1935 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chronologies
Description de cette image, également commentée ci-après
Années :
1932 1933 1934  1935  1936 1937 1938
Décennies :
1900 1910 1920  1930  1940 1950 1960
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Dadaïsme et surréalisme Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Cette page concerne l'année 1935 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

 Sommaire :  Haut - Janvier - Février - Mars - Avril - Mai - Juin - Juillet - Août - Septembre - Octobre - Novembre - Décembre 

Janvier[modifier | modifier le code]

Le général Gamelin en 1935.

Février[modifier | modifier le code]

  • 6 février : décret autorisant le non-renouvellement des cartes d'identités de travailleur des étrangers ayant séjourné moins de dix ans en France quand ils travaillent dans des secteurs touchés par le chômage ; tout étranger changeant de département doit obtenir une autorisation préalable de la préfecture[6].
  • 22-23 février : tempête sur les régions s’étendant des Charentes à la Bourgogne[7].

Mars[modifier | modifier le code]

  • 15 mars : la loi fixe à deux ans la durée du service militaire, à titre exceptionnel jusqu'en 1939[8].
  • 29 mars : loi Brachard sur le statut de journaliste professionnel[9].
  • 30 mars : le gouvernement adopte le « décret Régnier » autorisant l’État à réprimer et interdire toute manifestation dirigée contre la nation et la souveraineté française en Algérie[10].

Avril[modifier | modifier le code]

Mai[modifier | modifier le code]

Édouard Herriot lors d'un déjeuné à l'ambassade de l'URSS à Paris en l'honneur de la délégation de l'aviation soviétique, en 1935.
  • 5 - 12 mai : élections municipales favorables à la gauche[17]. Les radicaux, qui ont enregistré de médiocres résultats, rejoignent les deux autres partis de gauche. Le PCF obtient 90 villes.
  • 18 mai : deux mille ouvrières de la confection manifestent à Paris. La grève des midinettes parisiennes, partie de chez Lanvin à la suite d'une nouvelle baisse des salaires, se propage aux maisons Chanel, Worth, Paquin, Nina Ricci, Molyneux et Decrolle. Menée par la CGTU et Germaine Chaplain (future épouse d'Eugène Hénaff), elle concerne 21 maisons de coutures 4 000 ouvrières. Le 23 mai elles obtiennent de la Chambre patronale de la Haute couture des garanties de salaires, la reconnaissance des sections syndicales d’entreprises et des déléguées d’atelier et une semaine de congés payés. Le travail aux pièces est maintenu dans cinq maisons mais supprimé dans trois[18]. Les midinettes organisent un bal pour fêter la victoire le 30 mai[19].
Le Normandie le jour de son inauguration.

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

Manifestation du 14 juillet 1935, Paris, place de la Bastille.
  • 14 juillet : le Front populaire organise un grand défilé unitaire à Paris aux mots d'ordre de « pain, paix et liberté », fondement de sa constitution à la fin de 1934[18].
  • 16 juillet, 8 août et 30 octobre : décrets-lois de Pierre Laval mettant en œuvre une sévère politique déflationniste. Réduction de 10 % de toutes les dépenses publiques (État, collectivités locales, établissements publics et services concédés)[27]. Sont comprises les dépenses de personnel, mais aussi les arrérages des rentes et emprunts de l’État. Les dépenses sont réduites de 5 milliards de francs avec une baisse de 10 % du traitement des fonctionnaires. L'impôt général sur le revenu est majoré de 1,2 milliard de francs. Un décret-loi, pour éviter un trop lourd effort fiscal sur les ménages, réduit de 10 % des prix du gaz et de l’électricité, des loyers et des intérêts des dettes hypothécaires[28].
  • 26 juillet : loi réservant l'exercice de la médecine et de l'art dentaire aux naturalisés ayant effectué leur service militaire en France, à la suite de la grève des facultés de médecine contre les « métèques » en février[29].
  • 28 juillet : le Tour de France cycliste est remporté par le belge Romain Maes, deuxième l'italien Ambrogio Morelli à 17 min 52 s, troisième et vainqueur du classement de la montagne le belge Félicien Vervaecke à 24 min 06 s[30].
  • 30 juillet : décret-loi « relatif à la défense du marché des vins et au régime économique de l'alcool ». Création d'un « comité national des appellations d’origine des vins et des eaux-de-vie » (CNAO, futur INAO) et de la notion d'Appellation d'origine contrôlée[31]. Il prévoit une indemnité pour favoriser l'arrachage facultatif des vignes[32].

