1961 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
1958 1959 1960  1961  1962 1963 1964
Décennies :
1930 1940 1950  1960  1970 1980 1990
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Dadaïsme et surréalisme Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1961 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

  • 2 mars : acquittement des accusés présents au « procès des barricades ».

Avril[modifier | modifier le code]

  • 7 avril : premiers tracts de l'OAS.
  • 11 avril :
    • de Gaulle évoque le futur de l’Algérie en tant qu’État-nation ;
    • création du Front algérien d'action démocratique (FAAD), organisation fantoche contrôlée par la SDECE.
  • 21 avril : tentative de putsch des généraux Challe, Salan, Jouhaud et Zeller à Alger (du 21 au 26 avril) : de Gaulle prend les pleins pouvoirs.

Mai[modifier | modifier le code]

Barrage d'agriculteurs sur une route de Dordogne, en solidarité avec leurs collègues bretons, le 24 juin.
  • 20 mai : ouverture des premiers pourparlers de paix à Évian entre une délégation du gouvernement français, conduite par Louis Joxe, et une délégation du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA).
  • 31 mai au 2 juin : visite en France du président Kennedy.
  • Mai et juin : dans un contexte d'exode rural, les agriculteurs restants ont agrandi leurs exploitations, ont investi pour se mécaniser et par conséquent se sont endettés fortement[2]. La surproduction fait chuter les cours de la pomme de terre, du chou-fleur et de l'artichaut et s'ensuivent en Bretagne des troubles graves — des légumes enduits de gazole sont déversés dans les rues de Pont-Aven le 27 mai, ville près de laquelle des urnes électorales sont brûlées le 4 juin, et alors que la colère est particulièrement vive dans le Haut-Léon et le Trégor, la sous-préfecture de Morlaix est brièvement occupée le 8 juin — une radicalité qui s'exprime d'autant plus après l'arrestation, le soir de ce dernier débordement, des leaders paysans Alexis Gourvennec et Marcel Léon[3]. Des lignes téléphoniques sont sabotées. La vague de manifestations s'étend à travers la France. Le gouvernement de Michel Debré est amené à entendre ce mécontentement. Le 22 juin, la relaxe par le tribunal de Morlaix des deux interpellés, suivie de leur libération, contribue à ce que s'apaise progressivement le conflit.

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

  • Mise en service du Mirage III qui permit à la France d'être le premier État européen à posséder des avions de chasse pouvant dépasser Mach 2.
  • 1er juillet : mort de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline.
  • 12 juillet : de Gaulle se prononce pour un État algérien mais aussi pour une partition du territoire afin de pouvoir regrouper les pieds-noirs.
    • Décret créant le Conseil supérieur du plan, chargé de planifier les investissements économiques de l'État.
  • 16 juillet : 2e victoire de Jacques Anquetil dans le Tour de France.
  • 29 juillet : Wallis-et-Futuna devient un territoire d'outre-mer.

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 1er novembre :
    • Ben Bella fait la grève de la faim pour obtenir le statut de prisonnier politique ;
    • le FLN organise en Algérie une journée pour l'indépendance : la répression fait une centaine de morts.

Décembre[modifier | modifier le code]

Économie & société[modifier | modifier le code]

  • Création à Paris des Mardis de l'ESSEC, qui deviendra la première tribune étudiante de France.
  • 1 818 000 élèves dans les établissements publics de second degré (1961-1962). 232 600 étudiants dans les universités.
  • À l'initiative de la Conférence épiscopale française est fondé le CCF, qui deviendra en 1965 le CCFD : Comité catholique contre la faim et pour le développement, aujourd'hui CCFD - Terre Solidaire.
  • Excédent budgétaire (1,2 % du PIB).
  • Le budget de la défense représente 5,44 % du PIB, soit 1590 milliards de francs
  • 34 % de prélèvements obligatoires.

Culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article connexe : 1961 en littérature.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films français sortis en 1961[modifier | modifier le code]

Autres films sortis en France en 1961[modifier | modifier le code]

Naissances en 1961[modifier | modifier le code]

Décès en 1961[modifier | modifier le code]

  • x

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]