Aéroport de Charleroi-Bruxelles-Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud
Image illustrative de l'article Aéroport de Charleroi-Bruxelles-Sud
Localisation
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Ville Charleroi, Bruxelles
Coordonnées 50° 27′ 36″ N 4° 27′ 20″ E / 50.460044, 4.45542850° 27′ 36″ Nord 4° 27′ 20″ Est / 50.460044, 4.455428  
Superficie 1 245 ha
Altitude 187 m (614 ft)

Géolocalisation sur la carte : Charleroi

(Voir situation sur carte : Charleroi)
Aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud
Pistes
Direction Longueur Surface
07/25 2 550 m (8 366 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA CRL
Code OACI EBCI
Nom cartographique Charleroi
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Brussels South Charleroi Airport (BSCA)

L'aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud (ou Brussels South Charleroi Airport) (code AITA : CRL • code OACI : EBCI) est un aéroport belge situé à Gosselies, au nord de la ville Charleroi. Il est localisé à environ 45 kilomètres au sud de Bruxelles, d'où l'addition « Bruxelles-Sud » à son nom afin de le rendre plus visible et attractif. Il est à ne pas confondre avec l'aéroport international de Bruxelles, géré par une toute autre compagnie.

Charleroi Bruxelles-Sud est le deuxième aéroport du pays et le premier de la Région wallonne en termes de trafic de passagers (tandis que l'aéroport de Liège figure, lui, numéro un wallon en termes de fret). Il est surtout dévolu aux compagnies aériennes à bas prix, notamment Ryanair, et à l'aviation légère. Un nouveau terminal, d'une capacité annuelle de 3,5 millions de passagers, a été inauguré en janvier 2008.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières activités aériennes à Gosselies remontent à 1919: une école de pilotage est ouverte puis des activités de maintenance aéronautique, l'année suivante. La société de constructions aéronautique Fairey s'installe en 1931 sur le site, alors connu sous le nom de « Mont des Bergers ».

Le champ d'aviation de Gosselies devient un aérodrome public après la Seconde Guerre mondiale, mais ce sont surtout les activités de constructions aéronautiques qui génèrent l'essor du site: installation de la SABCA en 1954, puis de la SONACA en 1978, en remplacement de Fairey.

Les années 1970 voient l'inauguration d'une liaison bi-quotidienne Liège-Charleroi-Londres par la compagnie aérienne belge Sabena. L'expérience est vite abandonnée pour cause de résultats décevants, laissant l'aérodrome de Gosselies pratiquement sans aucun trafic passagers (l'aérodrome étant principalement utilisé pour les vols privés de loisirs ou les vols d'entraînement, parfois quelques vols charters vers les destinations vacances de la Méditerranée).

Ce n'est que vers la fin des années 1990 que l'aéroport de Charleroi prend enfin son envol, avec une nouvelle société de gestion commerciale (BSCA - Brussels South Charleroi Airport) et l'arrivée de la compagnie à bas prix Ryanair en 1997 qui décide d'ouvrir sa première base continentale sur le site en avril 2001.

Compagnies aériennes et destinations[modifier | modifier le code]

Chaque semaine, les avions des cinq compagnies différentes relient l'aéroport vers 97 destinations en Europe, en Afrique du Nord et en Turquie.

Compagnies aériennes Destinations desservies
4YOU Airlines Lodz, Rzeszow
Jetairfly Alger, Alicante, Béjaïa, Casablanca, Constantine, Djerba, Fès, Grand Canarie, Istanbul-Atatürk, Malaga, Murcia, Nador, Nice, Oran, Oujda, Palma de Marllorca, Prague, Rhodes, Tanger, Ténérife-Sud, Tlemcen, Toulon

