce-pieds, les huîtres et d'autres coquillages comme les palourdes, les pétoncles, les couteaux et les bigorneaux et des fruits de mer comme les homards, les araignées de mer, les tourteaux, les langoustes et les langoustines sont omniprésents dans la cuisine pontevedrienne. Quant aux poissons, le plat le plus typique est la caldeirada.

Le poulpe peut être dégusté dans les restaurants de la vieille ville

La tourte galicienne appelée empanada (de grands chaussons fourrés au thon, à la morue...) est servie dans tous les restaurants de la ville, étant l'une des plus typiques l'empanada aux pétoncles, mais aussi celle ayant une farce à la morue et aux raisin secs (très souvent avec des fines tranches d'oeuf dur), au thon, aux coques, aux sardines (xoubas) ou au porc. Les empanadillas aussi farcies, sont de petites empanadas. Le lacón con grelos à base de lard, de chorizo et de fanes de navets (grelos) et le caldo gallego sont les plats par exellence en hiver. Les petits poivrons de Padrón (selon le dicton, les uns piquent en bouche, les autres pas) sont servis avec un peu d’huile et du gros sel. Le raxo correspond à des morceaux de viande d'échine de porc cuits à l'étouffée avec des oignons ou du poivron rouge.

En matière de pâtisserie, la ville est réputée pour son grand nombre de pâtisseries et de boulangeries.[187] Les desserts les plus importantes sont les crêpes, appelés filloas et le lait frit. Dans la ville on peut trouver des pâtisseries typiques comme les choux à la crème, les choux à la crème Chantilly, les choux à la meringue, les mille-feuilles à la meringue, les churros, les gâteaux roulés, les éclairs, les palmiers, les melindres, les croissants, les profiteroles ou les cañas. À Noël la bûche de Noël et le gâteau des rois et pendant le carnaval les crêpes et les oreillettes ou bougnettes.

Le vin le plus important à Pontevedra est l'Albariño, cépage blanc des Rias Baixas, dont Pontevedra est le centre géographique. Le vin Albariño se distingue par sa personnalité: arômes à herbes et fleurs intenses. En bouche il est très fruité et acide. C'est un vin très apprécié hors de Pontevedra car il s'exporte à 85%. L'albariño est inscrit sous l'appellation d'origine contrôlée (AOC) Rias Baixas. La ville est le siège du Conseil Régulateur du vin Rias Baixas. Quant aux spiritueux, les plus célèbres sont la Queimada et la liqueur de café.

Marché central de Pontevedra

La ville compte de nombreux et divers restaurants servant une cuisine traditionnelle espagnole, méditerranéenne et galicienne, ainsi que des restaurants italiens, français (crêperies), mexicains, arabes et marocains,[188] indiens,[189] turcs, chinois, japonais, brésiliens, restaurants de fruits de mer, de poissons, de poulpe et de colin (merluzateca)[190], bars à tapas et restaurants de grillades, végétariens et de restauration rapide. La ville dispose également d'un grand espace gastronomique au dernier étage du marché central municipal rue Sierra inauguré en août 2019[191].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Blason de Pontevedra

Le blason de la ville, qui est à la base des armoiries de la province de Pontevedra, représente le caractère maritime de la ville qui se reflète dans la conjonction des eaux de la ria de Pontevedra et du fleuve Lérez, ainsi que son caractère monumental, dans le pont qui lui a donné son nom, dans le calvaire en granit au centre du pont (aujourd'hui déplacée aux environs de la basilique Sainte-Marie Majeure) et dans la tour qui existait pour défendre l'entrée de la ville, qui a disparu lors de diverses invasions maritimes.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il est formé par un diabolo bleu, le reste du drapeau est blanc et au milieu il porte le blason de la ville. Le drapeau peut être vu sur tous les bâtiments appartenant à l'administration municipale de la ville.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Capitales de Provincia de España Población a 1 de enero de 2018 », Boletín Oficial del Estado
  2. (es) Serxio Barral, « Pontevedra registra oficialmente la marca turística «capital de las Rías Baixas» », La Voz de Galicia,‎ (lire en ligne).
