1867 en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Description de cette image, également commentée ci-après
Caricature de Napoléon III en Rocambole, par André Gill, publiée dans La Lune le 17 novembre.
Années :
1864 1865 1866  1867  1868 1869 1870
Décennies :
1830 1840 1850  1860  1870 1880 1890
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Chemins de fer Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Santé et médecine Science Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Chronologie de la France


Cette page concerne l'année 1867 du calendrier grégorien.

Événements[modifier | modifier le code]

  • 13 janvier : arrivée à Yokohama d’une mission militaire française au Japon à la requête du shogunat[1].
  • 19 janvier : lettre de Napoléon III annonçant des réformes libérales[2]. Les députés de l'opposition obtiennent le droit d'interpellation[3].
  • 20 janvier : remaniement ministériel ; Eugène Rouher est nommé ministre des Finances ; le maréchal Niel ministre secrétaire d'État à la Guerre ; Charles Rigault de Genouilly ministre de la Marine et des Colonies ; Forcade Laroquette ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics[3].
  • 5 février, Mexique : l’armée française de Bazaine évacue Mexico. L’expédition du Mexique se termine de façon pitoyable. Les troupes françaises sont expulsées sous la pression des États-Unis et l’empereur Maximilien est exécuté le [4].
  • 14 février : vingt-deux ouvriers ragréeurs de la société Barbedienne reçoivent l'ordre de renoncer à leur participation à la société ouvrière de crédit mutuel fondée en 1865, mais le reste du personnel les soutient ; les patrons de l'Association de Fabricants du Bronze adoptent une résolution menaçant du lock-out leurs ateliers dès le 25 février si leur employés ne quittent pas la société. Les ouvriers bronziers parisiens commencent une grève, soutenus par les autres corporations ouvrières (boutonniers, fondeurs, tourneurs, robinettiers, menuisiers, ouvriers d'instruments de musique, sculpteurs, typographes, ferblantiers, potiers de terre, bijoutiers, doreurs sur métaux, mécaniciens...). Le mouvement des bronziers est animé notamment par Zéphirin Camélinat et Albert Theisz, républicains révolutionnaires, socialistes, futurs membres de la Commune. Le 10 mars une délégation se rend à Londres, solliciter avec succès le soutien financier des travailleurs anglais. Les fabricants négocient avec les bronziers qui obtiennent une augmentation moyenne de salaire de 25 %. Le 24 mars, Barbedienne participe à la dernière assemblée générale de la Société des bronziers, et le travail reprend[5],[6].
  • 12 mars : le maréchal Bazaine quitte le Mexique avec les dernières troupes françaises[4].
  • 14 mars : senatus-consulte donnant au Sénat le droit de demander au Corps législatif, par une résolution motivée, de délibérer de nouveau sur une loi[3].
  • 31 mars : plus de trois mille tailleurs parisiens se mettent en grève ; ils constituent le 4 avril une « Société fraternelle de crédit mutuel, de solidarité et de prévoyance des ouvriers tailleurs de Paris ». Le mouvement se termine à la fin d'avril après l'intervention des autorités qui interdisent les réunions de grévistes. Les ouvriers obtiennent une augmentation de salaire de 10%[7].
Henri Charles Antoine Baron - Fête officielle au palais des Tuileries pendant l'Exposition universelle de 1867.
  • 1er avril :
    • Bismarck rend publiques au Reichstag les démarches de la France pour annexer le Luxembourg ; le député du Hanovre Alexandre von Bennigsen réclame la réunion du grand-duché au reste de l'Allemagne et le maintient de la garnison allemande. Bismarck se dit prêt à faire la guerre plutôt que de céder une terre germanique à la France, qui recule. La politique de compensation de Napoléon III échoue[8].
    • l’exposition universelle ouvre ses portes à Paris (fin le 3 novembre)[9]. Elle regroupe 50 000 exposants. Visiteurs illustres : la reine du Portugal, le prince Oscar de Suède, le roi et la reine des Belges, le tsar Alexandre, Bismarck et Von Moltke.
  • 2 avril : l'industriel Eugène Schneider est nommé par Napoléon III président du Corps législatif[10].
  • 6 avril : arrivée à Toulon d’une délégation japonaise envoyée par le shogun à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris[11]. Les organisateurs français ne comprennent pas le sens et la valeur des œuvres importés de l’archipel, et les disposent d’une manière totalement incongrue pour les Japonais. L’incident frise la catastrophe diplomatique.
  • 10 avril : loi Duruy organisant l'enseignement primaire féminin (les communes de plus de 500 habitants doivent entretenir une école primaire de filles), et ouvrant la voie vers la gratuité de l'enseignement[12].
Attentat contre S. M. l'Empereur de Russie. Nouvelle Imaqerie d'Epinal 6 juin 1867
  • 6 juin : le tsar de Russie Alexandre II et Napoléon III échappent à la tentative d'assassinat de Berezowski, au Bois de Boulogne, à Paris[16]. Cet attentat entraîne une brouille avec la Russie.
Le roi Guillaume de Prusse et Bismarck devant le canon géant de Krupp lors de l'Exposition universelle à Paris. Au premier plan l'empereur Napoléon III.
  • 8 novembre : Le docteur Delorme, vétérinaire à Arles, signale dans une lettre adressée au Président du Comice agricole d’Aix-en-Provence le développement rapide d’une nouvelle maladie de la vigne dans les environs d’Arles, le phylloxéra. Le fléau se généralise dans le Gard, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône et en 1868 la Société d'agriculture de l’Hérault nomme une commission pour l’étudier[23].