Saisonnières : Al Hoceima, Enfidha

Pegasus Airlines Istanbul-Sabiha Gokçën
Ryanair Agadir, Alicante, Ancona, Athènes, Bari, Bergamo, Bologne, Bordeaux, Bratislava, Brindis, Bucarest, Budapest, Cagliari, Carcasonne, Comiso, Copenhague (Dès Octobre 2015)[1], Dublin, Edimbourg, Faro, Fès, Fuerteventura, Grand Canaries, Krakow, , Lamezia Terme, Lanzarote, Madrid, Málaga, Manchester, Marrakesh, Marseille, Montpellier, Moss, Nador, Nîmes, Oujda, Palma de Mallorca, Perpignan, Pescara, Pise, Paphos, Porto, Prague, Rabat, Reus, Riga, Rome-Ciampino, Santander, Seville, Tangier, Tenerife-South, Thessaloniki, Trapani, Treviso, Turin, Valence, Vilnius, Varsovie-Modlin, Saragosse

Sasonnières : Alghero, Almeria, Barcelone, Bergerac, Biarritz, Chania, Clermont-Ferrand, Corfu, Figari, Genoa, Géronne, Ibiza, Kos, La Rochelle, Pérouse, Pogdorica, Pula, Rhodes, Rijeka, Rodez, Stockholm-Skavsta, Trieste, Volos, Zadar, Zakynthos

Thomas Cook Airlines Belgium Saisonnière : Antalya
Wizz Air Bucarest, Budapest, Cluj-Napoca, Ljubljana, Skopje, Sofia, Timişoara, Varsovie-Chopin, Gdansk

Statistiques d'opérations[modifier | modifier le code]

Mouvements d’aéronefs[modifier | modifier le code]

Trafic passagers par année[2]
Année Mouvements Évolution
1998 62 539 -
1999 60 060 -
2000 57 042 -
2001 57 216 -
2002 64 237
2003 63 140
2004 65 952
2005 61 212
2006 66 480
2007 70 725
2008 79 487
2009 81 726
2010 80 009
2011 85 597
2012 84 313
2013 83 933
2014 76 135

Passagers[modifier | modifier le code]

Trafic passagers par année[2]
Année Passagers Évolution
1998 210 727 -
1999 235 549 en augmentation 11,78 %
2000 255 317 en augmentation 8,39 %
2001 773 431 en augmentation 202,93 %
2002 1 271 979 en augmentation 64,45 %
2003 1 803 587 en augmentation 41,19 %
2004 2 034 797 en augmentation 12,81 %
2005 1 873 349 en diminution 8,61 %
2006 2 166 360 en augmentation 15,64 %
2007 2 458 255 en augmentation 13,47 %
2008 2 957 026 en augmentation 20,28 %
2009 3 937 187 en augmentation 33,14 %
2010 5 123 404 en augmentation 30,12 %
2011 5 901 007 en augmentation 15,18 %
2012 6 516 427 en augmentation 10,43 %
2013 6 786 163 en augmentation 4,14 %
2014 6 439 957 en diminution 5,10 %
Trafic passagers depuis 2001
Année Passagers Évolution
2001 773 431 -
2010 5 123 404 en augmentation662,42 %

Autres opérateurs[modifier | modifier le code]

Principales compagnies et motivations[modifier | modifier le code]

Boeing 737 de la compagnie Ryanair sur le tarmac de l'aéroport en 2011.

Bien qu'objet de polémique au sujet des aides accordées par la Région wallonne à l'installation de la compagnie, Ryanair a régulièrement décidé l'ouverture de nouvelles liaisons au départ de Charleroi (ainsi que la fermeture de certaines lignes, notamment vers Liverpool et Londres-Stansted). Ryanair a été rejointe à Charleroi par d'autres compagnies à bas tarifs, comme Wizz Air et Air Service Plus. La compagnie polonaise Air Polonia a également ouvert une ligne Charleroi-Varsovie avant de se déclarer en faillite. Plus tard, Air Service Plus a été remplacée par Fly On Air, en proposant pour unique destination Pescara, sur la côte adriatique italienne.

Wizz Air a ouvert une ligne Charleroi-Ljubljana le . La compagnie aérienne Jet4You a ouvert une ligne Charleroi-Casablanca le . Blue Air, une compagnie à bas prix roumaine, a également ouvert une ligne Bucarest-Charleroi le , mais cette compagnie opère désormais depuis Bruxelles.

Ryanair annonce la fermeture de la ligne Charleroi-Salzbourg le . Par contre, elle rouvrira la ligne Chareroi-Londres-Stansted le . Wizz Air lancera une liaison entre Charleroi et Katowice le et étudie aussi de nouvelles destinations au départ de Charleroi.

