Œuf dur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Œuf.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la préparation culinaire. Pour la revue d'avant-garde des années 1920, voir L'Œuf dur. Pour la pièce de théâtre de 1966 d'Eugène Ionesco, voir L'Œuf dur (théâtre).
Œuf dur
Image illustrative de l'article Œuf dur
Plat d’œufs durs

Ingrédients Œuf
Mets similaires Œuf carré

Un œuf dur est une préparation de l'œuf qui permet de consommer sous forme solide le jaune et le blanc.

Préparation[modifier | modifier le code]

Un pique-œuf.

Pour préparer un œuf dur, il suffit de cuire un œuf dans sa coquille à l'eau bouillante pendant environ 10 min (de 8 à 11 min)[1], après avoir percé avec une aiguille la coquille au niveau de son pôle le plus large, ce qui permettra à l'air qu'il contient de s'échapper durant la cuisson.

Afin d'éviter que tout le jaune ne se retrouve d'un seul côté de l'œuf, il faut le retourner durant les premières minutes de cuisson pour stabiliser le jaune.

Si le temps de cuisson est trop bref, le jaune restera liquide. Quand la cuisson est poursuivie trop longtemps, le jaune deviendra verdâtre à cause de la libération de composés soufrés.

Pour éviter l’éclatement de la coquille pendant la cuisson, il est utile de percer la chambre à air de l’œuf avec une aiguille ou un ustensile approprié, le pique-œuf.

Écalé à chaud, l'œuf dur peut être placé dans un gadget[note 1] qui lui donnera, après refroidissement, une forme cubique.

Consommation[modifier | modifier le code]

L’œuf dur est la base de nombreux plats, comme l’œuf mimosa. Il peut être consommé croque-au-sel, en sandwich, en salade, en sauce. Il peut être utilisé entier, coupé en deux moitiés, coupé en rondelles à la main ou à l'aide d'un coupe-œuf, en quartiers (dans les deux cas, également), en quatre ou émietté ou écrasé à la fourchette.

Traditions[modifier | modifier le code]

Article connexe : Œuf de Pâques.

À l'occasion de la fête de Pâques, on colorait des œufs durs en les cuisant avec des pelures d'oignons, des betteraves rouges ou de l'épinard[réf. nécessaire] ; de nos jours, on utilise des colorants alimentaires, ou les œufs durs sont décorés par les enfants. Dans la région de Liège en Belgique, au petit déjeuner lors de la fête de Pâques, un jeu opposait les convives qui cognaient leurs œufs, appelés cocognes, à tour de rôle l'un sur l'autre, le vainqueur étant celui dont l'œuf restait intact le dernier[réf. nécessaire].

Selon la tradition, l'expression œuf de Colomb, ferait référence à un défi lancé par Christophe Colomb, qui aurait écrasé la base de la coquille d'un œuf dur pour le faire tenir debout.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un tel gadget, formé d’un pliage en plastique serré par des élastiques, a été popularisé en France par le magazine de bande dessinée, Pif gadget.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Maincent-Morel 2015] Michel Maincent-Morel (photogr. Y. Poccard-Chapuis), La Cuisine de référence : techniques et préparations de base, fiches techniques de fabrication, Clichy, BPI, coll. « Enseignement, formation, restauration, hôtellerie. », , 1152 p. (ISBN 978-2-85708-573-7, OCLC 904719232).

Articles connexes[modifier | modifier le code]