  3. [1]
  4. « Pontevedra, la ville où le piéton est roi », L'Express (consulté le 22 septembre 2018)
  5. « Le doux mirage des villes sans voiture », Les Échos (consulté le 5 novembre 2019)
  6. « Pontevedra en Galice. La ville où le piéton est roi... », Le Télégramme (consulté le 16 décembre 2014)
  7. « Espagne : La ville de Pontevedra laisse la priorité aux piétons », Euronews (consulté le 8 août 2019)
  8. (es) « Por qué todas las ciudades miran a Pontevedra », El Diario (consulté le 13 janvier 2016)
  9. (it) « Alla scoperta di Pontevedra, la città senza auto », La Repubblica (consulté le 29 janvier 2019)
  10. (en) « Pontevedra and air pollution », Financial Times (consulté le 10 mars 2020)
  11. « Une ville sans voitures: Pontevedra », France 2 (consulté le 5 septembre 2015)
  12. (es) « Diez ciudades que saben cómo cuidar a los peatones », Economía Digital (consulté le 13 octobre 2018)
  13. (it) « Da 15 anni senz'auto, è in Spagna il paradiso dei pedoni », La Repubblica (consulté le 15 janvier 2016)
  14. « Surprenante Galice », Journal de Montréal (consulté le 2 octobre 2015)
  15. (es) « 'National Geographic' se fija en esta ciudad española y elogia su "resurgir" », Huffington Post (consulté le 12 septembre 2019)
  16. (es) « El resurgir de Pontevedra », National Geographic (consulté le 6 septembre 2019)
  17. « Sète : l'Agglo en visite à Pontevedra, la ville où les piétons sont rois », Le Midi Libre (consulté le 10 septembre 2017)
  18. « Dans cette ville espagnole, les voitures ont peu à peu été bannies depuis 20 ans ! », Europe 1 (consulté le 24 mai 2019)
  19. (es) « Pontevedra, la ciudad de la peatonalización sin fin », Journal ABC (consulté le 2 décembre 2019)
  20. (es) « Pontevedra, el modelo urbano para las ciudades que miran a la infancia », Journal El País (consulté le 18 mai 2018)
  21. (es) « El foro de Salzburgo sitúa a Lores entre las «personas que forman un mundo mejor» », Journal La Voz de Galicia (consulté le 21 octobre 2019)
  22. (es) « Pontevedra, la ciudad de Europa más cómoda para vivir según la ONU », Journal espagnol ABC (consulté le 25 novembre 2014)
  23. (es) « El concello de Pontevedra gana el premio ONU-Habitat », Journal La Voz de Galicia (consulté le 25 novembre 2014)
  24. (es) « Así se vive en Pontevedra, referente para Europa », Journal généraliste espagnol ABC (consulté le 2 décembre 2014)
  25. (en) « 2015 Winners City of Pontevedra », Center for Active Design (consulté le 5 mai 2015)
  26. (en) « 1st EU Urban Road Safety Award », European Mobility Week (consulté le 18 mai 2020)
  27. (es) « Pontevedra gana el premio de Seguridad Vial Urbana de la Comisión Europea », Journal La Voz de Galicia (consulté le 18 mai 2020)
  28. (es) « Pontevedra gana su séptimo premio internacional por su seguridad vial », Diario de Pontevedra (consulté le 18 mai 2020)
  29. (es) « Pontevedra: premio europeo de Seguridad Vial Urbana », DGT Ministerio del Interior (consulté le 22 mai 2020)
  30. (en) « How to ban cars downtown: Pontevedra », Mike looks at the map (consulté le 18 décembre 2018)
  31. (es) « Una tesis de la London School of Economics analiza el modelo de ciudad de Pontevedra », La Voz de Galicia (consulté le 30 juin 2019)
  32. (es) « La Universidad de Salzburgo incluye a Pontevedra en un estudio sobre calidad de vida », Journal La Voz de Galicia (consulté en 15 noviembre 2015)
  33. (en) « 'For me, this is paradise': life in the Spanish city that banned cars », Journal The Guardian (consulté le 18 septembre 2018)
  34. (en) « The City that Banned Cars is Now Described as 'Paradise' », b60 (consulté le 19 septembre 2018)
