Aire urbaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Unité urbaine.
Banlieue ouest de Tokyo, Japon.

Une aire urbaine est une notion géographique utilisée en urbanisme. Les définitions et appellations d'une aire urbaine, zone occupée essentiellement par des constructions (d'habitation et d'activité économique et administrative), varient selon les pays. Il s'agit d'agglomération transfrontalière si cette aire urbaine s'étend au-delà de la frontière d'un pays ou d'un État.

Définitions[modifier | modifier le code]

Les définitions des instituts statistiques des différents pays sont différentes pour exprimer des concepts similaires (liste non exhaustive).

Les États-Unis utilisent le terme de metropolitan area (« aire métropolitaine »), dont la définition a varié au cours des derniers recensements, mais qui englobe une agglomération et les zones périphériques qui lui sont liées du point de vue professionnel et commercial (notamment BosWash). Le terme urban area (littéralement « aire urbaine », urbanized area aux États-Unis) est également utilisé par plusieurs pays anglo-saxons : aux États-Unis, il s'agit d'un groupe d'unités de recensement d'une densité de population d'au moins 1 000 habitants par mile carré et les unités adjacentes d'une densité d'au moins 500 habitants par mille carré. En Australie, la densité minimale est fixée à 200 hab./km2. Au Royaume-Uni, il s'agit de zones dont l'écart entre habitations ne dépasse pas 200 m.

Au Canada, une région urbaine est un territoire ayant une population minimale de 1 000 habitants et une densité minimale de 400 hab./km2[1]. Si une région urbaine atteint 10 000 habitants, elle forme alors le noyau urbain d'une agglomération de recensement et comprend alors les municipalités voisines ayant un niveau d'intégration élevé. Si une agglomération de recensement dépasse 100 000 habitants et que son noyau urbain dépasse 50 000 habitants, elle sera reconnue comme région métropolitaine de recensement[2].

Au Portugal, la tipologia de Áreas Urbanas, établie en 1998 et appliquée depuis 2000 par l'Office statistique national (INE) et la Direction Générale de l'Aménagement du territoire et Développement Urbain (DGOTDU), établit des « aires à prédominance urbaine » (APU) sur la base des freguesias. Les APU sont délimitées sur des critères minimaux de taille (5 000 habitants agglomérés), de densité (500 habitants par kilomètre carré) ou de croissance de la population de la freguesia, mais aussi selon les fonctions administratives de la localité ou son voisinage d'une autre freguesia urbaine. Les APU regroupent ainsi 68 % de la population portugaise.

En Slovénie, les aires urbaines regroupent depuis 2003 un pôle urbain (mestna naselja), c'est-à-dire une ou plusieurs localités sélectionnées en fonction de leur taille, de leur rôle administratif et/ou d'un excès d'emplois par-rapport au nombre des actifs résidents, ainsi que des localités sous influence urbaine (naselja en mestnih obmocjih), c'est-à-dire situées à proximité d'un pôle de 5 000 habitants et plus, avec une proportion de pendulaires significative et un nombre limité d'exploitations agricoles. On compte ainsi 104 aires urbaines regroupant 49,5 % de la population slovène.

En Autriche, depuis 1975, les Stadtregionen (régions urbaines) sont constituées d'un pôle central, appelé Kernraum, regroupant 15 000 habitants au moins dans des zones dont l'écart entre habitations ne dépasse pas 500 m, ainsi que les communes dont au moins 30 % de la population résidente active travaille dans le pôle central. On compte 39 régions urbaines regroupant 5,2 millions d'habitants, soit 65,8 % de la population autrichienne en 2000.

Article détaillé : Aire urbaine (France).

En France, une aire urbaine est définie précisément comme l’ensemble constitué par un pôle urbain (agglomération offrant au moins 5 000 emplois) et sa couronne périurbaine dans lesquels travaille au moins 40 % de la population active résidente, soit l'équivalent grossier des metropolitan areas américaines. Une urban area anglo-saxonne se rapproche plus d'une unité urbaine française. Qui plus est, les unités de base sur lesquelles sont réalisés les calculs diffèrent d'un pays à l'autre suivant la division du territoire en vigueur. Aux États-Unis, les comtés sont souvent utilisés, tandis qu'en France, les communes remplissent cet office, lesquelles conduisent généralement à un maillage plus fin.

Limites de la notion[modifier | modifier le code]

Il est difficile d'établir des données comparables entre aires urbaines dans le monde, les méthodes de calculs étant différentes d'un pays à l'autre. Pour la liste des plus grandes aires urbaines, voir l'article détaillé : Liste des mégapoles. Ces difficultés ont donné naissance au concept de zone urbaine élargie, dont l'objectif est d'harmoniser les données sur le plan international, et plus particulièrement au sein de l'Union européenne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Geopolis : research group, university of Paris-Diderot, France — L'urbanisation dans le monde