Aéroport de Strasbourg-Entzheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport
de Strasbourg-Entzheim
L'aéroport de Strasbourg-Entzheim.
L'aéroport de Strasbourg-Entzheim.
Cocarde
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Entzheim
Coordonnées 48° 32′ 32″ Nord 7° 38′ 03″ Est / 48.542239, 7.634039
Altitude 154 m (505 ft)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
SXB
SXB
Pistes
Direction Longueur Surface
05/23 2 400 m (7 874 ft) béton bitumineux
Informations aéronautiques
Code AITA SXB
Code OACI LFST
Nom cartographique STRASBOURG E.
Type d'aéroport civil
Cartes SIA VAC - IAC - ARR/DEP

L’aéroport de Strasbourg-Entzheim (code AITA : SXB • code OACI : LFST), usuellement appelé aéroport de Strasbourg, est un aéroport français situé sur le territoire de la commune d'Entzheim, dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

Depuis mai 2011, il est géré par la Société Aéroport Strasbourg-Entzheim (SASE).

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

L'ancienne et la nouvelle tour de contrôle en 2015.

La première liaison aérienne à Strasbourg est ouverte en 1920 à partir du terrain d'aviation du Polygone au Neuhof. Mais en 1932, la Chambre de commerce et d'industrie de Strasbourg et du Bas-Rhin décide d'un nouvel emplacement pour l'aéroport strasbourgeois. Le choix se porte sur Entzheim et l'aéroport ouvre en mai 1935 à la suite d’un accord conclu entre la CCI, la ville de Strasbourg et le gouvernement, avec une participation financière du département du Bas-Rhin.

Après 1945, une base aérienne militaire s’installe dans l'enceinte de l’aéroport. Deux ans plus tard, la CCI entreprend des travaux d’extension et de réalisation de nouveaux équipements.

L'Armée de l’air se voit accorder en 1955 une autorisation d’occupation temporaire, transformée en 1966 en « concession d’outillage »[1].

L'aérogare est construite en 1957. Le 17 mars 1958, la compagnie Air Inter effectue le premier vol entre Strasbourg-Entzheim et Paris-Orly avec un Douglas DC-3. La ligne vers Orly est reprise par Air France dès novembre 1959[2].

En 1965 l'aéroport a accueilli 45 470 passagers, soit une hausse de 30 % par rapport à 1964 (35 077 passagers) et de 62 % par rapport à 1963 (27 982 passagers). L'aéroport est desservi par 4 lignes régulières : Strasbourg - Paris (2 fois par jour depuis le 8 mai 1964), Strasbourg - Nice (2 fois par semaine en été, 1 fois par semaine en hiver), la liaison Strasbourg - Francfort est interrompue le 30 septembre 1965 pour être remplacée par une liaison Strasbourg - Bruxelles (3 fois par semaine) et Strasbourg - Lyon (3 fois par semaine à partir du 1er avril 1966). On compte également deux lignes saisonnières : Strasbourg - Palma de Majorque de juillet à septembre et Strasbourg - Lydd de mai à octobre. Des vols à destination ou en provenance de Francfort et de Zurich sont affrétés lors des sessions du Conseil de l'Europe[3].

L'aérogare a été remaniée et agrandie à trois reprises : 1973, 1988 et 1999. Strasbourg-Entzheim accède au statut d'« aéroport ouvert » en 1980, accordant à tous les pays de la Communauté européenne la possibilité de réaliser des prolongements ou des escales sur cet aéroport. Malgré une croissance forte et une variété de destinations en augmentation, les vols vers Orly et Paris-Charles-de-Gaulle représentent plus de la moitié des vols quotidiens.

Le 20 janvier 1992 un Airbus A320 de la compagnie Air Inter en provenance de l'aéroport de Lyon-Satolas et à destination de Strasbourg-Entzheim s'écrase près du mont Sainte-Odile. L'accident fit 87 morts, 9 occupants de l'avion ont survécu à la catastrophe.

Fermeture de la base aérienne 124[modifier | modifier le code]

Le 1er septembre 1994, la base aérienne 124 de l'Armée de l'air ferme ses portes[4]. L'aéroport passe alors d'une emprise de 18 ha à 272 ha

En 1998, l'opérateur de fret DHL souhaite installer une plate-forme de correspondance européenne à Strasbourg-Entzheim mais les riverains et l'opposition municipale contraignent la compagnie à annuler son projet[5],[6] et de s'installer à Bruxelles, puis à Leipzig. Après cet évènement, l'aéroport se voit imposer de nouvelles contraintes, notamment l'interdiction des vols de nuit .

