Carrefour (enseigne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Carrefour
logo de Carrefour (enseigne)

Création à Annecy (France)
Fondateurs Jacques Defforey
Action Voir Groupe Carrefour
Slogan « On a tous droit au meilleur »
Siège social Massy (Essonne)
Drapeau de la France France
Direction Alexandre Bompard (PDG du groupe Carrefour)

Rami Baitieh (directeur exécutif de Carrefour France)

Directeurs Alexandre BompardVoir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Groupe CarrefourVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Grande distribution
Société mère Groupe Carrefour
Sociétés sœurs Carrefour Market, Carrefour Contact, Carrefour City, Carrefour Bio, Carrefour Montagne, Carrefour Express, Supeco, Bio c'bon, So.bio, 8 à huit, Proxi.
Effectif 100 000 employés (2020)[1]
Site web www.carrefour.fr

Chiffre d'affaires 21,743 milliards d'euros

Carrefour est une enseigne d'hypermarchés créée en 1959 à Annecy en France, faisant partie du groupe Carrefour créé un an plus tôt.

Il s'agit de l'unique enseigne du groupe pour ce type de magasins, contrairement aux autres formats du groupe (supermarché, proximité, etc.) qui adoptent des noms différents selon les pays. Il s'agit de la marque la plus internationale du groupe.

Les hypermarchés Carrefour en France représentent 51 % du chiffre d'affaires total en France et 26 % du chiffre d'affaires du groupe Carrefour en 2016.

Le nom de la marque, déposée en 1959, vient du fait que le premier magasin était situé à l'intersection de deux avenues à Annecy.

Historique[modifier | modifier le code]

Le , Marcel Fournier, propriétaire d'un grand magasin de vêtements à Annecy, crée la société Carrefour Supermarchés après sa rencontre avec les frères Denis et Jacques Defforey, des grossistes de l'Ain[2]. Le voit l’ouverture d'un supermarché de 800 m2 au carrefour de l'avenue du Parmelan et de l'avenue André-Theuriet à Annecy qui prend alors le nom de Carrefour en raison de sa situation[3],[4].

Le premier hypermarché est ouvert en 1963 à Sainte-Geneviève-des-Bois en Essonne[4]. En 1975, Étienne Thuil, directeur du marketing chez Carrefour, lange la gamme des « produits libres », sans marque autre que Carrefour et abaisse ainsi de 30 % le prix à la caisse. Cette innovation fut par la suite largement imitée par les autres enseignes[5].

En 1999 a lieu un rapprochement entre Carrefour et Promodès (magasins Continent), forme alors le premier groupe européen de distribution et le deuxième groupe mondial[6]. Continent comptait avant la fusion avec Carrefour près de 250 magasins à travers le monde, dont 87 en France métropolitaine[réf. souhaitée][7].

En , l'Autorité de la concurrence autorise le rachat par Carrefour de 800 magasins DIA en France dans une optique d'« expansion multiformat »[8].

En , Carrefour lance le premier compte courant proposé dans les rayons de ses magasins en France et sur le site internet Rueducommerce.com, intitulé C-zam. Associé à une carte bancaire et une application mobile, le modèle de C-zam s'apparente à celui de Compte-Nickel, créé en 2012[9].

Dans la nuit du au , Casino affirme avoir été sollicité par Carrefour en vue d'une tentative de rapprochement et avoir réuni son conseil d'administration pour en discuter. Quelques heures plus tard Carrefour dément cette information[10].

En , les syndicats de Carrefour annoncent la volonté de l'enseigne de supprimer plus de 1 200 postes en France dans les secteurs non-alimentaires. Multimédia, service paie, encadrement, bijouterie, station-service ou encore administratif sont les secteurs touchés par cette réorganisation liée à un manque de rentabilité. Les salariés affectés se voient proposer un accord de rupture conventionnelle collective (RCC), procédé qui n'oblige pas à l'entreprise à justifier les départs par des soucis économiques[11]. Le nombre de départs volontaires pourrait être porté à 3 000, selon un chiffre plafond estimé par l'entreprise[12],[13].

En , le premier restaurant Carrefour, baptisé « Bon Appétit », ouvre à Paris[14]. L'établissement de 63 m2 basé rue Rambuteau, dans le 1er arrondissement, dispose de vingt places assises en salle et de quinze places en terrasse[15]. Ce premier restaurant est, selon la direction, « un test » avant d'ouvrir d'autres établissements similaires. Carrefour souhaite ainsi se diversifier et élargir ses sources de revenu[16].

Début , Carrefour annonce vendre pour presque neuf cents millions d'euros d'entrepôts à la foncière Argan. Cette vente répond à la volonté de Carrefour de se rationaliser face à la concurrence des commerces en ligne[17].

En ouvre son premier shop in shop, un lieu dédié au commerce des produits d’occasion[18].

En , Carrefour annonce son intention de recruter 15 000 personnes en 2021. 8 000 concerneront des contrats en alternance qui viendront remplacer les intérimaires et les habituels contrats courts destinés aux emplois saisonniers. 7 000 seront des CDI, souvent à temps partiel. Ces créations de postes viseront en priorité les jeunes et les étudiants de moins de 26 ans issus de quartiers difficiles[1].