  35. (es) « Pontevedra está de moda: la ciudad es elegida "paraíso para vivir" por el diario 'The Guardian' », La Sexta (consulté le 19 septembre 2018)
  36. (es) « El diario británico The Guardian habla de Pontevedra como un paraíso », La Vanguardia (consulté le 20 septembre 2018)
  37. (es) « El británico «The Guardian» alaba «la vida en la ciudad española que prohibió los coches» », Diario ABC (consulté le 19 septembre 2018)
  38. [2]
  39. (es) « Área Metropolitana de Pontevedra », Xunta de Galicia
  40. « Lisbonne veut bannir les voitures de son centre-ville », Mag Ville Intelligente (consulté le 24 février 2020)
  41. (es) « Vuelan a Oporto pero vienen a la provincia », La Voz de Galicia (consulté le 26 janvier 2020)
  42. (es) « El albergue Virxe Peregrina estrena cara después de cuatro años », Diario de Pontevedra (consulté le 28 août 2020)
  43. « Ria de Pontevedra », Junte de Galice (consulté le 15 septembre 2016)
  44. (es) « Pontevedra, bonne ville... », Pontevedra Viva (consulté le 8 janvier 2016)
  45. (es) « Pontevedra: la ciudad en la que los niños se zamparon los coches », El País (consulté le 19 mai 2019)
  46. [3]
  47. (es) « Parador de Pontevedra », Paradores de España
  48. (es) « Cifras de oro para el parador de Pontevedra », La Voz de Galicia (consulté le 8 décembre 2018)
  49. « Pontevedra, modèle de ville, modèle de mobilité », Mairie de Pontevedra (consulté le 10 février 2014)
  50. (it) « Bambini, ecco le città dove vivono meglio. Gli esperti: «Non bastano parchi gioco e gelaterie» », Il corriere della Sera
  51. (es) « Pontevedra para niños, en cuatro ideas de Tonucci », La Voz de Galicia
  52. (es) « Subdelegación del Gobierno en Pontevedra », Ministerio de Política Territorial y Función Pública
  53. (es) « Un país mágico: Pontevedra », RTVE
  54. (gl) « Desmontando Pontevedra », TVG - Televisión de Galicia (consulté le 16 mars 2020)
  55. aemet.es, Atlas climático ibérico.
  56. (es) « Pontevedra, idónea para circular en bicicleta », sur https://www.lavozdegalicia.es/, (consulté le 7 juin 2016)
  57. [4]
  58. [5]
  59. (es) « La Moureira », sur Pontevedra Viva/, (consulté le 29 décembre 2017)
  60. (es) « Campolongo reivindica su identidad », (consulté le 4 mars 2012)
  61. « Miguel Anxo Fernandez, le thérapeute de la ville », In Movement (consulté le 11 janvier 2019)
  62. (es) « Pontevedra, donde peatonalizar sí fue la solución », La Nueva Crónica (consulté le 24 mai 2020)
  63. « Ecologie : les propositions (réalistes) de lycéens pour faire d'Issoire une ville durable », sur https://www.lamontagne.fr/, (consulté le 22 avril 2019)
  64. (es) « La ONU confirma a Pontevedra como referencia mundial en sostenibilidad urbana », sur https://www.lavozdegalicia.es, (consulté le 26 novembre 2019)
  65. (es) « Pontevedra, Málaga y Noáin: tres ejemplos de ciudades que luchan contra el cambio climático », sur https://www.vozpopuli.com/, (consulté le 7 décembre 2019)
  66. (es) « Pontevedra, la ciudad con más calidad de vida de Galicia », sur Faro, (consulté le 6 juin 2006)
  67. « A Pontevedra, on marche et c’est bon pour tout le monde! », Eco-quartiers (consulté le 6 juillet 2015)
  68. « Des centres-villes sans voitures ? », sur http://www.leparisien.fr//, (consulté le 1er avril 2019)
  69. [6]
  70. « En Espagne, la « révolution piétonne » réussie de Pontevedra », sur lemonde.fr/, (consulté le 11 décembre 2018)
  71. « Pontevedra, l’exemple d’une ville sans voitures », sur https://leshorizons.net/, (consulté le 21 mars 2019)
  72. « Pontevedra, la ville qui a redonné l’espace public aux piétons », sur https://plus.lesoir.be//, (consulté le 10 octobre 2018)
