Lamentin (Guadeloupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lamentin.

Lamentin
Lamentin (Guadeloupe)
L'Habitation Routa.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Basse-Terre
Canton Lamentin
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Nord Basse-Terre
Maire
Mandat
Jocelyn Sapotille
2014-2020
Code postal 97129
Code commune 97115
Démographie
Gentilé Lamentinois(es)
Population
municipale
16 687 hab. (2016 en augmentation de 7,76 % par rapport à 2011)
Densité 254 hab./km2
Géographie
Coordonnées 16° 16′ 14″ nord, 61° 38′ 21″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 740 m
Superficie 65,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte administrative de Guadeloupe
City locator 14.svg
Lamentin

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte topographique de Guadeloupe
City locator 14.svg
Lamentin
Liens
Site web Site officiel

Lamentin (en créole Manten ou Lamanten) est une commune française, située dans le département de la Guadeloupe. Les citoyens de Lamentin sont nommés les Lamentinois et les Lamentinoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de Lamentin.

La commune, intégrée à l'agglomération de Pointe-à-Pitre, s'étend dans la partie nord de Basse-Terre. Elle est séparée de Sainte-Rose, à l'ouest et au nord, par le cours de la Grande Rivière à Goyaves, et de Baie-Mahault, à l'est, par celui de la ravine Sans Nom. Son bourg se situe au fond de la baie du Grand Cul-de-sac marin, dans la baie du Lamentin formée par l'embouchure de la rivière du Lamentin qui traverse tout le territoire communal.

Trois îlets lui sont rattachés : Christophe, Fajou, Caret.

Le Morne Léger constitue le tripoint des communes de Petit-Bourg, Lamentin et Pointe-Noire.

Le Morne Jeanneton constitue le tripoint des communes de Sainte-Rose, Lamentin et Pointe-Noire.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Les différents lieux-dits et localités de Lamentin sont Bagatelle, Bréfort, Bellevue-Daras, Bergnolles, Blachon, Boisbert, Borel, Brie, Caillou, Castel, Chartreux, Desbonnes, Donotte, Douillard, Jaurès, Merlande, la Moisse, Monnier, Montauban, Pichon, Pierrette, Ravine-Chaude, Richard-L'Espérance, la Rosière, Roussel, Routa et Vincent.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sainte-Rose Rose des vents
Pointe-Noire N Baie-Mahault
O    Lamentin    E
S
Petit-Bourg Petit-Bourg

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fondée en 1720 dans une zone marécageuse, la commune tire son nom, comme son homonyme martiniquais du Lamentin, du lamantin, un mammifère marin aquatique herbivore historiquement présent dans le Grand Cul-de-sac marin et qui a depuis disparu des Petites Antilles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, elle doit son essor économique aux café, cacao, coton et à la canne à sucre.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[1],[Note 1].

En 2016, la commune comptait 16 687 habitants[Note 2], en augmentation de 7,76 % par rapport à 2011 (Guadeloupe : -2,6 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8 8408 9199 6439 88511 33413 43415 73815 48616 687
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[2] puis à partir de 2006[3])
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune appartient à l'arrondissement de Basse-Terre et au canton de Lamentin dont elle est le bureau centralisateur.