Extensions[modifier | modifier le code]

De 1994 à 2001, un programme d’investissements est réalisé pour un total de 370 millions de francs ; une partie des travaux est inscrite dans le contrat triennal Strasbourg Ville Européenne[7]. On compte parmi les réalisations l’extension de l’aérogare de 1996 à 1999[8], une nouvelle aérogare de fret en 1999-2000 et la reconstruction de la piste durant l'été 2000.

En 1999, l'aéroport accueille 2,25 millions de passagers (son record) dont 60% à destination ou en provenance de Paris[2].

Chute du trafic[modifier | modifier le code]

En 2003, Ryanair se retire de l'aéroport où la compagnie assurait une liaison vers Londres Stansted, à la suite de poursuites de Brit Air sur les subventions reçues par la compagnie irlandaise[9].

En 2007, l'inauguration de la première phase de la LGV Est européenne entraîne une importante chute du trafic passager de l'aéroport[10]. Un an après l'ouverture de la ligne TGV, le trafic passagers de l'aéroport passe de 2 millions à 1,7 million par an[11], principalement grâce au temps de trajet du train qui passe de 4 h à 2 h 20. Sur la liaison Paris-Strasbourg, la SNCF passe dès la première année à 60 % de parts de marché contre 35 % avant l'inauguration du TGV[11].

Avec l'arrivée du TGV et la concurrence des aéroports de Karlsruhe-Baden-Baden et de Bâle-Mulhouse, Strasbourg-Entzheim n'atteint en 2009 que 1,1 million de passagers par an, soit une baisse de près de 50 % par rapport à 2006[12].

En 2010, le projet de création de la zone d'entraînement militaire transfrontalière « CBA 22 » menace l'aéroport, car il contraint les avions commerciaux à voler plus bas, ce qui cause une forte augmentation de leur consommation de carburant[13],[14]. Le projet est finalement remodelé pour laisser l'aéroport poursuivre une activité commerciale sans entraves[15].

Nouvelles stratégies[modifier | modifier le code]

Avion Air France à l'aéroport d'Entzheim.
L’aérogare vue de la piste.

Le , l'aéroport change de statut et devient une société d'exploitation aéroportuaire. L’État devient actionnaire majoritaire (60 %), l'Eurométropole de Strasbourg, la région Alsace et le département du Bas-Rhin 5 % chacune, et la Chambre de commerce et d'industrie de Strasbourg et du Bas-Rhin passe quant à elle de 100 % à 25 % des parts[16].

Après des tractations entre l'État, la ville de Strasbourg et la CCI, une diminution de la taxe d'atterrissage est approuvée et rendue possible par l'attribution de subventions. Cette baisse de 5 € est effective au , la taxe coûtant désormais 24 euros[17], rendant les taxes aéroportuaires du complexe égales à celle de l'EuroAirport[18].

À la suite de la montée du trafic du TGV Est, Air France annonce en juillet 2012 l'arrêt de sa liaison Paris-Charles-de-Gaulle - Strasbourg pour fin décembre 2012, trop déficitaire[19], la liaison avec Orly n'étant pas concernée. La compagnie indique reporter le trafic de la ligne sur les TGV de la SNCF. Les élus locaux, les syndicats de l'aéroport et de l'entreprise s'inquiètent de l'arrêt de cette liaison, représentant près de 150 000 passagers par an, soit environ 8 % du trafic de l'aéroport[20]. À la suite de cette fronde, l'entreprise est convoquée par le ministre chargé des Affaires européennes, Bernard Cazeneuve et reporte son projet de fermeture sans pour autant l'abandonner[21].

En 2011-2012, l'aéroport accueille deux nouvelles compagnies à bas prix : Vueling et Volotea[22], permettant une augmentation du nombre de destinations ainsi qu'un accroissement du trafic passagers,

En 2012, la CCI débloque des fonds supplémentaires pour installer des nouveaux équipements dans l'aérogare. Ainsi, la zone réservée accueille désormais un bar, ainsi qu'un simulateur de vol sur Boeing 777 et un nouvel espace voyages en zone publique[23].

À compter de fin mars 2013, Air France propose, dans le cadre du lancement de sa compagnie à bas prix Hop ! Air France, 12 destinations au départ de Strasbourg[24].

