1835 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
1832 1833 1834  1835  1836 1837 1838
Décennies :
1800 1810 1820  1830  1840 1850 1860
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Chemins de fer Droit Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Santé et médecine Science Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1835 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

  • Alexis de Tocqueville entreprend la rédaction de sa seule étude d'économie, un Mémoire sur le paupérisme publié dans les Mémoires de la société académique de Cherbourg, qu'il achèvera en avril. Une suite, inachevée, sera rédigée en 1837.

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

Mai[modifier | modifier le code]

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

Août[modifier | modifier le code]

  • 4 août : le gouvernement dépose trois projets de lois d'exception, concernant la presse, les jurys d'assises et le déroulement des procès pour rébellion; ces lois seront adoptées et promulguées en septembre.
  • 13 août : arrêt de la Cour des pairs concernant les condamnés de Lyon (72 condamnations).

Septembre[modifier | modifier le code]

  • 9 septembre :
    • promulgation de trois lois relatives à la sûreté de l’État, dites Lois de septembre. Elles portent modification des articles 341, 345, 346, 347 et 352 du Code d'instruction criminelle, et de l'art. 17 du Code pénal (introduction de la déportation dans une prison hors du territoire continental) :
      • loi relative au déroulement des procès des personnes accusées de rébellion, détention d’armes illicites, qui donne des pouvoirs accrus au président de la Cour d’assises et au Procureur général ;
      • loi qui ramène à la majorité simple de 7 contre 5 - au lieu de la majorité des 2/3 - la déclaration de culpabilité ou d’innocence aux assises ;
      • loi qui renforce la répression des attaques en direction de la personne du roi ou de la forme et du principe du gouvernement. Ces nouvelles lois restreignent la liberté de la presse et du théâtre (Wievorka) : Loi sur les crimes, délits et contraventions commis par la voie de la presse et autres moyens de publication.

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

Décembre[modifier | modifier le code]

  • 15 décembre : Victor Hugo publie sans le signer, dans le Vert-Vert, un article en faveur de Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier.
  • 29 décembre : ouverture de la session parlementaire de 1836.
  • 31 décembre : Arthur de Gobineau entre en relation avec l'orientaliste Joseph Toussaint Reinaud, membre de l'Institut. Mme Laigneau habite Lille et Gobineau est en correspondance avec elle, mais elle est toujours très réticente en ce qui concerne le mariage d'Amélie avec Arthur.
    • Arthur de Gobineau habite rue Saint-Benoît au faubourg Saint-Germain. Il travaille à la Compagnie française d'éclairage par le gaz (Société Larrieu, Brunton Pilté, Pauwels et Cie) et donne des leçons à ses moments libres. Il est attaché non rétribué à cette société et vit surtout d'une pension de cent francs par mois que lui consent son oncle Thibaut-Joseph. Il prend des leçons d'anglais que lui paie son oncle.

Société[modifier | modifier le code]

Naissances en 1835[modifier | modifier le code]

Décès en 1835[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Vareilles, Histoire d'attentats politiques, de l'an 44 av. Jésus-Christ à nos jours, Éditions L'Harmattan, (ISBN 9782747596855, présentation en ligne)