1958 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
1955 1956 1957  1958  1959 1960 1961

Décennies :
1920 1930 1940  1950  1960 1970 1980
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique, Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec, Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador, Territoires du Nord-Ouest et Yukon) et États-Unis (Louisiane)) et Europe (Belgique, France, Italie et Suisse)


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Fantasy Football Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1958 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

  • Le gouvernement Félix Gaillard décide la fabrication d’une force de frappe nationale et d’entamer une politique de détachement croissant à l’égard de l’OTAN.

Mai[modifier | modifier le code]

  • 8 mai : alors qu’il s’apprête à rentrer en métropole, Lacoste, ministre-résident en Algérie, s’adresse aux généraux français : « Méfiez-vous. N’acceptez rien contre votre honneur. Attention à un Diên Biên Phu diplomatique. » Le pouvoir civil n’a plus de représentant à Alger.
  • 9 mai : le Président de la République René Coty désigne Pierre Pflimlin comme président du Conseil. Il doit être investi le 13 mai.
  • 13 mai : crise de mai 1958 :
    • L’immeuble du gouvernement général - le « G.G. » - à Alger est investi par les manifestants. Le général Jacques Massu constitue un Comité de Salut Public à Alger pour maintenir l'Algérie française, qui exige la création en France d’un gouvernement d’exception.
  • 14 mai :
    • début du gouvernement Pierre Pflimlin (MRP). L’Assemblée nationale lui accorde sa confiance en pleine nuit (274 voix contre 129) ;
    • le président René Coty ordonne à l’armée d’Algérie de rester sous l’autorité du gouvernement : il n’est pas obéi.
  • 15 mai : à Alger, le général Salan, poussé par Léon Delbecque, vice-président du Comité de Salut Public, crie : « Vive de Gaulle ! », repris par la foule massée devant le « G.G. ».
  • 15 mai : le général de Gaulle se déclare prêt à assumer les pouvoirs de la République.
  • 16 mai : l’Assemblée nationale instaure l’État d’urgence. Les pouvoirs spéciaux en Algérie sont renouvelés.
  • 19 mai : conférence de presse du général de Gaulle : il prévient qu’il ne reviendrait pas au pouvoir « selon les rites habituels » et déclare : « Moi seul, je peux sauver la France. » Il rassure en déclarant : « Pourquoi voulez vous qu'à 67 ans, je commence une carrière de dictateur ?».
  • 21 mai : le parlementaire Georges Bidault (M.R.P.) annonce son ralliement au général de Gaulle.
  • 22 mai : Antoine Pinay annonce son ralliement au général de Gaulle.
  • 24 mai : des comités de salut public sont constitués en Corse à l’instigation d’envoyés d’Alger.
  • Dans la nuit du 26 au 27 mai : rencontre entre De Gaulle et Pflimlin à Saint-Cloud.
  • 27 mai : le général de Gaulle se démarque des nombreuses velléités putschistes de certains militaires français et traite de « braillards d’Alger » les hommes du 13-mai.
  • 28 mai :
  • 29 mai : alors que pèse la menace d’un putsch, le général Charles de Gaulle accepte de former le gouvernement.

Juin[modifier | modifier le code]

  • 1er juin : par 329 voix contre 224, l’Assemblée nationale accorde sa confiance au gouvernement formé par Charles de Gaulle. Mendès France, Mitterrand, une partie des socialistes et des radicaux et les communistes ont voté contre.
  • 2 juin : le nouveau président du Conseil de Gaulle obtient les pleins pouvoirs de l'Assemblée pour six mois, avec mission d'élaborer une nouvelle Constitution.
  • 3 juin : délégation du pouvoir constituant. Loi de 5 bases. Dévaluation de 20 % du franc.
  • 4 juin : premier voyage de de Gaulle en Algérie ; discours de de Gaulle à Alger, département d'Alger : « Je vous ai compris ! ».
  • 6 juin : discours de de Gaulle à Mostaganem, département d'Oran : « Vive l'Algérie française ! ».
  • 9 juin : le ministère de l’Algérie est rattaché à la Présidence du Conseil.
  • 13 juin : le Général de Gaulle prononce la première allocution télévisée d'un homme politique.
  • 15 juin : la société PETROREP commence à exploiter le gisement de pétrole de Coulommes–Vaucourtois (77).
  • 24 juin : la France perd en demi-finales de Coupe du Monde en Suède face au Brésil. Pelé marque 3 buts ce jour-là.
  • 28 juin : l’équipe de France se classe troisième à la Coupe de Monde de football, organisée par la Suède. Raymond Kopaswzewski dit Kopa est reconnu le meilleur joueur du « Mundial » . Le français Just Fontaine est sacré le meilleur buteur avec 13 buts.