En , la société de distribution québécoise Couche-Tard indique dans un communiqué, publié en parallèle avec celui de Carrefour, qu'elle a sollicité le géant français de la distribution pour un rapprochement. Cette offre est présentée comme amicale et selon les sociétés, il s'agit encore de discussions préliminaires. L'offre de rachat s'élève à vingt milliards d'euros, et suscite d'ores et déjà un certain émoi chez les autorités françaises et le ministère de l'Économie, qui voient en Carrefour un facteur d'indépendance alimentaire intérieure efficace comme cela a notamment été le cas lors de la pandémie de Covid-19 en 2020, et annoncent vouloir bloquer l'opération[19],[20],[21]. Le véto gouvernemental est confirmé le 16 janvier et conduit à l'interruption des négociations entre les deux sociétés. Toute discussion n'est cependant pas définitivement terminée, Carrefour et Couche-Tard ayant annoncé dans la foulée leur volonté de continuer à rechercher malgré tout des partenariats opérationnels[22].

En janvier 2022, Le Figaro révèle que la banque Lazard cherche à obtenir le rapprochement de Carrefour et Auchan[23]. Le nom de code de l'opération associant les deux grands distributeurs est « Merlot ». L'idée serait de faire de « Merlot », l'un des plus grands distributeurs mondiaux avec une présence dans dix-sept pays et une puissance énorme en France avec 29 % de parts de marché[24].

Parc de magasins[modifier | modifier le code]

Les magasins sont d'une surface moyenne de 8 500 m2, et référençant de 20 000 à 80 000 produits. Fin , il y avait 1 462 hypermarchés Carrefour dans le monde :

  • 243 en France ;
  • 439 dans le reste de l'Europe (168 en Espagne, 86 en Pologne, 69 en Italie, 57 en Belgique) ;
  • 316 en Amérique du Sud (162 au Brésil, et 67 en Argentine) ;
  • 374 en Asie (134 en Chine continentale, 83 à Taïwan, 43 en Indonésie) ;
  • 90 dans le reste du monde.

Sur ce total, 1 213 sont détenus en propre par le groupe, le reste étant franchisé, essentiellement en France et en Belgique, à des groupes tels que Provencia ou Guyenne et Gascogne.

[modifier | modifier le code]

Construction du logo Carrefour
Logo symbole Carrefour non coloré.

Le logotype de Carrefour cache un « C » blanc dans un carré rouge et bleu dont les pointes supérieures et inférieures ont été tronquées, créant une illusion d'optique selon le principe du motif de Kanizsa et de la ségrégation figure-fond[réf. souhaitée].

Controverses[modifier | modifier le code]

En 2016, le ministère français de l'Économie poursuit Carrefour pour « pratiques commerciales abusives ». Il reproche à l'enseigne de la grande distribution de violer des règles du Code du commerce lors des négociations annuelles avec ses fournisseurs[25].

Scandale des œufs contaminés au fipronil[modifier | modifier le code]

En 2017, dans le cadre du scandale des œufs contaminés au fipronil, le ministère de l'Agriculture publie une liste dans laquelle Carrefour apparait comme l'un des distributeurs de produits à bases d’œufs contaminés[26].

Modifications abusives de l'article Wikipédia[modifier | modifier le code]

En mai 2020, une enquête menée par des administrateurs du projet collaboratif Wikipédia lève des soupçons sur plusieurs comptes ayant modifié l'article consacré à Carrefour. Des comptes liés à des agences de communication tenteraient d'influer très favorablement sur l'image de l'entreprise[27].

Condamnation pour plusieurs violations de la loi sur la protection des données[modifier | modifier le code]

Le 18 novembre2020, la CNIL a infligé une amende de 2 250 000 euros à Carrefour France pour plusieurs violations du règlement général sur la protection des données (RGPD), de la loi informatique et libertés ainsi que du code des postes et des communications électroniques[28]. Cette sanction a été rendue publique le [29],[30],[31],[32]. Différentes infractions ont été constatées par la CNIL, notamment « des manquements à l'obligation d'informer les personnes, manquements relatifs aux cookies, à limiter la durée de conservation des données, à l'obligation de faciliter l'exercice des droits, et à leur respect, et, enfin, un manquement à l'obligation de traiter les données de manière loyale »[33].

La CNIL a souligné la « parfaite coopération » de Carrefour au cours de la procédure et note que la société a régularisé ces manquements. La CNIL précise qu’aucune donnée sensible n’était concernée et que le groupe n’en a retiré aucun avantage financier, les données conservées au-delà du délai requis n'étant pas utilisées à des fins de prospection. L'autorité justifie toutefois cette sanction par « le nombre et la gravité des manquements à certaines obligations essentielles » du RGPD[28].

Le même jour, la CNIL a également infligé une amende de 800 000 euros à Carrefour Banque, une autre société du groupe Carrefour, pour des faits sensiblement similaires[34].