  73. « A Pontevedra, en Espagne, la ville appartient aux piétons! », sur https://www.femmeactuelle.fr/, (consulté le 16 mars 2016)
  74. « Saint-Brieuc. Et si le piéton devenait le roi de la ville… », sur https://www.ouest-france.fr, (consulté le 2 janvier 2019)
  75. « Doit-on piétonniser les centres-villes ? », (consulté le 11 mai 2017)
  76. « Quels exemples de Smart City en France ? », (consulté le 18 novembre 2019)
  77. « Villes intelligentes, villes vulnérables », (consulté le 14 novembre 2019)
  78. « [ESPAGNE] Pontevedra, la ville où les piétons ont pris le pouvoir », (consulté le 13 novembre 2019)
  79. « Est-ce qu'une ville espagnole est sans voiture depuis 19 ans ? », sur liberation.fr/, (consulté le 23 novembre 2018)
  80. « En Espagne, des enfants heureux d'aller seuls à l'école », sur https://www.ladepeche.fr/, (consulté le 8 janvier 2017)
  81. « En Espagne, des enfants heureux d'aller seuls à l'école », sur https://www.lepoint.fr/, (consulté le 2 janvier 2017)
  82. « Une ville sans voiture, ou presque, c’est possible », sur https://www.villeintelligente-mag.fr/, (consulté le 5 novembre 2018)
  83. « Dans cette ville espagnole, la voiture est interdite depuis 20 ans », sur https://detours.canal.fr, (consulté le 13 novembre 2018)
  84. « Pontevedra: la ville 30 où le piéton est roi », sur Rue de l'avenir Suisse, (consulté le 30 avril 2020)
  85. (es) « Pontevedra, ciudad 'zona 30' », sur https://www.elmundo.es/, (consulté le 24 juin 2010)
  86. (es) « Pontevedra limita a 10 km/h la velocidad en las calles del centro », sur https://www.elmundo.es/, (consulté le 28 octobre 2019)
  87. « Metrominuto lillois », sur https://www.participez.lille.fr/, (consulté le 21 juillet 2018)
  88. « Quand le transport se réinvente », sur https://www.la-croix.com//, (consulté le 20 septembre 2019)
  89. (es) « El Metrominuto conquista Europa », sur https://www.lavozdegalicia.es/, (consulté le 2 février 2014)
  90. (ru) « Белгород: Metrominuto », Gre-kow Live Journal (consulté le 17 octobre 2015)
  91. « Pontevedra (Espagne) : ville étendard du « réseau des villes qui marchent » depuis 1999 », Newstank (consulté le 22 février 2019)
  92. « Piétonnisation des centres-villes : un modèle à suivre ? », Envies de ville (consulté le 5 juillet 2019)
  93. « Copenhague, cité européenne, exemple de ville intelligente et durable », Mag Villes Intelligentes (consulté le 22 janvier 2020)
  94. (es) « París se fija en Pontevedra para humanizar sus barrios », Journal La Voz de Galicia (consulté le 30 novembre 2018)
  95. « Comme Paris, ces rares villes d'Europe qui veulent bannir les voitures », Le Parisien (consulté le 12 octobre 2017)
  96. (ko) « Pontevedra in South Korea », sur https:mbc, (consulté le 29 décembre 2016)
  97. (ko) « Pontevedra South Korea MBC News », sur https:mbc, (consulté le 8 décembre 2016)
  98. (en) « A city with no cars », sur https://7news.com.au/, (consulté le 26 décembre 2018).
  99. (de) « Ein Paradies für Fußgänger », sur https://www.daserste.de/, (consulté le 15 avril 2019)
  100. (de) « Pontevedra - Paradies für Fußgänger », sur https://www.ndr.de/, (consulté le 18 avril 2019)
  101. « Espagne: Pontevedra la ville où le piéton est roi », sur francetvinfo.fr, .
  102. « Espagne: Pontevedra la seule ville au monde sans voiture », sur francetvinfo.fr,
  103. « Espagne: Pontevedra une ville sans voiture », sur francetvinfo.fr, .
  104. « Pontevedra première ville sans voiture au monde », sur TF1.fr, (consulté le 13 janvier 2016).
  105. « Pontevedra la ville sans voitures », sur rts.ch, (consulté le 3 octobre 2018).
  106. « Marcheurs urbains », sur rts.ch, (consulté le 26 juillet 2017).