Pour l'élection des députés, Lamentin fait partie depuis 1988 de la troisième circonscription de la Guadeloupe.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Lamentin fait partie de la communauté d'agglomération du Nord Basse-Terre. Depuis 2014, son président est Jocelyn Sapotille, le maire de la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 mars 1971 René Toribio SFIO puis PS Directeur d'école
Sénateur de la Guadeloupe (1959 → 1968)
Conseiller général du canton de Lamentin (1947 → 1967)
Président du conseil général de la Guadeloupe (1955 → 1956)
mars 1971 mars 1989 Georges Dagonia PS Médecin
Sénateur de la Guadeloupe (1977 → 1986)
Conseiller général du canton de Lamentin (1967 → 1992)
Président du conseil général de la Guadeloupe (1976 → 1979)
mars 1989 juillet 1990[5]
(décès)
René Toribio PSG  
août 1990 mars 2001 José Toribio PSG Conseiller général du canton de Lamentin (1992 → 2015)
mars 2001 mars 2008 Reinette Juliard RPR puis UMP Conseillère régionale de la Guadeloupe (1998 → 2004)
mars 2008 mars 2014 José Toribio PSG Retraité de la fonction publique
Conseiller général du canton de Lamentin (1992 → 2015)
mars 2014 en cours Jocelyn Sapotille PS Cadre supérieur à La Poste
Conseiller régional de la Guadeloupe (2010 → 2015)
Conseiller départemental du canton de Lamentin (2015 → )
Président de la CA du Nord Basse-Terre (2014 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

Port de pêche, la commune de Lamentin s'oriente désormais vers le tourisme vert avec, en particulier, la station thermale de Ravine Chaude. Un projet de parc éolien porté par l'entreprise Valorem devrait voir le jour durant la décennie 2020, ce qui représenterait le deuxième réalisé en Basse-Terre après celui de Sainte-Rose, mis en service en janvier 2019[6].

Société et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune accueille sur son territoire le collège Appel-du-18-Juin, le lycée d'enseignement professionnel Bertène-Juminer, six écoles primaires et quatre écoles maternelles. La commune de Lamentin accueille plus de 4 485 élèves sur son territoire.[réf. nécessaire]

Santé[modifier | modifier le code]

Équipements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

La commune possède différents équipements sportifs avec le stade municipal, des courts de tennis et une salle multisports. Les clubs sportifs de la commune sont :

  • Stade Lamentinois (football)
  • Evolucas (football)
  • A.J Castel (football)
  • USL (Uni sport lamentinois) (cyclisme)

Dans le domaine culturel la commune accueille le « Ciné-théâtre » ainsi qu'un centre de culture scientifique, l'Archipel des Sciences, ainsi que la médiathèque Ernest-Pépin, inaugurée en 1997. L'Habitation Routa est classée aux monuments historiques depuis 2013[7].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices remarquables[modifier | modifier le code]

C'est à Lamentin que l'architecte Ali Tur a réalisé le plus grand nombre et les plus importantes (artistiquement) de ses constructions sur l'île entre 1930 et 1932, mandaté par différentes autorités pour reconstruire les édifices civils et religieux après les dévastations de l'ouragan Okeechobee en 1928 : la mairie, son square environnant et le monument aux morts ; la justice de Paix ; le marché ; la reconstruction de l'église de la Sainte-Trinité, sa sacristie et le presbytère ; le groupe scolaire[8].

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Les sites naturels touristiques de Lamentin comprennent la Ravine Chaude, l'une des sources thermales de l'île (qui développe le thermalisme et la balnéothérapie), ainsi que le centre d'élevage des lamantins[9] et le port de pêche de Blachon, et l'usine de Grosse Montagne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Christine Kelly (1969-), journaliste et écrivain
  • René Toribio (1912-1990), homme politique
  • Ernest Pépin (1950-), écrivain et poète
  • Dany Bébel-Gisler, (1935- décès en 2003 au Lamentin), chercheur au CNRS et sociologue, créée la première école uniquement créolophone au Lamentin, Bwadoubout.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  2. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  3. pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016
  4. Les maires de Lamentin de 1838 à nos jours, sur villelamentin971.fr
  5. Nécrologie dans Le Monde du 29 juillet 1990.
  6. « Guadeloupe: La part de l'éolien va doubler dans la production énergétique du département », 20minutes,‎ (lire en ligne).
  7. « Habitation Routa », notice no PA97100039, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. Michèle Robin-Clerc, Note descriptive de l’œuvre d’Ali Tur, Basse-Terre, Conseil régional de Guadeloupe, (lire en ligne).
  9. « Le centre d'élevage des lamantins est opérationnel », France-Antilles, 22 février 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :