Marcel Servin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcel Servin
Fonctions
Député 1946-1951
Gouvernement Quatrième République
Groupe politique PCF
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 50 ans)
Résidence Haute-Saône

Marcel Servin est un homme politique français, né le 20 octobre 1918 à Versailles (Yvelines) et décédé le 26 octobre 1968 à Talange (Moselle).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille ouvrière, dont le père, élu local socialiste, tient dans les années 1920 un café à Belfort, Marcel Servin entre au Parti communiste français par l'intermédiaire des Jeunesses communistes dès 1934. En 1937, il devient cheminot puis, l'année suivante, fut appelé sous les drapeaux dans l'artillerie. Suite aux événements internationaux, il ne fut démobilisé qu'en 1941.

Il reprend contact avec le PCF clandestin en 1942, et travaille avec Pierre Villon à la construction du front national.

À partir de 1945, il devient le secrétaire particulier de Maurice Thorez, et son directeur de cabinet lorsque celui-ci est Ministre, jusqu'en janvier 1947. Elu député de la Haute-Saône en 1946, il se consacre alors à son mandat de parlementaire, tout en entrant au comité central du parti.

Il prend en 1947 la direction de la section des cadres du PCF, fonction à travers laquelle il joue, avec Charles Mauvais, un rôle de premier plan dans l'exclusion d'André Marty et de Charles Tillon en 1952. Il participe ensuite à l'exclusion d'Auguste Lecoeur, auquel il succède comme secrétaire à l'organisation du parti, en 1954.

Membre du bureau politique du Parti en 1954, secrétaire du comité central en 1959, il est alors pressenti comme le dauphin du secrétaire général Maurice Thorez. Mais à partir de la mort de Staline, il s'oppose de plus en plus à Thorez. Ses thèses khrouchtchéviennes aboutissent à sa mise en cause par la direction thorézienne du Parti à partir de 1959 : c'est l'« affaire Servin-Casanova ». Soumis à de multiples pressions, Marcel Servin finit par faire son autocritique en mai 1961, ce qui l'amène à son éviction de la direction, vers un poste de permanent du Parti en Moselle.

Il est cependant cantonné à des tâches subalternes, et ne participe à nouveau à un congrès du parti qu'en 1967, quelques mois avant sa mort.