Après des rumeurs en 2011[25],[26], Ryanair annonce fin 2012 la reprise de la desserte de l'aéroport strasbourgeois par ses avions. Dès avril 2013, trois vols hebdomadaires desserviront Londres-Stansted et deux, la ville de Porto avec un potentiel annoncé de 75 000 passagers par an[27]. Toujours en avril 2013, la compagnie Sun Express lance une liaison vers Izmir en Turquie[28]. Au mois d'avril 2013, lors d'une visite au sein même de l'aéroport, le PDG de Ryanair, Michael O'Leary a annoncé vouloir augmenter les rotations hebdomadaires vers Londres-Stansted et Porto au nombre de 7, si les taux de remplissage atteignent les 80%, quitte à baisser les prix. Il a aussi exprimé le souhait d'ouvrir de nouvelles lignes depuis Strasbourg à l'hiver 2013 ou au plus tard d'ici l'été 2014.

Au mois de novembre 2013, Transavia France annonce la création d'une nouvelle liaison : dès l'été 2014, deux vols hebdomadaires (les lundis et vendredis) à destination de Marrakech en Boeing 737-800[29]. Ce vol pourra être annualisé en fonction du succès qu’il rencontrera.

À partir du 30 mars 2014, Easy Jet ouvrira sa première ligne sur cette plateforme. Elle effectuera 4 vols hebdomadaires à destination de Londres Gatwick[30].

Le 21 septembre 2014, Volotea annonce l'ouverture de sa troisième base française à Strasbourg.

En 2015, l’aéroport de Strasbourg-Entzheim a généré un chiffre d’affaires de 22 millions d’euros. Plus de 1 000 salariés travaillent sur le site de l’aéroport[31].

La ligne Strasbourg - Orly, exploitée par la compagnie Hop ! Air France, est supprimée le 27 mars 2016[2].

L'ouverture d'un hôtel de 80 chambres (deux ou trois étoiles) à proximité de l'aérogare et de la gare ferroviaire est planifiée pour fin 2018[32].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le terminal.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

L'aéroport dispose d'un terminal passagers de 21 000 m2[8] et d'un terminal affecté au fret de 9 000 m2[8], ainsi que d'un centre d'affaires. Le terminal passager dispose de six passerelles terminal-avion, de deux tapis à bagages pour les vols de la zone Schengen et un tapis à bagages pour les vols internationaux non-Schengen. Il a une capacité maximale de 2 500 000 passagers par an. Le terminal cargo, quant à lui, peut traiter 30 000 tonnes de fret par an[33].

Sa piste de 2 400 mètres de long et 45 mètres de large[8] peut accueillir tout type d'avion, mais avec des restrictions au décollage pour les gros porteurs. Son allongement à 3 000 mètres a été déjà plusieurs fois envisagé mais la pression des riverains retarde ce projet[34].

L'aéroport accueille un groupement hélicoptère de la Sécurité civile, qui dispose d'un hélicoptère Eurocopter EC 145 intervenant dans la région[35].

À l'horizon 2014, un nouveau bloc technique, situé dans le prolongement de l'actuel siège du Service de la navigation aérienne Nord-Est sera construit. Il sera surmonté d'une tour de contrôle culminant à 33 mètres, qui doit prendre le relais de l'actuelle vigie érigée en 1957 par l'armée[36]. Les travaux, financés par le Service de la navigation aérienne Nord-Est, démarrent au printemps 2012. Toutefois, la mise en service de la nouvelle tour se fera de manière progressive jusqu'en 2016[37]. Deux hangars pour avions d'affaires ont été construits en 2014. Un troisième hangar sera érigé en 2016[32].

L'aéroport comporte également un parc d'activités qui accueille, en 2016, 70 entreprises et 700 salariés[32].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'aéroport se situe à 12 kilomètres au sud-ouest de la ville de Strasbourg, sur le territoire de la commune d'Entzheim qui fait partie de l'Eurométropole de Strasbourg.