Août[modifier | modifier le code]

Septembre[modifier | modifier le code]

  • 23 septembre : le docteur Alexis Carrel, prix Nobel de Médecine en 1912, publie en français chez Plon son essais L'Homme, cet inconnu, best-seller mondial, dans lequel il développe ses idées eugénistes[34]. Il préconise « Le conditionnement des criminels les moins dangereux par le fouet, ou par quelque autre moyen plus scientifique » ainsi que la création d’un « établissement euthanasique, pourvu de gaz appropriés », en vue d’éliminer les délinquants les plus dangereux[35].
  • 29 septembre : lancement de Radio Cité à Paris[36].

Octobre[modifier | modifier le code]

  • 4 octobre : manifeste des intellectuels français pour la défense de l’Occident et la paix en Europe[37].
  • 16 octobre : la Dépêche algérienne publie la « circulaire Barthel », adressée aux communistes d'Algérie. Elle fait scandale dans la presse européenne en proclamant : « La nation française n’est pas la nation du peuple d’Algérie, c’est une nation étrangère au peuple d’Algérie, c’est la nation oppresseuse, c’est la nation de l’impérialisme qui (…) s’est annexée l’Algérie et qui courbe sous l’esclavage la nation algérienne »[38].
  • 23 octobre :
  • 25 octobre : décret instituant le contrôle financier des offices et des établissements publics autonomes de l’État[41].
  • 30 octobre : nouveau train de décrets-lois. Le gouvernement prend 317 mesures diverses : réorganisation administrative, création de centres de rééducation des chômeurs, réorganisation des services du ministère du commerce, etc.[28]
    • décret-loi instituant le contrôle financier sur les sociétés, syndicats et associations ou entreprises de toute nature ayant fait appel au concours financier de l’État[41].
    • décret-loi instituant un comité professionnel de la meunerie et restreignant la production de farine[32].
    • décret-loi limitant la fabrication de la soie[42].
    • décret-loi unifiant le droit en matière de chèques et relatif aux cartes de paiement[43].
    • création des PSS (plan de surface submersible) pour gérer le risque d'inondation[44].

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 14-26 novembre : grève des forges d'Homécourt à Saint-Chamond contre la « rationalisation du travail »[45]. La grève s'accompagne pour la première fois d'une occupation des locaux. Les grévistes obtiennent des hausses de salaire, l’instauration de délégués du personnel et une classification des ouvriers en trois catégories en fonction de leur qualification[46].
  • 16 novembre : fondation à Paris de la « Légion des Mille », association qui regroupe « les mille plus jeunes et plus méritants  » volontaires ayant combattu dans les armées françaises pendant la Première Guerre mondiale[47].
  • 22 novembre : fondation du Comité France-Allemagne. La propagande allemande se développe en France, particulièrement active dans la presse, sous l'impulsion d'Otto Abetz[48].

Décembre[modifier | modifier le code]

Thématique[modifier | modifier le code]

Crise nationale. L’opinion se divise : la droite nationaliste préconise la conciliation face aux dictatures, la gauche autrefois pacifiste réclame la fermeté face à Hitler et Mussolini.

Une nouvelle rechute de la production industrielle rend la situation économique aussi mauvaise au printemps qu’en 1932. De 42,4 milliards en 1931-1932, les recettes fiscales tombent à 31,9 milliards en 1935. Le déficit budgétaire passe de 5,5 à 10,4 milliards. L’équilibre ne peut être atteint, mais les efforts faits pour l’atteindre (augmentation des impôts, réduction des dépenses publiques) aggravent la crise et retardent sa solution. La politique de déflation (réduction par décret des prix de divers produits et compressions des dépenses publiques) mise en route à partir de juillet par le gouvernement Laval et poursuivie par le gouvernement Sarraut pour ramener les prix français au niveau de ceux des principaux partenaires commerciaux n'aboutit pas à la baisse des prix espérée, car le gouvernement en fait entretien l'inflation en comblant le déficit budgétaire par l'émission de bons du Trésor que les souscripteurs réescomptent auprès de la Banque de France. Ainsi les liquidités en circulation augmentent et stimulent la demande intérieure et l'industrie doit faire face par une hausse de sa production, alors que dans le même temps de mauvaises récoltes et le contingentement des importations poussent à l'augmentation des prix agricoles.

Le total des placements français à l'étranger se monte à 200 milliards de francs, mais ne rapporte que 2 milliards au lieu des 10 milliards espérés. L'emprunt a été balayé par la révolution soviétique, et la crise de 1929 a fait sombrer de nombreux investissements. Le sénateur Charles Dumont, président de la commission des emprunts-or, parle de « l'immense désastre des placements d'avant-guerre à l'étranger », aucune législation internationale ne protège la masse des petits porteurs.

