1935 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1935 du calendrier grégorien.

Économie[modifier | modifier le code]

  • 380 milliards de francs de richesse nationale.
  • La dette publique se stabilise à 200 % du PIB.
  • Forte déflation à 8,4 %.
  • Le PIB se rétracte de 2,5 %.
  • Augmentation légère du chômage (14,5 %).
  • Le déficit budgétaire se creuse à 10,4 milliards de francs (2,6 % du PIB).
  • La moitié du budget de l'Etat est engloutie par le remboursement de la dette.

Évènements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

  • 22-23 février : tempête sur les régions s’étendant des Charentes à la Bourgogne[1].

Mars[modifier | modifier le code]

  • 16 mars : la loi fixe à deux ans la durée du service militaire, à titre exceptionnel jusqu'en 1939.
  • 30 mars : Le gouvernement adopte le "Décret Régnier" autorisant l'Etat à réprimer et interdir toute manifestation dirigée contre la nation et la souveraineté française en Algérie.

Avril[modifier | modifier le code]

Mai[modifier | modifier le code]

  • 2 mai : traité d'assistance mutuelle entre la France et l'URSS, à l'initiative d'Édouard Herriot.
  • 5 - 12 mai : élections municipales favorables à la gauche. Les radicaux, qui ont enregistré de médiocres résultats, rejoignent les deux autres partis de gauche.
  • 29 mai : lancement du paquebot Normandie. Il remporte le ruban bleu (29 mai-12 juin). Il a été équipé d’un radar par les ingénieurs Ponte et Guton.
  • 31 mai : chute du Président du Conseil Flandin.

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

  • 14 juillet : le Front populaire organise un grand défilé unitaire à Paris aux mots d'ordre de « pain, paix et liberté », fondement de sa constitution à la fin de 1934.
  • 16 juillet : décret-loi de Pierre Laval mettant en œuvre une sévère politique déflationniste. Réduction de 10 % de toutes les dépenses publiques (État, collectivités locales, établissements publics et services concédés). Sont comprises les dépenses de personnel, mais aussi les arrérages des rentes et emprunts de l’État. Les dépenses sont réduites de 5 milliards de francs avec une baisse de 3 % du traitement des fonctionnaires. L'impôt général sur le revenu est majoré de 1,2 milliard de francs. Le décret-loi, pour éviter une trop lourd effort fiscal sur les ménages réduit de 10 % des prix du gaz et de l’électricité, des loyers et des intérêts des dettes hypothécaires.
  • 28 juillet : le Tour de France cycliste est remporté par le belge Romain Maes, deuxième l'italien Ambrogio Morelli à 17 min 52 s, troisième et vainqueur du classement de la montagne le belge Félicien Vervaecke à 24 min 06 s.

Août[modifier | modifier le code]

  • 8 août : décret-loi instaurant une baisse de 10 % du prix de l'électricité, du gaz et des loyers.

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

  • 23 octobre : décret[3] Pierre LAVAL restreignant la libre possession d'armes en France et qui aura eu pour effet de nuire à la résistance face à l'Allemagne national socialiste.
  • 25 octobre : décret loi renforçant le contrôle budgétaire du parlement sur les entreprises publiques.
  • 30 octobre : décret loi diminuant de 10 % les traitements des fonctionnaires. Création des PSS (plan de Surface Submersible) pour gérer le risque d'inondation.

Décembre[modifier | modifier le code]

Thématique[modifier | modifier le code]

  • Crise nationale. L’opinion se divise : la droite nationaliste préconise la conciliation face aux dictatures, la gauche autrefois pacifiste réclame la fermeté face à Hitler et Mussolini.
  • Une nouvelle rechute de la production industrielle rend la situation économique aussi mauvaise au printemps qu’en 1932. De 42,4 milliards en 1931-1932, les recettes fiscales tombent à 31,9 milliards en 1935. Le déficit budgétaire passe de 5,5 à 10,4 milliards. L’équilibre ne peut être atteint, mais les efforts faits pour l’atteindre (augmentation des impôts, réduction des dépenses publiques) aggravent la crise et retardent sa solution.
  • La politique de déflation (réduction par décret des prix de divers produits et compressions des dépenses publiques) mise en route à partir de juillet par le gouvernement Laval et poursuivie par le gouvernement Sarraut pour ramener les prix français au niveau de ceux des principaux partenaires commerciaux n'aboutit pas à la baisse des prix espérée, car le gouvernement en fait entretien l'inflation en comblant le déficit budgétaire par l'émission de bons du Trésor que les souscripteurs réescomptent auprès de la Banque de France. Ainsi les liquidités en circulation augmentent et stimulent la demande intérieure et l'industrie doit faire face par une hausse de sa production, alors que dans le même temps de mauvaises récoltes et le contingentement des importations poussent à l'augmentation des prix agricoles.
  • Le total des placements français à l'étranger se monte à 200 milliards de francs, mais ne rapporte que 2 milliards au lieu des 10 milliards espérés. L'emprunt a été balayé par la révolution soviétique, et la crise de 1929 a fait sombrer de nombreux investissements. Le sénateur Charles Dumont (homme politique), président de la commission des emprunts-or, parle de « l'immense désastre des placements d'avant-guerre à l'étranger », aucune législation internationale ne protège la masse des petits porteurs.
  • L'instabilité gouvernementale chronique se paye par un coût élevé pour les emprunts du gouvernement (5 % contre 1 % pour le Royaume-Uni).
  • 82 milliards de francs de billets circulent en France dont 25 milliards sont thésaurisés dans le fameux « bas de laine » des français. Le paiement par billets est encouragé, car il existe une taxe sur chaque paiement par chèque.
  • Chômage : 5 % officiellement (11,5 % officieusement).
  • Création du constructeur automobile « Simca » par le groupe « Fiat ».
  • Création de la Fédération CFTC Santé-Sociaux au cours du 2e semestre.

Culture[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article connexe : 1935 en littérature.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films français sortis en 1935[modifier | modifier le code]

Autres films sortis en France en 1935[modifier | modifier le code]

  • x

Naissances en 1935[modifier | modifier le code]

12 mars : Alfred-Aimé Gilson, homme de lettres

Décès en 1935[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]