  • Crise de production (1867-1868).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Thiébaud, La présence française au Japon : du XVIe siècle à nos jours, Éditions L'Harmattan, (ISBN 9782296051423, présentation en ligne)
  2. Max Gallo, Histoire du monde, de la Révolution française à nos jours en 212 épisodes : Les clés de l'histoire contemporaine, Fayard, (ISBN 9782213642161, présentation en ligne)
  3. a b et c Bulletin des lois de l'empire français, vol. 29, Imprimerie impériale, (présentation en ligne)
  4. a et b Emmanuel Domenech, Histoire du Mexique, vol. 1, Librairie internationale, (présentation en ligne), p. 416-447
  5. Michel Cordillot, Aux origines du socialisme moderne : la Première Internationale, la Commune de Paris, l'exil : recherches et travaux, Editions de l'Atelier (ISBN 9782708240964, présentation en ligne)
  6. Édouard Dolleans, Histoire du mouvement ouvrier : 1830-1871, vol. 1, Armand Colin, (ISBN 9780405116964, présentation en ligne), p. 239
  7. E. Jéloubovskaǐa, La chute du Second Empire et la naissance de la Troisième République en France, Éditions en langues étrangères, (présentation en ligne)
  8. Annuaire encyclopédique 1866-1867, Paris, Encyclopédie du XIXe siècle, (présentation en ligne)
  9. Jean-Claude Yon, Le Second Empire : Politique, société, culture, Armand Colin, (ISBN 9782200242596, présentation en ligne)
  10. Bulletin des lois de l'Empire français, vol. 29, Imprimerie impériale, (présentation en ligne)
  11. L'Illustration, vol. 1260, (présentation en ligne)
  12. Pierre Giolitto, Histoire de l'école, Editions Imago, (ISBN 9782849524091, présentation en ligne)
  13. Jean-Paul Bled, Histoire de la Prusse, Fayard, (ISBN 9782213640938, présentation en ligne)
  14. Jean-Claude Ceillier, Histoire des missionnaires d'Afrique (Pères blancs) : de la fondation par Mgr Lavigerie à la mort du fondateur (1868-1892), Karthala Éditions, (ISBN 9782845869837, présentation en ligne)
  15. Nadine-Josette Chaline, Empêcher la guerre : Le pacifisme du début du XIXe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Encrage Édition, (ISBN 9782360589456, présentation en ligne)
  16. Jean-Christophe Buisson, L'assassinat d'Alexandre II, Place des éditeurs (ISBN 9782262049980, présentation en ligne)
  17. Olivier Etcheverria, Le restaurant, une approche géographique: De l’invention aux destinations touristiques gourmandes, ISTE Group, (ISBN 9781784056179, présentation en ligne)
  18. Alexandre Jehan Henry Clercq et Jules de Clercq, Recueil des traités de la France, Amyot, (présentation en ligne)
  19. Jassuda Bédarride, Commentaire de la loi du 24 juillet 1867 sur les Sociétés en commandite par actions, anonymes et coopératives : Droit commercial., vol. 2, Durand et Pedone Lauriel, Achille Makaire, (présentation en ligne)
  20. L'illustration, vol. 1279, J. Dubochet, (présentation en ligne)
  21. Le catholique, Le catholique, vol. 3, Au bureaux de la revue, (présentation en ligne)
  22. « L'Indépendant des Basses-Pyrénées », sur bnf.fr
  23. Roger Pouget, Le Phylloxéra et les maladies de la vigne : La lutte victorieuse des savants et des vignerons français (1850-1900), Edilivre, (ISBN 9782332952714, présentation en ligne)
  24. François Semur, L'affaire Bazaine : un maréchal devant ses juges, Cheminements, (ISBN 9782844787828, présentation en ligne)
  25. Jacques Expert, Scènes de crime, Place des éditeurs (ISBN 9782258118737, présentation en ligne)
  26. Pierre Milza, Histoire de l'Italie : Des origines à nos jours, Fayard, (ISBN 9782213640341, présentation en ligne)
  27. Bernard Michal, Sedan : les dessous d'un désastre: Les Grandes Enigmes du temps jadis, (ISBN 9782258095885, présentation en ligne)
  28. Émile Zola, Les Rougon-Macquart, vol. 1, Place des éditeurs (ISBN 9782258101722, présentation en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]