Naissances en 1935[modifier | modifier le code]

Décès en 1935[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Simon Imbert-Vier, Tracer des frontières à Djibouti : des territoires et des hommes aux XIXe et XXe siècles, Paris, Kartala, , 479 p. (ISBN 978-2-8111-0506-8, présentation en ligne)
  2. « Décret du 10 janvier 1935 relatif à la communication des dossiers des magistrats et interdisant à ceux-ci toute démarche en leur faveur. », sur www.legifrance.gouv.fr
  3. Jean Vanwelkenhuyzen, Le gâchis des années 30 : 1933-1937, vol. 1, Bruxelles, Lannoo Uitgeverij, , 558 p. (ISBN 978-2-87386-408-8, présentation en ligne)
  4. a et b Serge Berstein et Pierre Milza, Histoire de la France au XXe siècle, Place des éditeurs, (ISBN 978-2-262-07091-5, présentation en ligne)
  5. « Service législatif, courrier, documentation, Troisième République, CFLN, GPRF, Quatrième République, Afrique du Nord (1935-1947) », sur francearchives.fr
  6. Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France : De la guerre de Cent Ans à nos jours, Agone, , 832 p. (ISBN 978-2-7489-0302-7, présentation en ligne)
  7. « Tempête des 1935 », sur http://tempetes.meteo.fr
  8. François Gresle, Le Service national. Que sais-je ?, Presses universitaires de France, , 128 p. (ISBN 978-2-13-067634-8, présentation en ligne)
  9. Christian Delporte, Claire Blandin et François Robinet, Histoire de la presse en France : XXe-XXIe siècles, Armand Colin, , 352 p. (ISBN 978-2-200-61585-7, présentation en ligne)
  10. André Nouschi, La naissance du nationalisme algérien, 1914-1954, Les Éditions de Minuit, , 188 p. (ISBN 978-2-7073-5019-0, présentation en ligne)
  11. Revue generale de l'air et de l'espace, vol. 17, Éditions Internationales, (présentation en ligne)
  12. Caroline Benoist-Lucy, Jean-Claude Ricci, Memento Jurisprudence administrative, Hachette Éducation, , 160 p. (ISBN 978-2-01-181252-0, présentation en ligne)
  13. Jean-Marc Delaunay, Des palais en Espagne : l'Ecole des hautes études hispaniques et la Casa de Velázquez au cœur des relations franco-espagnoles du XXe siècle (1898-1979), Casa de Velázquez, , 670 p. (ISBN 978-84-86839-51-2, présentation en ligne)
  14. a et b Michel Ballard, Françoise Berger et Gilles Ferragu, Le XXe siècle (1914-2001), Hachette Éducation, , 416 p. (ISBN 978-2-01-140213-4, présentation en ligne)
  15. a et b Thierry Kubbler et Emmanuel Lemieux, Cognacq Jay 1940, Calmann-Lévy, , 220 p. (ISBN 978-2-402-17474-9, présentation en ligne)
  16. Jean Ruhlmann, Histoire de l'Europe au XXe siècle : De 1918 à 1945 : de la fin de la Grande Guerre à l'écroulement du nazisme, vol. 2, Éditions Complexe, , 252 p. (ISBN 978-2-87027-551-1, présentation en ligne)
  17. Nobuhito Nagai, Les conseillers municipaux de Paris sous la troisième république, 1871-1914, Publications de la Sorbonne, , 375 p. (ISBN 978-2-85944-440-2, présentation en ligne)
  18. a et b Louis-Pascal Jacquemond, L’Espoir brisé. 1936, les femmes et le Front populaire, Belin, (ISBN 978-2-410-00166-2, présentation en ligne)
  19. Didry Claude, « « Les midinettes, avant-garde oubliée du prolétariat » », L'Homme & la Société, vol. 3, nos 189-190,‎ , p. 63-86 (présentation en ligne)
  20. Frédérick Gersal, Le Jour où... : Les 100 Dates qui ont fait l'histoire de France, Albin Michel, , 400 p. (ISBN 978-2-226-33041-3, présentation en ligne)
  21. Jacques Bergier, Agents secrets contre armes secrètes, J'ai lu, , 260 p. (ISBN 978-2-402-31894-5, présentation en ligne)
  22. a b c et d Dominique Borne et Hubert Néant, La politique en France - XIXe : XXe siècles, Hachette Éducation, , 256 p. (ISBN 978-2-01-320110-0, présentation en ligne)
  23. a et b Dominique Borne et Henri Dubief, La Crise des années 30 (1929-1938), Points, , 308 p. (ISBN 978-2-7578-4947-7, présentation en ligne)
