Santa María (1492)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Santa María
illustration de Santa María (1492)
Réplique de la Santa María
Type Caraque
Caractéristiques techniques
Maître-bau 7,92 m
Carrière
Propriétaire Juan de la Cosa
Pavillon Drapeau de l'Espagne Monarchie espagnole

La Santa María est un des trois navires qui ont permis à Christophe Colomb de mener à bien, en 1492-1493, sa première expédition à travers la mer Océane, dont le but était d'atteindre les Indes (l'Asie) en naviguant vers l'ouest, mais qui est arrivé le 12 octobre dans l’archipel des Bahamas.

La Santa María est une caraque ou nef (en portugais : nau), alors que les deux autres navires sont des caravelles. La Santa María, navire amiral, est commandée directement par Christophe Colomb, futur « amiral de la mer Océane et vice-roi des Indes ». Les caravelles, la Santa Clara et la Santa Anna, sont entrées dans l'histoire sous les surnoms (d'époque) de la Niña (« la petite ») et la Pinta (« la maquillée »)..

Ce voyage est fatal à la Santa María qui s’échoue irrémédiablement dans la nuit du 24 au 25 décembre 1492 sur la côte d’Hispaniola, principale île découverte par Colomb à son arrivée en mer des Caraïbes.

Le premier voyage de Christophe Colomb (3 août 1492-15 mars 1493)[modifier | modifier le code]

Le 17 avril 1492, par les capitulations de Santa Fe, les Rois catholiques, qui viennent de mettre fin à la présence musulmane dans la péninsule Ibérique (prise de Grenade, 3 janvier 1492), chargent Christophe Colomb, qui les sollicite depuis 1485, d’atteindre les Indes (l’Asie) en naviguant vers l’ouest sur la mer Océane[Note 1]. Ils lui accordent trois navires pour six mois[Note 2], et enjoignent aux autorités de Palos de la Frontera, port que Colomb connaît bien, de l’assister pour la préparation de l’expédition.

L’escadre part le 3 août 1492 avec 90 hommes au total, fait escale à La Gomera aux Canaries pour diverses réparations, puis repart le 6 septembre vers le large. Le 12 octobre[Note 3], elle atteint une île, Guanahani, que Colomb baptise San Salvador (actuelles Bahamas). Croyant être arrivé aux Indes, il appelle les indigènes « Indiens ».

Après San Salvador, l’expédition atteint l'île d'Hispaniola (Saint-Domingue), à partir de laquelle est menée une exploration du nord de la mer des Caraïbes. Le 24 décembre[1], la Santa María est ancrée à Hispaniola pour les festivités de Noël ; à la suite d’un défaut de surveillance, elle dérive et s’échoue au large de Cap-Haïtien[Note 4] et ne peut pas être renflouée dans les jours qui suivent.

Colomb décide alors d’abréger le voyage et de rentrer avec les deux caravelles, en laissant sur place 39 hommes pour lesquels est construit avec le bois de la Santa María, le fort La Navidad)[Note 5].

L'escadre repart le 16 janvier vers la Castille, arrivant à Palos le 15 mars 1493.

La Santa María[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Cette caraque a été construite à Pontevedra, en Galice, aux chantiers navals du quartier A Moureira et est en 1492 la propriété de Juan de la Cosa.

Trois noms sont utilisés à l'époque pour la désigner, notamment dans le journal de bord de Colomb : Santa María, la Gallega (« la Galicienne ») et Maria Galanda (Marie Galante).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

On estime qu'elle faisait 25 mètres de longueur[2] pour 8 mètres de large et jaugeait 223 tonneaux, avec un équipage de 40 marins[3].

La longueur de sa quille était de 16 m et sa surface vélique de 270 m2.

Postérité[modifier | modifier le code]

Son surnom « Maria Galanda » a été donné par Colomb à l'île de Marie Galante qu'il découvre en , lors de son deuxième voyage.

Muséographie[modifier | modifier le code]

L'ancre de la Santa María au musée du Panthéon national haïtien.

L'ancre de la caraque, de quatre mètres de hauteur, est présentée au public au musée du Panthéon national haïtien à Port-au-Prince.

Une reproduction de la Santa María a été construite en 1992. Elle se trouve, avec celles des deux caravelles, à Palos de la Frontera, sur le quai des Caravelles (‘’Muelle de las Carabelas’’), non loin du Monastère de La Rábida.

Fausse découverte de l’épave (2014)[modifier | modifier le code]

En 2014, l’archéologue sous-marin américain Barry Clifford affirme avoir retrouvé, l’épave de la Santa María, reposant entre trois et cinq mètres de fond sur la côte nord d’Haïti, non loin de l'emplacement du fort de La Navidad qui fut lui-même identifié en 2003. D’après lui, le navire serait en assez bon état.

Les médias relayent cette information, mais aucune mesure et ni photographie fut présentée[4].

Cette découverte a été infirmée en grâce à un examen de l'épave par des plongeurs[5]. L'épave retrouvée est plus récente et révèle des techniques de construction du XVIIe siècle voire XVIIIe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. A cette époque, les Portugais ont réussi à atteindre le cap de Bonne-Espérance (1488) et préparent l’établissement d’une route vers les Indes par l’océan Indien (réalisée en 1498). Ce n’est qu’en 1520 que Magellan réalise le projet de Colomb, en découvrant le détroit de Magellan.
  2. Colomb sous-estime fortement la distance des Canaries à l'Asie, en supposant qu’elles soient séparées par un seul océan.
  3. Colomb déclarera plus tard que la traversée depuis les Canaries a duré 33 jours, en référence à l'âge du Christ. En effet, Il date le véritable départ de l'expédition du , jour où ils ont perdu de vue l'île de Hierro, la plus occidentale des Canaries. Il y a effectivement 33 jours du 9 septembre au 12 octobre.
  4. sur le territoire de l'actuelle commune de Limonade Article du Florida Museum of Natural History.
  5. Situé à une dizaine de kilomètres plus à l'est, sur le site du village d'En Bas Saline, près de la localité de Bord de Mer.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Chronologie: 1er voyage de Colomb », sur www.kronobase.org (consulté le )
  2. Histoire de Christophe Colomb, consulté le 12 septembre 2009.
  3. La source suivante indique 180 à 200 tonneaux de déplacement et 48 hommes d'équipage : https://ipmsbretagne.jimdo.com/the-pub/maquettes/santa-maria-denis/
  4. L'épave de la "Santa Maria" de Christophe Colomb aurait été retrouvée, FranceTv info, consulté le 14 mai 2014.
  5. article du Monde relatif à la découverte, consulté le 6 octobre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]