Carte des aéroports du Grand Est
20 km
1:901 000

Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine

Doncourt-lès-Conflans
Longuyon
Lunéville
Nancy - Azelot
Nancy - Malzéville
Metz-Nancy-Lorraine
Nancy-Essey
Bar-sur-Seine
Brienne-le-Château
Juvancourt
Troyes
Épernay
Châlons
Reims
Sézanne
Vitry-le-François
Châlons-Vatry
Verdun
Sarrebourg
Sarreguemines
Thionville
Charleville-Mézières
Rethel
Sedan
Épinal
Neufchâteau
Saint-Dié
Épinal
Joinville
Langres
Haguenau
Sarre-Union
Saverne
Strasbourg-Neuhof
Strasbourg-Entzheim
Strasbourg-Entzheim
Mulhouse-Habsheim
Bâle-Mulhouse-Fribourg
Colmar

Concurrence[modifier | modifier le code]

Strasbourg-Entzheim est confronté à une forte concurrence avec la présence dans sa zone de chalandise des aéroports de Karlsruhe-Baden-Baden et de Bâle-Mulhouse, ces derniers étant soumis à des taxes plus légères, ils sont plus attractifs que la plate-forme strasbourgeoise[38]. De plus, l'un des plus grands du monde, l'aéroport international de Francfort, n'est situé qu'à 200 kilomètres de Strasbourg et la compagnie Lufthansa organise des navettes de bus reliant plusieurs fois par jour sa plate-forme de correspondance et la capitale alsacienne[39].

Depuis 2007, la ligne à grande vitesse reliant Paris à Strasbourg a permis au TGV de prendre plus de 60 % de parts de marché sur cet axe, entrainant la perte de plus de 500 000 passagers pour l'aéroport. La seconde phase de cette ligne permettra au TGV d'atteindre la capitale en 1h50 (soit 30 minutes de moins qu'avec la phase inaugurée en 2007)[40], ce qui fait redouter une nouvelle perte de clientèle pour les responsables de l'aéroport[41].

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Passagers[modifier | modifier le code]

Douze compagnies effectuent des liaisons régulières au départ de l'aéroport à la mi-2012, Air France étant la plus importante[42]. Depuis 2011, l'aéroport accueille deux nouvelles compagnies : Vueling et Volotea[22]. La première dessert principalement l'Espagne tandis que Volotea se concentre sur la desserte de grandes villes françaises telles que Nantes ou Montpellier[22].

Fret[modifier | modifier le code]

La compagnie Europe Airpost effectue six fois par semaine un vol postal de nuit, opéré pour le compte de La Poste. Il s'agit d'une liaison avec l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle.

Il n'y a actuellement pas de vols cargo réguliers à l'aéroport de Strasbourg.

Trafic[modifier | modifier le code]

En 2005, il est le septième aéroport de France en nombre de passagers, avec près de deux millions de passagers transportés par an[43]. Depuis le , il doit affronter le TGV Est en direction de Paris, sa principale destination. Le trafic entre Paris et Strasbourg est tombé à 742 800 passagers en 2007, soit une diminution de 26,1 %. L'ensemble du trafic de l'aéroport en 2007 ressort à 1 733 000 passagers, soit une diminution de 14,6 % par rapport à 2006[43].

En 2009, il passe au dix-septième rang des aéroports en France en nombre de passagers avec 1 110 900 passagers transportés[43].

En 2012, le trafic augmente de 8 % pour atteindre un total de 1 166 100 passagers, contre 1 080 000 passagers en 2011[44].

Lors du premier semestre 2013, l'aéroport enregistre une hausse du trafic de 8 % par rapport au premier semestre 2012[45].

L'aéroport a enregistré une hausse de 2% du trafic passagers pour l'année 2015, son chiffre d'affaires est de 22 millions d'euros[46].