Photos de magasins dans le monde[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Enrique Moreira, « Carrefour va recruter 15.000 jeunes en alternance et CDI en 2021 », Les Échos, (consulté le ).
  2. Y. G., AFP, « Comment Carrefour, né à Annecy en 1959, est devenu un groupe mondialisé », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le ).
  3. « Au "Carrefour" de deux avenues d'Annecy », sur www.journaldunet.com (consulté le ).
  4. a et b Juliette Garnier, « En 1963, Carrefour invente l'hypermarché "à la française" », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. « Les produits libres Carrefour, la genèse d’un marketing d’enseigne, entretien avec Yves Soulabail », sur carrefouruncombatpourlaliberte.fr, .
  6. Jacqueline Coignard, « [1] », Libération, .
  7. « Continent cède la place à Carrefour », Libre Service Actualités,‎ (lire en ligne).
  8. AFP, « Carrefour autorisée à racheter 800 magasins Dia », Challenges, .
  9. Claire Bouleau, « Pourquoi Carrefour lance le premier compte courant accessible en rayon », Challenges, .
  10. Philippe Bertrand, « Carrefour dément une tentative de rapprochement avec Casino », sur www.lesechos.fr (consulté le ).
  11. « Carrefour veut supprimer plus de 1 200 postes dans ses hypermarchés français », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. AFP, « Carrefour: jusqu'à 3.000 départs dans le cadre d'une rupture collective », Le Figaro, (consulté le ).
  13. Frédéric Bergé, AFP, « Carrefour: jusqu'à 3000 départs « volontaires » dans ses hypermarchés », sur BFM TV (consulté le ).
  14. AFP, « Carrefour ouvre «Bon Appétit», un nouveau concept de restaurant », sur Le Figaro, (consulté le ).
  15. Julie Delvallée, « Les photos du premier restaurant de Carrefour, Bon Appétit », sur lsa-conso.fr (consulté le ).
  16. Amelle Nebia, « Carrefour ouvre son restaurant Bon Appétit - Image », sur CB News (consulté le ).
  17. AFP, « Immobilier: Carrefour vend pour presque 900 M EUR d'entrepôts à la foncière Argan », sur Le Figaro, (consulté le ).
  18. Morgan Leclerc, « Carrefour ouvre son premier shop in shop Carrefour Occasion », sur lsa-conso.fr (consulté le ).
  19. Isabelle Couet et Anne Drif, « Carrefour : pourquoi Bercy n'est « pas favorable » à l'offre de Couche-Tard », sur Les Échos, (consulté le ).
  20. Philippe Bertrand, « Carrefour, le prédateur devenu proie », sur Les Échos, (consulté le ).
  21. Philippe Bertrand, Isabelle Couet et Anne Drif, « Bercy veut bloquer l'offre du canadien Couche-Tard sur Carrefour », sur Les Échos, (consulté le ).
  22. Philippe Bertrand, « Après le niet de l'Etat, Carrefour et Couche-Tard empruntent la voie du partenariat », sur Les Echos, (consulté le ).
  23. Ivan Letessier et Marie Bartnik, « Auchan-Carrefour: les secrets du projet «Merlot» », sur Le Figaro, (consulté le ).
  24. Jérémy Docteur, « Auchan-Carrefour : le projet de rachat relancé par la banque Lazard ? », sur Capital.fr, (consulté le ).
  25. Cécile Prudhomme, « Bercy poursuit Carrefour pour « pratiques commerciales abusives » », sur lemonde.fr (consulté le ).
  26. Antoine Garbay et Éric de La Chesnais, « Œufs contaminés : une première liste de produits concernés rendue publique », sur lefigaro.fr, .
  27. Thibault Prévost, « Sur Wikipédia, le business juteux du caviardage », Arrêt sur images,‎ (lire en ligne).
  28. a et b « Délibération du 18 novembre 2020 - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  29. Arthur Vera, « La CNIL inflige une amende de 3 millions d'euros au groupe Carrefour », sur Presse-citron, (consulté le ).
  30. « Sanctions de 2 250 000 euros et de 800 000 euros pour les sociétés Carrefour France et Carrefour banque », sur www.cnil.fr (consulté le ).
  31. Camille Gruhier, « Données personnelles – Carrefour écope d’une sanction de 3 millions… », sur www.quechoisir.org (consulté le ).
  32. AFP, « Carrefour: 3 millions d'euros d'amende pour des manquements liés aux données personnelles », sur Le Figaro (consulté le ).
  33. « RGPD: la CNIL condamne Carrefour à plus de 3 millions d'euros d'amendes », sur La Tribune (consulté le ).
  34. « Délibération du 18 novembre 2020 - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Courage, La vérité sur Carrefour l'épicier planétaire aux 2 millions de clients par jour, Paris, Editions Assouline, 1999
  • Christian Lhermie, Carrefour ou l'invention de l'hypermarché, Paris, Vuibert, 2e éd., 260 p. (ISBN 2-7117-7814-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]