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 12 juillet : construction à Pierrelatte d'une usine de séparation isotopique de l'uranium.
  • 31 juillet : Hausse fiscale de 50 milliards de francs. Surtaxe sur le bénéfice commerciale, hausse de 10 % du prix de l'essence, contribution exceptionnelle sur les hauts revenus.

Août[modifier | modifier le code]

  • 20 août :
    • tournée du général de Gaulle en Afrique. À Brazzaville il fait un discours permettant aux territoires africains de se retirer de la « communauté » en votant contre la ratification de la nouvelle Constitution au référendum ;
    • en Algérie, la direction du FLN est purgée par les dirigeants de l’ALN.

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 23 et 30 novembre : élections législatives. Large victoire de la droite (UNR), fort recul des communistes. L’UNR remporte plus de 20 % des voix et 198 députés au second tour aux dépens des socialistes (44 sièges), des radicaux (23) et des communistes (10). Les modérés obtiennent 133 sièges. Sur 480 élus, plus de 400 sont des nouveaux députés.

Décembre[modifier | modifier le code]

  • 9 décembre : session inaugurale du premier parlement de la Ve République. Jacques Chaban-Delmas est élu président de l’Assemblée nationale et Gaston Monnerville, président du Sénat.
  • 21 décembre : Charles de Gaulle est élu président de la République et de la Communauté française au suffrage indirect avec 77,5 % des voix, il succède à René Coty le 8 janvier 1959 (fin en 1969).
  • 27 décembre : Vote par la chambre du Plan Pinay-Rueff d'assainissement financier
    • Dévaluation de 17,5 % et création du nouveau franc.
    • Lancement d'un emprunt national indexé à 3,5 % sur l'or, net d'impôt. Il rapportera 325 milliards de francs.
    • Fin temporaire de l'indexation des salaires sur l'inflation (sauf pour le SMIG).
    • Libéralisation des prix.
    • Recettes évaluées à 5 700 milliards de francs
      • 5 500 milliards de francs de recettes fiscales.
      • Suppression du crédit d'impôt sur les bénéfices commerciaux et agricoles, rapportant 100 milliards de francs de recettes supplémentaires.
      • Majoration de 100 milliards de francs liées à des surtaxes exceptionnelles sur les hauts revenus et sur les profits des grands entreprises.
    • Dépenses établies à 5 500 milliards de francs
      • 3 100 milliards de francs pour les dépenses sociales et les dépenses de fonctionnement de l'Etat (intérieur, justice, instruction...)
      • 800 milliards de francs affectés aux investissements publics : la loi établit une distinction entre le logement social financé par l’État et le logement « privé» financé par l’épargne, ce qui permet une économie sur le budget d'environ 250 milliards de francs.
      • 1600 milliards de francs affectées aux dépense militaires.
    • Baisse de 10 % des tarifs douaniers avec les pays de la CEE.
  • 31 décembre : création de l’Assedic (Association pour l’emploi dans l’industrie et le commerce).

Économie & société[modifier | modifier le code]

  • L'assurance automobile devient obligatoire.
  • Création du régime de l'Assurance chômage des salariés (Unedic et Assedic).
  • 15,2 % d'inflation.
  • Excédent commercial au 4e trimestre.
  • 690 milliards de francs de déficit public.
  • La dette de l'Etat atteint 32 % du PIB.
  • 2,5 % de croissance annuelle.
  • La télévision équipe un peu moins de 10 % des foyers, mais les Français disposent de 10,5 millions de récepteurs radios.
  • Le taux de natalité est encore supérieur à 18 ‰, un taux qui correspond à environ 810 000 naissances par an. Entre 1946 et 1958, le nombre des jeunes âgés de moins de 15 ans a augmenté de plus de 30 %. Il en résulte une explosion des effectifs à scolariser. Ce sont les enfants du baby-boom.
  • 460 000 hommes sont engagés en Algérie.
  • Les dépenses militaires représentent 6,1 % du PIB

Culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article connexe : 1958 en littérature.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films français sortis en 1958[modifier | modifier le code]

Autres films sortis en France en 1958[modifier | modifier le code]

  • x

Naissances en 1958[modifier | modifier le code]

Décès en 1958[modifier | modifier le code]

  • x

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]