Évolution du trafic passagers[43]
Évolution du trafic fret avioné[47]
Année Passagers Évolution Tonnes Évolution
2015[48] 1 190 389 en augmentation + 2,0 % 73 en diminution - 22,3 %[49]
2014 1 167 612 en diminution - 1,1 % 93 en diminution - 48,6 %
2013 1 181 149 en augmentation + 1,3 % 181 en diminution - 12,9 %
2012 1 166 100 en augmentation + 7,9 % 208 en augmentation + 15,3 %[50]
2011 1 080 000 en augmentation + 1,8 % 188 en diminution - 13,8 %
2010 1 060 000 en diminution - 4,5 % 218 en diminution - 19 %
2009 1 109 000 en diminution - 16,8 % 269 en diminution - 26,3 %
2008 1 333 000 en diminution - 23,2 % 365 en diminution - 33,1 %
2007 1 737 000 en diminution - 14,7 % 546 en diminution - 8,8 %
2006 2 036 000 en augmentation + 5,8 % 599 en diminution - 4 %
2005 1 923 000 en augmentation + 0,2 % 624 en augmentation + 3,5 %
2004 1 919 000 en diminution - 5,8 % 603 en diminution - 13,8 %
2003 2 038 000 en augmentation + 2,2 % 700 en diminution - 6,9 %
2002 1 994 000 en diminution - 4,5 % 752 en diminution - 23,3 %
2001 2 090 000 en augmentation + 3,8 % 980 en augmentation + 7,7 %
2000 2 012 000 en diminution - 9,6 % 910 en diminution - 32,4 %
1999 2 226 000 en augmentation + 5 % 1 346 en diminution - 44,3 %
1998 2 120 000 en augmentation + 2,3 % 2 418 en diminution - 44,9 %
1997 2 072 000 en augmentation + 2,9 % 4 310 en diminution - 33,6 %
1996 2 013 000 en augmentation + 13,8 % 6 492 en augmentation + 6,7 %
1995 1 768 000 en augmentation + 6,4 % 6 081 -
1994 1 661 000 en augmentation + 3,9 % - -
1993 1 598 000 en augmentation + 3,2 % - -
1992 1 547 000 en augmentation + 13,3 % - -
1991 1 365 000 en diminution - 10,1 % - -
1990 1 519 000 en augmentation + 7,8 % - -
1989 1 408 000 en augmentation + 14,3 % - -
1988 1 232 000 en augmentation + 10,3 % - -
1987 1 116 000 en augmentation + 15,7 % - -
1986 964 000 - - -

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Liaison routière[modifier | modifier le code]

L'aéroport dispose d'un accès autoroutier via la D 221. Il compte quatre parkings pour les véhicules ainsi qu'une dépose minute[51].

Liaison ferroviaire[modifier | modifier le code]

Signalétique en gare d'Entzheim-Aéroport.

L'aéroport est desservi par la gare d'Entzheim-Aéroport située sur la ligne de Strasbourg-Ville à Saint-Dié.

Dans le cadre du projet de tram-train Strasbourg - Bruche - Piémont des Vosges (projet abandonné en 2013), une nouvelle gare, plus proche de l'aéroport, et une passerelle piétonne ont été construites pour donner un accès direct entre les quais des trains et l'aérogare[52].

Depuis la mise en service de cette nouvelle gare en décembre 2008, les trains TER Alsace de la ligne sont cadencés au quart d'heure[53]. Le tarif standard pour Strasbourg est de 2,60 €. Le temps de trajet depuis la gare centrale de Strasbourg est de 9 minutes.

Autobus[modifier | modifier le code]

