1952 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une chronologie ou une date image illustrant la France
Cet article est une ébauche concernant une chronologie ou une date et la France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1952 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

  • 12 février : présentation par le nouveau gouvernement d'un projet de loi majorant les impôts de 10 %.
  • 14 février : massacre de la Saint-Valentin (Guadeloupe)[1].
  • 18 février : décret instituant la commission des comptes et des budgets économiques de la Nation.
  • 28 février : La récession que connaissent les États-Unis, la guerre de Corée, les déficits hérités des gouvernements précédents, la course prix-salaires dégradent considérablement la balance des paiements. Le gouvernement prend des mesures restrictives sur l’économie, il suspend la libéralisation des échanges, limite les importations et demande une avance de 25 milliards de francs à la Banque de France pour faire face aux dépenses immédiates et au remboursement de la dette. Le président du conseil Edgar Faure propose un plan d'économies de 100 milliards, une réforme fiscale et l'augmentation des impôts de 15 %. Mais l'Assemblée nationale ne soutient pas ces mesures d’austérité, entraînant la chute du premier gouvernement Faure.
  • 29 février : Censure d'Edgar Faure par le parlement. Celui-ci déclarera plus tard : « Mon gouvernement dura quarante jours, compta quarante ministres et me fit perdre quatre kilos ».

Mars[modifier | modifier le code]

  • 8 mars : Investiture du gouvernement Antoine Pinay avec une majorité de centre-droit de 324 voix contre 206. Celui-ci, lors de son discours d’investiture, marque sa détermination à régler les problèmes du pays, à savoir les prix, le budget, la balance des paiements et la stabilité du franc
  • 15 mars : barrage de Tignes.
  • 26 mars : mise en eau du premier village de Tignes (vieux Tignes).

Avril[modifier | modifier le code]

  • 8 avril : Après des débats houleux, l'Assemblée nationale approuve finalement par 311 voix contre 206 la loi sur le budget.
    • Amnistie fiscale pour les fraudeurs du fisc.
    • Coupes dans les dépenses de 110 milliards de francs.
    • Réduction d'impôts de 54 milliards de francs pour les ménages et les entreprises (relèvements des tranches d'imposition de l'impôt).
    • Mesures fiscales favorisant le développement de l'appareil productif.
    • Nouvelles mesures de soutien aux départements algériens.
    • Emprunt de 100 millions de francs auprès de la C.E.C.A.
  • Les recettes établies à 2 773 milliards de francs laissent un déficit budgétaire élevé de 445 milliards de francs.
  • 10 avril : l'article 2 de la loi du 10 avril 1952, ratifiant le traité instituant la C.E.C.A., prescrivait au gouvernement français « d'engager, avant l'établissement du marché commun, des négociations avec les gouvernements intéressés, pour aboutir à une réalisation rapide de la canalisation de la Moselle (rivière) entre Thionville et Coblence ».

Mai[modifier | modifier le code]

  • 26 mai : lancement de l'emprunt Pinay (1952-1958), avec une garantie sur le cours de l'or et dispensé des droits de succession et de donation. Les intérêts, à hauteur de 3,5 % par an, sont défiscalisées.
    • Antoine Pinay, président du conseil, lance un emprunt indexé sur l’or assortit d’une amnistie fiscale qui fait rentrer les capitaux placés à l’étranger. Il rapportera 428 milliards de francs aux finances publiques. La guerre de Corée fait baisser les prix mondiaux des matières premières. Fin provisoire de l’inflation. Les prix baissent pour la première fois depuis 1935.
  • 27 mai : signature du traité de Paris instituant la Communauté européenne de défense (CED), par les six pays de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA). La création d’une armée européenne intégrée, sous commandement supranational, rend possible le réarmement de la RFA sans reconstitution d’une armée autonome.
  • 28 mai : manifestation communiste à Paris à l’occasion de l’arrivée en France du nouveau commandant en chef des forces de l’OTAN en Europe, le général Ridgway. Sept cent dix-huit personnes sont arrêtées dont le dirigeant du parti communiste Jacques Duclos (affaire des pigeons de Jacques Duclos, libéré lé 1er juillet).

Juin[modifier | modifier le code]

  • 3 juin : L'assemblée vote par 295 voix contre 253 le projet de loi du gouvernement Pinay sur l'échelle mobile des salaires. Désormais, les salaires seront indexés sur l'inflation.
  • 15 juin : adoption d’un plan quinquennal de développement de l’énergie atomique.
  • 21 juin : arrêté gouvernemental sur création d'une commission de codification des textes intéressant la comptabilité publique.
  • 22 juin : transfert des cendres de Louis Braille au Panthéon à Paris.
  • 27 juin : Joseph Laniel est nommé Président du Conseil du gouvernement Antoine Pinay.
  • 30 juin : Décret exonérant d’impôt sur les bénéfices des plus-values les sociétés de portefeuilles, destinées à gérer, pour le compte de particuliers ou d’entreprises, des portefeuilles de valeurs mobilières. Les dividendes versées sont exonérées de l'impôt sur le revenu.

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 3 juillet : inauguration d’un accélérateur de particules au centre d’étude nucléaires de Saclay.
  • 8 juillet : loi instaurant l'échelle mobile des salaires.
  • 10 juillet : loi créant une nouvelle allocation vieillesse destinée aux agriculteurs, gérée par un nouveau Fond de gestion de l'allocation-vieillesse. Cette allocation sera financée par une nouvelle taxe de 0,4 % sur les importations agricoles (contrevenant à la promesse d'Antoine Pinay de ne pas créer de nouveaux impôts). Cette taxe apportera 200 millions de francs supplémentaires au budget de l'Etat.
  • 24 juillet : vote du premier plan quinquennal nucléaire français (1952-1957). Rejet d'un amendement communiste visant à interdire les applications militaires.

Août[modifier | modifier le code]

  • 5 août : affaire Dominici. Assassinat des époux Drummond et de leur fille près de la ferme des Dominici. Quinze mois après Clovis et Gustave Dominici dénoncent leur père Gaston pour le crime.

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

Décembre[modifier | modifier le code]

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • En juillet, Adoption de l'échelle mobile des salaires.
  • Création de la société de travaux publics Bouygues.
  • 12 % d'inflation

Culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article connexe : 1952 en littérature.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films français sortis en 1952[modifier | modifier le code]

Autres films sortis en France en 1952[modifier | modifier le code]

Naissances en 1952[modifier | modifier le code]

Décès en 1952[modifier | modifier le code]

18 novembre : Paul Éluard

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire contemporaine de la Caraïbe et des Guyanes : de 1945 à nos jours, par Jacques Adélaïde-Merlande Publié par KARTHALA Editions, 2002 (ISBN 978-2-84586-252-4)