  24. Parti socialiste SFIO, XXXIIe congrès national. compte rendu sténographique, Paris, Librairie populaire, (présentation en ligne)
  25. Michel Aucouturier, « « Sandra Teroni, Wolfgang Klein, éds., Pour la défense de la culture » », Cahiers du monde russe, vol. 46, no 4,‎ (présentation en ligne)
  26. Bibliographia Oceanographica, vol. 8, (présentation en ligne)
  27. Jean-Paul Brunet, Histoire du Front populaire : 1934-1938, Presses universitaires de France, , 146 p. (ISBN 978-2-13-066729-2, présentation en ligne)
  28. a et b Michel Margairaz et François Bloch-Lainé, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion 1932-1952, vol. 1, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, (ISBN 978-2-11-081121-9, présentation en ligne)
  29. Pierre Moulinier, Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle : Migrations et formation des élites, Presses universitaires de Rennes, , 426 p. (ISBN 978-2-7535-6901-0, présentation en ligne)
  30. Pierre Lagrue, « 1935 - 29e Tour de France », sur Encyclopædia Universalis
  31. Christophe Lucand, Comment la France a révolutionné le monde du vin : La naissance des appellations d'origine, Dunod, , 200 p. (ISBN 978-2-10-079800-1, présentation en ligne)
  32. a et b Alain Chatriot, La politique du blé : Crises et régulation d’un marché dans la France de l’entre-deux-guerres, Institut de la gestion publique et du développement économique, , 620 p. (ISBN 978-2-11-129402-8, présentation en ligne)
  33. Didier Bensadon, Dictionnaire historique de comptabilité des entreprises, Presses Universitaires du Septentrion, (ISBN 978-2-7574-1840-6, présentation en ligne)
  34. Alexandre Moatti, Aux racines du transhumanisme : France, 1930-1980, Odile Jacob, , 272 p. (ISBN 978-2-7381-5133-9, présentation en ligne)
  35. Jean-Paul Demoule, Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d'origine de l'Occident, Le Seuil, , 752 p. (ISBN 978-2-02-121231-0, présentation en ligne)
  36. Olivier Barrot, Entre deux guerres : la création française entre 1919 et 1939, François Bourin, , 512 p. (ISBN 978-2-402-12746-2, présentation en ligne)
  37. Guy Pervillé, L'Europe et l'Afrique, de 1914 à 1974, Éditions Ophrys, , 152 p. (ISBN 978-2-7080-0706-2, présentation en ligne)
  38. Edwy Plenel, Voyage en terres d'espoir, Éditions de l'Atelier, , 479 p. (ISBN 978-2-7082-5082-6, présentation en ligne)
  39. Olivier Fillieule et Danielle Tartakowsky, La manifestation, Paris, Presses de Sciences Po, 184 p. (ISBN 978-2-7246-1423-7, présentation en ligne)
  40. André Collet, Les armes, Presses universitaires de France (ISBN 978-2-7059-1884-2, présentation en ligne)
  41. a et b Coppolani Charles, « « Le contrôle général économique et financier » », Revue française d'administration publique, vol. 4, no 124,‎ , p. 625-631 (présentation en ligne)
  42. Jacques Duboin, Égalité économique, Grasset, , 304 p. (ISBN 978-2-7062-7823-5, présentation en ligne)
  43. Code de commerce, Prospect, , 1198 p. (ISBN 978-5-392-04462-7, présentation en ligne)
  44. Richard Laganier, Territoires, inondation et figures du risque : la prévention au prisme de l'évaluation, L'Harmattan, , 257 p. (ISBN 978-2-296-00976-9, présentation en ligne)
  45. Jean Bouvier et Jean-Charles Asselain, La France en mouvement, 1934-1938, Champ Vallon, , 349 p. (ISBN 978-2-903528-77-5, présentation en ligne), p. 196
  46. Gérard Noiriel, « Aux origines ouvrières du Front populaire », Le Monde diplomatique,‎ (présentation en ligne)
  47. Manon Pignot, L'appel de la guerre : Des adolescents au combat, 1914-1918, Appaloosa LHS Editions, , 250 p. (ISBN 979-10-95772-66-8, présentation en ligne)
  48. Georges Valance, Petite histoire de la germanophobie, Flammarion, , 253 p. (ISBN 978-2-08-133100-6, présentation en ligne)
  49. The A to Z of French Cinema, Scarecrow Press, , 504 p. (ISBN 978-0-8108-7038-3, présentation en ligne)