L'aéroport est desservi à certaines heures par la ligne 12 du réseau de bus de la CTS[54].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté du 17 mai 2011 autorisant le transfert de la concession de l'aérodrome de Strasbourg-Entzheim à la société Aéroport de Strasbourg-Entzheim »,‎ (consulté le 12 décembre 2012)
  2. a, b et c « Strasbourg-Orly : clap de fin », article des DNA du 26 mars 2016.
  3. « Il y a cinquante ans : l'essor du trafic aérien », article des DNA du 31 janvier 2016.
  4. [PDF] « Les cahiers de la CCI n°3 »,‎ (consulté le 12 décembre 2012)
  5. « Aéroport de Strasbourg-Entzheim : une saine concurrence du TGV a fait baisser le trafic des avions et des nuisances, mais pour combien de temps ? »,‎ (consulté le 12 décembre 2012)
  6. DUFRESNE David, « A Strasbourg, le son monte contre DHL. Le géant américain du fret veut installer un centre. Des élus refusent le bruit. »,‎ (consulté le 18 janvier 2013)
  7. « Depuis 1935, l’aéroport de Strasbourg et la CCI »,‎ juillet - aout 2003 (consulté le 12 décembre 2012)
  8. a, b, c et d [PDF] Conseil économique et social d’Alsace, « Préconisations pour l'avenir de l'aéroport de Strasbourg- Entzheim - Avis du 5 juin 2009 »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  9. « Brit Air reprend la place de Ryanair à Strasbourg »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  10. Philippe Wendling, « Le trafic en chute à Entzheim »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  11. a et b JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN, « Face au train, les aéroports cherchent la parade »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  12. « Aéroport de Strasbourg-Entzheim : le trafic a poursuivi sa baisse en 2009 »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  13. « L'aéroport d'Entzheim menacé par un projet militaire ? »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  14. « Les syndicats inquiets pour l'aéroport de Strasbourg »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  15. « Le ciel s'éclaircit pour la plate-forme de Strasbourg »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  16. Philippe Wendling, « L'aéroport d'Entzheim veut redécoller »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  17. Olivier Mirguet, « Les collectivités alsaciennes relancent l’aéroport de Strasbourg »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  18. Olivier Claudon, « Au chevet d’Entzheim »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  19. « Air France fermerait le CDG - Strasbourg »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  20. « L'aéroport toujours dans le flou »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  21. « Suppression du Roissy-Strasbourg : Air France convoquée par un ministre »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  22. a, b et c Pierre France, « L’aéroport de Strasbourg engagé dans une partie serrée »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  23. Fabienne Delaunoy, « La CCI vote une aide de 420 000 euros à Entzheim »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  24. Déborah Zitt, « Low-cost selon Air France, Hop! offre 12 destinations depuis Strasbourg »,‎ (consulté le 29 janvier 2013)
  25. « Ryanair : retour à Entzheim ? »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  26. Philippe Wendling, « Ryanair n'aura que survolé Entzheim - Été pluvieux, été heureux »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  27. « Ryanair se repose à Entzheim »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  28. François Duclos, « Strasbourg: une route depuis Izmir avec SunExpress »,‎ (consulté le 22 janvier 2013)
  29. Danièle Léonard, « Transavia, filiale d'Air France et de KLM atterrit à Strasbourg-Entzheim »,‎ (consulté le 22 novembre 2013)
  30. « Une nouvelle compagnie low cost à l'aéroport » (consulté le 23 novembre 2013)
  31. « Communiqué de presse », Aéroport de Strasbourg, 13 janvier 2016.
  32. a, b et c « De l'avion à l'hôtel », article des DNA du 10 février 2016.
  33. Arnaud Guiguitant, « Un décret qui va faire du bruit à Entzheim »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  34. [PDF] « PROCÈS VERBAL de la SÉANCE ORDINAIRE du CONSEIL MUNICIPAL d’ECKBOLSHEIM DU JEUDI 16 OCTOBRE 2003 A 20 HEURES »,‎ (consulté le 10 décembre 2012)
  35. « Visite de la tour de contrôle de l’aéroport de Strasbourg-Entzheim. »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  36. Xavier Thiery, « La tour de contrôle prend de la hauteur »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  37. « La nouvelle tour à mi-hauteur », sur dna.fr,‎ (consulté le 3 avril 2013)
  38. Damien Senger, Lionel Heiwy, « Quel avenir pour les aéroports alsaciens ? »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  39. « Bus Lufthansa Airport »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  40. Pierre France, « Francfort à deux heures de Strasbourg, une fois par jour »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  41. Alvezio Buonasorte, « TGV Est : un impact positif »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  42. Monique SEEMANN, « Entzheim : le redécollage de l'aéroport »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  43. a, b, c et d « Trafic aéroport Strasbourg-Entzheim : passagers et mouvements »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  44. « L'aéroport de Strasbourg-Entzheim a connu une forte croissance du trafic en 2012 », sur france3.fr,‎ (consulté le 3 février 2013)
  45. http://www.deplacementspros.com/Aeroport-de-Strasbourg-8-de-passagers-au-1er-semestre_a22366.html
  46. Strasbourg Eurométropole le mag', février-mars 2016.
  47. [PDF] « Chiffres clés du transport en Alsace »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  48. [1]François Duclos, « Aéroport de Strasbourg : +2% et une base low cost en 2015 »], air-journal.fr, 15 janvier 2016.
  49. « Union des Aéroports Français », sur www.aeroport.fr (consulté le 1er février 2016)
  50. http://www.strasbourg.aeroport.fr/espace-pro/chiffres-cles/statistiques-annuelles
  51. « Organisation des parkings »,‎ (consulté en =10 décembre 2012)
  52. [PDF] « Tram-train Strasbourg-Bruche-Piémont des Vosges : Pose de la passerelle de la future gare « Entzheim-Aéroport » dans le cadre des travaux de la 1ère phase du projet »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  53. Séverine Alibeu, « Le tram-train Strasbourg-Bruche-Piémont des Vosges, alternative à la voiture »,‎ (consulté le 4 décembre 2012)
  54. « Ligne 12 - Entzheim » (consulté le 4 décembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]