  107. « Le maire espagnol qui a « domestiqué » les voitures dans son centre-ville », sur https://ici.radio-canada.ca/, (consulté le 12 janvier 2019)
  108. (gl) « O 'Efecto PO2' pontevedrés recibe o recoñecemento de Suiza e Polonia », Diario de Pontevedra, (consulté le 9 juin 2020)
  109. (de) « Die Fussgängerstadt-eine Vision? », Fuss Verkehr, (consulté le 9 juin 2020)
  110. « Lutte contre la pollution : Pontevedra interdit les voitures dans son centre-ville », TF1, (consulté le 9 juin 2020)
  111. [7]
  112. « En Galice, face à l’Atlantique: Vigo et Pontevedra, cités rivales », sur https://www.routard.com/, (consulté le 20 avril 2013)
  113. « Pontevedra », sur https://www.humanite.fr/, (consulté le 28 février 2015)
  114. [8]
  115. (es) « La DGT otorga a Pontevedra el premio Movilidad segura », sur www.lavozdegalicia.es, (consulté le 1er avril 2019)
  116. (en) « Spain’s Happy Little Carless City », sur https://reasonstobecheerful.world/, (consulté le 25 novembre 2019)
  117. (en) « How a city in Spain got rid of its cars », sur citiscope.org, (consulté le 22 juin 2019)
  118. (es) « Pontevedra y sus ocho gemelas extranjeras que apenas conoce », Journal Diario de Pontevedra,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2014)
  119. INEbase. Variaciones intercensales. Alteraciones de los municipios en los censos de población desde 1842. En línea: http://www.ine.es/intercensal/ Consultado 30-06-2011. Cuando se dispone del dato de población de hecho y de derecho se ha tomado la cifra más alta.
  120. (es) B.M., « Longevos en una ciudad que crece » [« Longévité dans une ville en croissance »], Lien,‎ (ISSN 1131-8163, lire en ligne)
  121. (es) M.B., « Pontevedra ganó más población que ninguna urbe gallega desde 2007 » [« Pontevedra a gagné plus d'habitants que toute autre ville galicienne depuis 2007 »], Lien,‎ (lire en ligne)
  122. Université Nationale d'Éducation à Distance de Pontevedra
  123. (es) « O Garaxe Hermético », Escuela Profesional de Cómic e Ilustración de Galicia (consulté le 10 août 2014)
  124. (es) « Planes inmejorables de ocio para marzo y abril que NO son en Madrid ni en Barcelona », Vogue (consulté le 25 février 2020)
  125. (es) « «Vogue» y «Financial Times» también se fijan en Pontevedra », La Voz de Galicia (consulté le 12 mars 2020)
  126. (es) « Cantos na Maré presenta 15 conciertos », La Voz de Galicia (consulté le 11 septembre 2019)
  127. (gl) « Cantos na Maré », cantos na maré (consulté le 11 septembre 2019)
  128. (en) «17 beautiful photos of Holy Week around the world», The Washington Post
  129. (es) « Hospital Quirónsalud Miguel Domínguez Pontevedra », Quironsalud (consulté le 5 juin 2016)
  130. (es) « El Grupo Quirón compra el Hospital Miguel Domínguez », La Voz de Galicia (consulté le 19 octobre 2015)
  131. (es) « Grupo Vithas abre en la ciudad un centro médico con 22 especialidades », Diario de Pontevedra (consulté le 5 juin 2020)
  132. (es) « Licitada la primera fase del Gran Montecelo, cuyas obras durarán un máximo de 3,5 años », La Voz de Galicia (consulté le 5 mai 2020)
  133. (es) « La ampliación de Montecelo duplicará las Urgencias y dotará al área de radioterapia y UCI pediátrica », Diario de Pontevedra (consulté le 9 juin 2020)
  134. (es) « La Xunta prorroga el concurso del Gran Montecelo a petición de las constructoras », Diario de Pontevedra (consulté le 9 juin 2020)
  135. (es) « El mundial de triatlón confirma el tirón deportivo de Pontevedra », sur https://fr.euronews.com, (consulté le 8 août 2019)
  136. « Espagne : La ville de Pontevedra laisse la priorité aux piétons », sur https://fr.euronews.com, (consulté le 8 août 2019)
  137. (es) « Pontevedra estrena farolas que se adaptan al ciclo vital de las personas », sur https://www.lavozdegalicia.es, (consulté le 15 décembre 2019)