Ryanair a révélé, dans une étude, que l'aéroport de Charleroi pouvait accueillir jusqu’à dix avions de sa flotte[réf. nécessaire].

Le ministre wallon chargé des aéroports, André Antoine, a révélé que l'aéroport pourrait rallonger sa piste de 650 mètres pour la porter à 3 200 mètres. L'allongement de la piste était un projet vieux de 20 ans. Ce projet s'accompagnerait de l'homologation CAT III du système d'atterrissage aux instruments (ILS) ainsi que de la construction d'une nouvelle tour de contrôle et du développement de voies de roulage (taxiway) au nord de la piste. L'ILS CAT III a été mis en service début 2009, permettant désormais des opérations à visibilité quasi nulle, et réduisant donc largement les risques de déroutement d'avions pour cause de mauvais temps.

David Gering, directeur des ventes de Ryanair pour le Benelux (entre-temps embauché par BSCA comme directeur du développement), a annoncé le , que l'inauguration du nouveau terminal passagers en septembre ou octobre 2007 permettrait le lancement de nombreuses liaisons aériennes car la compagnie a pas mal d'ambitions pour l'aéroport...

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

  • Le , un Boeing 737-229C (immatriculé OO-SDH) de la compagnie belge Sabena, qui effectuait des vols d'entraînement et des Posé-décollé ((en)touch-and-go) est pris dans un groupe d'oiseaux au moment du décollage. Le décollage est avorté mais l'avion ne parvient pas à s'arrêter avant la fin de la piste et quitte l'enceinte de l'aéroport, arrachant l'antenne de l'ILS (système d'aide à l'atterrissage) sur son passage avant de s'immobiliser en bordure de l'autoroute A54. L'avion est détruit dans l'incendie qui s'ensuit, mais aucun des trois membres d'équipage n'est tué.
  • Le vers 18 h 00, un Boeing 737-204A (immatriculé EI-CJC) de la compagnie irlandaise Ryanair assurant un vol pour Dublin est victime d'un problème hydraulique au décollage. L'avion réalise un atterrissage d'urgence quelques instants plus tard et s'immobilise en bout de piste 25, les passagers étant évacués par les toboggans d'urgence à la suite d'un incendie du train d'atterrissage principal tribord. L'aéroport sera fermé le temps nécessaire aux remplacements des pneumatiques et du système de freinage endommagé. L'avion quittera la piste vers 5 h 00 le lendemain matin après le nettoyage de la piste, du liquide hydraulique ayant été répandu. L'incident n'a pas fait de victimes et l'avion a été remis en service quelque temps après.
  • Le , un Boeing 737-800 de la compagnie Ryanair en vol depuis Venise Trévise vers Dublin a atterri d'urgence à Charleroi. Une passagère italienne de 24 ans était victime des symptômes d'un malaise cardiaque. Malgré la rapide intervention des secours de l'aéroport et une tentative de réanimation de 40 minutes, la passagère est décédée au pied de l'avion sur le tarmac de l'aéroport.
  • Le vers 8 h, un Canadair CRJ 200 de la Lufthansa assurant la liaison Cologne-Paris a dû se poser en urgence à l'aéroport. Un des moteurs de l'avion a surchauffé puis pris feu en vol, le pilote a donc demandé de pouvoir atterrir d'urgence à Charleroi, ce qui s'est fait sans autre problème. Tous les passagers ont été évacués par la sortie avant et pris en charge par les services de secours. Quand l'alerte a été donnée, plusieurs ambulances ont convergé vers l'aéroport mais elles n'ont pas dû intervenir. L'incident n'a fait aucun blessé.
  • Samedi dans l'après-midi, un Boeing 737 de la compagnie Ryanair a dû effectuer un atterrissage d'urgence à l'aéroport de Charleroi. Au moment où il décollait, un de ses pneus a éclaté. L'appareil a donc achevé son décollage puis fait demi-tour. La procédure d'atterrissage d'urgence fut déclenchée et l'appel fut lancé au service d'incendie de l'aéroport, ainsi qu'aux pompiers de la caserne de Jumet et à plusieurs ambulances. L'atterrissage s'est cependant passé sans difficultés et les 170 passagers ont pu quitter l'avion sans autre dommage, peu après 16 heures.
  • Vendredi , un F-16 néerlandais a dû se poser en urgence à l'aéroport de Charleroi. Le train d’atterrissage ne s'est pas verrouillé et l'avion s'est arrêté au bout de la piste 25. Des débris ont jonché la piste sur une centaine de mètres. Le pilote en est sorti indemne. De l'hydrazine, substance hautement toxique, s'est toutefois répandue sur la piste nécessitant l'intervention des pompiers de l'aéroport et de renforts provenant des casernes avoisinantes. Un périmètre de sécurité a été installé autour de l'appareil et des perturbations de vols ont été enregistrées durant 3 heures.
  • Samedi , un avion léger privé de type Cessna P210N s'est écrasé à cause d'un problème après décollage, sûrement de givrage[3]. Les 5 occupants, 2 adultes et 3 enfants, périrent dans l'accident. La piste fut occupée par les débris, et les vols furent annulés, déportés ou reportés jusqu'aux alentours de 16 heures[4].

Accès terrestre[modifier | modifier le code]

En voiture[modifier | modifier le code]

L'aéroport international de Charleroi Bruxelles-Sud est situé à 7 kilomètres du centre ville de Charleroi, à 45 kilomètres de la Région de Bruxelles-Capitale et à 70 kilomètres de Bruxelles. Il faut environ 40 minutes en voiture pour rejoindre l'aéroport à partir de Waterloo (sud de Bruxelles), 1 h 30 à partir de centre-ville de Bruxelles. L'accès à l'aéroport en voiture est payant : un minimum de 1 euro sera nécessaire pour rejoindre l'accès Express, auquel s'ajoutent 4 euros de l'heure (le premier quart d'heure est donc prépayé), ou 3 euros pour l'accès normal (parkings P1 à P4), auxquels s'ajoutent 3 euros de l'heure (la première heure est donc prépayée). Il n'y a pas d'accès gratuit.

En train[modifier | modifier le code]

L'aéroport est desservi par la gare de Charleroi-Sud via un système de navettes payantes opérées par le TEC Charleroi. Il y a des trains toutes les demi-heures entre Bruxelles et Charleroi; les navettes sont en correspondance à l'arrivée du train. Le voyageur peut se procurer un titre combiné train+navette à un prix forfaitaire (voir site de la SNCB pour plus de détails sur l'offre). Le temps de trajet entre Bruxelles-Central et l'aéroport est de 1h37 (semaine) ou 1h34 (week-end).

En bus[modifier | modifier le code]

L'aéroport n'est desservi que par la ligne A du TEC Charleroi. La ligne relie la gare de Charleroi-Sud à l'aéroport sans arrêt intermédiaire. La ligne a une tarification spécifique de 5€ par trajet (Multiflex et abonnements non acceptés). Le temps de parcours est d'environ 15 minutes entre les deux terminus.

L'aéroport est également accessible par des lignes d'autocar opérées par la compagnie privée luxembourgeoise « Flibco ». Ces lignes relient plusieurs fois par jour les villes de Bruxelles (Gare du Midi), Lille, Bastogne, Arlon, Luxembourg-Ville, Thionville, Maizières-les-Metz, Metz et Bruges. Le tarif entre l'aéroport et Bruxelles-Midi est de 14 euros ou 28 euros aller-retour; les autres villes peuvent être accessible dès 5€ l'aller simple.

A pieds et en vélo[modifier | modifier le code]

L'accès pédestre à l'aéroport est interdit (absence d'infrastructure pédestre, rendant le parcours sur la route automobile dangereux). Il n'y a pas non plus de facilités prévues pour les cyclistes (pas d'emplacements prévus).

Ces dernière dispositions rendent l'accès à l'aéroport très compliqué ou onéreux pour les habitants de l'agglomération: aucune autre ligne de bus ne desservant l'aéroport, les locaux se voient obligés d'utiliser soit leur propre véhicule ou celui d'une connaissance (et de s'affranchir de l'euro d'entrée), soit un taxi fort onéreux, pour des trajets n’excédant parfois pas les 10 minutes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]