  138. (es) « Pontevedra tendrá unos 80 puntos de compostaje comunitario en el 2017 », sur https://www.lavozdegalicia.es, (consulté le 28 décembre 2016)
  139. (es) « El uso del compostero de Eduardo Pondal desborda las previsiones », sur https://www.lavozdegalicia.es, (consulté le 13 mars 2018)
  140. (es) « Pontevedra pone en marcha un proyecto piloto de compostaje urbano », sur https://www.diariodepontevedra.es, (consulté le 5 juin 2020)
  141. (es) « Lo que puede dar de sí una huerta del tamaño de una habitación », sur https://www.lavozdegalicia.es, (consulté le 22 avril 2018)
  142. (es) « Pontevedra tendrá más huertos urbanos », 11 avril 2020 site=faro (consulté le 11 avril 2020)
  143. (gl) « A campaña Efecto PO2 enche a cidade de lemas polos espazos públicos saudables », Diario de Pontevedra, (consulté le 7 juin 2020)
  144. (es) « Brigada Galicia-Pontevedra », Ministerio de Defensa
  145. (es) « Centro de Alto Rendimiento y Tecnificación Deportiva de Pontevedra », Ministerio de Cultura y Deporte
  146. « Le match : villes pro voitures vs villes sans voitures », sur l'échommerces, (consulté le 30 juin 2018)
  147. (es) « Solo para peatones: Dubrovnik, Capri, Pontevedra y otros destinos sin coches », sur https://plus.lesoir.be//, (consulté le 7 octobre 2016)
  148. (es) « Pontevedra espera que el bum del turismo impulse la rehabilitación », sur La Voz de Galicia, (consulté le 5 janvier 2020)
  149. (es) « El OK de Cultura deja libre de barreras administrativas la ampliación industrial en O Vao », Diario de Pontevedra
  150. (es) « Luz verde para el desarrollo del parque comercial de O Vao, que prevé generar 230 empleos », Noticias Galicia
  151. (es) « Aludec construirá dos naves en el parque de A Reigosa para mudarse », La Voz de Galicia
  152. (es) « Pontevedresa Group revoluciona el mercado internacional con su "piel" de piedra transparente », Diario de Pontevedra
  153. (es) « Pontevedresa Group: una filosofía tan nítida como el cristal », La Voz de Galicia
  154. (es) « Pontevedresa Group, de la industria del vidrio a los materiales del futurol », La Voz de Galicia
  155. (es) « O Graneiro de Amelia crece en plena crisis con dos nuevas aperturas en Palma y Madrid », Diario de Pontevedra (consulté le 5 juin 2020)
  156. (es) « Ámsterdam adjudica a una empresa de Pontevedra un contrato de diez millones para renovar su alumbrado público » (consulté le 29 juin 2020)
  157. (es) « Setga, Galicia ilumina Ámsterdam », La Voz de Galicia (consulté le 12 octobre 2013)
  158. (es) « La gallega Setga iluminará el nuevo puerto de Róterdam », La Voz de Galicia (consulté le 9 novembre 2016)
  159. (es) « Setga, la empresa que ilumina con valores y cautiva a Europa », La Voz de Galicia (consulté le 12 juillet 2020)
  160. (es) « Setga, la empresa gallega que ilumina la renovada Gran Vía madrileña », La Voz de Galicia (consulté le 6 juin 2019)
  161. (es) «El control humano de los algoritmos continúa estando ahí», La Voz de Galicia (consulté le 3 mars 2019)
  162. (es) « Qbitia escala a la cima del mercado financiero », Diario de Pontevedra (consulté le 12 mars 2020)
  163. (es) « Hifas da Terra aplica la micología a la biomedicina », La Voz de Galicia (consulté le 7 janvier 2012)
  164. (es) « La gallega Krack relanza su expansión con 6 aperturas al año », La Voz de Galicia (consulté le 23 septembre 2016)
  165. (es) « La «influencer» Dulceida elige una empresa de Pontevedra para lanzar su propia línea de calzado », La Voz de Galicia (consulté le 22 novembre 2019)
  166. (es) « La gallega EDF Solar, entre las mil empresas europeas que más rápido crecen », La Voz de Galicia (consulté le 6 mars 2020)
  167. (es) « EDF Solar dispara un 34 % su facturación gracias al autoconsumo », La Voz de Galicia (consulté le 10 janvier 2020)
  168. (es) « Los bancos "modelo Ponte Caldelas" dispondrán de cargador de teléfono móvil » (consulté le 1er février 2019)
  169. (es) « El peluquero más internacional », La Voz de Galicia (consulté le 17 avril 2018)
  170. (es) « Peluquerías con gimnasio o restaurante incluidos, la nueva apuesta de Carlos Conde », Cadena Cope (consulté le 4 février 2020)
  171. [9]
  172. (es) « El Concello blindará su arquitectura contemporánea e industrial », Diario de Pontevedra,
  173. (es) « Pontevedra exporta arquitectura », La Voz de Galicia,
  174. (en) « Pontevedra Campus : Architecture », e-architecture, 7 septemebre 2009
  175. (es) « El monumento a los héroes de Ponte Sampaio, un símbolo centenario », sur https://www.lavozdegalicia.es, (consulté le 19 mars 2015)
  176. (es) « Qué ver en Pontevedra, de paseo por sus rúas y plazas », ¡Hola!,
  177. (es) « Pontevedra causa sensación en Fitur », La Voz de Galicia (consulté le 26 janvier 2020)
  178. (es) « Museo de Pontevedra », Diputación de Pontevedra
  179. (es) « Centro de Interpretación de las Torres Arzobispales de Pontevedra », Ayuntamiento de Pontevedra
  180. (es) « Auditorio Sede Afundación de Pontevedra », Afundación Abanca
  181. (es) « Se rueda en Pontevedra », La Voz de Galicia (consulté le 30 décembre 2000)
  182. (es) « Ocho cafés históricos de Galicia », La Voz de Galicia (consulté le 6 août 2018)
  183. (es) « Viajeros Cuatro: Rías Baixas », Cuatro (consulté le 26 juin 2020)
  184. (es) « La Casa Consistorial cumple 140 años », Diario de Pontevedra (consulté le 17 juillet 2020)
  185. (es) « Solo Pontevedra y Santiago superan la ratio saludable de zonas verdes », El Correo Gallego (consulté le 15 mars 2015)
  186. (es) « El Parque forestal de A Tomba estará finalizado a final de año », Pontevedra Viva (consulté le 10 septembre 2020)
  187. (es) « Natas D'Ouro desembarca en Pontevedra como arranque de su expansión internacional », La Voz de Galicia (consulté le 7 juillet 2020)
  188. (es) «No había nada parecido en Pontevedra y no lo hay en Galicia», La Voz de Galicia (consulté le 25 mars 2019)
  189. (es) « Platos para comerse el mundo », Diario de Pontevedra (consulté le 31 mars 2019)
  190. (es) « Una nueva forma de disfrutar la merluza », La Voz de Galicia (consulté le 5 septembre 2019)
  191. (es) « El 'gastroespacio' del Mercado cerrará domingos por la tarde y lunes », Diario de Pontevedra (consulté le 16 août 2019)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aganzo, Carlos (2010): Pontevedra. Ciudades con encanto. El País Aguilar. (ISBN 8403509340).
  • Calo Lourido, F. et al. (2003): Pontevedra e o mar. Simposio de historia marítima do século XII ao XVI. Concello de Pontevedra, Pontevedra
  • De la Peña, A. (1996): Historia de Pontevedra. Vía Láctea, A Coruña.
  • Fontoira Surís, Rafael (2009): Pontevedra monumental. Diputación de Pontevedra. (ISBN 8484573273).
  • García-Braña, C. et al. (1988): Pontevedra, planteamiento histórico y urbanístico, Deputación Provincial de Pontevedra, Servizo de Publicacións, Pontevedra
  • Juega Puig, J. et al. (1996): Historia de Pontevedra. Via Láctea, A Coruña.
  • Juega Puig, J. (2000): As ruas de Pontevedra. Deputación Provincial de Pontevedra, Servizo de Publicacións, Pontevedra
  • López y López Rios, B. (1990): Pontevedra, de la leyenda a la historia. Deputación Provincial de Pontevedra, Servizo de Publicacións, Pontevedra
  • Messia de la Cerda y Pita, Luis F. (1989): Heráldica, escudos de armas labrados en piedra existentes en la zona de Pontevedra. Diputación de Pontevedra. (ISBN 848684522X) .
  • Tonucci, Francesco (2019): La ville des enfants. Éditions Parenthèses, Marseille. (ISBN 978-2-86364-682-3)
  • Vidal, Julien (2019): Ça va changer avec vous. Il est temps d'être écolos et fiers de l'être. First Éditions, Paris. (ISBN 978-2412050828) p.149

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]